samedi 17 avril 2021

Top Stoner 2018


Aujourd'hui, nous allons évoquer l'antiquité. Que dis-je l'antiquité... disons plutôt la préhistoire !

Voyons voir, c'était... c'était… c'était en… 2018 ! Tu te souviens de 2018 ? Mais si, rappelle-toi ! Une époque bénie où l'on pouvait sortir de chez soi sans masque, ni attestation et même sans chemise, ni pantalon, si on vivait au Cap d'Agde. On pouvait même serrer la pogne aux copains et faire la bise aux frangines et plus si affinités… toujours pour les habitants du Cap d'Agde ! Ça paraît dingue, mais tout ça a vraiment existé. Des preuves ? Le Hellfest : 180.000 spectateurs sur trois jours, 392.500 litres de bière et 23.000 litres de pinard éclusés… C'est pas une putain de preuve, ça ? Et conformément à loi, je rappelle que l'abus d'alcool est dangereux pour la santé… des mauviettes qui n'écoutent pas de metal sur les plages du Cap d'Agde !

Rappelle-toi aussi qu'en 2018, LA PLANÈTE DU STONER était déjà sur le pied de guerre et proposait son classement annuel des meilleures galettes plombées. C'est là que j'ai été faire mes emplettes pour monter cette jolie compile. Et y'a du lourd : du Clutch, du Fu Manchu, du Bjork, plus quelques autres friandises bien chaudes, bien lourdes, bien acidulées… et je rappelle que le stoner rock est dangereux pour la santé… des mauviettes qui se déplacent en trottinette électrique au Cap d'Agde !

>>>>> SPACE CADET

01 - Saint Karloff - Space Junkie
02 - Clutch - Ghoul Wrangler
03 - Fu Manchu - Slower Than Light
04 - Domkraft - The Watchers
05 - Weedpecker - Rise Above
06 - Brant Bjork - Somebody
07 - Pink Fairies - Old Enuff to Know Better
08 - Forming The Void - Arcane Mystic
09 - Crypt Trip - Tears of Gaia
10 - Goat Explosion - The Wandering Specter
11 - SpaceMetal - Shroud
12 - Captain Caravan - Dirty Red Velvet
13 - Blackwülf - Sinister Sides
14 - Full Tone Generator - Shitstorm
15 - Uncle Acid and The Deadbeats - Blood Runner
16 - Sleep - Marijuanaut's Theme

mercredi 14 avril 2021

Phil Anselmo - Bad Boy !


Loin de la France empêtrée dans ses événements de 68, naissait le petit Philip Hansen Anselmo. Nul doute qu'il a bien dû gueuler en sortant du ventre de sa mère, mais c'était sûrement loin d'atteindre le niveau sonore dont il nous gratifie depuis qu'il est dans le commerce de la musique. Si le kid de la Nouvelle-Orléans était, de son propre aveu, un marmot charmant, ça ne l'a pas empêché, à 15 ans, de foutre le feu à la maison familiale… juste histoire de faire une blague à sa frangine !

À tout juste 13 ans, il monte son premier groupe en tant que chanteur et guitariste. Quatre ans plus tard, il rejoint Rapid Phaze, qu'il quitte également pour s'en aller monnayer ses talents. C'est ainsi qu'en 1987, il est recruté par Pantera, obscur groupe de glam metal qui se cherche un nouveau braillard pour muscler son répertoire. Le premier album du Pantera new-look est catapulté en 1988. S'il est plus musclé que ses prédécesseurs, il n'est encore qu'une ébauche du groove metal ultra burné qui éclatera à la face du monde en 1990, avec le bien nommé Cowboys From Hell. Ce dernier atteint la 27ᵉ place dans le classement des ventes américaines et propulse le groupe texan sur un escalier pour le paradis. Après avoir régné sur la planète metal durant une décennie, Pantera Mark II explose en vol.

Anselmo s'offre alors quelques piges, notamment sur l'album solo de Tony Iommi, et celui de Southern Isolation sur lequel il partage la vedette avec son épouse Stephanie Weinstein, avant de retrouver Superjoint Ritual, groupe qu'il avait déjà monté en 1990. Parallèlement, il officie au sein de Down, aux côtés des membres de Corrosion of Conformity, Crowbar et Eyehategod. En 2006, il crée Arson Anthem en tant que guitariste, et en 2011, Philip H. Anselmo & The Illegals, au chant. Dernier projet en date : En Minor voit le jour en 2017, sur lequel il cumule les postes de guitariste et de chanteur.

Alors, Phil Anselmo : Bad Boy ? S'il est tenu pour l'un des plus talentueux chanteurs de la metallosphère contemporaine, ses abus de drogues, d'alcool, ainsi que des déclarations équivoques et souvent mal maîtrisées, font qu'il s'est taillé une réputation de mec peu fréquentable. Il s'était tellement embrouillé avec ses partenaires de Pantera que la famille de Dimebag Darell, guitariste du groupe, assassiné en 2004, lui avait carrément interdit l'accès aux funérailles. La cinquantaine passée, bien qu'il demeure un furieux performer, il semble avoir trouvé un peu de sérénité auprès de Kate Richardson, sa nouvelle compagne, avec laquelle il vit dans une maison de campagne en Louisiane, entouré de chiens, de chats, de poules et de petits zoziaux qui font cui ! cui !

>>>>> COWBOY FROM HELL

01 - 5 Minutes Alone (1994 - Pantera : Far Beyond Driven)
02 - The Underground in America (1996 - Pantera : The Great Southern Trendkill)
03 - Burning Moon Sickness (Guitar) (1998 - Necrophagia : Holocausto de la Morte)
04 - By the River (1998 - Vision Of Disorder : Imprint)
05 - Time Is Mine (2000 - Tony Iommi : Iommi)
06 - Come Back and Let Me In (Going Down the Wrong Road) (Guitar, Backing Vocal) 
       (2001 - Southern Isolation : Southern Isolation)
07 - Symbol of Nevermore (2003 - Superjoint Ritual : A Lethal Dose of American Hatred)
08 - Three Suns and One Star (2007 - Down : Over the Under)
09 - Overthrown (2008 - Jarboe : Mahakali)
10 - Wreaked Like Clockwork (Guitar) (2008 - Arson Anthem : Arson Anthem)
11 - Usurper Bastard's Rant (Guitar, Vocal) 
       (2013 - Philip H. Anselmo & The Illegals : Walk Through Exits Only)
12 - Sufferer's Years (2014 - Down : Down IV-Part 2)
13 - Dying Song (2015 - Metal Allegiance : Metal Allegiance)
14 - Burning the Blanket (2016 - Superjoint : Caught up in the Gears of Application)
15 - Tear Gas (2016 - Scour : Scour)
16 - Dirty Eye (Guitar) (2017 - Bill & Phil : Songs of Darkness and Despair)
17 - Delinquent (Guitar, Vocal) 
       (2018 - Philip H. Anselmo & The Illegals : Songs of Darkness and Despair)
18 - On the Floor (Guitar, Vocal) 
       (2020 - En Minor : When the Cold Truth Has Worn Its Miserable Welcome Out)

samedi 10 avril 2021

Carré de Dames : Charmantes Growleuses


Je growle, tu growles… ELLES growlent !

Grande, blonde, les yeux cernés de cendre, cette belle Suédoise aurait pu faire la une de tous les magazines de la fashionsphère. Mais Lovisa Lundmark (Luisa Vilevik, pour l'état civil) a préféré se joindre à des copains métallos pour former le groupe 6th Awakening. Ça se passait en 2001, au nord de Stockholm, à Umeå, un bled où les températures avoisinent les -10° en hiver et dépassent rarement les 15° en plein été. Trois EP seront enregistrés, avant la parution de l'album en 2012. Deux autres 4-titres sont lâchés en 2014 et 2016.
 
L'histoire de Kittie démarre en 1997, quand Morgan Lander, guitariste-chanteuse, et sa frangine Mercedes, batteuse, font la connaissance de Fallon Bowman et Tanya Candler, respectivement guitariste et bassiste. Les quatre copines reprennent des chansons de Nirvana et de Silverchair avant de se forger leur propre répertoire. Le premier album est émis en janvier 2000 et placent aussitôt les Canadiennes sur une vertigineuse rampe de lancement qui les propulsent sur les scènes du monde entier, en première partie de Slipknot et de Suicidal Tendencies.
 
Formé à Knoxville, dans le Tennessee, Straight Line Stitch entame les hostilités en 1999. Une démo et un EP plus tard, le groupe peine à décoller. Il faut attendre 2003 et le recrutement d'Alexis Brown pour que la situation se débloque. La présence de cette jeune femme au teint caramel derrière le micro lance définitivement la carrière des métalleux américains qui enchaînent les enregistrements. En 2015, après de multiples changements de musiciens, Alexis Brown demeure l'ultime représentante de la formation qui avait placé le groupe sur une orbite ascendante.
 
Le 18 septembre 2012 voit s'abattre un terrible tsunami sur le petit monde du metal français : Candice Clot, chanteuse et co-fondatrice de Eths, annonce qu'elle quitte le navire pour se consacrer à sa famille. Le choc est violent. Si le groupe reste performant et a su trouver en Rachel Aspe, une digne successeuse à sa diva originelle, les fans initiaux resteront éternellement fidèles et reconnaissants envers la petite brunette marseillaise qui savaient si bien allumer le feu… allumer le feu… et voir grandir la flamme dans nos yeux.

>>>>> DOOMDAY MACHINE

01 - Straight Line Stitch - When This Life Is Over
02 - Eths - Harmaguedon
03 - 6th Awakening - Hålot
04 - Kittie - Already Dead
05 - Straight Line Stitch - Tear Down the Sky
06 - Eths - Priape
07 - 6th Awakening - Demon
08 - Kittie - Whisper of Death
09 - Straight Line Stitch - Bar Room Brawl
10 - Eths - Lemniscate
11 - 6th Awakening - Patient 209
12 - Kittie - Last Goodbye
13 - Straight Line Stitch - Dark Matter
14 - Eths - Tératologie
15 - 6th Awakening - Rex
16 - Kittie - Ugly

mardi 6 avril 2021

Tonton Acide & les Rythmes Morts


UNCLE ACID & THE DEADBEATS ont décollé de Cambridge en 2009. Piloté par Kevin "K.R." Starrs (auteur, compositeur, chant, guitare, claviers), le super-bombardier anglais se fait remarquer dès son premier album, sobrement appelé Vol 1. Résolument old school et crade, brut et chaotique, l'équipage puise ses influences aux sources même du metal originel : la lourdeur de Black Sabbath, la hargne des Stooges, le psychédélique d'Iron Butterfly ou d'Hawkwind. Mélange explosif, mais ô combien efficace pour se mettre la tête à l'envers ! Si le premier L.P. ne rencontre pas un succès commercial fulgurant, pas plus que le suivant d'ailleurs, il propulse néanmoins le groupe sur une courbe ascendante qui le mettra définitivement en orbite dès 2013, avec la parution d'un troisième opus unanimement salué (Mind Control). Ce disque leur offre l'opportunité de se produire entre autres au Montreux Jazz Festival en 2013, ainsi qu'aux Eurockéennes de Belfort en 2014. Et le tonton n'est pas avare de ses efforts : après une tournée européenne en première partie de Black Sabbath, il balance sur les ondes l'ébouriffant Night Creeper, concocté sous le haut patronage de Lee Dorian, ex-leader de Cathedral. Obstinément, l'équipe de Starrs continue d'explorer les chemins escarpés d'un rock acide, aux mélodies enfumées et aux ambiances lancinantes. L'album se vend comme des bidons de gazoil sur l'autoroute A7 en plein mois d'août. Désormais, ils font des tournées en tête d'affiche. On les retrouve notamment sur les tréteaux du Hellfest en 2019.

Entre heavy estampillé années 70 et doom crasseux, le tout assaisonné de paillettes de psychédélique ambiant et de pop acidulée, Tonton Acide & les Rythmes Morts sont parvenus, en seulement une décennie, à s'inscrire leur nom au fronton des temples dédiés au rock métallique.

— Spéciale dédicace à Éric ! —

>>>>> SLOW DEATH

01 - Crystal Spiders
02 - Witches Garden
03 - 13 Candles
04 - Down to the Fire
05 - Get on Home (Charles Manson Cover)
06 - Desert Ceremony
07 - Death Valley Blues
08 - Devil's Work (Acoustic)
09 - Pusher Man
10 - The Night Creeper
11 - Remember Tomorrow (Iron Maiden Cover)
12 - I See Through You
13 - Exodus

vendredi 2 avril 2021

TropiK


Sur le Gange ou l'Amazone
Chez les blacks, chez les sikhs, chez les jaunes
Voyage, voyage
Dans tout le royaume
Sur les dunes du Sahara
Des îles Fidji au Fujiyama
Voyage, voyage
Ne t'arrête pas
Au-dessus des barbelés
Des cœurs bombardés
Regardent l'océan


[ Desireless ]

>>>>> BALAFON

01 - Zulya - Saginou
02 - Elbicho - Contigo
03 - Susana Baca - Valentín
04 - Ibeyi - Yanira
05 - Tengger Cavalry - Tobshur
06 - Sen Svaja - Erzurum
07 - Thomas Mapfumo - Hanzvadzi
08 - Aláfia - Gentrificacao
09 - The Chris Hinze Combination - Zagato
10 - Oki - Utuwaskarap
11 - Dogma - Հորի-Լորո (Hori Loro)
12 - Tanya Tagaq - Ajaaja
13 - Taffetas - Yay Balma
14 - Буготак - Bahatsadzadzaryn
15 - Operentzia - Shivaya (feat. Kory)
16 - Hila Himbala - Anggopanku

mardi 30 mars 2021

Une chanson (Stagger Lee)


La nuit était claire
Et la lune était jaune
Et les feuilles commençaient à tomber


Je me tenais sur le coin
Quand j'ai entendu mon bouledogue
Il aboyait sur les deux hommes
Qui jouaient dans l'obscurité


C'était Stagger Lee et Billy
Deux hommes qui jouaient tard
Stagger Lee a posé un sept
Billy a juré qu'il avait posé un huit


Stagger Lee a dit à Billy :
« Je ne peux pas te laisser faire ça
Tu as gagné tout mon argent
Et mon nouveau Stetson »


Stagger Lee est parti
En descendant vers la voie ferrée
Il a dit : « Je ne veux plus te revoir, Billy
Ne sois pas là quand je reviendrai »


Vas-y, Stagger Lee

Stagger Lee est rentré chez lui
Il a pris son Colt 44
Et dit : « Je retourne au bar
Juste pour payer mes dettes »


Stagger Lee est retourné au bar
Il se tenait devant la porte d'entrée
Et dit : « Maintenant, personne ne bouge »
Et il a sorti son Colt 44


« Stagger Lee, s'écria Billy,
S'il te plaît ne me tue pas
J'ai trois petits enfants
Et une femme très malade »


Stagger Lee a tué Billy
Il a tiré sur ce pauvre garçon si mauvais
Jusqu'à ce que les balles traversent le corps de Billy
Et il a cassé les verres du barman


Maintenant, sors et va-t'en, Stagg


"Stagger Lee" (ou Stagolee, Stack-A-Lee, Stacker Lee, Stack O'Lee Blues…) est une vieille chanson populaire américaine. La plus ancienne version, connue sous le nom de "Stack-A-Lee", semble avoir été interprétée à Kansas City en 1897 par Charlie Lee dont le surnom était "le marteleur de piano."

En 1910, le musicologue John Lomax en rédigea une transcription partielle. Elle était alors chantée par les afro-américains qui trimaient sur les chantiers. La première version enregistrée date de 1923, elle est l'œuvre des Waring's Pennsylvanians. Il faudra cependant attendre 1958 et la version rock 'n' roll de Lloyd Price pour que la chanson devienne un véritable succès et soit reprise par de très nombreux artistes. Bien entendu, chacun d'eux apportera sa touche personnelle au texte rédigé au XIXè siècle.

Les paroles s'inspirent de la véritable histoire de "Stagger" Lee Shelton, proxénète noir de Saint-Louis, condamné pour le meurtre de son ami William Lyons, en décembre 1895.


>>>>> YELLOW MOON

01 - Wilson Pickett - Stagger Lee
   02 - Taj Mahal - Stagger Lee
      03 - Mississippi John Hurt - Stack O'Lee (1928)
         04 - Bob Dylan - Stack A Lee
            05 - David Holt & The Lightning Bolts - Stagger Lee
               06 - Huey Lewis & The News - Stagger Lee
                  07 - Fillmore Slim - Stagger Lee
                     08 - Tommy Roe - Stagger Lee
                        09 - Michael Bloomfield - Stagger Lee
                           10 - Lloyd Price - Stagger Lee
                              11 - Hank Shizzoe - Stagger Lee
                                 12 - Ma Rainey - Stack O'Lee Blues (1925)
                                    13 - Nick Cave & The Bad Seeds - Stagger Lee
                                       14 - Ike & Tina Turner - Stagger Lee
                                          15 - Grateful Dead - Stagger Lee
                                             16 - Speed Kings - Stagger Lee
                                                17 - Tennessee Ernie Ford & Joe Fingers Carr - Stack-O-Lee
                                                   18 - Johnny Dodds - Stack O'Lee Blues
                                                      19 - Bill Haley - Stagger Lee
                                                         20 - Don & The Goodtimes - Stagger Lee (1966)

jeudi 25 mars 2021

Voiski... Mama Béa Tekielski [ par Zocalo ]


« Grande absente au Panthéon du rock français, Mama Béa est carrément passée sous les radars qui, dans les années 70, avaient porté aux nues les Higelin, les Lavilliers, les Manset, les Sanson. Car oui, Mama Béa est de la trempe de ces derniers. Elle est aussi la petite sœur de Janis, de Patti, de Nicoletta. Voix dure, mais cœur tendre. Regard azur et plume acerbe. Blues et rock chevillés à l'âme. Des souvenirs pleins de cicatrices et cette rage bouillonnante. »

Je vous parle d’un temps que les nordistes ne peuvent pas connaître. Précisons qu’en l’occurrence, le nord commence entre Montélimar et Valence. En ce temps-là, le Sud était en feu. À Nîmes, Avignon, Toulouse, Perpignan, Montpellier, les planches brûlaient sous l’énergie d’une jeune chanteuse à qui tout semblait permis, tout semblait possible.

Béatrice Tekielski, alias Béa, alias Mama Béa, alias Mama Béa Tekielski bondissait d’un bord à l’autre de la scène, lançant des feulements d’animal blessé, des cris de furie échappée de l’enfer. On parlait à l’époque de la "Janis Joplin française".

Hélas, pas assez docile, trop incontrôlable, pas assez malléable, trop libre, Mama Béa ne percera jamais au niveau national. Aujourd’hui, elle est quasiment absente des grands médias et des réseaux sociaux. Ne possédant pas les droits de ses chansons, Béatrice n’a jamais pu faire rééditer ses albums en CD. Dans une abjecte logique capitaliste poussée jusqu’à la nausée, sa maison de disque bloque aveuglément les projets de toute nature. Un seul de ses albums est disponible sur Deezer. Tous les morceaux de cette compile sont issus de vinyles, à l’exception de "Dis Maman" et "Le voyageur". Puisse ce modeste hommage faire savoir à Béatrice que nous ne l’oublions pas. Que nous ne l’oublierons jamais.

>>>>> POURQUOI TU CRIES ?

01 - Quarante-huit kilos
02 - Juive et noire
03 - Faire éclater cette ville
04 - Raconte-moi mon histoire
05 - Black Rain
06 - La folle
07 - La Tchatche
08 - Soleils
09 - Dis, maman
10 - La clef
11 - La petite fille
12 - L'artiste
13 - Le mec de Nazareth
14 - Lettre à un fan
15 - Le voyageur
16 - Le fils du Roi
17 - Les glycines
18 - Le chaos

samedi 20 mars 2021

Blue French Fuzz (01)


Qu'on se le dise, amis d'ici : cette année sera fuzzzzzzzzzz ! 
Ouaih, terriblement fuzz… et BLEU-BLANC-ROUGE !

Parallèlement au palmarès annuel proposé par La Porte du Désert dont je vous ai déjà entretenu, je me suis également penché sur la production stoneresque hexagonale. Et quelle ne fut pas ma surprise de constater qu'en la matière nous étions plutôt pas mal lotis. On n'a pas de vallée de la mort, pas de cactus, pas de crotales, ni de scorpions, mais des meutes de vilains graisseux qui n'ont pas peur de piétiner les plates-bandes de Kyuss, Fu Manchu et autre Orange Goblin. De ce côté-ci de l'Atlantique, comme de l'autre, la recette est la même : énergie brûlante, ambiances pesantes, rythmes envoûtants. Par ailleurs, la Bretagne produisant quelques excellents whiskeizh qui feraient passer le N° 7 de tonton Jack pour un vieux jus de chaussettes de cowboy crapoteux, je vous invite dès maintenant à faire chauffer les braises pour un barbecue de l'enfer. Si t'as pas de stetson, un chapeau de paille fera l'affaire. Pas de santiagues, viens en espadrilles ! Pas de steak de bison, on se vengera sur les chipos !

>>>>> DEADLY KISS

01 - 7 Weeks - A Well Kept Secret
02 - Last Barons - Rubber Boots
03 - Jumping Jack - Cows and Whisky
04 - Taman Shud - Dogs and Gods
05 - One Last Shot - Live Fast and Die Young
06 - The Buffalos - Golgotha
07 - Denizen - Ears Wide Opened
08 - Bull Terrier - 11 %
09 - Molybaron - Let's Die Together
10 - Boozing Truckers - Johhny Bud
11 - Coffin On Tyres - Red
12 - Blaak Heat - Black Hawk
13 - Mars Red Sky - Circles
14 - Fogwax - Face the Sun
15 - Tigerleech - Sandstorm
16 - Soundcrawler - The Sandcrawler

lundi 15 mars 2021

Voici... Yelle [ par Zocalo ]


« En découvrant cette compile, je me suis aussitôt précipité sur le titre n° 7 : Nuit de baise. On ne se refait pas ! J'imaginais une chanson un poil grivoise, et quelle ne fut pas ma surprise de trouver un véritable petit bijou de finesse et d'élégance. Tout n'est que nuances, allusions, sous-entendus. Acidulée comme une Chupa Chups à la fraise. Une œuvre à déguster les yeux fermés, l'esprit ouvert. À l'heure où la guerre des sexes fait rage, qu'il est apaisant de constater que quelques jolies jeunes femmes osent s'aventurer sur des territoires où on ne les attend pas forcément. »

Nul n’est prophète en son pays. Voilà ce que peut légitimement se dire Julie Budet, alias Yelle. Car si son groupe remporte l’adhésion du public partout où il se produit dans le monde, le succès reste mitigé en France. Et Julie en souffre, comme elle nous le confie dans le titre "Je t’aime encore".

Pourtant, Julie est une warrior. Elle a survécu au réseau social "MySpace", à une époque où ce terme de réseau social n’existait pas encore. Elle survit encore à l’invitation faite par Michaël Youn de participer à ce monument de bon goût français qu’est le clip de "Parle à ma main", du groupe éphémère Fatal Bazooka.

Musicalement parlant, Yelle a traversé toutes les époques de l’electropop français. Elle a chanté  successivement sur un accompagnement de synthétiseurs, avant de passer par l’étape obligée de l’Auto-tune et maintenant se produit avec deux sample pads Roland pour tout orchestre. C’est simple, terriblement efficace et se transporte tout entier dans le coffre d’une Twingo.

En 2007, Julie reprend "À cause des garçons", un morceau alors complètement oublié d’un duo de circonstance composé de Laurence Heller et Hélène Bérard. L’un des musiciens de son groupe en fait un remix qui devient instantanément et bien involontairement un hymne de la mode tecktonik, cette danse en vogue dans les années 2005. À la suite de cela, beaucoup auraient fui le pays, auraient changé de planète ou seraient entré dans les ordres. Mais Yelle ne se démonte pas et continue son petit bonhomme de chemin. Chacun de ses albums et l’évolution qui l’accompagne est une redécouverte de cette artiste qui inspire de nombreux groupes actuels, tels que "Monsieur Madame", pour ne citer qu’eux. Toi aussi, Yelle, on t’aime encore, et pour toujours.

>>>>> MENU DU JOUR

01 - Mon beau chagrin
02 - Complètement fou
03 - À cause des garçons
04 - Émancipense
05 - Safari Disco Club
06 - Ici & maintenant (Here & Now)
07 - Nuit de baise
08 - Je t'aime encore
09 - Florence en Italie
10 - Les femmes
11 - Noir
12 - Jeune fille garnement
13 - Raconte​-​toi (Yves Simon cover)
14 - Unillusion
15 - Interpassion
16 - Comme un enfant
17 - Je veux te voir
18 - À cause des garçons (Tepr Remix)

jeudi 11 mars 2021

This Is… King Gizzard & The Lizard Wizard


Psyché, prog, garage, acid, surf, expérimental, blues, folk, pop, punk, soul, new wave, metal, thrash, le tout parsemé d'éclats de jazz fusion… non mais, sans déconner, c'est qui ces lustucrus déboulés de nulle part et qui se paient le luxe de graver 19 albums en 10 ans de carrière ?!?!?

Tout commence en 2010 à Melbourne, avec une bande de copains qui se retrouvent après les cours pour jammer, histoire de passer du bon temps. Épaté par les prestations de ses potes, un autre larron leur propose de se produire en concert. PÂ POSSIB ! Le groupe n'a pas de nom ! Vite fait, bien fait, tout le monde se réunit autour d'une table pour un brainstorming qu'on imagine volontiers fort animé. Alors que Stu Mackenzie, principal auteur-compositeur, chanteur, guitariste et multi-instrumentiste, proposait Gizzard Gizzard, les autres membres préféraient The Lizard King, en hommage à Jim Morrison, chanteur des Doors. L'Australie étant une grande démocratie, l'affaire s'est conclue par un compromis à rallonge : KING GIZZARD & THE LIZARD WIZARD ! La grande aventure pouvait enfin commencer.

Ils signent chez ATO Records en 2011 et entament aussitôt leur marathon discographique : deux EP, 4 et 9 titres, la même année, un album en 2012, suivis de deux autres en 2013. Et ça continue au même rythme jusqu'en 2017 où ils enregistrent pas moins de cinq albums. Leur dernière offrande datant de février 2021, mon petit doigt me souffle qu'avant l'élection de Jean-Luc Mélenchon à la prochaine élection présidentielle cubaine, nous aurons l'occasion de déguster encore quelques savoureuses galettes de nos extraterrestres australiens préférés.

>>>>> DREAM BALLOON

01 - Eddie Cousin (2011 - Anglesea)
02 - Dustbin Fletcher (2011 - Willoughby's Beach)
03 - Garage Liddiard (2012 - 12 Bar Bruise)
04 - Evil Man (2013 - Eyes Like the Sky)
05 - I Am Not a Man Unless, I Have a Woman (2013 - Float Along - Fill Your Lungs)
06 - Work This Time (2014 - Oddments)
07 - Empty (2014 - I'm in Your Mind Fuzz)
08 - God Is in the Rhythm (2015 - Quarters !)
09 - N.G.R.I. (Bloodstain) (2015 - Paper Mâché Dream Balloon)
10 - Evil Death Roll (2016 - Nonagon Infinity)
11 - Anoxia (2017 - Flying Microtonal Banana)
12 - Murder of the Universe (2017 - Murder of the Universe)
13 - You Can Be Your Silhouette (2017 - Sketches Of Brunswick East, with Mild High Club)
14 - Inner Cell (2017 - Polygondwanaland)
15 - Muddy Water (2017 - Gumboot Soup)
16 - The Cruel Millennial (2019 - Fishing for Fishies)
17 - Venusian 2 (2019 - Infest the Rats' Nest)
18 - Intrasport (2020 - K.G.)
19 - See Me (2021 - L.W.)

samedi 6 mars 2021

Thomas Pridgen : Furious Drums

 
J'ai l'habitude de dire pas mal de conneries ! Pourtant, écoutez-moi bien : il se pourrait que le gaillard dont nous allons parler aujourd'hui devienne l'un des plus grands batteurs de tous les temps. L'histoire le dira !

Quand on voit son parcours, on peut se dire qu'il part avec de sérieux atouts dans les baguettes. À 9 ans, il gagne le Guitar Center Drum Off qui n'est ni plus ni moins que le plus grand concours de solo de batterie au monde et qui se tient chaque année à Los Angeles. Il devient par la même le plus jeune lauréat de ce concours. Il réitère d'ailleurs la performance l'année suivante. À tout juste 15 ans, le prestigieux Berklee College of Music lui attribue une bourse pour continuer ses études pendant quatre ans. Là encore, il était le plus jeune musicien à se voir attribué une telle bourse. Et c'est ainsi qu'en 2006, à  tout juste 23 ans, il est contacté par Omar Rodríguez-López, guitariste et fondateur de The Mars Volta, pour rejoindre le groupe… le genre de proposition qui ne se refuse pas, à moins d'avoir du foin dans les esgourdes ! Quelques tournées et deux albums plus tard, il quitte le groupe, mais continue de collaborer aux albums solos d'Omar.

Fort de cette expérience forte enrichissante, le gaillard se trouve embringué dans une multitude de collaborations artistiques, toutes plus originales les unes que les autres. Jazz, rock, expérimental, jusqu'au metal le plus extrême, aucun style ne le rebute, ni ne le met en difficulté. Ainsi le retrouve-t-on en 2020 à battre la mesure au sein de Spiritworld, groupe de death/thrash dévastateur. Le gaillard n'a pas encore 40 piges qu'il est déjà connu comme le loup blanc. Alors je vous fais le pari que dans deux ou trois décennies, quelques vieux fans nostalgiques diront sur ma tombe : « Putain, Keith, t'avais raison, c'est bien le plus grand batteur de tous les temps ! »

>>>>> PAGAN RHYTHMS

01 - Big Easy (2005 - Zenith Patrol : VU)
02 - Hush (Joe South Cover) (2006 - Eric Gales : Crystal Vision)
03 - So What ? (2006 - Christian Scott : Rewind That)
04 - Day of Reckoning (2007 - Eric Gales : The Psychedelic Underground)
05 - Ilyena (2008 - The Mars Volta : Bedlam in Goliath)
06 - Locomocion Capilar (2009 - Omar A. Rodriguez-Lopez : Los Sueños de un Higado)
07 - The Devil Knows (2009 - Juliette Lewis : Terra Incognita)
08 - Teflon (2009 - The Mars Volta : Octahedron)
09 - Mundo de Ciegos (2009 - Omar A. Rodriguez-Lopez : Xenophanes)
10 - Count Me Out (2010 - Foxy Shazam : Foxy Shazam)
11 - Why Me ? (2010 - The Memorials : The Memorials)
12 - Gone (2012 - The Memorials : Delirium)
13 - Hang On, Big Brother (2013 - Pinnick Gales Pridgen : Pinnick Gales Pridgen)
14 - Like You Used to Do (2014 - Pinnick Gales Pridgen : PGP 2)
15 - Still Waiting For the Sun (2014 - Trash Talk : No Peace)
16 - Fragments & Ashes (2016 - Giraffe Tongue Orchestra : Broken Lines)
17 - Kicking & Screaming (2020 - Trash Talk : Squalor)
18 - Unholy Passages (2020 - Spiritworld : Pagan Rhythms)

mardi 2 mars 2021

United States of Blues (Cyan)


Du  bleu, du  bleu
Je  veux  du  bleu
Du  bleu  comme  s'il  en  pleuvait
Du  bleu  dans  le  ciel
Ainsi  que  dans  tes  yeux
Dans  tes  cheveux

Du  bleu, du  bleu
Encore  du  bleu
Du  bleu  comme  un  torrent
Des  soleils  bleus
Des  oranges  bleues
Des  javas  bleues

Du  bleu, du  bleu
Toujours  du  bleu
Du  bleu  comme  un
e  promesse
Des  bleus  au  cœur
Et  des  mots  bleus
Pour  les  amoureux

Du  bleu, du  bleu
Du  bleu  à  la  folie
Du  bleu  comme  un  souvenir
Et  quand  je  serai  mort
Qu'on  jette  mes  cendres  grises
Dans  l'infiniment  bleu  de  l'océan

>>>>> DES BLEUS À L'ÂME

01 - Sold My Soul - Oślepił Mnie Deszcz (Pologne)
02 - Downtown Blues Band - Blues Boys (Allemagne)
03 - Benoy Rai - Loves True (Inde)
04 - Charlie Vitamine - Dream (Suisse)
05 - Brendan Leggatt - Losin' my Head (Australie)
06 - Tito Agulla Band - Un Blues de Albert King (Argentine)
07 - State of Empire - Delta Junkie (Canada)
08 - Rusty River - You (Espagne)
09 - Epi K. Paradox - Find my Baby (Angleterre)
10 - Delgres - Ramené Mwen (France)
11 - Georgia Randall - Anticipation Blues (USA)
12 - Peter O Ekberg - Hej Hej Publiken (Suède)
13 - Eoin - Anthony's Got Mono (Irlande)
14 - Jimmy Joe - The Letter (Italie)
15 - Bombino - Tamiditine (Niger)
16 - Green Blues Band - The End (Allemagne)
17 - El Cruce - Mañana Salgo Libre (Chili)
18 - The Cosmic Trip Advisors - Feeling Low (Écosse)

jeudi 25 février 2021

Spered Keltiek


C'est un pays, fallait que je t'en parle
Car je l'ai dans le cœur comme tu crois pas
Quand je suis pas dedans, c'est pas normal

À croire que le monde n'existe pas.
C'est pas fait pour les cons qui râlent
Après la pluie ou je sais pas quoi
Moi je l'aime mieux sous un ciel qui chiale
Balayé par un vent de noroît


[ Soldat Louis ]


>>>>> FINIS TERRÆ

01 - Dan Ar Braz - Delphine in the Sky
02 - Screaming Orphans - Heiland Harry
03 - Perkelt - Waterflies
04 - Leah - Gaudete
05 - Celtas Cortos - Tesoros perdidos
06 - Ghosttown Company - Whiskey in the Jar
07 - Barbara Koenig - You Rambling Boys of Pleasure
08 - Alan Stivell - Back to Breizh !
09 - Alasdair Roberts and James Green - Boy of Blazing Brow
10 - The East Pointers - Cold
11 - Poussières d'Étoiles - Barbara Allen
12 - 6'10 - Hurricane
13 - Stille Volk - Parmi les monts oubliés
14 - Corte di Lunas - Eolo
15 - The Mahones - Celtic Pride
16 - Alana Henderson - Fare Thee Well Lovely Nancy
17 - Kilmaine Saints - Foggy Dew
18 - Drumspyder - Glenlivet Reel

lundi 22 février 2021

Carré d'As : Metal Black


— Back in Black. Retour en noir. Noir métal —

Plus je découvre le black metal, plus je l'apprécie et, paradoxalement, moins je parviens à cerner ce style de musique. D'un côté, il y a tout ce fatras merdeux à la limite de l'écoutable. Un cloaque dans lequel pataugent des musiciens non seulement sans talent, mais aussi sans inspiration, qui représentent la grosse majorité de l'énorme production mondiale. De l'autre, des groupes envoûtants, capables en même temps de t'arracher les tripes et te faire planer au-delà des limbes fiévreux.

Parmi ceux-là, ENSLAVED, des Norvégiens actifs depuis trois décennies, qui proposent un black énergique, mélodique et sophistiqué. Leurs compatriotes de SOLEFALD sont montés sur le ring en 1997 pour délivrer un metal avant-gardiste fortement inspiré de la mythologie nordique. Originaire de Landshut, en Bavière, DARK FORTRESS, sur le circuit depuis 1994, opère dans le black mélodique et trempé d'acide. Traversons maintenant l'Atlantique, à la rencontre des Américains d'AGALLOCH. Groupe de dark metal atmosphérique créé en 1999, qui a enregistré six albums avant de se séparer en 2016.

>>>>> ZWART METAAL

01 - Dark Fortress - Chrysalis
02 - Agalloch - I Am the Wooden Doors
03 - Solefald - Survival of the Outlaw
04 - Enslaved - Raidho
05 - Dark Fortress - Pali Aike
06 - Agalloch - The Astral Dialogue
07 - Solefald - Det Siste Landskap (An Icelandic Odyssey, Part IV)
08 - Enslaved - Riitiir
09 - Dark Fortress - Edge of Night
10 - Agalloch - Our Fortress Is Burning : II - Bloodbirds
11 - Solefald - Silver Dwarf
12 - Enslaved - Djupet
13 - Dark Fortress - Satan Bled
14 - Agalloch - A Desolation Song
15 - Solefald - Bububu Bad Beuys
16 - Enslaved - Storms of Utgard

mercredi 17 février 2021

Carré d'As : Ol' Stars Still Alive


Même pas mort !

Les vieilles bêtes ont la peau dure. Le plus jeune de la bande aura 70 piges en octobre 2021 et, par courtoisie, je tairai l'âge de ses confrères ! Tous les quatre affichent des durées de carrière qu'aucun artiste contemporain n'atteindra jamais, pas même ceux qui passent régulièrement se faire astiquer la rondelle chez Nikos Alachiasse ! Ces quatre gaillards-là ont dépassé le simple statut de vedettes du show business, ils se sont imposés comme de véritables légendes. Et vous verrez qu'un jour l'Unesco les intègrera au patrimoine mondial, au même titre qu'Angkor Vat, la grande muraille de Chine, la grotte de Lascaux ou la pizza napolitaine.

En attendant ce jour, retrouvons-les dans l'exercice qu'ils maîtrisent le mieux : se donner en spectacle.

>>>>> IGGYSSIMO

01 - Rod Stewart - It's a Heartache (Bonnie Tyler Cover)
02 - Sting - Message in a Bottle
03 - Keith Richards - How I Wish
04 - Iggy Pop - Sister Midnight
05 - Rod Stewart - Baby Jane
06 - Sting - Englishman in New York
07 - Keith Richards - Big Enough
08 - Iggy Pop - American Valhalla
09 - Rod Stewart - Maggie May
10 - Sting - Desert Rose (feat. Ibrahim Maalouf)
11 - Keith Richards - Locked Away
12 - Iggy Pop - Gardenia
13 - Rod Stewart - Sailing
14 - Sting - Walking on the Moon
15 - Keith Richards - Rockawhile
16 - Iggy Pop - China Girl

samedi 13 février 2021

Top Stoner 2019

2019 ! 
Vous vous souvenez de l'année 2019 ? Oui 2019, cette époque bénie où l'on pouvait se promener le pif à l'air et s'attabler aux terrasses des bistrots pour descendre un ballon de muscadet avec les copains. On pouvait même se taper un tartare-frites au resto et faire la bise aux frangines en sortant du cinoche… alors, vous vous souvenez de 2019 ?

En 2019, la sémillante équipe de La Planète du Stoner était déjà sur le pont pour nous présenter la crème de la crème du stoner, doom, psyché internationale. Une nouvelle fois, je suis parti chiner sur leur étal pour confectionner cette jolie compile couleur sable. Guitares rugissantes, basses plombées, batteries cataclysmiques et chanteurs hallucinés, rien de nouveau sous le soleil de Satan !

>>>>> KATZENJAMMER

01 - Monkey3 - Axis
02 - Hippie Death Cult - Treehugger
03 - Bretus - Mark of Evil
04 - Year of the Cobra - Dark Swan
05 - The Sonic Dawn - Forever 1969
06 - High Fighter - Interlight / Dead Gift
07 - Karkara - Jedid
08 - Throatsnapper - Why ?
09 - Verdun - L'enfant nouveau
10 - Avalanche - Missing Signal
11 - Black Mastiff - Machines
12 - Marécages - Nauséabong
13 - Savage Master - The Owl
14 - Surya - Sundazed
15 - The Devil and the Almighty Blues - One for Sorrow
16 - Green Lung - Call of the Coven

mardi 9 février 2021

King Cover #48


J'ai connu des femmes lumineuses
Des reines et des putes
Des princesses, des salopes
Des sirènes et des sorcières
Les plus fidèles ne sont pas celles que l'on croit

 
>>>>> LOZÈRE

01 - Absence Betrayal - Black Sabbath (Black Sabbath)
02 - The Muffs - Changes (David Bowie)
03 - Thom Cooper - Scar Tissue (Red Hot Chili Peppers)
04 - Teho Teardo & Blixa Bargeld - Hey Hey, My My (Neil Young)
05 - Poenarian Mist - Lullaby (The Cure)
06 - Troc - Norwegian Wood (The Beatles)
07 - Lisa Bresnan - Sunday Bloody Sunday (U2)
08 - Stina Nordenstam - Purple Rain (Prince)
09 - Madeleine & Salomon - Mercedes Benz (Janis Joplin)
10 - Cæcilie Norby - Papa Was a Rolling Stone (The Temptations)
11 - Mina Agossi (feat. Manolo Badrena) - Money (Pink Floyd)
12 - Cee-Lo - Foxey Lady (Jimi Hendrix)
13 - Gus - Don't Fear the Reaper (Blue Öyster Cult)
14 - Glenn Hughes (feat. Chad Smith & John Frusciante) - Nights in White Satin 
       (The Moody Blues)
15 - Kasey Chambers - True Colours (Cyndi Lauper)
16 - Unwoman - Sympathy for the Devil (The Rolling Stones)
17 - Meshell Ndegeocello - Smooth Operator (Sade)
18 - Akiko Yano - Whole Lotta Love (Led Zeppelin)

vendredi 5 février 2021

Carré d'As : V.U. Energy Live


Ce soir, sous le chapiteau des Jolies Compiles et nulle part ailleurs : concert exceptionnel du Velvet Underground… sous vos applaudissements !

« Ouaih ! Euh ! En fait, je suis très pote avec les Velvet's ! Quand je les ai invités à venir jouer sur mes petits tréteaux, ils n'ont pas hésité une seconde. Ils m'ont même avoué que ça faisait des années qu'ils attendaient une telle proposition de ma part. Ouaih ! Euh ! En fait, ils sont raides dingues des Jolies Compiles. De temps en temps, ils passent me faire un petit coucou entre deux tournées. Alors, on boit des coups, on se fume des chichons et on se remémore les années de débauche dans la Factory de Warhol. Ouaih ! Euh ! La routine, pour des vieux briscards comme nous ! »

Et si j'arrêtais de raconter des bobards ? Bien sûr que vous n'aurez pas le Velvet Underground en live ! Par contre, vous aurez les membres du Velvet en live… du moins, ceux qui ont poursuivi une carrière musicale et joué sur scène. Évidemment, il y a Cale et Reed, dont les discographies font office de monuments historiques, ainsi que Maureen et Nico qui, chacune dans leur style, comptent une belle poignée de chouettes disques.

« Ouaih ! Euh ! En fait, j'ai été piocher à droite et à gauche de quoi faire une jolie compile rien qu'avec des artistes ayant participé à l'aventure du Velvet Underground. Et ça, c'est pas des bobards ! »

>>>>> VELVETISSIMO

01 - Moe Tucker - Hey Mersh (1992 - Oh No, They're Recording This Show)
02 - John Cale - Baby You Know (1979 - Sabotage)
03 - Nico - Sixty Forty (1987 - Nico in Tokyo)
04 - Lou Reed - Dirty Blvd. (2008 - BBC Radio 3) (Bootleg)
05 - Moe Tucker - Stayin' Put (1992 - Oh No, They're Recording This Show)
06 - John Cale - Evidence (1984 - John Cale Comes Alive)
07 - Nico - I'm Waiting for the Man (1990 - Hanging Gardens)
08 - Lou Reed - Heroin (1984 - Live in Concert)
09 - Moe Tucker - Talk so Mean (1992 - Oh No, They're Recording This Show)
10 - John Cale - Heartbreak Hotel (1992 - Fragments of a Rainy Season)
11 - Nico - Heroes (1995 - Live Heroes)
12 - Lou Reed - Lady Day (2008 - Berlin : Live at St. Ann's Warehouse)
13 - Moe Tucker - Too Shy (1992 - Oh No, They're Recording This Show)
14 - Venus in Furs (2007 - Circus Live)
15 - Nico - I Will Be Seven (1994 - Nico's Last Concert : Fata Morgana)
16 - Lou Reed - Harry's Circumcision (1992 - Power and Glory) (Bootleg)

lundi 1 février 2021

This Is… Cathedral


Le 5 mars 2012, Cathedral donne son dernier concert au Claremont Showground de Perth, en Australie. En 2013, le groupe sort son dixième et ultime album, avant de tirer sa révérence, comme il l'avait annoncé deux ans auparavant.

L'histoire de Cathedral commence en 1989, quand Lee Dorrian, ex-chanteur de Napalm Death, croise le chemin de Garry Jennings, guitariste d'Acid Reign et de Mark Griffiths, roadie chez Carcass. Tous trois sont fans de Black Sabbath, Candlemass, Pentagram, Trouble, Witchfinder General — des groupes bien sombres, bien graisseux… des groupes de doom metal. Ils embauchent, Adam Lehan, comme second guitariste et Andy Baker pour tenir la batterie. La première mouture de Cathedral est constituée.

Le premier album des métallos de Coventry sort donc en décembre 1991. Forest of Equilibrium commence par une gentille petite mélodie aux accents folk, exécutée à la guitare acoustique et à la flûte. Ce pur moment d'infime douceur ne dure qu'une poignée de secondes, que déjà surgit le feulement rauque d'une guitare électrique… la suite est un déferlement d'énergie cataclysmique de plus de dix minutes. Voilà ainsi posées les fondations de ce qui constituera, durant deux décennies, l'ADN de Cathedral. Un enchevêtrement de riffs plombés, lourds comme des balloches de mammouths et de passages psychédéliques étourdissants. Par la même, ce disque s'impose comme une référence du genre et installe Dorrian et sa bande comme dignes prétendants au trône de rois du doom.

C'est donc le 6 février 2011 que Cathedral annonce la fin de la récréation, prévue après l'enregistrement du troisième album contractuel avec Nuclear Blast, leur maison de disques depuis une dizaine d'années. Si l'histoire de ce groupe fascinant s'arrête ainsi, celle de ses musicos se poursuit sous d'autres cieux. En mai 2013, Dorrian, Gaz Jennings et Scott Carlson, dernier bassiste des doomers, se retrouvent sur un nouveau projet. Thrash, death, hardcore, bienvenue chez les Septic Tank ! C'est moins lourd, mais ça fait tout autant de ravages !

>>>>> GARGOYLIAN

01 - Ebony Tears (1991 - Forest of Equilibrium)
02 - Midnight Mountain (1993 - The Ethereal Mirror)
03 - Fangalactic Supergoria (1995 - The Carnival Bizarre)
04 - Dragon Ryder 13 (1996 - Supernatural Birth Machine)
05 - Captain Clegg (1998 - Caravan Beyond Redemption)
06 - Sea Serpent (2001 - Endtyme)
07 - Skullflower (2002 - The VIIth Coming)
08 - North Berwick With Trials (2005 - The Garden of Unearthly Delights)
09 - Death of an Anarchist (2010 - The Guessing Game)
10 - Tower of Silence (2013 - The Last Spire)

jeudi 28 janvier 2021

Carré d'As : Black Is Beautiful [ 16 ]


Oncle Sam, je suis un Noir d'Alabama
Tu m'as demandé de prendre le fusil
Pour toi et la liberté
Mais, oncle Sam, et moi dans tout ça ?
Je suis un Noir d'Alabama
Et si je reviens de cette guerre pour la liberté
Pourrais-je en rapporter un peu chez moi en Alabama ?


[ Question, Charles L. Anderson ]

                             
>>>>> LANGSTON HUGUES

01 - Barry White - You're the First, the Last, my Everything
02 - Little Richard - Milky White Way
03 - Boozoo Chavis - Boozoo, That's Who !
04 - Curtis Mayfield - Future Shock
05 - Barry White - Love's Theme
06 - Little Richard - Keep a Knockin'
07 - Boozoo Chavis - Lucille
08 - Curtis Mayfield - People Get Ready
09 - Barry White - Let the Music Play
10 - Little Richard - He's Not Just a Soldier
11 - Boozoo Chavis - Tee Black
12 - Curtis Mayfield - Ms. Martha
13 - Barry White - Never, Never Gonna Give You Up
14 - Little Richard - Tutti Frutti
15 - Boozoo Chavis - 41 Days
16 - Curtis Mayfield - The Got Dang Song

dimanche 24 janvier 2021

Omar Hakim : Hey ! Do you know I'm a drummer ?


Avant de vous donner la liste des artistes qui figurent sur cette jolie compile, avec lesquels Omar Hakim a collaboré, laissez-moi en citer quelques autres qui, faute de place, n'ont pas été sélectionnés : Chic, Lee Ritenour, Weather Report, George Benson, Peter Frampton, Sammy Hagar, Anita Baker, Michel Petrucciani, Marcus Miller, Madona, Kate Bush, Al Di Meola, Bruce Springsteen, Michael Jackson, Carole King, sans oublier Dire Straits, notamment sur le monumental Money for Nothing. OK, vous situez le niveau du bonhomme ?

Né en 1959 à New York et fils de Hasan Hakim, tromboniste qui a côtoyé Duke Ellington et Count Basie, pas étonnant que le petit Akim commence à jouer de la musique très jeune. Ce sera à 5 ans, sur un petit tambour que le petit papa Noël avait glissé dans son petit soulier. À 10 ans, il intègre le groupe de son père et s'initie aux arcanes du jazz auprès de Clyde Lucas, le batteur de Count Basie. En 1980, Carly Simon emmène le jeune musicien pour une tournée. En 1983, il est embauché par Weather Report et en 84, c'est au tour de Sting de faire appel à lui. En 1989, il sort son premier album solo.

Maîtrisant à la perfection les techniques les plus avancées de son instrument, il sait aussi en repousser les frontières, que ce soit sur des batteries traditionnelles ou électroniques, mais aussi au moyen de percussions brésiliennes et caribéennes. Jazz, pop, rock, world music, electro, soul, rhythm 'n' blues, rien ne le freine, ni ne l'effraie. À partir de là, comment voulez-vous que les plus grands artistes de cette planète ne fassent pas appel à lui pour mettre un peu de piment à leurs compositions ?

>>>>> RHYTHM DEEP

01 - Samba (1983 - Urszula Dudziak : Sorrow Is Not Forever... But Love Is)
02 - Don't Look Down (1984 - David Bowie : Tonight)
03 - Shadows in the Rain (1985 - Sting : The Dream of the Blue Turtles)
04 - Splatch (1986 - Miles Davis : Tutu)
05 - Primitive Cool (1987 - Mick Jagger : Primitive Cool)
06 - Soul Talkin' (1988 - Chaka Khan : C.K.)
07 - Sabariah (1989 - Special EFX : Confidential)
08 - Carry Me (1992 - Sophie B. Hawkins : Tongues and Tails)
09 - If These Are the Things (1992 - Tracy Chapman : Matters of the Heart)
10 - Spider Web (1995 - Joan Osborne : Relish)
11 - Now You're Gone (1996 - Lionel Richie : Louder Than Words)
12 - New Bell (1999 - Richard Bona : Scenes From my Life)
13 - Zarartou (2001 - Cheb Mami : Dellali)
14 - A Piece, a Chord (2002 - Bobby McFerrin : Beyond Words)
15 - Ice Cream Man (2003 - David Lee Roth : Diamond Dave)
16 - Burning Bridges (2005 - Neal Schon : I on U)
17 - So Here We Are (2012 - Jerry Douglas : Traveler)
18 - Fragments of Time (feat. Todd Edwards) (2013 - Daft Punk : Random Access Memories)
19 - Walk the Walk (2014 - The Omar Hakim Experience : We Are One)
20 - Olympik (2020 - Ed O'Brien : Earth)

mardi 19 janvier 2021

Carré d'As : Black Metal


J'ai profité du RE-confinement pour me pencher plus avant sur un phénomène métallique qui  dépasse largement mon entendement : le BLACK METAL ! Tous les fans de musique un peu agressive ont pu constater l'expansion hallucinante du black metal durant les dernières décennies. Tous les ans, ce sont des centaines, peut-être des milliers de disques estampillées du cachet noir qui sont mis sur le marché. Et ça déboule de partout : des États-Unis, d'Europe, avec notamment les pays scandinaves, d'Amérique du Sud (Chili, Mexique, Colombie, Uruguay…), de quelques contrées exotiques (Iran, Irak, Indonésie, Israël, Chine…), et même du Kirghizistan que je sais même pas où il est garé ce foutu pays !

Comme à chaque fois que je suis dans la panade, c'est-à-dire souvent, je m'en vais consulter mes amis de Spirit of Metal. C'est dans cette bible diabolique que j'ai appris que le black se déclinait en une multitude de sous-genres qui vont de l'ambient au viking, en passant par le symphonique, le gothique, le brutal, le dark, l'électro… et je vous fais grâce d'une bonne dizaine d'autres. Ainsi, paré de toutes ces informations, je suis parti à la rencontre d'un style de musique qui, disons-le franchement, ne m'a jamais mis les valseuses en ébullition. Et je ne vous cacherai pas que sur toutes les pistes que j'ai explorées, je suis tombé sur des wagons de merde… voire des supertankers de merde. À croire que tous les zicos minables de la galaxie s'imaginent qu'en balançant du gros son à la truelle, ils obtiendront un semblant de musique. Bah, non, bande de glands : n'est pas Metallica ou Motörhead qui veut !

J'exagère ? Oui, un peu quand même ! Parce que j'ai néanmoins réussi à dégoter quelques bandes de blackeux qui possèdent un minimum de culture musicologique. Des mecs qui maîtrisent à la perfection le solfège et la technique de leurs instruments. Certes, le niveau sonore reste élevé, mais tout est parfaitement encadré ! Contrairement à une idée profondément ancrée dans mon subconscient de batracien, le chant "growlé" n'est pas non plus omniprésent dans le black, pas plus que les guitares qui font saigner des dents !

Pour inaugurer cette série de compiles consacrées au black metal, j'ai choisi de m'attarder sur des groupes étiquetés avant-gardistes (ou expérimentaux) : les Suédois de SHINING et LIFELOVER, les Norvégiens d'ARCTURUS, accompagnés des Frenchies de BLUT AUS NORD. L'intitulé du genre est assez explicite : noir c'est noir — nous décollons vers des contrées lointaines, parées de sonorités enivrantes, d'ambiances mystérieuses et variées. Un voyage hors du temps, un voyage hors d'ici-bas !

>>>>> SVART METALL

01 - Shining - Ohm (Sommar Med Siv)
02 - Blut Aus Nord - Paien
03 - Arcturus - The Chaos Path
04 - Lifelover - Androider
05 - Shining - Gyllene Portarnas Bro
06 - Blut Aus Nord - Epitome XV
07 - Arcturus - Collapse Generation
08 - Lifelover - Resignation
09 - Shining - Vilja & Dröm
10 - Blut Aus Nord - Sybelius
11 - Arcturus - Game Over
12 - Lifelover - Valkommen Till Pulvercity
13 - Shining - Through Corridors of Oppression
14 - Blut Aus Nord - Mahagma
15 - Arcturus - White Noise Monster
16 - Lifelover - Becksvart Frustration

jeudi 14 janvier 2021

King Richards

 
Ça fait 10 ans qu'il trône en tête de ce sympathique petit blog. J'ai usurpé son prénom et quasiment vampirisé son nom. J'ai consacré une quinzaine de compiles à son groupe et mentionné sans doute plus de 100 fois son nom dans mes chroniques. Et pourtant, jamais je n'ai consacré une seule compile à ce dandy dégingandé du rock british.

Après tout ce temps, il devenait urgent que je me sorte les doigts du cul et que je forge enfin un disque qui lui soit entièrement dédié. Quand je dis entièrement dédié, je précise néanmoins qu'il est difficile, voire impossible, de faire abstraction des musiciens avec lesquels il a bâti une discographie de légende. Disons que pour une fois, il sera un peu plus mis en lumière, même si le gaillard n'a jamais eu besoin de ça pour briller.

Que dire de plus sur Keith Richards, le roi Richards, que personne ne connait déjà ? Depuis les années 60 et la fondation des Rolling Stones, ses vies, publique et personnelle, ont autant fait la une des magazines spécialisées que celle des tabloïds du monde entier. Pour ma part, j'ignore une seule chose de lui : est-il plutôt slip ou caleçon ?

Mais nous ne sommes pas là pour lancer de nouvelles polémiques. Ici, le roi chante et joue de la musique… c'est ce qu'il fait de mieux et c'est pourquoi nous le vénérons !

>>>>> THE GLIMMER ONE

01 - The Worst
   02 - You Got the Silver
      03 - Too Rude
         04 - Thief in the Night
            05 - Robbed Blind
               06 - All About You
                  07 - Happy
                     08 - Losing my Touch
                        09 - Coming Down Again
                           10 - This Place Is Empty
                              11 - Runnin' Too Deep
                                 12 - Before They Make Me Run
                                    13 - Slipping Away
                                       14 - How I Wish
                                          15 - Little T&A
                                             16 - Wanna Hold You
                                                17 - Hurricane
                                                   18 - Thru and Thru

dimanche 10 janvier 2021

Voicy… Liane Foly [ par Zocalo ]


« Encore un coup de Foly de ce chenapan de Zocaly : une joly compyl de la lyonne de la Guillotière. Mettons les points sur les y : la joly Foly n'est pas une myss qu'on dresse, mais une vraie fury qui mord et qui rugy, qui sort ses gryffes aussy pour notre plus grand plaisyr ! »

Les années 1840 avec leur cortège de dégradations dues à la Révolution française, puis à la révolte des canuts, ont été fatales pour l'église de Fourvière, du nom de l'une des deux collines qui surplombent la ville de Lyon. L’autre est la Croix-Rousse. C'est donc à Fourvière que le clergé de Lyon décide de faire construire une statue monumentale de la Vierge Marie, de cinq mètres de haut. C'est le sculpteur Joseph-Hugues Fabisch qui remporte l'appel d'offre. L'inauguration est prévue pour le 8 septembre 1852, défilé militaire et illuminations de circonstances à la clef. Mais la crue du Rhône de cette année-là inonde l'atelier de Fabish et oblige à reporter l'inauguration au 8 décembre de cette même année. Comble de malchance, durant la journée de ce 8 décembre, de violents orages balaient la ville et forcent les autorités religieuses à repousser une nouvelle fois les festivités d'une semaine. Mais les Lyonnais, las d'attendre, profitent d'une accalmie au soir de ce jour pour descendre en masse dans les rues, non sans avoir disposé à leurs fenêtres des milliers de petits lumignons. Cette tradition perdure encore de nos jours, et les "illuminations" du 8 décembre attirent chaque année des milliers de touristes du monde entier. 
 
C'est dans cette belle ville de Lyon, le 16 décembre 1962, que voit le jour Eliane Falliex, qui prendra le nom de scène de Liane Foly. La suite, vous la connaissez aussi bien que moi, sinon mieux.

>>>>> RÊVE ORANGE

01 - Anywhere, Anyplace, Anytime (Les yeux doux)
02 - J'irai tranquille
03 - Sweet Mystery
04 - J'écoute de la musique saoule
05 - Put the Blame on Mame
06 - J'm'en veux
07 - Slave to the Rhythm
08 - Toute la musique que j'aime
09 - Fever
10 - Au fur et à mesure (acoustique)
11 - Sun
12 - S'en balancer
13 - When You Smile
14 - Aimez-vous
15 - The Man I Love
16 - Va savoir (acoustique)
17 - A Trace of You
18 - Les faux soleils

mardi 5 janvier 2021

Top Stoner 2020


Je sais pas vous, mais moi quand j'ai mal aux dents, je ne vais pas chez le proctologue. Pas plus que quand je désire honorablement me sustenter, je ne m'engouffre dans un fast food américain à l'effigie d'un clown à cheveux rouges ! Après, chacun fait comme il veut !

Il en va de même quand il s'agit du stoner rock : autant frapper à la bonne porte. Et la meilleure d'entre elles s'ouvre sur La Planète du Stoner Rock — un repère de vieux briscards sacrément bien rancardés sur tout ce qui concerne ces musiques aussi énergétiques qu'émotionnelles. Des musiques brûlantes, envoûtantes, épicées, qui te vrillent les tympans et te niquent les synapses ! Des musiques beaucoup moins frustres qu'elles ne laissent paraître. Des musiques qui te transportent vers de lointaines contrées, peuplées de cactus, de crotales, de sorcières pâles et de petits hommes verts !

Ainsi donc, les groupes figurant sur cette jolie compile font partie de la sélection des chroniqueurs de la Planète du Stoner Rock et constituent le nec plus ultra de ce qu'on appelle aussi le desert rock, mais également du doom et du rock psychédélique pour l'année 2020. Si le classement n'est pas tout à fait respecté, je peux néanmoins vous garantir que la qualité est au rendez-vous. Ce blog ultra-spécialisé existant depuis 2016, et désignant chaque année les meilleurs albums, ne soyez pas étonnés de retrouver ce genre de compiles dans un futur plus ou moins proche.

Pour éviter les coups de soleil, je conseille vivement le port d'un sombrero !

>>>>> PHOTOTROPIC

01 - Qilin - Labyrinth
02 - Kayleth - The Avalanche
03 - Rezn - Scarab
04 - Black Rainbows - Universal Phase
05 - Cardinals Folly - Witchfinders
06 - 16 - Agora (Killed by a Mountain Lion)
07 - Pallbearer - The Quicksand of Existing
08 - Fuzz - Nothing People
09 - Turtle Skull - Rabbit
10 - Occult Hand Order - Wound
11 - Ruff Majik - Gregory
12 - Slift - Thousand Helmets of Gold
13 - Buffalo Fuzz - Too Young to Die
14 - 1000mods - Warped
15 - Electric Python - Nothing to Lose
16 - Elder - In Procession

jeudi 31 décembre 2020

12M20

Cool Keith ! Je sais qu'il te reste encore beaucoup de fiel à déverser sur la caste politique française, mais n'oublie pas que la prochaine élection présidentielle n'aura lieu qu'en mai 2022, donc gardes-en un peu pour l'occasion. Et puisque c'est la fin de l'année, parle-nous plutôt de la pluie, du beau temps, des fleurs, des petits oiseaux.

Ok, Jimi Jimmy Cricket ! En plus, j'aime bien les petits oiseaux. Surtout ceux qui volettent de branche en branche, en faisant cui ! cui ! Ça me change des bouches pleines de purin des Mélenchon, Royal, Vauquier, Dupont-Aignan, Le Pen et tous les autres étrons sortis du même fion !

Houpa la, mon garçon, tu t'égares ! Souviens-toi de ce qu'on a prévu : relax, cool, zen, pépère. Pense aux arbres, à la campagne, aux ruisseaux.

Ah ouaih, les ruisseaux ! J'aime bien aussi les ruisseaux ! J'en connais même d'assez profonds pour y noyer toutes ces verrues purulentes d'une incommensurable imbécilité… à commencer par Christine Boutin, sainte-Merde de Moncul-Serré.

Whooo, mollo ! Mon poteau ! Et un barbecue ? Ça te dirait un petit barbeuque, histoire de se détendre en buvant un 'tit rosé bien frais ?

Ah bah ouaih, carrément que ça me dit ! Et pendant qu'on y est, sur les braises, on pourrait cramer la gueule de ces enculés de prêtres pédophiles… et puis les pas pédophiles avec, et tous les bigots obtus qui se gavent de foie gras en priant pour les ch'tits n'enfants du bout du monde qui crèvent de faim, et se resservent une coupe de champagne avant de vomir leur frustration millénaire sur les femmes aux mœurs débridées.

Et merde ! J'avais oublié que tu avais également une dent contre tout ce qui touche à la religion. Du coup, chers spectateurs, les Jolies Compiles vous souhaitent une très heureuse année 2021.

Ouaih ! C'est ça ! Bonne année, bande de nases !
 
😜 🎄 😈  🎇  🐵 🌲  🎸 👯  👾  🎶  🎉  👹 

01 - Recount - Koval Lane
02 - Contracult Collective - WDYT
03 - King Mountain - High
04 - Arhat - Mantra
05 - King Sable - Aim 4 the Chin
06 - Al Weso - Nos Mató
07 - Uriel - Espinas
08 - Tau Cross - Yaldabaoth
09 - Arawn - Ragnarok
10 - Death Receipt - Rage
11 - Crowling - Alan Hal
12 - Pequod - Of Rise and Ruin
13 - Matalobos - Swallowed by the Earth
14 - Dumbieja - Cara de Piedra
15 - Chadillac - Red Oak
16 - Wormhog - Wormhole
17 - Restless Mind - Шёпот Строк
18 - Strugglehead - Silicosis


>>>>> دروند فلز

19 - Rise to the Sky - Darkness Arrives
20 - Incantatem - Diamant
20 - Convict 3D - Tiempo de la Muerte / Enough
21 - Fire Bridge - See the Truth
22 - Crrombid Traxorm - Corruption Stinks
23 - Anti Anti Anti - Alpha & Omega
24 - Hands of Attrition - I'm Gone
25 - Catacomb - From Xoth Arrived
26 - Deathwalking - Red Montains on Planet Numa / Feel the Void
28 - Terror - Sink to the Hell
29 - Tafaqum - Maal Ayam
30 - Graveheart - Living Cadaver
31 - Sound of Memories - The Sand Within / Life Ascending
32 - Einvigi - Noitajoki
33 - Mud Factory - Between the Dead and Me
34 - Inge Brauch - Brojob
35 - Los Cochinos - Hell Saloon
36 - Лесьяр - Библия Прокажённых Рабов

mercredi 23 décembre 2020

Dick & les dames


Franchement, on se ferait pas un autre tour de manège ? Allez, on est tout seul, personne ne nous regarde ! Et si quelqu'un nous voit, qu'est-ce qu'on en a à battre ? Et puis ça fait tellement de bien de se faire plaisir. Surtout que ça ne fait de mal à personne.

En février dernier, nous avions rendu hommage à Dick Rivers qui venait de nous quitter. Mais le personnage est si attachant et sa discographie si riche, qu'il serait dommage de ne pas en profiter encore un tout petit peu, avant que notre mémoire ne disparaisse complètement sous la poussière. Cette fois, mister Dick nous parle des filles, des nanas, des meufs, des gonzesses, des belettes, des gisquettes… bref, des femmes qu'il a sans doute croisées ou pas, aimées, peut-être, au coin d'un drap dans un motel miteux du Cantal, ou dans un palace au bord de la Riviera. Ou peut-être en a-t-il rêvé si fort que les draps s'en souviennent encore !

>>>>> ROCK 'N' LOVE

01 - Moi et Marie
02 - Ruby Baby
03 - Lydia
04 - Yvonne
05 - Sorina
06 - Fortuna
07 - Norma
08 - Elena
09 - Elle s'appelait July
10 - Sacrée Marie
11 - Juliet
12 - O Marie
13 - Sherry
14 - Cinderella
15 - Sarah Jane
16 - Marylène
17 - Colinda
18 - Daisy ! Daisy !

vendredi 18 décembre 2020

Ayatöllah Metal

 
En 2015, deux musiciens du groupe de thrash metal iranien Confess sont condamnés à 14 ans de prison, assortis de 74 coups de fouet, pour avoir joué de la musique profanatrice et blasphé- matoire. Ils échappent de justesse à la peine de mort grâce à une lacune dans la charia qui précise que « si tu insultes le prophète, tu seras exécuté, parce qu’il est mort et ne peut se défendre. Mais si tu blasphèmes contre Dieu en remettant en cause son existence, il peut te pardonner. » Par chance, les deux zicos sont parvenus à rejoindre la Norvège où ils ont obtenu l’asile politique. Deux ans plus tard, c'est au tour du groupe de death Arsames d'être arrêté et condamné à 15 ans de prison en raison de son statut de groupe de metal satanique. Eux aussi ont réussi à se faire la malle, mais préfèrent garder encore secret leur lieu de résidence !

Quand je pense qu'en 1992, le petit Jordie clamait « Dur, dur d'être un bébé ! » D'accord avec toi, mon pote, mais jouer du metal en Iran, comme dans tous les régimes répressifs, c'est pas de la tarte non plus. Paradoxalement, en 2018, Sanam Pasha, chanteuse du groupe 5grs, a reçu l'autorisation gouvernementale de monter un groupe de rock 100 % féminin et d'organiser un concert à Téhéran. Cependant, quelques contraintes persistaient : seules les femmes pouvaient assister au spectacle, les textes devaient être approuvés par les fonctionnaires du ministère de la Culture et de l'Orientation islamique, les artistes devaient respecter le code vestimentaire iranien et ne pas se montrer "trop passionnées", sans oublier bien sûr l'interdiction d'enregistrer des disques.

Si ça vous dit, il me reste une petite place sur mon tapis volant. Destination : le pays des mille et une nuits… et des ayatöllahs fans de Motörhead !

>>>>> فلز سنگین 

01 - Soashyant - جنون جهانی (The World Madness)
02 - Dawn Of Rage - Doom
03 - Sabke Morde - Avar
04 - Ekove Efrits - One Truth, One Confession
05 - Tarantist
- ببار بارون (Rain Pour Down)
06 - Out of Nowhere - The Road
07 - 5grs - 5grs's Chair
08 - Shivered - Red Sky
09 - Angband - Insane
10 - Confess - Teh-Hell-Ran
11 - Arsames - Persepolis
12 - Farzad Golpayegani - I See Beyond my Eyes (feat. Jesse Bisceglia)
13 - Phenomenal - Unwelcome Hero
14 - Creation of Darkness - Arch-Fiend
15 - Internal Chaos - The Arc
16 - Satura - Dearth of Liberty
17 - Ahoora - Drizzle Knight
18 - 1000 Funerals - Sutured Lips