dimanche 30 novembre 2014

Heavy Metal Sunday Selection #7


Cette nuit, j'ai fait un putain de cauchemar : sous la pression de puissants lobbies puritains, l'écoute du Heavy Metal devenait prohibée. Quiconque dérogeait à la loi était arrêté sans ménagement et traduit devant la Haute Cour de Justice des Culs Serrés.

En absolue maîtresse de guerre, Christine Boutin menait la chasse aux contrevenants. Sanglée dans une combinaison de cuir cintrée, elle faisait régner la terreur jusqu'au plus profond des tanières où nous avions l'habitude de nous réunir entre amis, pour claquer quelques flasques de Jack Daniel's, tout en écoutant de bons vieux riffs maousse costauds.

Comme une brêle, je me suis fait choper au sortir du bois. Sans ménagement, je fus ligoté et trainé par les cheveux jusqu'en place public où un tribunal de bourgeois pudibonds me condamna à la peine suprême : écouter la discographie complète de Mariah Carey durant une semaine entière… mon cœur n'y résisterait pas !

Alors que déjà le bourreau me passait le casque sur les oreilles, Angus Young fendit le smog. Du haut d'une muraille de Marshall à lampes, il foudroya la foule ascétique d'un riff de mammouth.

Vindjiou, je me rappelle pas ce que j'ai lampé hier soir, mais ça devait être du trapu ! Je vais me remettre la tête à l'endroit en écoutant cette jolie compile pleine de chansons qui émanent de la production métallique de 2014.

>>>>> CAT SCRATCH FEVER

01 - The Angels - Talk the Talk
02 - Sanctuary - Let the Serpent Follow Me
03 - Orange Goblin - Übermensch
04 - Trepalium - Damballa's Voodoo Doll
05 - Saturn - Rokktori
06 - Hämatom - Blinde Fäuste
07 - Astral Doors - Shadowchaser
08 - Hellion - Rockin' 'til the End
09 - Scar Symmetry - The Spiral Timeshift
10 - Evergrey - Barricades
11 - Accept - 200 Years
12 - Manigance - Sans relâche
13 - Lyriel - Der Weg
14 - Body Count - Black Voodoo Sex

vendredi 28 novembre 2014

Une chanson (Blueberry Hill)


                  J'ai trouvé mon frisson
             Sur Blueberry Hill
             Sur Blueberry Hill
             Lorsque je t'ai rencontrée

             La lune était encore
             Sur Blueberry Hill
             Et s'est attardée jusqu'à ce que
             Mon rêve devienne réalité

             Le vent jouait dans les saules
             Une douce mélodie de l'amour
             Mais tous ces vœux que tu avais faits
             Ne se sont jamais réalisés

             Même si nous sommes séparés
             Tu fais toujours partie de moi
             Tu étais mon frisson
             Sur Blueberry Hill


Cette chanson a été écrite en 1940 par Al Lewis et Larry Stock, et composée par Vincent Rose. Rien que cette année-là, elle a été enregistrée à plusieurs reprises. Le 31 mai, par Tommy Ryan et l'orchestre de Sammy Kaye. Le 3 juin, par Gene Krupa, le 20, par Mary Small et l'orchestre de Nat Brandwynne. Kay Kyser, Russ Morgan, Gene Autry, Connee Boswell, Jimmy Dorsey sans oublier le Glenn Miller Orchestra qui se classe premier au box office.

Il faudra pourtant attendre 1956 et la version de Fats Domino, pour que la chanson prenne sa véritable dimension populaire et internationale. Depuis, elle fait partie du répertoire d'un grand nombre d'artistes de renom, parmi lesquels : Louis Armstrong (1949), Elvis Presley (1957), Little Richard (1958), Bill Haley & His Comets (1960), Cliff Richard (1962), Led Zeppelin (1970 sur l'enregistrement bootleg Live on Blueberry Hill), Dick Rivers (1972), Adriano Celentano (1977), Johnny Hallyday et Chris Isaak (2006, live à La Cigale), Elton John (2007, Goin' Home : A Tribute to Fats Domino)…

>>>>> SWEET MELODY

01 - Glenn Miller (1940)
   02 - The Rivieras
      03 - Bruce Cockburn
         04 - Carol Sloane & Clark Terry
            05 - Houston Person & Ron Carter
               06 - Gene Autry (1940)
                  07 - The Beach Boys
                     08 - Pat Boone
                        09 - Louis Armstrong
                           10 - Little Richard
                              11 - John Fahey
                                 12 - Marianna Wroblewska
                                    13 - The Saxons
                                       14 - Fats Domino (1956)
                                          15 - Mose Allison
                                             16 - The Loved Ones
                                                17 - The Walker Brothers
                                                   18 - Brenda Lee (1959)


video

mercredi 26 novembre 2014

Zeppelin Cover(L)ed


Comment vous dites : Lèdzépline ? Et vous écrivez ça comme Lénine ou Staline… alors, c'est un orchestre russe ???

Quoi, anglais ? Ohhh ! Moi je me méfie des Anglais ! Ils font cuire des bœufs dans du sirop avec de la menthe et ils sont tous un peu, mmhhh… joyeux… gay, comme ils disent là-bas. Des gens bizarres, quoi ! En plus, il pleut tout le temps en Anglaisie… pas comme chez nous.

Et puis vous avez vu le chanteur avec ses cheveux de fille et sa chemise débraillée. S'il attrape une pneumonie, faudra pas qu'il vienne se plaindre. Enfin, moi, ce que j'en dis !!! Et quand je dis chanteur, c'est pour ne pas dire de gros mots. Vous voyez ce que je veux dire ! Celui-là, il doit être très, très joyeux !!! Je ne vous fais pas un dessin ! Et le monsieur qui joue du tambour, vous avez vu sa dégaine ? Ne dirait-on pas un ours qui sort de sa caverne ? Et mal rasé avec ça. M'étonnerait pas qu'il ait des poux, c't'homme-là !!! Même le pianiste a les cheveux longs. D'habitude, les pianistes sont des gens sérieux. Enfin, les pianistes anglais, je ne sais pas !!!

Vous voulez que je vous dise : avec tout le tintamarre qu'ils font avec leur musique de sauvage, ces gens-là ne sont pas prêts de vendre des disques… c'est moi qui vous le dis !!!

>>>>> STAIRWAY TO ROCK AND ROLL

01 - Dread Zeppelin - Celebration Day
02 - Anastacia - Ramble On
03 - Mark Thornton - Kashmir
04 - Jake Holmes - Dazed and Confused
05 - Quidam - No Quarter
06 - CC Coletti - Black Dog
07 - Led - Misty Mountain Hop
08 - Pat Travers - Houses of the Holy
09 - Steve Bingham - Battle of Evermore
10 - Clarence 'Gatemouth' Brown - Rock and Roll
11 - Andru Donalds - D'yer Mak'er
12 - Motohiko Hino - Thank You
13 - Quelques Fiers Mongols - The Ocean
14 - Orchestre National de Jazz - Stairway to Heaven
15 - Nguyen Le - Whole Lotta Love
16 - Boys From County Nashville - Going to California
17 - Eric Gales - Trampled Underfoot
18 - Aleksandr Rastopchin - Immigrant Song

lundi 24 novembre 2014

Miaou !!!


                                   Pussy,  pussy ! Où  est  passé, mon  petit  pussy ?
                                   C'est  la  mère  Michel  qui  a  perdu  son  pussy
                                   Mais  où  est  donc  perché  le  Persan
                                   Je  l'ai  vu  hier  dans  la  gouttière
                                   Arrivée  la  nuit, il  était  tout  gris
                                   Aujourd'hui,  je  l'ai  dans  la  gorge
                                   Il  n'y  a  pas  de  quoi  le  fouetter
                                   Tu  n'es  pas  là,  je  vais  danser
                                   Pussy  ronronne  sous  mes  doigts
                                   Je  le  caresse, il  frémit

>>>>> LA CHATTE À LA VOISINE

01 - Iggy Azalea - Pu$$y
02 - Storm At Sunrise - Pussy Cat
03 - Bert Kaempfert & His Orchestra - Pussy Footin'
04 - American Dog - Sometimes You Eat the Pussy
05 - Black Hawk - Bad Pussy
06 - Grinderman - No Pussy Blues
07 - Malignant Germ Infestation - Political Pussies
08 - Nashville Pussy - Pussy Time
09 - Rob Zombie - Pussy Liquor
10 - Jean-Louis Murat - La chatte
11 - Gavin Friday - Mr. Pussy
12 - Jethro Tull - Pussy Willow
13 - Rammstein - Pussy
14 - Fabio Concato - Pussy
15 - Iggy Pop - Pussy Walk
16 - Lord of Acid - Pussy
17 - Pin-Up Went Down - Pussy Worship
18 - Steel Panther - I Want Pussy

dimanche 23 novembre 2014

Heavy Metal Sunday Selection (Spécial Stoner #1)


Poursuivons notre exploration des albums de Heavy Metal sortis en 2014 et intéressons-nous plus particulièrement à un volet qui me tient à cœur : le Stoner Metal.

Le Stoner a pris son essor au début des années 90 avec les groupes Kyuss et Sleep. Il combine des éléments de Heavy Metal, de Rock psychédélique, de Blues Rock, d'Acid Rock et de Doom. Entre autres références directes, on peut donc citer Black Sabbath, pour les ambiances pesantes et Hawkwing, pour le côté spatial et déjanté ou encore UFO (1e époque) et Blue Cheer.

Le Stoner se caractérise par des rythmiques hypnotiques, simples et répétitives, une basse très lourde et un esprit rock inspiré par le psychédélisme des années 70. Mais n'entrons pas dans des détails techniques ennuyeux. Le mieux pour comprendre cette musique, c'est encore de s'en coller un bonne dose dans les esgourdes.

Fermez les yeux. Vous chevauchez une Electra Glide au milieu du désert des Mojaves. Direction plein Ouest. Il fait 45° à l'ombre…

>>>>> BLUES FOR THE RED SUN

01 - Leather Lung - Green Bitch
02 - Mother Corona - Black Acid Morning
03 - Crobot - The Necromancer
04 - Birch Hill Dam - Living Nightmare
05 - Super Rats - Another Glass of Whatever
06 - ssSHEENSss - Wolf Street Blues
07 - Witchrider - The Cabin
08 - The Old Ladies Bags - Ice Killer
09 - Those Furious Flames - The Reason Why
10 - Horizon - The Last Man
11 - Zekiah - The Burning Necklace
12 - Thieves By The Code - Tales From the Green Muse
13 - T-Rex Quiet - Puma
14 - RoadkillSoda - Dead Calm

vendredi 21 novembre 2014

King Cover #13


Si j'aurais su, j'aurais pas v'nu !!!

Après deux succès retentissants d'alunissage, la mission Apollo 13 est programmée en avril 1970. Mhhh ! Apollo 13… 13… z'ont rien vu venir, les gars ???

Les réjouissances commencent : après avoir été exposé au virus de la rougeole, le pilote du module de commande doit être remplacé par son suppléant. Le 11 avril 1970, pendant le décollage, un des cinq moteurs du deuxième étage de la fusée Saturn 5 s'éteint prématurément. Pour compenser la perte de puissance, la combustion est légèrement prolongée.

Le 14, un réservoir d'oxygène explose à 321.860 km de la Terre. Ne pouvant faire demi-tour, le vaisseau est obligé de poursuivre son voyage jusqu'à la Lune et d'en faire le tour afin d'utiliser son attraction gravitationnelle pour revenir sur Terre. Le module de commande étant devenu inhabitable, l'équipage se réfugie dans le module lunaire, Aquarius. L'occupation de ce module par l'ensemble de l'équipage n'ayant pas été prévue pour une période prolongée, les astronautes et le contrôle au sol doivent trouver des solutions pour récupérer de l'énergie, économiser l'oxygène et éliminer le dioxyde de carbone.

Finalement, Apollo 13 fait son retour le 17 avril 1970 dans l'Océan Pacifique.

Suite au rationnement de l'eau consécutif à cette calamiteuse aventure, Fred Haise, le pilote du module lunaire, développe une infection urinaire et arrive sur Terre avec de la fièvre.

Alors, je vous le dis tout net : s'il cherchent des volontaires pour une mission Trucmuche ou Tartempion portant le numéro 13, moi je m'abstiens. Vous, vous faites ce que vous voulez !!!
     
>>>>> PARASKEVIDÉKATRIAPHOBIE (*)

01 - Vanilla Fudge - All of my Love (Led Zeppelin)
02 - Marian Dacal - All You Need Is Love (The Beatles)
03 - The Pumps - Fever (Little Willie John)
04 - Corduroy - Motörhead (Motörhead)
05 - The Hollies - Blowin' in the Wind (Bob Dylan)
06 - Eve St. Jones - Another One Bites the Dust (Queen)
07 - Jazzistics - Every Little Thing She Does Is Magic (The Police)
08 - Billy Idol - Heroin (Lou Reed)
09 - Juliana Aquino - I Will Survive (Gloria Gaynor)
10 - Shaggy - In the Summertime (Mungo Jerry)
11 - Jaime Lancaster & Karen Souza - Billie Jean (Michael Jackson)
12 - Cassandra Beck - Material Girl (Madona)
13 - Gilby Clarke - Mercedes Benz (Janis Joplin)
14 - Tripssono - Rebel Rebel (David Bowie)
15 - Chris Thompson - Redemption Song (Bob Marley)
16 - Stella Starlight Trio - Tainted Love (Gloria Jones)
17 - Pink Turtle - You Really Got Me (The Kinks)
18 - The Lost Fingers - You Shook Me All Night Long (AC/DC)


(*) Phobie du vendredi 13

mercredi 19 novembre 2014

Cette année-là… 1972


Cette année-là, c'est encore des États-Unis que nous provient un groupe majeur. Au mois de mai, une inquiétante pochette en noir et blanc fait son apparition dans les bacs, avec pour seule mention, les mots "Blue Öster Cult" surmontant un étrange symbole cruciforme. Aussitôt la presse bien-pensante s'échine à trouver des accointances entre le groupe et certaines idéologies extrêmes, en particulier le nazisme, mais aussi avec des courants philosophiques polémiques. Peine perdue, la Secte de l'Huitre Bleue gagne toutes les batailles à force de shows hypnotiques.

Et toujours en 1972, qui retrouve-t-on au micro de Elf, un autre groupe américain ? Un certain Ronnie James Dio qui, quelques années plus tard, fera les beaux jours de Rainbow et de Black Sabbath… mais ça, c'est une autre histoire !

>>>>> JOE BOUCHARD

01 - Zarathustra - Mr. Joker
02 - Tiger B. Smith - Everything I Need
03 - Highway Robbery - Lazy Woman
04 - Blue Öyster Cult - Before the Kiss, a Redcap
05 - Dark - The Cat
06 - Gift - Game of Skill
07 - Piel de Pueblo - Sexo Galactico
08 - Dschinn - I Wanna Know
09 - Master's Apprentices - Melodies of St. Kilda
10 - Jerusalem - Primitive Man
11 - Bloodrock - Abracadaver
12 - Elf - Gambler, Gambler
13 - After Shave - Greengage Man
14 - Captain Beyond - Frozen Over

lundi 17 novembre 2014

Voici… Trust


Tous ceux qui n'ont pas vécu ça en direct ne peuvent pas se rendre compte de l'impact politique et culturel de Trust au début des années 80.

En fait, tout commence en 1979 avec LE premier album de Heavy Metal français. Un album rageur, puissant, revendicatif… un album qui déchire tout sur son passage. Trust est sur les radios, Trust passe même chez Guy Lux, Trust réveille une France plongée dans une narcose giscadienne. Trust est polémique, Trust inquiète, Trust fait mal, mais Trust rassemble et interroge aussi. Entendez-vous, dans nos campagnes, mugir ces féroces soldats : « Police Milice ! ».

1980, LA bombe "Répression" fait encore plus de dégâts. Bernie Bonvoisin accuse. Cet album offre à Trust une vitrine européenne et fait désormais jeu égal avec les jeunes loups de la New Wave of Bristish Heavy Metal comme Iron Maiden et Saxon. Cette année-là, la France est "antisocial"… un plus plus tard, François Mitterrand s'impose. Peut-on y déceler un rapport de cause à effet ?…

La suite de l'histoire est moins acide. Trust continue de tracer sa route avec force et conviction. Le discours est toujours aussi critique, mais la musique se fait plus ronde, plus bluesy et adopte des sonorités plus modernes.

En outre, Trust aura été un extraordinaire déclencheur de passion. Dans son sillage, de nombreux musiciens français se jetteront dans le bain brulant du Heavy Metal. Cependant, à ce jour, je ne connais aucun autre groupe français ayant connu un tel succès, ni réveillé autant de passion.

Je vous laisse maintenant décider si Trust c'était les Brutes, les Templiers… ou l'Élite !

>>>>> ANTISOCIAL

01 - Paris by Night (1978 - Prends pas ton flingue) (EP)
02 - H & D (1979 - Trust)
03 - Passe (1980 - Répression)
04 - Paris Is Still Burning (Saumur) [1981 - Repression (version anglaise)]
05 - Ton dernier acte (1981 - Marche ou crève)
06 - Loneliness (Certitude, solitude) [1981 - Savage (Marche ou crève, version anglaise)]
07 - Le Pacte (1983 - IV)
08 - Have a Care for a Shadow (Les armes aux yeux) [1984 - Man's trap (IV, version anglaise)]
09 - Serre les poings (1984 - Rock'n'roll)
10 - Allez Monnaie Blues [1989 - En attendant… (brouillard en novembre, Noël en décembre)]
11 - Live Wire (AC/DC Cover) (1992 - Répression dans l'Hexagone) (Live)
12 - Show Business (1993 - The backsides) (EP)
13 - Tous ces visages (1996 - Europe et haines)
14 - Fin de siècle (2000 - Ni dieu ni maître)
15 - Vae Victis (2008 - 13 à table)
16 - Palace (2009 - À l'Olympia) (Live)

video

dimanche 16 novembre 2014

Heavy Metal Sunday Selection #6


— Dis, pépé, tu nous racontes comment c'est le Heavy Metal !
— Le Heavy Metal ? Aaah, mes petits ! Vous ne pouvez pas imaginer comme c'est bon !
— Oui mais, bon comment, pépé ?
— Bon comme quand tu es avec une fille qui a les yeux qui brillent.
— Mmmh ! C'est pas très clair !
— Alors, bon comme quand tu bois un petit verre de rosé frais, en plein été, à l'ombre d'un figuier
     en fleur !
— Ça ne nous parle pas !
— Bon comme le vent qui vient de l'océan, comme la rosée du matin, comme le parfum de l'herbe
     coupée, comme un chat qui ronronne, comme un arc-en-ciel, comme du sable entre les doigts
     de pied, comme une pizza aux fruits de mer…
— Pfff ! C'est bien des propos de vieux romantique poussiéreux !
— Et bien, mes petits, écoutez cette compile de titres sortis cette année. Vous comprendrez
     comment c'est bon, le Heavy Metal !

>>>>> DON'T BREAK THE OATH

01 - Massive - Bring Down the City
02 - Highway Dream - Unbelievable
03 - Zodiac - Out of the City
04 - Black Label Society - Believe
05 - Demon Eye - Shades of Black
06 - Deathstars - Ghost Reviver
07 - Wolf - My Demon
08 - Lofofora - Contre les murs
09 - Unherz - Wir Sind Hier
10 - Crematory - Irony of Fate
11 - HammerFall - Tainted Metal
12 - Shakin' Street - Walk of Fame
13 - Edguy - Rock Me Amadeus
14 - Slash - Avalon

vendredi 14 novembre 2014

La Caverne de Vévèche (France)


Et vous, vous savez comment on dit « cocorico ! » en russe ?

Peut-être que nous pourrions le demander à Vévèche, parce qu'en terme de musique française, il s'y connait, le tsar. Il suffit de consulter la liste des artistes qui figurent sur cette compile pour le constater. Et encore, je n'ai sélectionné pratiquement que des chansons interprétées dans la langue de Stone et Charden… Kobaïa et la Bretagne qui possèdent leur propre idiome n'en demeurent pas moins des provinces rattachées !

Faisons un rapide retour en arrière, du début des années 60 jusqu'à l'aube des eighties, pour constater la richesse de la scène française. Un répertoire abondant, varié, original, audacieux. Ce serait vraiment dommage de se priver de si belles choses.

Bien entendu, vous pouvez déguster cette jolie compile devant une assiette de charcuterie et une bouteille de Côtes-du-Rhône, mais en l'honneur de l'ami Vévèche, je pense que les blinis et la vodka seraient plus appropriés.

Et vous, vous savez comment on dit « vodka » en français ?

>>>>> FRANCE PASSION

01 - Jean-Michel Jarre - Oxygène (Part IV)
02 - Marie Laforêt - La voix du silence (The Sound of Silence)
03 - Ange - Ballade pour une orgie
04 - Barbara - La Gare de Lyon
05 - Magma - Dondai (To an Eternal Love)
06 - Jane Birkin - Si ça peut te consoler
07 - Orion - Le chevalier
08 - Cœur Magique - Mademoiselle Marie
09 - José Salcy - Dans cette boîte
10 - Laurence Vanay - Juste te revoir
11 - Julien Clerc - La fille de la véranda
12 - Mona Lisa - Photo de mariage
13 - Les Goths - Rêve de silence
14 - Alan Stivell - Gwriziad Diffenet
15 - Pentacle - Naufrage
16 - Alpha Centauri - Cage en béton
17 - Les Dauphins - Tout, tout, tout
18 - Brigitte Bardot - L'appareil à sous

mercredi 12 novembre 2014

Une chanson (Fever)


Tu ne peux pas imaginer comme je t'aime
Tu ne peux pas imaginer comme tu me hantes
Quand tu mets tes bras autour de moi
J'ai une sensation de vertige

    [ Refrain ] Tu me donnes la fièvre quand tu m'embrasses
                Fièvre ! Quand tu m'enlaces
                Fièvre ! Le matin
                Fièvre ! Toute la nuit

Écoute-moi, chérie
Écoute chacun de mes mots
Personne ne peut t'aimer comme je le fais
Parce que personne ne sait comment je le fais

               [ Refrain ]

Bénis mon âme, je t'aime
Emmène mon cœur très loin
Laisse-moi t'enlacer
Et crois tout ce que mes lèvres te disent

               [ Refrain ]

Le soleil illumine le jour
La lune éclaire la nuit
Mes yeux s'illuminent quand tu m'appelles
Parce que je sais que tu vas bien t'occuper de toi

               [ Refrain ]


Écrite en 1956 par Eddie Cooley et Otis Blackwell, la chanson est enregistrée la même année par un jeune homme de 19 ans : Little Willie John. C'est aussitôt un triomphe, elle truste les places d'honneur dans les charts américains et s'écoule à plus d'un million d'exemplaires.

Il faudra cependant attendre 1958 pour que la version enregistrée par Peggy Lee, avec des paroles modifiées par elle-même, devienne un véritable succès mondial.

Depuis, des centaines d'interprètes de renom se sont emparé de cette mélodie sensuelle : Elvis Presley, James Brown, les Doors (en concert), Joe Cocker, Ella Fitzgerald, Sarah Vaughan… Côté francophone, Boris Vian se jette sur sa plume pour écrire une adaptation appelée "39 de fièvre" qui est enregistrée par le célébrissime Gabriel Dalar en 1958. En 1959, Caterina Valente reprend le flambeau et en 1981, c'est Marie-France qui s'y colle. Il ne faudrait surtout pas oublier la superbe version que Claude Nougaro propose en 1965, sous le titre de "Docteur".

Attention, chaud devant, vous entrez dans les marmites de l'enfer !!!

>>>>> ALL THROUGH THE NIGHT

01 - Little Willie John (1956)
   02 - Musica Nuda
      03 - Kim Brewer Band
         04 - Reggaesta
            05 - Hillow Hammet
               06 - Howard Johnson & Gravity
                  07 - Walter 'Wolfman' Washington
                     08 - Oleg Skripka
                        09 - Amanda Lear
                           10 - Mountain
                              11 -  Janine Gilbert-Carter
                                 12 - The Cramps
                                    13 - Ines Reiger
                                       14 - Eva Cassidy
                                          15 - Jukin' Bone
                                             16 - Carolyn Daly
                                                17 - Fever Tree
                                                   18 - Isaac Hayes

video

lundi 10 novembre 2014

Drôle 2 zèbre


On sait désormais pourquoi les zèbres sont rayés !

C'est l'hebdomadaire Le Point qui révèle qu'une équipe de chercheurs hongrois et suédois vient de lever un coin du voile. Certes, je mesure l'importance que revêt cette information capitale pour l'avenir de l'humanité, mais je me demande encore comment une idée aussi saugrenue a bien pu germer dans le cerveau de gars qui doivent avoir au moins bac plus 15.

Imaginons : un savant qui se lève le matin avec cette idée en tête. Il téléphone à ses potes savants en leur disant : « Yoh ! Les copains, je me lance dans des recherches pour savoir pourquoi les zèbres sont rayés ».

— Cool, Raymond, mais c'est quand même dommage parce que tu étais bien avancé dans tes
     travaux pour trouver un vaccin contre le sida !
— Bof ! Moi, le sida ça m'a toujours fait chier. Maintenant, je vais pouvoir m'éclater grave au cul 
     des zèbres !

À moins que le sujet des recherches ne soit tiré au sort entre tous les chercheurs :

— Pouf ! Pouf ! Ça - sera - toi - qui - cherchera - pourquoi - les - zèbres - ont - des - rayures !
— Merde ! Fait chier, les gars, j'étais pas loin de découvrir une nouvelle énergie pour remplacer 
     le nucléaire.
— Désolé, Jean-Pierre, c'est toi qui t'y colle, c'est toi qui t'y colle !

Ou alors, ça arrive à la fin d'une soirée bien arrosée :

— Beuhrrr ! 'coutez-moi, les co… les co-copains, j'va… je va chéché… cherché pourquoâââ 
     qu'les zèb… les zèbreuh y z'ont des traits noirs et pis… et pis des traits… pas noirs aussi ! 
     Wouaih ! J'vais fair… faire ça… rien à fouttt !!!
— Tu déconne, Gérard, t'étais sur le point de prouver l'existence d'autres êtres vivants dans la 
     galaxie.
— Beuâââhrrr ! J'me troche… j'me torche le cul 'vec les Mar… les Martiens… tiens !!!

Et si vous voulez vraiment savoir pourquoi les zèbres sont rayés, achetez Le Point !!!

>>>>> ZEBRA ONE GALLERY

01 - The Magnetic Fields - Zebra
02 - R. Stevie Moore - Zebra Standards
03 - This Town Needs Guns - Zebra
04 - Scope - The Zebra (Part 2)
05 - Vivian Stanshall - How the Zebra Got His Spots
06 - Karen Mantler - Aardvark to Zebra
07 - Bjørn Berge - Zebra
08 - Good Co - Zebra Donkey
09 - Tori Amos - Mr. Zebra
10 - Ivan Cattaneo - Una Zebra a Pois (Tintarella D)
11 - The John Butler Trio - Zebra
12 - Hill Country Revue - Zebra Ranch
13 - Cesaria Evora - Zebra
14 - Danny Heines - Boy on a Zebra
15 - Zammuto - Zebra Butt
16 - Beach House - Zebra
17 - Jacuzzi Boys - Libras and Zebras
18 - The Unfolding - I've Got a Zebra - She Can Fly

dimanche 9 novembre 2014

Heavy Metal Sunday Selection #5


Je vais vous dire franchement, c'est pas facile d'être un metalleux de nos jours !

Avant, c'était hyper fastoche : on était tous des hardos. T'écoutais les Stooges, t'étais hardos, t'écoutais Thin Lizzy, t'étais hardos, t'écoutais Led Zep, t'étais hardos, idem pour Deep Purple, Status Quo, MC5 ou Steppenwolf. Cool ! Zéro prise tête, mon pote !

Puis est arrivée la mode des 'tiquettes : Thrash, Death, Black, Indus, Gothic, Dark, Folk, Power, Prog, Speed… Surtout qu'en plus, il y a des groupes qui s'amusent à brouiller les cartes en faisant du Thrash/Death teinté de Black ou du Folk/Indus, quand ce n'est pas du Power Symphonic… où j'ai planqué mon aspirine ?

Ouaih, je vous le dis : aujourd'hui, pour être metalleux, faut avoir des nerfs en béton inoxydable !

Moi, je m'en fous, je continue de butiner à droite et à gauche, au gré de mes humeurs. Un peu de Nightwish avant de passer à Slayer, une goulée d'Alice Cooper juste avant un bol d'Arch Enemy. Toujours commencer la journée avec KISS et la finir avec Metallica ou Overkill ou Motörhead ou Testament ou Rammstein ou Nashville Pussy ou…

Vous prendrez bien une petite rasade de Metal grand cru classé 2014 ?

>>>>> BILLION DOLLAR BABIES

01 - ADX - Paracelse
02 - F.T.W. Boogie Machine - Liberty Boys
03 - Grand Magus - Steel Versus Steel
04 - Anti-Mortem - 100% Pure American Rage
05 - Ace Frehley - Toys
06 - Tankard - No One Hit Wonder
07 - Ted Nugent - I Still Believe
08 - Red Mourning - White Line
09 - Alkatine - Red Silk Jacket
10 - Godsmack - Turning to Stone
11 - In Flames - Monsters in the Ballroom
12 - Skindred - Proceed With Caution
13 - Fu Manchu - Radio Source Sagittarius
14 - Crucified Barbara - The Ghost Inside

vendredi 7 novembre 2014

Coverbowie


Que voulez-vous que je vous dise sur David Bowie ?
Que voulez-vous savoir que vous ne sachiez déjà ?

Le dandy londonien a fêté ses 67 ans en janvier 2014. Il peut s'enorgueillir d'une discographie riche d'une bonne vingtaine d'albums, sans compter ceux qu'il a produit pour d'autres. Il a également joué dans une multitude de films. Il a écrit plus de tubes qu'il n'en faudrait pour refaire toute la plomberie du Centre Beaubourg. Il n'est donc pas déraisonnable d'affirmer que David Bowie est l'un des plus grands artistes que la Terre ait jamais porté.

Plutôt que de raconter des fadaises, je préfère laisser le micro à des artistes qui ont choisi de s'approprier les chansons du maestro. Messieurs-dames, montez sur la scène des Jolies Compiles, faites face au public des abonnés. Sachez-vous montrer à la hauteur car vous avez à faire à des connaisseurs qui n'hésiteront pas à vous dézinguer à la moindre fausse note.

>>>>> SPIDERS OF MARS

01 - Carla Bruni - Absolute Beginners
02 - Ariana Delawari - Ziggy Stardust
03 - William Shatner - Space Oddity (ft. Ritchie Blackmore & Candice Night)
04 - Arno - All the Young Dudes
05 - VoicesVoices - Heroes
06 - Keren Ann - Life on Mars ?
07 - Papercranes - Blue Jeans
08 - Revue Noir - Rock 'n' Roll Suicide
09 - Voltaire - China Girl
10 - Golden Delicious - Suffragette City
11 - Nena - Starman
12 - Lewis & Clarke - Changes
13 - Nouvelle Vague - This Is Not America
14 - Die Lady Di - Fashion
15 - Mick Karn - Ashes to Ashes
16 - Paul Young - The Jean Genie
17 - Duran Duran - Diamond Dogs
18 - Lulu - The Man Who Sold the World
19 - Tripssono - Rebel Rebel (Feat. Lean)

mercredi 5 novembre 2014

Made in Japan


On s'est tous posé au moins une fois cette question idiote : « Si je ne pouvais emporter qu'un seul disque sur une île déserte, lequel choisirais-je ? ».

Sur l'échelle de Richter de la connerie, on atteint là des sommets insoupçonnés, parce qu'il est tout simplement impossible de répondre à une telle question. Par exemple : moi, je prendrais forcément un disque des Rolling Stones… ou un petit Led Zep… à moins que ce ne soit un Motörhead ou un Rammstein ou un Brel ou un KISS ou un Alice Cooper ou un Judas Priest et je planque le best of  Bob Marley dans mon calbute… bref, je suis dans la cagade !!!

Ça pourrait être aussi le légendaire "Made in Japan" de Deep Purple. Merveille parmi les merveilles. Un disque d'une force et d'une élégance rare. Un disque qui fait encore aujourd'hui office de maître-étalon. 

Par ailleurs, cette question est d'autant plus stupide que, sur une île déserte, je ne suis pas sûr qu'on trouve une prise électrique pour brancher la chaine Hi-Fi !!!!!

En hommage à cette galette merveilleuse et au groupe qui l'a engendrée, j'ai moi aussi modestement confectionné une jolie compile dont les chansons se rapportent au Pays du Soleil Levant. Et quand on s'attaque à une telle entreprise, mieux vaut s'entourer des meilleurs spécialistes, j'ai donc fait appel à notre amie Mylène, la Québecoise Rouge, qui m'a permis d'utiliser deux de ces toiles pour illustrer la pochette. Alors, si la pochette et la musique vous plaisent, je crois que nous aurons réussi notre mission.

>>>>> OSAKA, AOÛT 1972

01 - Carolyn Malachi - Kamikaze
02 - CMU - Japan
03 - Moondog - Fujiyama 2
04 - Deep Purple - Woman From Tokyo
05 - Peep Show Junkies - Geisha Bar Blues
06 - Abbey Lincoln - Kohjoh No Tsuki
07 - Nicki Parrott - Sakura Sakura
08 - Wishful Thinking - Hiroshima
09 - Sam "The Man" Taylor - Osaka Shigure
10 - Serj Tankian - Harakiri
11 - Shurik'n - Samuraï
12 - Blue Öyster Cult - Godzilla
13 - Bon Bon & His Buddies - Nagasaki
14 - Jen Cloher - Kamikaze Origami
15 - Takako Afuso - Yokohama Honky Tonk Blues (ft. Suzuki Hisatsugu)
16 - David Ralston - Okinawa Is my Home
17 - CharlÉlie Couture - Karaté (Do) Rock
18 - Marillion - Pseudo Silk Kimono

lundi 3 novembre 2014

Cette année-là… 1971


Cette année-là, Alice Cooper sort son premier album : "Love It to Death".

En vérité, ce n'est pas tout à fait exact : précédemment, il en avait déjà sorti deux autres (Pretty for You, Easy Action) qui, malgré une folie psychédélique indéniable, font office de brouillons à la fabuleuse discographie de Vincent Furnier. Pour "Love It to Death", c'est Bob Ezrin qui oriente le groupe vers des sonorités plus tranchantes et crée un univers fantastique autour du personnage d'Alice Cooper… une marque de fabrique qui n'a pas changé depuis.

La même année, le groupe écossais Nazareth sort aussi son premier album. Comme Alice Cooper, 40 ans plus tard, il est toujours sur scène.

Pour goûter encore mieux à l'atmosphère de cette époque bénie, je vous invite encore une fois à visiter les coffres-forts de Vévèche et de Back in Purple.

>>>>> DENNIS DUNAWAY

01 - Orang-Utan - I Can See Inside Your Head
02 - Nazareth - Witchdoctor Woman
03 - Odyssey - Angel Dust
04 - Light Of Darkness - Movin' Along
05 - Shotgun Ltd. - Against the Wall
06 - Pluto - And my Old Rocking Horse
07 - Morning After - Gonna Make It
08 - Aphrodite's Child - The Four Horsemen
09 - Humble Pie - Stone Cold Fever
10 - Alice Cooper - Is It my Body
11 - Sudden Death - Leather Woman
12 - Fuzzy Duck - In Our Time
13 - Fanny Adams - They're All Losers, Honey
14 - Asterix - Change in You