lundi 22 septembre 2014

Une chanson (Hey Joe)


Hey  Joe, où  vas-tu  avec  ce  flingue  à  la  main ?
Hey  Joe, j'ai  dit : où  vas-tu  avec  ce  flingue  à  la  main ?

Je  vais  aller  buter  ma  vieille  femme
Tu  sais, je  l'ai  vue  fricoter  avec  un  autre  homme
Ouais, je  vais  aller  buter  ma  vieille  femme
Tu  sais, je  l'ai  vue  fricoter  avec  un  autre  homme
Et  ça  c'est  vraiment  pas  cool

Hey  Joe, j'ai  entendu  dire  que  tu  avais  buté  ta  femme
Tu  l'as  flinguée ?
Hey  Joe, j'ai  entendu  dire  que  tu  avais  buté  ta  femme
Tu  l'as  descendue. Ouais !

Oui, je  l'ai  fait. Je  l'ai  flinguée
Tu  sais, je  l'ai  vue  fricoter  en  ville
Oui, je  l'ai  fait. Je  l'ai  flinguée
Tu  sais, j'ai  vue  ma  vieille  femme  en  train  de  fricoter  en  ville
Et  j'ai  pointé  le  flingue  et  j'ai  tiré

Eh  bien, tire-lui  dessus  encore  une  fois, chéri
Creuse ! D'accord ?

Hey  Joe, où  vas-tu  t'enfuir  maintenant, où  vas-tu  aller ?
Hey  Joe, j'ai  dit : où  vas-tu  t'enfuir  maintenant, où  vas-tu  aller ?

Je  m'en  vais  vers  le  Sud
Dans  le  sud  jusqu'à  Mexico ! D'accord !
Là  où  je  pourrai  être  libre
Où  personne  ne  pourra  me  trouver
Où  il  n'y  a  pas  de  bourreau
On  ne  me  passera  pas  la  corde  au  cou

Tu  ferais  mieux  d'y  croire  dès  maintenant !
Je  dois  y  aller  maintenant
Hey  Joe, tu  ferais  mieux  d'y  aller
Au  revoir  tout  le  monde.


Les origines de cette chanson ne sont pas franchement claires. On en attribue généralement la paternité à Billy Roberts. Dino Valenti (a.k.a. Chet Powers, Jesse Oris Farrow…) déclare pourtant être le véritable auteur et en a même perçu des royalties pendant quelque temps. Selon la chanteuse Pat Craig, Roberts aurait cédé ses droits à son ami Valenti, afin de lui assurer un revenu à sa libération de prison. Len Partridge, chanteur de folk écossais, affirme qu'il a aidé Roberts à écrire la chanson durant leur tournée des clubs à Edimbourg en 1956. De son côté, Niela Miller, qui était la petite amie de Roberts en 1956, soutient qu'il lui a carrément volé la mélodie de la chanson Baby Please Don’t Go to Town qu'elle avait écrite en 1955.

En tout cas, ce qui est sûr, c'est que Jimi Hendrix accola le nom de Billy Roberts à côté du titre de la chanson, sur la pochette d'Are You Experienced ? paru en 1967. Bien que se soit Hendrix qui la popularisa de façon planétaire et définitive, elle avait déjà été enregistrée auparavant par plusieurs groupes (The Leaves, The Standells, The Surfaris, Love, The Music Machine, The Byrds…).

Depuis, ce sont plus de 1700 versions qui ont été captées aussi bien en studio que sur scène. Parmi les artistes s'étant approprié cette mélodie, on compte entre autres Alain Bashung, Patti Smith, Procol Harum, Rainbow , Ten Years After, Yannick Noah accompagné de Paul Personne, ZZ Top, Carlos Santana, Popa Chubby, Louis Bertignac, Lenny Kravitz, Johnny Winter, Les Charlots (sous forme d'un pastiche : Hey Max)… sans oublier l'inévitable Johnny Hallyday qui en a fait une des pièces maîtresses de son répertoire.

>>>>> DOWN TO MEXICO

01 - Jimi Hendrix (Berkeley 1970)
   02 - The Byrds - Hey Joe (1966)
      03 - Wilson Pickett (1969)
         04 - Ant Trip Ceremony (1968)
            05 - The Leaves (1965)
               06 - Deep Purple (1968)
                  07 - Cher (1968)
                     08 - Willy DeVille (1992)
                        09 - Roy Buchanan (1974)
                           10 - The Golden Cups (1968)
                              11 - Johnny Hallyday (Bercy 1992)
                                 12 - Lee Moses (1971)
                                    13 - Dope
                                       14 - Frantic (1971)
                                          15 - The Bosshoss
                                             16 - The Electric Flag
                                                17 - Omar & The Howlers
                                                   18 - Robert Plant (2002)


video

samedi 20 septembre 2014

This Is… Ten Years After


« JiPé, c'est le mec qui a publié mes premières compiles. C'est aussi lui qui m'a incité à créé ce blog. Et aujourd'hui, cet intarissable érudit me fait l'honneur de rédiger une chronique pour présenter un groupe qui lui tient particulièrement à cœur. Pour tout ça : " Simplement, merci ! " »

Lorsque l’ami Keith Michards m’a demandé d’écrire cette petite présentation pour cette compilation « This is… Ten Years After », j’ai bien entendu aussitôt accepté. Tous ceux (ils sont pas tous morts ?) qui fréquentaient l’un ou l’autre de mes blogs savent que je suis un indécrottable inconditionnel de Ten Years After !

Hélas, j’ai bien peur que les nouvelles générations ne connaissent pas ou peu ce groupe. Et ce n’est pas le décès d’Alvin Lee, leur ancien leader, l’année dernière, qui va arranger les choses.

Bref… Merci donc à Keith Michards (comment je lui cire les pompes à celui-là…) pour cette compilation qui va permettre à certains (et rappeler à d’autres) combien Ten Years After avait sa place au sein de la grande famille du Blues/Rock anglais. Les Américains (pour une fois qu’ils ne se plantent pas) l’avaient compris et ont fait du groupe l’un des rares à effectuer des tournées rentables aux USA, au même titre que les Rolling Stones ou Led Zeppelin. Pour vous donner une petite idée, Ten Years After a réalisé entre 1968 et 1975 plus de 20 tournées dans ce pays ! Impressionnant…

Cette compilation est donc à savourer sans modération. Pourquoi ? Principalement pour quatre raisons :

1 - Vous allez pouvoir vous rendre compte pourquoi, à l’époque, Alvin Lee était surnommé « Le
      guitariste le plus rapide de l’Ouest » ou encore « Le guitariste qui joue plus vite que son
      ombre » !

2 - J’ai toujours considéré Alvin Lee comme l’un des meilleurs songwriters du Rock des 70’s. Il est
      d’ailleurs l’auteur/compositeur de 90 % du répertoire du groupe.

3 - Keith Michards, qui a sélectionné lui-même les titres de cette compilation, a choisi d’y intégrer
     la version « Mark II », c'est-à-dire avec Joe Gooch en lieu et place d’Alvin Lee. Et même si
     Joe n’est pas Alvin, il permet au groupe de retrouver une nouvelle jeunesse, et surtout une
     nouvelle fraîcheur.

4 - Enfin, et toujours en ce qui concerne cette sélection, Keith a choisi de faire l’impasse sur
     certains grands classiques du groupe en leur préférant des titres plus intimistes mais non
     moins intéressants. Je pense notamment à des chansons comme "I Say Yeah" ou encore
    "Woman Trouble".

C’est donc l’occasion unique, pour vous, de découvrir ou redécouvrir l’un des groupes-phares de la fin des 60’s et du début des 70’s…

>>>>> CHOO CHOO MAMA

01 - Losing the Dogs (1967 - Ten Years After)
02 - I'm Going Home (1968 - Undead) (Live)
03 - Woman Trouble (1969 - Stonedhenge)
04 - Stoned Woman (1969 - Ssssh)
05 - Circles (1970 - Cricklewood Green)
06 - I Say Yeah (1970 - Watt)
07 - Baby Won't You Let Me Rock 'n' Roll You (1971 - A Space in Time)
08 - Portable People (1972 - Alvin Lee and Company)
09 - Tomorrow I'll Be Out of Town (1972 - Rock & Roll Music to the World)
10 - You Give Me Loving (1973 - Recorded Live)
11 - It's Getting Harder (1974 - Positive Vibrations)
12 - Bad Blood (1989 - About Time)
13 - The Voice Inside Your Head (2004 - Now)
14 - I'd Love to Change the World (2005 - Roadworks) (Live))
15 - She Needed a Rock (2008 - Evolution)

video

jeudi 18 septembre 2014

Femmes, je vous aime


Je n'en connais pas de faciles, je n'en connais que de fragiles
Si parfois ces mots se déchirent, c'est que je n'ose pas vous dire
Je vous désire… ou même pire
(Julien Clerc)

Femme, je t´aime surtout enfin pour ta faiblesse et pour tes yeux
Quand la force de l´homme ne tient que dans son flingue ou dans sa queue
(Renaud)

Et puis tu souffres comme une femme
Mais tu te brises comme une petite fille
(Bob Dylan)


J'aurais beau me crever la cervelle durant des lustres, je pourrais même me coltiner le petit Robert et m'user les doigts sur l'Underwood de Kerouac jusqu'à la fin des temps, j'ai bien peur de n'être jamais capable d'exprimer convenablement et avec toute la force qu'il mérite, l'amour que je porte à la gent féminine. D'immenses artistes l'ont déjà si bien fait avant moi.

Vous ne m'en voudrez donc pas si je fais appel aux plus grands, du moins quelques-uns d'entre eux, pour parer cette jolie compile de leurs rimes richissimes… rimes d'or et de diamants en rivière.

Grande et belle, petite et coquine, blonde fraiche et brune envoûtante, rousse sorcière et perverse assassine, je t'aime "toutes".

>>>>> L'ORIGINE DU MONDE

01 - Demetria Taylor - I'm a Woman / Hoochie Coochie Woman
02 - Bernard Lavilliers - La dernière femme
03 - Bob Dylan - Just Like a Woman
04 - Neneh Cherry - Woman
05 - Elf - Love Me Like a Woman
06 - J.J. Cale - Woman I Have
07 - Fleetwood Mac - Gold Dust Woman
08 - John Lennon - Woman
09 - Lou Reed - Women
10 - Janis Joplin - A Woman Left Lonely
11 - Roy Orbison - Oh ! Pretty Woman
12 - Ten Years After - Stoned Woman
13 - Nina Simone - A Single Woman
14 - The Doors - L.A. Woman
15 - Thin Lizzy - That Woman's Gonna Break your Heart
16 - Mother Gong - We Women
17 - The Velvet Underground - Femme Fatale
18 - Julien Clerc - Femmes, je vous aime

mardi 16 septembre 2014

Fucking Undead Covers Vol. 1 [par JiPé]


« Qu'on se le dise, bande de gargouilloux : LE Jipé est de retour ! Et il n'est pas là pour conter fleurette, mais pour vous exploser les tympans… bin, ouaih, il est comme ça LE Jipé !!! »

Contrairement à mes petits camarades, j’avoue humblement que l’originalité n’a jamais été mon fort…

Aussi, lorsque j’ai « composé » cette compilation de reprises, mon seul critère de sélection a été de me poser cette question : « Ce titre me donne-t-il la trique ? ».

Oui, avec ce périlleux exercice, seule l’efficacité m’intéressait. Il est possible que, parfois, une de ces reprises ressemble assez à l’interprétation originale mais, dans l’ensemble, je ne crois pas que cela soit le cas.

La seule petite restriction que je me suis imposée est de ne pas répéter les interprètes originaux. Et encore, j’ai failli à cette règle puisque cette compilation comporte deux titres des Rolling Stones ! Merde, faudrait quand même pas trop m’en demander !

Enjoy… JiPé

>>>>> GIRLS DO IT BETTER

01 - Krokus - Ballroom Blitz (Sweet)
02 - Bob Seger - Bo Diddley (Bo Diddley)
03 - This Mortal Coil - Song to the Siren (Tim Buckley)
04 - Jim Dandy's Black Oak Arkansas - La Grange (ZZ Top)
05 - Eric Clapton - Worried Life Blues [Live] (Big Maceo Merriweather)
06 - Shakin' Street - Yesterday's Papers (The Rolling Stones)
07 - Clarence "Gatemouth" Brown - Rock & Roll (Led Zeppelin)
08 - Woong San - Unchain my Heart (Ray Charles)
09 - Ace Freyley (ex KISS) - The Joker (The Steve Miller Band)
10 - The Royal Southern Brotherhood - Gimme Shelter [Live] (The Rolling Stones)
11 - Sean Chambers - Choo Choo Mama (Ten Years After)
12 - Fleetwood Mac - Tutti Frutti [Live] (Little Richard)
13 - Wayne Kramer (ex MC5) - Cherry Bomb (The Runaways)
14 - Great White - Once Bitten, Twice Shy (Mott The Hoople)
15 - Johnny Ramone - Viva Las Vegas (Elvis Presley)
16 - Leslie West - When a Man Loves a Woman (Percy Sledge)
17 - Jeff Beck - Love Is Blue (André Pop)

dimanche 14 septembre 2014

Heavy Metal Sunday Selection #1


C'est pas ce garnement de Warfleloup qui nous réveillait tous les dimanches matin avec un album de Heavy Metal ? Tudjiou, c'était l'bon temps !!!

Puisque que le môôôssieur a décidé de se retirer dans le Larzac pour cultiver des chèvres et élever des cucurbitacées, je me suis soudain dit que ce serait cool de reprendre la relève. Cric ! Crac ! Badaboum ! Tel un Zorro des temps modernes, j'ai enfourché mon Tornado pour concocter une ch'tite compile qui devrait bien vous chatouiller les cages à miel.

Ne cherchez aucune cohérence stylistique entre les différents titres présentés, le seul point commun étant qu'ils sont tous issus d'albums sortis en 2014. Les groupes ? Il y a des pointures et des jeunots. Il y a des débutants qui balbutient leurs gammes et d'autres qui ont le culs tannés par le skaï des tour-bus. D'un côté, des méchants qui sont toujours en rogne, de l'autre, de tendres rockers plus complaisants avec la nature humaine. Bref, c'est un joyeux fatras où chacun pourra picorer selon ses goûts et ses envies.

Et si vous êtes sages, peut-être que je ferai des heures supplémentaires au laboratoire pour reproduire l'expérience. En tout cas, bon dimanche à tous et n'hésitez pas à mettre les potards à donf !!!

>>>>> ACE OF SPADES

01 - Sidilarsen - Comme on vibre
02 - Blues Pills - Jupiter
03 - Inbound - Lord of Deception
04 - Naked Brown - Made to Kill
05 - John Garcia - 5000 Miles
06 - Avatar - Bloody Angel
07 - The Order Of Israfel - Born for War
08 - Wasted Theory - Absinthe Queen
09 - Mos Generator - Breaker
10 - Bullet - Crossfire
11 - Eluveitie - Carry the Torch
12 - Wolfmother - My Tangerine Dream
13 - Arkan - Hayati
14 - Kamchatka - Somedays

vendredi 12 septembre 2014

Une chanson (Black Magic Woman)


Trouver une femme qui fait de la magie noire
Trouver une femme qui fait de la magie noire
J'ai trouvé une femme qui fait de la magie noire
Elle m'aveugle tant que je ne peux plus voir
Que c'est une femme qui fait de la magie noire
Elle tente de faire sortir le diable qui est en moi

Ne te tourne pas vers moi, chérie
Ne te tourne pas vers moi, chérie
Oui, ne te tourne pas vers moi, chérie
Arrête de me tourmenter avec tes sortilèges
Ne te tourne pas vers moi, chérie
Tu peux seulement prendre mes baguettes magiques

Jette moi un sort, chérie
Jette moi un sort, chérie
Oui, tu m'as jeté un sort, chérie
Changé mon cœur en pierre
J'ai méchamment envie de toi, femme magique
Je ne peux pas te laisser seule


En 1970, Carlos Santana sort Abraxas, son deuxième album. Pendant 6 semaines, il sera n° 1 aux États-Unis. Il s'en écoule 5 millions de copies, rien que là-bas. Il truste aussi les meilleures places en Australie et en Europe… bref c'est un carton monumental.

Sans chercher à minimiser les qualités de ce disque fabuleux, il faut cependant rappeler qu'une de ses chansons-phares est tirée de la discographie de Fleetwood Mac. En effet, c'est en 1968 que sort le single Black Magic Woman. Peter Green, guitariste du groupe, en signe le texte et la musique. Bien que loin d'être aussi populaire que la version de Santana, elle est tout de même devenue un standard du blues rock, se classant fort honorablement dans les charts anglais.

>>>>> GOT YOUR SPELL ON ME

01 - Fleetwood Mac
   02 - Bacon Brothers
      03 - The Go Getters
         04 - Lila Downs
            05 - The Charlie Smith Blues Band
               06 - Pink Turtle
                  07 - Gary Hoey
                     08 - Albert Kuvezin & Yat-Kha
                        09 - Peter Green
                           10 - Ed Calle
                              11 - Carlos Santana
                                 12 - Snowy White & The White Flames
                                    13 - Daddy Mack Blues Band
                                       14 - Siggi Schwarz & The Rock Legends
                                          15 - Rudy Rotta
                                             16 - Gregg Rolie
                                                17 - Button Down Brass
                                                   18 - Patricia Barber

video

mercredi 10 septembre 2014

Croco Deal


« Mode Mytho ON »
Je remontais le fleuve Congo à bord d'une embarcation en bois que j'avais sculptée moi-même au petit matin, afin de rejoindre la mine de diamants que j'avais découverte un mois auparavant. Le soleil était déjà haut dans le ciel tanzanien, au loin on entendait le rugissement des lionnes en chasse. Des légions de moustiques, gros comme des balles de 357 Magnum, tentaient vainement de me percer le cuir pour s'abreuver de mon sang. Par dessus l´étang, soudain j´ai vu passer les oies sauvages, elles s´en allaient vers le midi, la Méditerranée.

Alors que je me laissais bercer par une douce mélancolie, je fus alerté par les cris de terreur d'une jeune indigène. J'ignore par quel malencontreux hasard, elle s'était retrouvée au milieu du fleuve, poursuivie par un crocodile dont j'estimai, à première vue, qu'il dépassait les 2 mètres. N'écoutant que mon courage légendaire, je sautai dans les eaux saumâtres, sans même prendre le temps d'ôter ma Rolex Daytona ni les Ray Bans Aviator que m'avait offertes Lemmy Kilmister. Nageant à contre-courant, un Opinel entre les dents, je me trouvai rapidement nez à nez avec le monstre aquatique qui, en définitive, frisait largement les 4 mètres.

Comme deux gladiateurs dans l'arène, nous nous jaugions mutuellement. Son œil jaune et méchant ne me disait rien qui vaille, sans doute couvait-il un sérieux problème hépatique. Mais je n'étais pas là pour lui prendre le pouls. Vif comme un cobra royal, je plongeai afin de lui enfoncer mon arme au plus profond des entrailles. Un seul coup suffit pour terrasser le terrible animal qui se retrouva aussitôt assailli par une meute de piranhas affamés.

Je rejoignis alors la jeune femme sur la rive. Encore apeurée, elle était nue, magnifique, son corps de gazelle ruisselant de perles argentées. Je la pris dans mes bras musclés pour la ramener dans son village, dix kilomètres plus loin. J'y fus accueilli comme un dieu vivant, une fête fut improvisée en mon honneur. Tard dans la nuit, la belle Africaine, remise de ses émotions, m'attira dans sa case où nous fîmes l'amour sans discontinuer durant sept jours et sept nuits.
« Mode Mytho OFF »

L'année dernière, j'ai vu un crocodile à l'aquarium du Val de Loire… même pas eu peur !!!!!

>>>>> SARCOSUCHUS IMPERATOR

01 - Sideburn - Crocodile
02 - Betli Blues Band - Crocodile God
03 - The Dread Lullabies - Crocodile
04 - Jimmy Nail - Crocodile Shoes
05 - This Town Needs Guns - Crocodile
06 - Gilby Clarke - Crocodile Tears
07 - Livin' Blues Xperience - Crocodile
08 - John Mayall - Crocodile Walk
09 - Jacuzzi Project - Crocodiles
10 - Eddie Howell - Little Crocodile
11 - The Secret Powers - Crocodile
12 - Gry - Princess Crocodile
13 - XTC - Crocodile
14 - Ray Manzarek & Roy Rogers - Street of Crocodiles
15 - Jazzator - Crocodile
16 - Blues Dragon - Crocodile Shoes
17 - Echo & The Bunnymen - Crocodiles
18 - Doc Span - Crocodile

lundi 8 septembre 2014

This Is… Venom


Après une rentrée des classes sous les strass et les paillettes, je tiens à rassurer mes millions de fans sur mon état de santé mentale : « Je vais bien, tout va bien ! Hic !!! »

Et je le prouve derechef en vous proposant un This Is qui sent bon le dessous de bras et la chaussette de randonneur : Venom… rien que le nom laisse augurer de la méchanceté de ces gars-là !

Tout droit venue de l'industrieux Newcastle, la bande du chanteur Cronos (Conrad Lant) se fait remarquer par un Heavy Metal qui, s'il n'est pas d'une haute technicité, n'en demeure pas moins d'une efficacité redoutable. Issu de la fameuse NWOBM, Venom se démarque rapidement de la meute par un répertoire dont les propos délivrent un message satanique manifeste. À ces différents titres, il est désigné comme le principal initiateur des vagues Thrash, Death et  Black Metal.

Après plus de trente ans de méfaits en tous genres, le trio continue de sillonner la planète pour délivrer la bonne parole d'un dieu noir et cornu, tout en affirmant haut et fort qu'il ne s'agit finalement que d'un divertissement pour grands enfants en mal de sensations fortes.

Et si vous voulez en savoir encore plus sur ce groupe sulfureux, je vous invite à consulter l'excellente chronique que le Zornophage lui a consacrée.

>>>>> LEAVE ME IN HELL

01 - Poison (1981 - Welcome to Hell)
02 - Sacrifice (1982 - Black Metal)
03 - Genocide (1984 - At War with Satan)
04 - Voyeur (1985 - Possessed)
05 - Nightmare [1986 - Eine Kleine Nachtmusik (Live)]
06 - Deadline (1987 - Calm Before the Storm)
07 - Insane (1988 - Prime Evil)
08 - Arachnid (1991 - Temples of Ice)
09 - Clarisse (1992 - The Waste Lands)
10 - Swarm (1997 - Cast in Stone)
11 - Leviathan (2000 - Resurrection)
12 - Bloodlust [2003 - Witching Hour (Live)]
13 - Maleficarvm (2006 - Metal Black)
14 - Armageddon (2008 - Hell)
15 - Hammerhead (2011 - Fallen Angels)

video

samedi 6 septembre 2014

La Caverne de Vévèche (Disco)


Bon, ben, voilà, ce qui devait arriver est arrivé : les vacances sont finies.

Qu'est-ce qu'on fait maintenant ? On s'assoit par terre et on pleure ? On se fracasse la tête contre un mur ? On se prend une murge comac et on vomit tout partout sur la moquette ? Pire, on se coupe les veines avec une scie sauteuse, avant d'avaler une bouteille de Destop et de se tirer une balle dans la tronche en sautant du Rockefeller Center ?????

Vous faites ce que vous voulez, mais moi j'aime autant me mettre une compile qui me rappelle la semaine que j'ai passé dans un petit camping près des Sables d'Olonne.

Ce qu'il y a de bien dans ce genre d'établissements familiaux, c'est que les animations sont "artisanales" et sans prétention. Le D.J. qui, bien souvent, s'occupe aussi des espaces verts et de l'entretien de la piscine, ne dispose guère plus que de quelques CD regroupant les grands succès des années 70/80. C'est rustique, mais efficace ! Ça fait boum ! boum ! et tout le monde peut se prendre pour Barisnikov, le temps d'un "Alexandrie, Alexandra" sous les guirlandes de lampions multicolores. Et tu chantes, chantes, chantes, ce refrain qui te plait et tu tapes, tapes, tapes, c'est ta façon d'aimer. Ce rythme qui t'entraine jusqu'au bout de la nuit, réveille en toi le tourbillon d'un vent de folie !!!

Encore une fois, c'est l'ami Vévèche qui régale. Non seulement le bonhomme connait tous les classiques du Rock, de la Pop, du Jazz, mais aussi de la Soul, du Funk… et du Disco. Ouaih, c'est pas un charlatan, ce gars-là !!!!!

Après, on dira ce qu'on voudra sur la qualité intrinsèque de ce style musical. Qu'on aime ou qu'on n'aime pas, ça reste quand même l'un des épisodes les plus pittoresques de la Grande Histoire Universelle de la Musique. Qu'on adore ou qu'on exècre, et à moins d'être cul-de jatte, on a tous remué nos popotins sur les rythmes bouillants de cette musique qui, mine de rien, vieillit plutôt pas mal… un peu comme moi !!!!!

Content de vous retrouver, les ami(e)s !

>>>>> EVERYDAY NIGHT FEVER

01 - Amanda Lear - Fashion Pack
02 - Gloria Gaynor - All I Need Is Your Sweet Lovin'
03 - Arabesque - Don't Kiss a Crocodile
04 - Chic - Good Times
05 - Judith Szűcs - Lélekvonat
06 - Michel Legrand - Brian's Song
07 - Baccara - Granada
08 - Eruption - I Can't Stand the Rain
09 - Dschinghis Khan - Samurai
10 - The Emotions - Whole Lot of Shakin'
11 - Roberta Kelly - I'm Sagittarius
12 - Tina Charles - I Love to Love (But my Baby Loves to Dance)
13 - Zodiac - Pacific
14 - Donna Summer - Bad Girls
15 - Prince - My Love Is Forever
16 - Esther Phillips - What a Diff'rence a Day Makes
17 - Gonzalez - Haven't Stopped Dancing Yet
18 - Gilla - Discothek

dimanche 6 juillet 2014

Vamos a la Playa


Vous  savez  comme  je  vous  aime, mes  petits  abonnés  chéris !

Cependant  après  une  saison  épuisante… si, si, je  vous  jure… il  est  temps  que  je  remplace  les  santiags, le  Perfecto  et  le  mauvais  caractère  par  une  panoplie  plus seyante : des  tongs  et  un  short  à  fleurs  feront  amplement  l'affaire… je  garde  quand  même  le t-shirt  Motörhead… faut  pas  déconner  non  plus !!!

Je  vous  laisse  les  clés  de  la  cabane  en  métal. Passez  faire  un  petit  tour  de  temps  en  temps… des  fois  que  des  sagouins  voudraient  s'en  prendre  à  mon  stock  de  Jack  Daniel's !!!!!

Bonnes  vacances  à  tous. On  se  retrouve  début  septembre… ou  en  enfer !

vendredi 4 juillet 2014

This Is... Leonard Cohen


Répondez honnêtement.
Avez-vous déjà vu Leonard Cohen à la une de Closer ? Que nenni, mon ami !
L'avez-vous vu au bras d'un mannequin suédois anorexique ? Que couic, Éric !
Lui est-il arrivé de pisser dans un couloir d'avion ? Que non, mon cochon !
Est-il le père caché de l'enfant d'une ancienne ministre de la Justice ? Pas le moins, Saturnin !!!

Non, franchement, ce mec-là, c'est la classe absolue.
Jamais une polémique, jamais un mot plus haut que l'autre… so very chic !
Sa seule véritable excentricité, c'est d'avoir été ordonné moine bouddhiste Zen en 1996, sous le nom de Jikan (Le Silencieux). Il précise : « Dans la tradition du Zen, il n'y a pas de service de prière, ni d'affirmation de déité. Alors théologiquement, il n'y a pas d'opposition aux croyances juives. »

Et pourtant, s'il y en a un qui pourrait se la péter grave, c'est bien Leonard Cohen. Parce que ce gars-là fait partie des rares artistes ayant pondu (au moins) une chanson universelle. Ce genre de chanson que tout le monde peut fredonner, sans forcément en connaitre l'auteur. Un titre de la trempe des Imagine, Let It Be, No Woman, No Cry et autres My Way… des hymnes intemporels. Ce fameux morceau, c'est Hallelujah, maintes fois repris, souvent avec talent, mais sans jamais atteindre l'intensité émotionnelle de la version originale.

En plus de quarante ans de carrière, il se sera contenté de sortir une petite douzaine d'albums. On est loin des cadences infernales imposées aux petits Pakistanais dans les usines Nike !!! Finalement, on s'en fout : mieux vaut déguster 50 grammes de foie gras, deux fois dans l'année, plutôt qu'un kilo de merde tous les jours… Leonard Cohen fait de la musique pour les gourmets.

>>>>> THERE'S A BLAZE OF LIGHT

01 - Hey, That's No Way to Say Goodbye (1967 - Songs of Leonard Cohen)
02 - The Old Revolution (1969 - Songs from a Room)
03 - Lady Midnight (1970 - Live at the Isle of Wight)
04 - Diamonds in the Mine (1971 - Songs of Love and Hate)
05 - There Is a War (1974 - New Skin for the Old Ceremony)
06 - Iodine (1977 - Death of a Ladies' Man)
07 - The Smokey Life (1979 - Recent Songs)
08 - The Law (1984 - Various Positions)
09 - I Can't Forget (1988 - I'm Your Man)
10 - Always (1992 - The Future)
11 - Suzanne (1994 - Live in Concert)
12 - Here It Is (2001 - Ten New Songs)
13 - Dear Heather (2004 - Dear Heather)
14 - Bird on the Wire [2010 - Songs from the Road (Live)]
15 - Lullaby (2012 - Old Ideas)


video

lundi 30 juin 2014

De l'Alaska à la Patagonie


Après avoir sillonnées l'Afrique et l'Asie, il est temps à nouveau de rechausser nos grolles de baroudeurs. Direction : l'autre côté de l'Atlantique.

Rendez-vous sur ce continent gigantesque qui s'étire, du Nord au Sud, sur plus de 15.000 kilomètres et couvre presque 42 millions de km². Une terre qui taquine le Groenland et trempe ses orteils dans les eaux folles du Cap Horn.

Le Nouveau Monde possède une histoire effervescente : Christophe Colomb, les Incas, Buffalo Bill, Pancho Villa, Evita Perón, Geronimo, Hollywood, Jesse James, Pelé, Che Guevara, Bill Gates… tant de noms qui chatouillent l'imagination.

Comme le client est roi, je vous laisse choisir le moyen de locomotion : kayak indien, Dodge Viper, dos de lama ou d'Appaloosa, Harley-Davidson, skate-board ou simplement… Swing Low, Sweet Chariot ! Bonne promenade.

>>>>> JE VEUX L'AVOIR

01 - Bernard Lavilliers - Nicaragua
02 - 54-40 - Cheer Up Peru
03 - Emmitt Nershi Band - Costa Rica
04 - Zucchero - Cuba Libre
05 - Grand Funk Railroad - El Salvador
06 - Motörhead - Going to Brazil
07 - Tori Amos - Jamaica Inn
08 - Elysian Fiels - Canada
09 - Bill Fulton - Bolivia
10 - Serge Gainsbourg - S.S. in Uruguay
11 - Iggy Pop - Miss Argentina
12 - Crosby, Stills & Nash - Panama
13 - Mark Knopfler - Postcards From Paraguay
14 - The Beach Boys - Surfin' U.S.A.
15 - Harry Belafonte - Sweetheart From Venezuela
16 - R.E.M. - The Flowers of Guatemala
17 - Òhe Dusters - Mexico
18 - Hubert-Félix Thiéfaine - Quebec November Hotel

lundi 23 juin 2014

musiK funkY


Chaud, chaud, l'été sera chaud… chaud bouillant !!!

Il sera d'autant plus chaud que vous serez branchés sur canal Funk… vous savez, cette musique brûlante qui donne des fourmis dans les gambettes. Cette musique qui voit le jour dans les années 60 et plonge ses racines dans la Soul, le Rhythm and Blues et le Jazz. Cette musique profonde et enivrante qui se caractérise par une section rythmique prédominante.

Boum ! Boum ! Comme un cœur régulier
Boum ! Boum ! Comme le sang qui frappe dans les veines
Boum ! Boum ! Comme la sève qui monte

L'été sera chaud… je vous le promets.

>>>>> SEX MACHINE

01 - James Brown - Mother Popcorn
02 - The Counts - Funk Pump
03 - Ohio Players - Black Cat
04 - Fred Wesley & The JB's - Blow Your Head
05 - The Sound Stylistics - Crack Away Jack
06 - Sly & The Family Stone - Color Me True
07 - Commodores - Fancy Dancer
08 - Chic - Good Times
09 - Zapp Zapp - Heavy Pooh
10 - The Isley Brothers - Listen to the Music
11 - Con Funk Shun - Ms. Got the Body
12 - The Lewsh Project - Nothing at All
13 - Kool & The Gang - Jungle Jazz
14 - Wilson Pickett - Land of 1000 Dances
15 - Boney Fields & The Bone's Project - Old School Groove
16 - Earth, Wind & Fire - Fantasy
17 - Archie Bell & The Drells - The Soul City Walk
18 - Marva Whitney - Things Got to Get Better (Get Together)
19 - Hot Chocolate - Bump and Dilly Down

vendredi 20 juin 2014

Une chanson (The More I See You)


Chaque fois que je te regarde, c'est comme la première fois
Chaque fois que tu es près de moi, le frisson est différent
Et il n'y a rien que je ne ferais pas pour
Le plaisir unique de te voir

Plus je te vois, plus je te désire
D'une certaine façon, ce sentiment grandi et grandi
À chaque soupir, je deviens plus fou de toi
Plus perdu sans toi et ça se passe ainsi

Peux-tu imaginer combien je t'aime ?
Plus je te vois au fil des années
Je sais que la seule pour moi ne peut être que toi
Mes bras ne te libèreront pas, mon cœur n'essaiera pas


Les poètes m'épatent al dente !!!

Peut-on faire plus simple déclaration d'amour que « Plus je te vois, plus je te désire » ? À peine huit petits mots, alignés comme des dominos, et plus forts qu'un discours à la tribune de l'O.N.U. Des petits mots, peut-être, mais débordants de sous-entendus fripons. Je comprends mieux pourquoi les poètes ont plus d'aisance à emballer les nanas que moi et mon pâle « Vous habitez chez vos parents ? »

On doit donc cette chanson à Mack Gordon. Mise en musique par Harry Warren, elle apparait dans la bande originale du film Diamond Horseshoe (Broadway en folie) de George Seaton, sorti en 1945. Elle y est interprétée par Dick Haymes qui tient le rôle principal. Le grand Nat King Cole la reprend en 1958 sur son album The Very Thought of You. La même année, Anthony Perkins, l'acteur de Psychose, l'enregistre à son tour. Beaucoup de grands noms du Jazz la porteront à leur répertoire : Chet Baker, Count Basie, Hank Mobley... ainsi que des artistes Pop : Alma Cogan, Julie London, Viola Wills...

Cependant, il faudra attendre 1966 et la version Pop de Chris Montez pour que la chanson connaisse une notoriété internationale et prenne une place honorable dans les hit-parades.

>>>>> THE ONLY ONE FOR ME

01 - Dick Haymes (1945)
   02 - The Platters
      03 - Cecile Charbonnel Trio
         04 - Monica Zetterlund
            05 - Michael Feinstein & George Shearing
               06 - Eliane Elias
                  07 - Nat King Cole (1958)
                     08 - Jenna Mammina
                        09 - Livingston Taylor
                           10 - Nina Simone
                              11 - Peggy Lee
                                 12 - Orchestral Manoeuvres In The Dark
                                    13 - Chris Montez (1966)
                                       14 - Nicki Parrott
                                          15 - Sarah Vaughan
                                             16 - Olivia Ruiz & The Red Star
                                                17 - Solveig Slettahjell
                                                   18 - Sabina Sciubba


video

mardi 17 juin 2014

New York²


Je m'baladais sur la 5è avenue, le cœur ouvert à l'inconnu
J'avais envie de dire bonjour à n'importe qui
N'importe qui, ce fut Lou Reed, je lui ai dit n'importe quoi
Il suffisait de lui parler pour l'apprivoiser

Au cœur de New York, au cœur de New York
Au soleil, sous la pluie, à midi ou à minuit
Il y a tout ce que vous voulez à Rockefeller Center

Il m'a dit : « J'ai rendez-vous dans un studio avec Metallica
Pour vivre la guitare à la main, du soir au matin »
Alors je l'ai accompagné, ils ont joué, ils ont chanté
Et ils ont même pensé à enregistrer

Au cœur de New York, au cœur de New York
Au soleil, sous la pluie, à midi ou à minuit
Il y a tout ce que vous voulez sur l'île de Manhattan

Hier soir deux inconnus et ce matin sur l'avenue
Deux bons copains tout étourdis par la longue nuit
Et de Times Square au pont de Brooklin, un orchestre à mille cordes
Tous les oiseaux du point du jour chantent Lulu

Au cœur de New York, au cœur de New York
Au soleil, sous la pluie, à midi ou à minuit
Il y a tout ce que vous voulez à Coney Island… baby !!!


>>>>> CARNEGIE HALL

01 - Paloma Faith - New York
02 - Gov't Mule - Down and Out in New York City
03 - Lou Reed - NYC Man
04 - Arthur H - Ma dernière nuit à New York City
05 - Tori Amos - I Can't See New York
06 - Nazareth - New York Broken Toy
07 - Wanda Sa - New York, New York
08 - Boulbar - New York, 6 heures du matin
09 - AC/DC - Safe in New York City
10 - Cat Power - New York
11 - Moby - New York, New York (ft. Deborah Harry)
12 - Claude Nougaro - Nougayork
13 - David Bowie - New York's in Love
14 - Savatage - New York City Don't Mean Nothing
15 - LCD Soudsystem - New York, I Love You But You're Bringing Me Down
16 - Bernard Lavilliers - Octobre à New York
17 - The Cranberries - New New York
18 - Sex Pistols - New York

samedi 14 juin 2014

This Is... Pat Benatar


Te marre pas, p'tit con. Si t'avais eu 20 piges en 80, toi aussi tu serais tombé amoureux de la belle Pat Benatar.

Et puisque la plastique de la dame te laisse froid (s'pèce de sauvage !), parlons chiffres : en 30 ans de carrière, elle a fourgué plus de 30 millions d'albums… sans jamais montrer son cul à la télé, comme certaines que je connais ! Initialement formée au chant lyrique, elle possède une voix puissante qui s'étale sur quatre octaves. Durant les années 80, elle fait figure de véritable icône du rock, enchaînant les succès : sept albums certifiés platine et trois disques d'or aux États-Unis. Son rock énergique et sexy séduira vite le reste de la planète. Les tournées organisées seront sold out et les ventes de disques colossales. L'album Crime of Passion s'écoulera à plus de huit millions d'exemplaires… rien que sur Terre !!!

Un dernier chiffre : la belle dame a fêté son soixantième anniversaire en janvier 2013, elle continue de se produire sur scène et elle est toujours aussi canon !

Je sais ce que tu vas me dire : « Ouèche ! Ouèche ! Sa zike, c'est un peu d'la soupe pour la moukère ! ». Je te l'accorde, p'tit gars, sa zike, comme tu dis, n'a jamais cassé trois pattes à un canard cul-de-jatte. On n'est bien loin du Heavy Metal qui sied si bien à mes ouïes crasseuses. Ça n'en demeure pas moins une musique efficace qui oscille entre Pop et Hard Rock, saupoudrée de miel et de paillettes… et surtout, qui s'immisce au plus profond des synapses aussi prestement que Lucky Luke dégaine son Remington.

OK, jeunôt, puisque mes propos ne semblent pas te convaincre, je te laisse retrouver tes chanteuses de Arènebi qui, permets-moi de te dire, n'ont guère plus à vendre qu'un cul et une paire de nichons coincés dans des  bikinis  trop  étroits… et  ce  n'est  pas  ça  qu'on  appelle "le talent" !

>>>>> TREAT ME RIGHT

01 - No You Don't (1979 - In the Heat of the Night)
02 - Little Paradise (1980 - Crimes of Passion)
03 - Just Like Me (1981 - Precious Time)
04 - Anxiety (Get Nervous) (1982 - Get Nervous)
05 - Ooh Ooh Song (1984 - Tropico)
06 - Walking in the Underground (1985 - Seven the Hard Way)
07 - Hell Is for Children [1986 - Portland (Live)]
08 - Too Long a Soldier (1988 - Wide Awake in Dreamland)
09 - True Love (1991 - True Love)
10 - You & I (1993 - Gravity's Rainbow)
11 - At This Time (1997 - Innamorata)
12 - In my Dreams (2003 - Go)

video

jeudi 12 juin 2014

Histoire d'Eaux


Pétillante et belle, j'avais rencontré la demoiselle sur les berges du Saint-Laurent. La tempête faisait rage dans ses cheveux blonds et ses yeux aigue-marine étaient comme des sémaphores dans la brume. Elle trempait ses petits pieds aux ongles vernis de rose dans l'eau grise du fleuve.

Enhardi par des vapeurs de Royal Crown, j'osai lui demander son nom.

— Ô ! dit-elle.
— Ô ? dis-je.

Intriguée par mon haleine maltée, elle ajouta :

— Si tu mouilles aussi tes pieds, je connaitrai tes pensées.

En aussi peu de temps qu'il n'en faut pour l'écrire, je mis mes arpions à infuser près des siens.

— Oh ! fit-elle en rougissant.
— Oh ? fis-je en souriant.


>>>>> À LA CLAIRE FONTAINE

01 - Aphrodite's Child - Aegian Sea
02 - Mare Edstrom & Kenn Fox - I Got to Cross the River of Jordan
03 - David Usher - St. Lawrence River
04 - Claude Nougaro - C'est une Garonne
05 - Wes Mackey - Ganges Blues
06 - The Main Ingredient - Euphrates
07 - Pat Flowers - Blue Danube
08 - The Wilderness Of Manitoba - The Aral Sea / Southern Winds
09 - The Electric Prunes - Pacific Ocean Blue
10 - Stone The Crows - Niagara
11 - Steve Hackett - Loch Lomond
12 - Charlie Lankester & The Mojo Killers - Rio Grande
13 - The Refreshments - Mekong
14 - Etienne Daho - Les bords de Seine (ft. Astrud Gilberto)
15 - Marina Kapuro & The Apple - Volga River Flows
16 - Pink Floyd - The Nile Song
17 - Albinobeach - Okavango Delta
18 - I Am Ghost - Crossing the River Styx

lundi 9 juin 2014

Une chanson (The Windmills of your Mind)


Comme une pierre que l´on jette                              
Dans l'eau vive d´un ruisseau
Et qui laisse derrière elle                              
Des milliers de ronds dans l´eau                                                        
Comme un manège de lune                                   
Avec ses chevaux d´étoiles                                  
Comme un anneau de Saturne                                  
Un ballon de carnaval                                       
Comme le chemin de ronde                                    
Que font sans cesse les heures                            
Le voyage autour du monde                                   
D'un tournesol dans sa fleur                                
Tu fais tourner de ton nom                                  
Tous les moulins de mon cœur                               

Comme un écheveau de laine
Entre les mains d'un enfant
Ou les mots d´une rengaine
Pris dans les harpes du vent
Comme un tourbillon de neige
Comme un vol de goélands
Sur des forêts de Norvège
Sur des moutons d´océan
Comme le chemin de ronde
Que font sans cesse les heures
Le voyage autour du monde
D'un tournesol dans sa fleur
Tu fais tourner de ton nom
Tous les moulins de mon cœur

Ce jour-là près de la source
Dieu sait ce que tu m´as dit
Mais l'été finit sa course
L'oiseau tomba de son nid
Et voila que sur le sable
Nos pas s´effacent déjà
Et je suis seul à la table
Qui résonne sous mes doigts
Comme un tambourin qui pleure
Sous les gouttes de la pluie
Comme les chansons qui meurent
Aussitôt qu´on les oublie
Et les feuilles de l'automne
Rencontre des ciels moins bleus
Et ton absence leur donne
La couleur de tes cheveux

Une pierre que l'on jette
Dans l'eau vive d´un ruisseau
Et qui laisse derrière elle
Des milliers de ronds dans l'eau
Au vent des quatre saisons
Tu fais tourner de ton nom
Tous les moulins de mon cœur


Et si on poussait tous ensemble un énorme Cocorico franchouillard ?

En  effet, The Windmills  of  your  Mind est  une  chanson  composée par un Parigot  100 % pur beurre : Michel Legrand. Son amitié avec Quincy Jones et Henry Mancini l'aide à se faire une place dans le milieu hautement concurrentiel d'Hollywood. En 1968, il compose la bande originale de L'Affaire Thomas Crown de Norman Jewison et particulièrement la chanson The Windmills of Your Mind sur des paroles d'Alan et Marilyn Bergman. Il obtient le Golden Globe de la meilleure chanson originale ainsi que l'Oscar de la meilleure chanson originale.

La version française, Les Moulins de mon cœur, sur un magnifique texte d'Eddy Marnay, a été interprétée par Michel Legrand lui-même, mais aussi par Jeanne Mas, Frida Boccara, Grégory Lemarchal, Natalie Dessay, Didier Barbelivien, Amaury Vassili, Dany Brillant, Marcel Amont, Claude François, Noëlle Cordier, sans oublier la chanteuse lyrique Julia Migenes.

Ça vaut bien un coup de chapeau bleu-blanc-rouge !

>>>>> FRAGMENT OF THIS SONG

01 - Michel Legrand
   02 - Marchio Bossa
      03 - Sting 
         04 - European Jazz Trio
            05 - Patricia Kaas
               06 - Laura Fygi
                  07 - Jose Feliciano
                     08 - George Benson
                        09 - Rouge Baiser
                           10 - Prigmor Gustafsson
                              11 - Paul Motian
                                 12 - Dizzy Gillespie
                                    13 - Take 6
                                       14 - Vanilla Fudge
                                          15 - Mansound
                                             16 - Michael Longo
                                                17 - WAbbey Lincoln
                                                   18 - Sally Anne Marsh


video

vendredi 6 juin 2014

The Temple of God(s)


En  vérité,  je  vous  le  dis  :  au  commencement,  les dieux,  c'étaient  des  mecs  plutôt  cools ! « Aimez-vous les uns les autres », c'est eux qui l'ont inventé, et « Tu ne tueras point » aussi. Ouaih, franchement, c'étaient des chics types !

Mais ça, c'était avant…

Avant que des crétins décérébrés ne s'emparent de ces doctrines pacifistes pour les cuisiner à leur sauce. Sauce piquante toujours, assaisonnée de haine, de jalousie, de frustration et de rancœur éternelles. Des ecclésiastes si obtus qu'ils donneraient leur chemise à un chien galeux plutôt qu'à un enfant rouquin. Des gorets qui préfèrent se faire péter au milieu d'une foule sentimentale plutôt que de donner un peu d'eau à un mendiant. Des ordures qui rejettent leur propre infamie sur leurs pauvres sœurs. Des pervers en soutane qui manient aussi bien leur chibre à la récréation que le goupillon sacré durant la messe.

Prêcheurs de tous bords, je vous conchies, je vous maudis de toute la force de ma haine insondable. Dieu reconnaîtra les siens et je vous jure que vous ne serez pas du lot.

Pardonne-moi, Mylène, de mettre autant de venin dans mes propos : il fallait bien qu'un jour, je fasse ma crise de foi ! Moi qui voulais tout simplement saluer ton immense talent, me voilà en train de vomir sur l'humanité toute entière. C'est pas bien…  mais,  crévindiou,  qu'est-ce  que  ça  soulage !!!!!

Cette compile est pour toi. Pour toi et pour tous ces chics types qui doivent se bouffer les couilles en nous observant du haut de leur foutu paradis.

>>>>> AINSI SOIENT-ILS

01 - Soap & Skin - Thanatos
02 - Youssou N'Dour - Allah
03 - Maggie Reilly - Lilith
04 - Theodor Bastard - Anubis
05 - Rockbitch - Lucifer
06 - Djinn & Miskatonic - Vulcan's Forge
07 - Therion - Quetzalcoatl
08 - Tiamat - Church of Tiamat
09 - Faun - Isis
10 - David Bowie - Baal's Hymn
11 - U2 - Yahweh
12 - Harold Budd & Hector Zazou - Gorgon's Anxious Pansy
13 - John Zorn - Evocation of Baphomet
14 - Ecnephias - Ishtar (Al 'Uzzá)
15 - Jorge Reyes - Dance of the Red Tezcatlipoca
16 - Steve Hillage - Om Nama Shivaya
17 - Stone Breath - Osiris
18 - Femke Bloem - Tyr's Song

mardi 3 juin 2014

This Is… Red Hot Chili Peppers


Ils sont quatre. Ils font du Rock, ils ont des cheveux longs et portent des habits bariolés. Ils pondent des tubes avec autant d'aisance qu'un homme politique profère des âneries. Les filles deviennent hystériques dès qu'ils apparaissent. Ça ne vous rappelle rien ? Début de années 60, quatre garçons dans le vent !

Houla ! Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dis. N'allez surtout pas croire que je compare Red Hot Chili Peppers aux Beatles. Ce que je tiens juste à souligner, c'est une certaine similitude dans leur démarche artistique. À l'image des petits gars de Liverpool, les Red Hots aiment truffer leurs chansons d'éléments "exotiques". Ici un soupçon de Funk et de Blues, là des influences Punk, Metal, Rap, et toujours un sens extraordinaire de la mélodie… comme qui vous savez !

En presque trente ans de carrière, ils ont enregistré dix albums studio qui ont pratiquement tous squatté les places d'honneur dans les charts mondiaux. Ils en ont fourgué plus de 60 millions.

Si vous aimez les grosses basses qui roucoulent, les guitares chatoyantes et les belles harmonies vocales, c'est le moment de venir vous frotter au répertoire épicé des Red Hot Chili Peppers. C'est un peu comme le Pschitt citron, au début ça pique un peu, mais après qu'est-ce que c'est rafraichissant !

>>>>> ONE HOT MINUTE

01 - Grand Pappy Du Plenty (1984 - The Red Hot Chili Peppers)
02 - Yertle the Turtle (1985 - Freaky Styley)
03 - Walkin' on Down the Road (1987 - The Uplift Mofo Party Plan)
04 - Taste the Pain (1989 - Mother's Milk)
05 - Breaking the Girl (1991 - Blood Sugar Sex Magik)
06 - Shallow Be Thy Game (1995 - One Hot Minute)
07 - Road Trippin' (1999 - Californication)
08 - Can't Stop (2002 - By the Way)
09 - Under the Bridge (2004 - Live in Hyde Park)
10 - Hey [2006 - Stadium Arcadium (CD 1)]
11 - Death of a Martian [2006 - Stadium Arcadium (CD 2)]
12 - Ethiopia (2011 - I'm With You)


video

samedi 24 mai 2014

Progressive Metal


J'aime bien me moquer des musiciens de Heavy Metal en disant que c'est des bourrins qui n'y connaissent rien à la musique. Oui, mais moi j'ai le droit, parce que je sais que ce n'est pas vrai… même si des fois, c'est un peu vrai quand même !!!

Par contre, s'il y a une catégorie de musicos que je ne me permettrais jamais de critiquer, c'est bien celle qui officie dans le Progressive Metal — ou Metal Progressif, ou Metal Prog, ou encore Heavy Prog, pour les initiés. Parce que ces mecs-là, c'est tous des premiers de la classe. Ils décortiquent une partition de Rachmaninov avec autant d'aisance que je pèle une banane. Le solfège n'a aucun secret pour eux, le barré de si mineur c'est de la gnognotte. Ils sont tellement balèzes que six cordes sur une guitare ne leur suffisent pas… ils en rajoutent une ou deux, et c'est pas que pour la frime ! Les bassistes, c'est idem : ils travaillent sur cinq, voire six cordes. Les batteurs, je n'en parlent même pas. Quand ils regardent Charlie Watts jouant sur sa malheureuse 4-fûts, avec une charleston et deux cymbales, ils sont pliés… en quatre, justement ! Rien que pour leur matos, entre les doubles grosses caisses, les gongs, les clochettes et tout le toutim, il faut déjà un semi-remorque et les trois-quart de la scène !!!

Vous l'aurez compris, ces gens-là, c'est des trapus, des kadors, des fortiches. Leur style se caractérise par une grande complexité des instrumentations, des chansons longues et très structurées, avec des rythmes et des mesures inhabituelles ainsi qu'une grande variété de mélodies au sein d'une même composition.

Le Metal Progressif puisent ses racines dans le répertoire des groupes de Hard Rock de la première heure (Led Zeppelin, Black Sabbath, Deep Purple…) et de Rock Progressif comme Yes, Pink Floyd, Jethro Tull, King Crimson, Uriah Heep… Bien que le genre ait émergé vers la fin des années 80, il aura fallu attendre les années 90 pour qu'il conquiert enfin la reconnaissance du public, au travers de groupes comme Dream Theater, Queensrÿche, Tool et Fates Warning.

Si vous n'avez pas peur de vous cramer les tympans au contact de ces arpèges puissants et raffinés à la fois, je vous ai gardé une place en loge… juste à ma droite !!!

>>>>> THÉÂTRE DES RÊVES      

01 - Fates Warning - O Chloroform
02 - Chimera - Periscope
03 - Green Carnation - A Place For Me
04 - Transatlantic - Black as the Sky
05 - Ayreon - Chaos
06 - Liquid Tension Experiment - 914
07 - Queenrÿche - I Am I
08 - ProgressiveXperience - Something Like Death
09 - Devin Townsend - Night
10 - Pain of Salvation - No Way
11 - Periphery - Scarlet
12 - Tool - Schism
13 - Protest the Hero - Skies
14 - Animals as Leaders - New Eden
15 - Appearance of Nothing - The Seer
16 - Porcupine Tree - Sleep Together
17 - Vanden Plas - Somewhere Alone in the Dark
18 - Dream Theater - Solitary Shell

jeudi 22 mai 2014

Une chanson (What a Wonderful World)


Je vois des arbres verts, des roses rouges aussi
Je les vois s'épanouir pour toi et moi
Et je me dis en moi-même « Quel monde merveilleux »

Je vois des ciels bleus et de blancs nuages
L'éclatant jour béni, la sombre nuit sacrée
Et je me dis en moi-même « Quel monde merveilleux »

Les couleurs de l'arc-en-ciel, si jolies dans le ciel
Le sont aussi sur les visages des passants
Je vois des amis se serrer la main
Se dire « comment vas-tu »
En réalité ils se disent « je t'aime »

J'entends des bébés pleurer, je les vois grandir
Ils apprendront bien plus que je n'en saurai jamais
Et je me dis en moi-même « Quel monde merveilleux »


J'en ai vu des chouettes clips vidéo dans ma misérable vie : par exemple, Thriller de Michael Jackson, Can´t Get You Outta my Head de Kylie "Mmmhh !" Minogue, Ashes to Ashes de Bowie… sans oublier le Boys Boys Boys de Sandra qui a quelque peu enflammé mes jeunes années. Il y a aussi Bachelorette de Björk, Sledgehammer de Peter Gabriel et Scatterlings of Africa de Johnny Clegg. In Love With a Girl des White Stripes n'est pas mal non plus, tout comme I Want to Break Free de Queen… et je pourrais en citer des dizaines d'autres encore.

Chacun de ces petits films a allumé des feux d'artifice au fond de mon cœur. Mais je crois que je ne prendrai jamais autant de plaisir qu'en regardant le vieux Louis Armstrong qui entonne What a Wonderfull World. Sa grosse bouille noire, barrée d'une sourire lumineux est la plus belle image que je connaisse. Une image pleine de chaleur, pleine de tendresse aussi. Une image qui donne envie d'embrasser la première personne qu'on croise dans la rue… à condition qu'elle soit blonde à forte poitrine !!!!!

La chanson est écrire par Bob Thiele et George David Weiss pour Tony Bennett qui décline l'offre. C'est finalement Louis Armstrong qui l'enregistre sous forme de single en octobre 1967. Aussi étonnant que ça puisse paraître, elle fait un énorme flop aux États-Unis où elle ne s'écoule même pas à 1000 exemplaires. Tout ça parce que Larry Newton, le patron de ABC Records, qui n'apprécie pas la chanson décide qu'elle ne bénéficiera d'aucune promotion. Par contre, elle prend la tête du classement des singles au Royaume-Uni.

On connait la suite de l'histoire. La chanson fait le tour du monde. S'empare des premières places de tous les hit-parades, avant d'être reprise par des centaines artistes de toutes nationalités… et même par Tony Bennett en 2003 ! Quel monde merveilleux !!!!!

>>>>> FOR ME AND YOU

01 - Louis Armstrong
   02 - Playing For Change
      03 - After Daybreak
         04 - Eva Cassidy
            05 - Mika Nakashima
               06 - Joey Ramone
                  07 - Ziggy Marley
                     08 - Karen Carroll
                        09 - Tony Bennett & K.D. Lang
                           10 - Biomekkanik
                              11 - Mark Medlock
                                 12 - Kokia
                                    13 - Guillaume de Chassy & Daniel Yvinec
                                       14 - Stacey Kent
                                          15 - Ministry
                                             16 - Melania
                                                17 - B.B. King
                                                   18 - Sarah Brightman
                                                     19 - Keane
                                                        20 - LeAnn Rimes


video