vendredi 18 octobre 2019

Voici… Gainsbourg !


Dernièrement, j'ai été contacté par un jeune Argentin qui désirait faire plus ample connaissance avec notre Gainsbarre national. Sans hésiter, je l'ai orienté vers l'excellente compile que notre ami Le Zornophage lui avait consacrée ici-même, en février 2013, le 21, un jeudi… sous le soleil exactement !

Comme je suis un peu comme chez moi ici, j'avais également envie de présenter ma version d'un This Is qui égrènerait la discographie de cet artiste majeur. Presque 30 ans qu'il a mis les bouts, et ce vieux cochon malicieux continue de hanter l'esprit  de ceux qui l'ont suivi durant sa carrière. On a tous un souvenir avec le "personnage" Gainsbourg : une émission de télé où il cramait un billet de 500 balles, une autre où il proposait un aimable « I want to fuck you » à la toute jeune Withney Houston, son émotion lors de la remise d'un César à sa fille Charlotte, son clash avec Catherine Ringer… sans oublier son répertoire colossal et bourré de pépites inoubliables.

Hey ! M'sieur Gainsbourg, vous nous en pousseriez pas une petite dernière ?

>>>>> LUCIEN GINSBURG

01 - Du jazz dans le ravin (1958 - Du chant à la une)
02 - L'anthracite (1959 - N° 2)
03 - Le rock de Nerval (1961 - L'étonnant Serge Gainsbourg)
04 - Baudelaire (1964 - N° 4)
05 - No, No Thank's, No (1963 - Confidentiel)
06 - Marabout (1964 - Gainsbourg & Percussions)
07 - Hold-Up (1968 - Initials BB)
08 - Les sucettes (1969 - Jane Birkin/Serge Gainsbourg)
09 - Ah ! Melody (1971 - Histoire de Melody Nelson)
10 - La poupée qui fait (1973 - Vu de l'extérieur)
11 - Smoke Gets in Your Eyes (1975 - Rock Around the Bunker)
12 - Flash Forward (1976 - L'homme à la tête de chou)
13 - Les locataires (1979 - Aux armes et cætera)
14 - Harley Davidson (1980 - Enregistrement public au Théâtre Le Palace) (Live)
15 - Negusa Nagast (1981 - Mauvaises nouvelles des étoiles)
16 - I'm the Boy (1984 - Love on the Beat)
17 - Gloomy Sunday (1987 - You're Under Arrest)
18 - Les dessous chic (1989 - Le Zénith de Gainsbourg) (Live)


Bonus :

19 - Sex Shop (1972 - BOF Sex Shop)
20 - Le cadavre exquis (1975 - Single)
21 - La noyée (1972 - Inédit)
22 - Telle est la télé (1975 - Inédit)

mardi 15 octobre 2019

Carré d'As : Full Energy Live


Hormis la position du collier de Vénus du Kamasutra, je ne connais rien de plus bandant qu'un album de rock enregistré en public !

Je peux vous garantir que des albums live, j'en ai bouffés plus d'un : Rock 'n' Roll Animal, rapé jusqu'à la corde — Live 76, atomisé — Made in Japan, tombé en poussière — Get Yer Ya-Ya's Out !, troué comme une vieille chaussette — Gonzo, pulvérisé — No Sleep 'til Hammersmith, mort au champ d'honneur — Tokyo Tapes, carbonisé — If You Want Blood, parti en fumée… je vous le dis : une vraie boucherie !

Les vinyles sont peut-être partis en poussière, mais il me reste les CD et maintenant les MP3. Alors, on s'en remet une petite couche ?

>>>>> NIRVANISSIMO

01 - Noir Désir - L'homme pressé
02 - MC5 - Kick Out the Jams
03 - Nirvana - Aneurysm
04 - The Smashing Pumpkins - An Ode to No One
05 - Noir Désir - 21st Century Schizoid Man (King Crimson Cover)
06 - MC5 - Rocket Reducer No. 62 (Rama Lama Fa Fa Fa)
07 - Nirvana - School
08 - The Smashing Pumpkins - Bullet With Butterfly Wings
09 - Noir Désir - La chaleur
10 - MC5 - Come Together
11 - Nirvana - Breed
12 - The Smashing Pumpkins - Baby Loves to Rock
13 - Noir Désir - Tostaky
14 - MC5 - Borderline
15 - Nirvana - Blew
16 - The Smashing Pumpkins - Auf Wiedersehen

vendredi 11 octobre 2019

Billy Sheehan : Bas(s)ic Instinct


Le petit William "Billy" Sheehan est né le 19 mars 1953 à Buffalo, dans l'état de New York. Comme tout ado qui se respecte, il a commencé la musique avec une guitare folk, et c'était même pas la sienne, c'était celle de sa frangine ! C'est après avoir vu Tim Bogert du groupe Vanilla Fudge utiliser une basse Fender Precision qu'il s'est convertit à cet instrument.

Avant de connaitre un succès mondial avec le groupe Mr. Big qu'il fonde en 1988, il s'était déjà taillé une solide réputation de virtuose. Sa carrière avait commencé au sein de Talas, groupe de metal/glam rock qui connut son heure de gloire dans tout le nord-est américain et jusqu'au Canada. Il est alors recruté par David Lee Roth qui tente de relancer sa carrière après avoir quitté Van Halen. Secondé par trois cracks, Sheehan à la basse, Steve Vai à la guitare et Gregg Bissonette à batterie, Diamond Dave enregistre deux albums qui connaissent un véritable succès commercial.

Mais Billy Sheehan a beaucoup trop d'appétit pour se contenter d'un seul biscuit, aussi savoureux soit-il. Il se lance donc dans divers projets par le biais desquels il aborde différentes facettes musicales. Hard rock avec les puissants Winery Dogs, jazz avec le trio Niacin et encore rock fusion sous son propre nom.

Désigné à cinq reprises comme meilleur bassiste rock par les lecteurs de Guitar Player Magazine pour son jeu de bassiste solo, il sait aussi parfaitement se fondre dans un collectif de musiciens pour apporter les bases rythmiques nécessaires à la cohésion de l'ensemble.

>>>>> COSMIC TROUBADOUR

01 - My Little Girl (1979 - Talas : Talas)
02 - Bad Boys (1985 - Thrasher : Burning at the Speed of Light)
03 - The Witch and the Priest (1986 - Tony MacAlpine : Edge of Insanity)
04 - The Pepper Shake (1988 - Greg Howe : Greg Howe)
05 - Hina (1988 - David Lee Roth : Skyscraper)
06 - Voodoo Kiss (1991 - Mr. Big : Lean into It)
07 - Jane Doe (1996 - Mr. Big : Hey Man)
08 - Who Cares If It's Raining ? (1998 - Niacin : High Bias)
09 - Dancin' With my Devils (1999 - Mr. Big : Get Over It)
10 - Caroline (2001 - Billy Sheehan : Compression)
11 - Mary Goes 'round (2001 - Mr. Big : Actual Size)
12 - Blue Wind (2002 - Niacin : Time Crunch)
13 - Black Wisdom (2002 - Terry Bozzio & Billy Sheehan : Nine Short Films)
14 - Taj (2004 - Billy Sheehan : Cosmic Troubadour)
15 - Blue Star (2006 - Richie Kotzen : Soldiers of Sorrow ZxR)
16 - A Lit'l Bit'l Do It to 'Ya Ev'ry Time (2009 - Billy Sheehan : Holy Cow !)
17 - American Beauty (2011 - Mr. Big : What If....)
18 - Sly Voltage (2013 - Niacin : Krush)
19 - Death Row (2014 - Michael Kocáb, Glenn Proudfoot, Virgil Donati
       & Billy Sheehan : Aftershocks)
20 - Ghost Town (2015 - The Winery Dogs : Hot Streak)
21 - Coming Home (2017 - Sons Of Apollo : Psychotic Symphony)
22 - Forever and Back (2017 - Mr. Big : Defying Gravity)

mardi 8 octobre 2019

Carré d'As : High Energy Live


Voyons voir, quel est le meilleur album de Lou Reed : Berlin ? Coney Island Baby ? New York ? Ecstasy ?… Peut-être !… Sans doute !… Ou pas ! Et si son meilleur album ne figurait pas dans cette liste ! Et si son meilleur album était tout simplement un live ! Et si c'était le tempêtueux Rock 'n' Roll Animal ! Pareil pour les Stones : Aftermath ? Let it Bleed ? Some Girls ?… ou Get Yer Ya-Ya's Out !… voire Brussels Affair, le fameux bootleg qui a rejoint leur discographie officielle par la magie du show business !

Tous les plus grands artistes ont gravé au moins une fois dans la cire leurs prestations scéniques.

Hé ! Hé ! Vous me voyez venir avec mes gros sabots ? Vous vous dites : « Ce vieux bourricot, y va nous sortir un carré d'as des meilleurs albums live de tous les temps, de toute la galaxie et au-delà ! » Vous n'avez pas tort, bande de p'tits filous, sauf que ce n'est pas une compile que je vais vous proposer, mais toute une ribambelle à venir.

Pour essuyer les plâtres de cette nouvelle collection : quelques petits groupes pas encore très connus, mais qui méritent qu'on leur prête attention !

>>>>> STONISSIMO

01 - Peter Frampton - Somethings Happening
02 - The Rolling Stones - Gimme Shelter
03 - Neil Young & Crazy Horse - Hey Hey, My My (Into the Black)
04 - Lynyrd Skynyrd - I Ain't the One
05 - Peter Frampton - Doobie Wah
06 - The Rolling Stones - Happy
07 - Neil Young & Crazy Horse - Crime in the City
08 - Lynyrd Skynyrd - Saturday Night Special
09 - Peter Frampton - It's a Plain Shame
10 - The Rolling Stones - You Can't Always Get What You Want
11 - Neil Young & Crazy Horse - Cinnamon Girl
12 - Lynyrd Skynyrd - The Needle and the Spoon
13 - Peter Frampton - (I'll Give You) Money
14 - The Rolling Stones - Street Fighting Man
15 - Neil Young & Crazy Horse - Roll Another Number
16 - Lynyrd Skynyrd - Free Bird

samedi 5 octobre 2019

Metaluxemböurg


Un jour, on a vu un homme s'envoler à bord d'une étrange machine avec des ailes en bois. Plus tard, on en a même vu un traverser l'océan. Finalement, on a vu des hommes marcher sur la Lune. Sans doute qu'un jour on plantera des fraises sur Mars.

Un autre jour, on a remplacé le cheval par une grosse cocotte-minute pour faire avancer une charrette. Presque aussitôt, on s'est demandé si on ne devrait pas y ajouter un toit, des fauteuils et un volant… l'automobile était créée. Dans quelques années, les voitures voleront au dessus des océans, seront autonomes et fonctionneront à l'énergie solaire. Sans doute qu'un jour on prendra sa voiture pour aller manger des fraises sur Mars.

Un jour, on a vu des peuples se soulever contre leurs dirigeants. Un jour, des dictateurs ont été renversés et traduits devant la justice. Un jour, un prédicateur noir américain a été abattu alors qu'il réclamait simplement un peu de justice pour ses frères. Un jour des malades mentaux ont fait irruption au Bataclan pour y commettre un effroyable massacre. Sans doute qu'un jour les Martiens viendront sur Terre pour nous vendre des fraises.

Un jour, les Américains ont placé un directeur de supermarché peroxydé à la Maison Blanche… sans doute qu'un jour ils éliront un producteur de fraises martien !

Le monde est étrange, cruel, incompréhensible… dès lors, pourquoi n'y aurait-il pas de groupes de metal au Luxembourg ?

>>>>> GROUSSHERZOGTUM

01 - Lost in Pain - Rebellious Protesters
02 - Abstract Rapture - Noxious Utopia
03 - Blood To Prove - Live Your Life
04 - Kraton - Devoured
05 - Mindpatrol - Whoreheart
06 - Scarlet Anger - Attack of the Insidious Invader
07 - Thousand Lakes - Angelscream
08 - Feradur - Kolossus
09 - Fusion Bomb - Concrete Jungle
10 - Heaven's Scum - Bow Down to the Crown
11 - Scarred - Psychogenesis
12 - We Knew John Doe - Out of Hell
13 - Miles to Perdition - Karmasutra
14 - Athanorr - Unleash the Shadows
15 - Everwaiting Serenade - A Dead End Artery
16 - Kill The Drama Queen - The Ocean
17 - Inzest - Self Destruction
18 - Retrace My Fragments - The T-Gene

mercredi 2 octobre 2019

Carré d'As : Sixties Girls Bands [ 04 ]


Pas plus que le racisme, le sexisme n'aura sa place aux Jolies Compiles !

Une nouvelle fois, j'ai donc décidé d'incorporer une personne dotée d'une quéquette et d'un nœud papillon à cette myriade de nanas survoltées qui se trémoussent frénétiquement sur la musique endiablée des années 60. Cet apport en testostérone, aussi infime soit-il, n'a d'autre but que d'appliquer les quotas imposés par les plus hautes autorités de ce pays, en matière d'égalité entre les hommes et les femmes. Et oui, m'sieur-dame, le C.S.A. veille… même sur nous, pauvres tâcherons de la toile !

Un blaireau pour douze belettes, c'est peu, je vous l'accorde, mais quand on voit comment elles se débrouillent toutes seules, on se dit que finalement le mec aurait pu rester chez lui, vautré dans son canapé, à se gratter les couilles devant un match à la télé… avec tout le respect que l'on doit à cette tranche de la population qui a autant le droit d'exister que vous et moi ! Je le répète : pas de racisme, pas de sexisme et pas de stigmatisation des êtres inférieurs !!!

>>>>> VENUS IN FURS

01 - The Marvelettes - Too Many Fish in the Sea
02 - The Dixie Cup - Iko Iko
03 - The Orlons - Don't Hang Up
04 - The Supremes - Reflections
05 - The Marvelettes - Playboy
06 - The Dixie Cup - People Say
07 - The Orlons - Spinnin' Top
08 - The Supremes - You Can't Hurry Love
09 - The Marvelettes - Don't Mess With Bill
10 - The Dixie Cup - Chapel of Love
11 - The Orlons - Crossfire !
12 - The Supremes - Run, Run, Run
13 - The Marvelettes - The Hunter Gets Captured by the Game
14 - The Dixie Cup - Gee the Moon Is Shining Bright
15 - The Orlons - The Wah-Watusi
16 - The Supremes - Where Did Our Love Go ?

dimanche 29 septembre 2019

9METAL19


Chaque fois que je me rendais chez ma tante Soaz, la consigne était impérieuse : interdiction absolue de s'approcher de la haie qui séparait son jardin de celui de sa voisine qu'elle qualifiait de "vieille fille naturiste". Dans ma petite tête d'enfant, je m'imaginais alors que cette maigre frontière végétale dissimulait l'antre d'une terrible sorcière aux dents moisies, tout droit débarquée d'un lointain pays appelé la Naturie.

Un dimanche après-midi de septembre 69, poussé par une curiosité malsaine et un goût certain du risque, j'avais enfin osé transgresser cette loi canonique. Et c'est ainsi qu'à l'aube de mes 11 ans, je me retrouvai pour la première fois en face d'une femme toute nue. Quelle ne fut pas ma surprise de constater qu'elle n'était pas du tout vieille — en tout cas, moins que tante Soaz — et que je comprenais parfaitement ce qu'elle disait... on parlait donc le français en Naturie ?

« Ponchour, cheune hôôômme ! Foulez-fous un ferre te zitronâââte ? »

Mon Dieu, elle m'avait repéré et maintenant elle me parlait. J'étais déconcerté, éberlué, pétrifié, tétanisé, raide comme un vieux hareng saur. Il me semble avoir émis un improbable « vui ! » qui l'a fait sourire. Elle s'en est donc retournée vers une table de jardin en plastique jaune sur laquelle trônait une collection de bouteilles multicolores. Comme un papillon pris dans les feux d'une voiture, je restai figé par le spectacle de ses fesses bronzées, animées d'un hallucinant mouvement ondulatoire.

Cling ! Clong ! Firent les glaçons jetés dans un verre. Fsssh ! La bouteille de limonade qu'on débouche. Puis, le murmure d'une cascade fraîche.

Quand elle revint, ce fut un véritable feu d'artifice pour les mirettes ! Si le verso de la dame était déjà éminemment troublant, son recto n'en était pas moins envoûtant. Sous un torrent de cheveux translucides, deux énormes seins tout ronds semblaient se mouvoir en totale apesanteur au-dessus d'un ventre lisse comme une plage. Une toison hirsute et tout aussi claire dissimulait à peine le délicat renflement blotti au croisement de ses cuisses. En quoi consistait donc tout cet attirail étrange qui mettait en ébullition le petit tuyau qui me servait habituellement à faire pipi ?

Elle m'a tendu le précieux élixir et je me suis noyé dans ses yeux bleu pastel... je crois que mon cœur s'est embrasé. J'ai bredouillé un « Merci, madame » qui sonnait plus comme "Help !" que comme "Rocket Man".

« Ahrrr ! Nein, matâââme ! Che m'abbelle Olga et che fiens te la Allemâââgne ! »

La preuve était donc faite que tante Soaz avait tort sur toute la ligne : non seulement ce n'était pas une vieille fille, mais en plus elle était allemande et non pas Naturiste  !

>>>>> PAT BENATAR

01 - Entombed A.D. - Bourbon Nightmare
02 - Nydeaf - Planets From Hell
03 - Mortales - Psilocyborg
04 - Feels Like Home - Broken & Angry
05 - Planet Of Zeus - Gasoline
06 - Redscale - The Hard Rain
07 - Detraktor - Grinder
08 - Rankatoko - Medo
09 - Eryx - Kings of Nothing Life
10 - Ethereal Riffian - Unconquerable
11 - UnityTX - Cross Me
12 - Warcode - UnEvolved
13 - Ningen-Isu - 地獄の申し子 (Jigoku No Moushigo)
14 - Soul of Anubis - Embodied Chaos
15 - Crypt Sermon - Key of Solomon
16 - Suicidal Angels - Endless War
17 - Daydream Flights - Indifference
18 - Mask of Sanity - Thrash Sabbath


>>>>> PHIL ANSELMO

19 - Transport League - 1200 Goddamned
20 - Doom's Day - Baphomet
21 - Renounced - Self Inflicted
22 - Goatess - Stampede
23 - Gurt - Marijuarmchair
24 - Sed Lex - Intro / Concrete Hell
25 - 5Rand - Black Ocean
26 - Doomsday - Call to War
27 - Downstroke - Vultures
28 - My Own Shiva - Karma
29 - Mortal Infinity - Misanthropic Collapse
30 - Cult of Sorrow - Satan's Eyes
31 - Superchief - Barking Out at the Blood Moon
32 - Freakings - Brainwash
33 - The Black Furs - Black Limousine Blues
34 - Ram - Fang and Fur
35 - Scattered Guts - Toxic Shock
36 - Hengrenade - Penetrator

mardi 24 septembre 2019

Carré d'As de la J-Pop [ par Zocalo ]


La J-pop, abréviation de Japanese Pop, est un véritable continent. Régi par des règles extrêmement strictes (comme un peu tout au Japon), il est malgré cela un milieu où la créativité la plus folle se mêle au conservatisme le plus obstiné. Les groupes se font et se défont par centaines chaque année en fonction des talents émergents et des meilleurs montages commerciaux. En France, on en connaît l’aspect le plus insolite, le plus excessif. Mais il serait bien surprenant que parmi ces milliers de groupes, il ne se trouve pas quelques artistes qui sortent du lot. En voici quatre.

Née à Osaka en 1982, Ai Otsuka joue du piano depuis l’âge de 4 ans. À l’inverse de la plupart des groupes de J-pop, Ai compose la majorité des titres (paroles et musique) qu’elle interprète.

La tokyoïte Miki Nakatani est plus connue au Japon comme actrice que comme chanteuse. C’est un peu dommage, car sa carrière musicale a grandement bénéficié de sa collaboration avec Ryuichi Sakamoto, mais également parce les films dans lesquels elle a tourné sont loin d’avoir marqué l’histoire du cinéma.

Kou Shibasaki est d’abord une actrice. Elle a notamment tourné avec Kitano dans "Battle Royale", le film de Kinji Fukasaku, plus connu chez nous sous sa forme de manga papier. Musicalement, Kou se démarque par un style serein et mesuré qui nous change de l’excitation artificielle des groupes tels que AKB48, pour ne citer que le plus célèbre.

Mariko Hamada est la perle de cette compile. Seule au piano ou accompagnée d’un unique instrument, ses compositions sont d’une finesse sans équivalent dans le monde de la J-pop. Nous sommes ici à l’exact opposé de l’exubérance souvent moquée sur les réseaux sociaux d’une Kyary Pamyu Pamyu, par exemple. Mariko est une artiste rare, même au Japon. Ses disques sont introuvables. Si je parviens à m’en procurer, je vous promets que je reviendrai volontiers sur le travail de cette artiste exceptionnelle.


>>>>> KIMI GA YO

01 - 大塚愛 - 9
        Ai Ōtsuka - 9
02 - 中谷美紀 - MIND CIRCUS
        Miki Nakatani - Mind Circus
03 - 柴咲コウ - ANOTHER:WORLD
        Shibasaki Kou - Another:World
04 - 浜田真理子 - スプーン
        Mariko Hamada - Spoon
05 - 大塚愛 - Shooting star
        Ai Ōtsuka - Shooting Star
06 - 中谷美紀 - STRANGE PARADISE
        Miki Nakatani - Strange Paradise
07 - 柴咲コウ - Wish
        Shibasaki Kou - Wish
08 - 浜田真理子 - 存在
        Mariko Hamada - Existence
09 - 大塚愛 - LOVE LETTER
        Ai Ōtsuka - Love Letter
10 - 中谷美紀 - A FRUIT OF SAND (larmes amères)
        Miki Nakatani - A Fruit of Sand (Larmes amères)
11 - 柴咲コウ - 分身
        Shibasaki Kou - Alternate
12 - 浜田真理子 - 旅路
        Mariko Hamada - Journey               
13 - 大塚愛 - I'm lonely
        Ai Ōtsuka - I'm Lonely
14 - 中谷美紀 - 逢いびきの森で
        Miki Nakatani - In the Snoring Forest  
15 - 柴咲コウ - 祈り
        Shibasaki Kou - Prayer
16 - 浜田真理子 - 胸の小箱
        Mariko Hamada - Chest Small Box

jeudi 19 septembre 2019

Brant Bjork : Stoner Man


N'attendez pas que je fasse une chronique à rallonge sur Brant Bjork. Brant Bjork n'en a rien à foutre des chroniques… qu'elles soient à rallonge ou pas !

Les seules choses à savoir sont que Brant Bjork est batteur, chanteur, guitariste, bassiste, auteur-compositeur, producteur et qu'il a fondé Kyuss en 1989 avec John Garcia et Josh Homme. Après la dissolution de Kyuss, il intègre Fu Manchu (autre poids lourd du stoner rock) avant de se lancer dans une carrière solo qui se poursuit depuis 20 ans avec un succès jamais démenti.

Pour le reste, vous pouvez toujours fouiller dans la presse à ragots, vous ne trouverez rien de plus. Il fait partie de ces (trop rares) artistes qui ne s'expriment que sur scène et au travers de ses disques. Aussi discret qu'attachant, Brant Bjork est un musicien qui se fout des sirènes poisseuses du showbiz.

Souvent inspiré par la soul et le funk, ce natif de Palm Springs, en Californie, nous propose un répertoire bouillonnant, buriné par les vents du désert et relevé de délicates touches psychédéliques. Rock parfois abrupt, mais toujours envoûtant, organique, mélancolique et furieusement sexy.

>>>>> BLUES FOR THE RED SUN

01 - 800 (1992 - Kyuss : Blues for the Red Sun) (D, S, P)
02 - Demon Cleaner (1994 - Kyuss : Welcome to Sky Valley) (D, S, P)
03 - Strolling Astronomer (1997 - Fu Manchu : The Action Is Go) (D, S)
04 - Toot (1999 - Jalamanta) (D, G, B, V, S)
05 - Grasschopper (2000 - Fu Manchu : King of the Road) (D, S)
06 - Blue Demon (2000 - Ché : Sounds of Liberation) (G, V, S)
07 - Mongoose (2001 - Fu Manchu : California Crossing) (D, S)
08 - Smarty Pants (2002 - Brant Bjork & The Operators) (D, G, B, V, S)
09 - Gonna Make the Scene (2003 - Keep Your Cool) (D, G, B, V, S, P)
10 - So High, So Low (2003 - Mondo Generator : A Drug Problem That Never Existed) (D)
11 - Chico (2004 - Local Angel) (D, G, B, V, S, P)
12 - Sweet Maria's Dreams (2005 - Saved by Magic, Disc 1) (G, V, S)
13 - Avenida de la Revolucion (2005 - Saved by Magic, Disc 2) (G, V, S)
14 - Blood in the Gallery (2007 - Somera Sól) (G, V, S, P)
15 - Love Is Revolution (2007 - Tres Dias) (D, G, B, V, S)
16 - Shocked by the Static (2008 - Punk Rock Guilt) (D, G, B, V, S)
17 - Radio Mecca (2010 - Gods & Goddesses) (G, V, S, P)
18 - Sweet Remain (2013 - Vista Chino : Peace) (D, V, B, S, P)
19 - We Don't Serve Their Kind (2014 - Black Power Flower) (G, V, S, P)
20 - Biker No 2 (2016 - Tao of the Devil) (G, V, S, P)
21 - Polarized (2019 - Jacoozzi) (D, G, B, V, S, P)

D : drums   -   G : guitar   -   B : bass   -   V : Vocals   -   S : songwriter   -   P : producer

samedi 14 septembre 2019

8METAL19


De vous à moi, jolie Marilou
Où, oui où irez-vous en août ?
Acheter des bijoux à Corfou ?
Planter des choux à Katmandou ?
Chasser des z'hiboux à Limoux ?
À Cayenne casser des cailloux ?
Manger des zébus chez les hindous ?
Tresser du coton à Cotonou
Chez les papas papous sans poux ?
Ou chez les mamans à poux zouloues ?
Ôtez-moi d'un doute et dites-moi
Jolie Marilou, où serez-vous en août ?

>>>>> DORO PESCH

01 - Sic Zone - Toy
02 - Killswitch Engage - Know Your Enemy
03 - Destruction - Betrayal
04 - Insurrection - Futile Existence
05 - The Neptune Power Federation - Flying Incendiary Club for Subjugating Demons
06 - Dreams of Nightmares - Remnants
07 - The Stealth Creeping Apocalypse - Nothing Repeats
08 - Hadron - Salvation
09 - King Gizzard & The Lizard Wizard - Self-Immolate
10 - Dead Knowledge - Tale of a Space Hunter
11 - Volbeat - Leviathan
12 - Vargvrede - Born at Dusk
13 - Cline's Mind - My Own Enemy
14 - Barbarian Waseland - Battle of Bloody Hill
15 - Wild Call - Wild Woman
16 - Slashers - Assault + Battery
17 - Horseburner - Hand of Gold, Man of Stone
18 - Act of Violence - Martyr's Game


>>>>> ROB ZOMBIE

19 - Tarja - Tears in Rain
20 - Wraith - Meaningless Planet
21 - Dead Feathers - All Is Lost
22 - Silver Locusts - Duress
23 - Sublime Eyes - King of Suffering
24 - Purifire - Danse Macabre
25 - Helhorse - Under a Bad Moon
26 - Dwell in Doom - Embrace the Fire
27 - Waingro - The Upward Turn
28 - Slowjoint - Pigs
29 - Sidilarsen - Start Up Nation
30 - Slipknot - Nero Forte
31 - AlienatorAlienator - Neon Black
32 - The Will - Veenstra
33 - Crobot - Burn
34 - Guilt Trip - Forked Tongue
35 - Petrichor - My Swollen Voice
36 - Evil United - Operation Overlord

samedi 7 septembre 2019

7METAL19


J'aurais aimé, mon aimée, vous aimer en juillet
Trop de soleil, trop de fleurs et trop d'oiseaux
Las, juillet n'est guère propice à s'aimer, mais
Plutôt à lézarder à l'ombre d'un amandier

Si le cœur vous en dit, mon aimée, venez en juillet
Vous réfugier sous les branches de mon amandier
Le soleil, les fleurs et les oiseaux pour témoins
Nous lézarderons de concert jusqu'au mois d'août

>>>>> JULIE WORLAND

01 - Hippie Death Cult - Pigs
02 - Obey The Brave - Reality Check
03 - We Are Band Nerds - Toasty Buns
04 - All Out War - Gehenna Lights Eternal
05 - Warcrab - Kraken Arise
06 - American Hitmen - Trample the Weak
07 - Marathonmann - Schachmatt
08 - Morbid Cross - Decay
09 - Requiem Rust - Hush
10 - Fire Wheel - Ignited
11 - Zeit - Blood Diamonds
12 - Alkymenia - Sus
13 - Curse Them - Barely Dead
14 - ClubMurder - Time to Erase
15 - Okill - Alive
16 - Rataxes - JCVD
17 - Starburner - The Great Destroyer
18 - Zed - Hollow Men


>>>>> PAUL DI'ANNO

19 - Scumback - Iron Dog
20 - Kneipenterroristen - Auf die Kollegen
21 - Enforced - Civilized Mind
22 - Tom Gekas - Blasphemy
23 - Andralls - Noiséthrash
24 - High Fighter - Dead Gift
25 - Arrowhead - Ghost Ship
26 - The Love Team - Thrash Don't Pay the Bills
27 - Batushka - Utrenia
28 - 3Teeth - Hyperstition / Affluenza
29 - Voron - Perfect Suspect
30 - Abbath - Calm in Ire (Of Hurricane)
31 - Talaiot - M'esperen Per Dinar
32 - Mutautu - Together in the Darkness / Last Graveyard
33 - Cable - Low Man
34 - Anger Machine - Conquer All
35 - Nocturnal Bloodlust - Macho of the World
36 - Spiral Guru - Virtual Horizon

lundi 2 septembre 2019

AfriK


Sur les étangs de Malawi
La nuit résonne comme un signal
C'est pour une fille de Nairobi
Qu'un tambour joue au Sénégal
Et de Saint Louis à Yaoundé
Des lacs salés au vieux Kenya
C'est tout un peuple qui va danser
Comme s'il allait mourir de joie

[ Michel Sardou ]

Quand l'Europe et l'Asie pétaient dans la soie, l'Afrique rongeait déjà son blues. Toute la musique que j'aime, elle vient de là, elle vient d'outre-Méditerranée. D'Alger à Pretoria, d'Accra à Djibouti, mille senteurs, mille couleurs et mille saveurs pour une musique en mouvement perpétuel.

>>>>> DARBOUKA

01 - Sally Nyolo - Dimama
02 - Baka Beyond - Ant-Oighr'Og
03 - Amadou & Mariam - Taxi Bamako
04 - Youssou N'Dour - Shukran Bamba
05 - Nuru Kane - Niang Balo
06 - Geoffrey Oryema - Piri Wango Iya
07 - Cesaria Evora - Petit pays
08 - Mamani Keïta - Dounia
09 - Bonga - Kuriondo Kanthoka
10 - Dobet Gnahoré - Akissi la rebelle
11 - Natacha Atlas - Mahlabeya
12 - Habib Koité & Bamada - Sira Bulu
13 - Las Hijas del Sol - Callate Niña
14 - Ali Hassan Kuban - Mabrouk Wo Arisna
15 - Rasha - Leali
16 - Khadja Nin - Mwana Wa Mama
17 - Vieux Farka Touré - Amana Quai
18 - Ofra Haza - Im Nin'alu

jeudi 22 août 2019

Carré d'As : High Emotion (F)


Donnez-moi le la, chère amie
Et donnez-moi le, là, dans ce lit
Dans ce lit-là, aux draps lilas
À cloche-cœur sur ton décolleté
Tricoter de doux accords
À doigts de velours sur ta peau
Tisser des arpèges irisés
À tire-d'aile au fil de tes courbes
Poser des barrés de si mineur
À brûle-pourpoint sur ton corps
Laisser sonner un vibrato
Et dans une tendre connivence
Entamer la frénétique coda
À deux, nous serons orchestre
Philharmonique incandescent

>>>>> RACHMANINOV

01 - Marika Hackman - Monday Afternoon
02 - Kari Rueslåtten - The Harbour
03 - The Cranberries - Ode to my Family
04 - Emily Jane White - The Roses
05 - Marika Hackman - Retina Television
06 - Kari Rueslåtten - River
07 - The Cranberries - Roses
08 - Emily Jane White - Dark Undercoat
09 - Marika Hackman - Cigarette
10 - Kari Rueslåtten - When Lilies Bloom on Winter Days
11 - The Cranberries - In the End
12 - Emily Jane White - The Black Oak
13 - Marika Hackman - Tongues
14 - Kari Rueslåtten - Mary’s Song
15 - The Cranberries - Dying in the Sun
16 - Emily Jane White - Womankind

mercredi 14 août 2019

Chicago Plays The Stones


« The Stones came back from England after they started selling such
tremendous amounts of records and told the Americans who we were.
Without those guys we’d still be, I guess, less unknown then what we are today. »

[ Buddy Guy ]


Euh ? Je vous ai déjà dit que j'aimais les Rolling Stones ? Est-ce que je vous ai aussi dit que j'adorais les artistes qui reprennent les chansons des autres ? Et surtout, vous ai-je dit que je kiffais comme un crevard ceux qui font des reprises des Rolling Stones ?

Mais attâââtion, faut pas jouer avec le répertoire des Stones. Pour reprendre les Stones, c'est un peu comme reprendre du Brel, faut un minimum de talent et une sacrée foutue paire de putain de cojones de brontosaure… sinon, tu te vautres comme une vulgaire bouse !

Alors évidemment, si c'est la crème des bluesmen de Chicago qui s'attache à la relecture du répertoire des Glimmer Twins, y'a plus qu'à fermer sa gueule et se laisser porter par une vague de chaleur qui risque bien de mettre à mal le climat déjà salement perturbé de notre pauvre petite planète. Et puis, quitte à crever, autant que ce soit en écoutant toute la musique que j'aime… elle vient de là !…

>>>>> WINDY CITY

01 - John Primer - Let It Bleed
02 - Billy Boy Arnold - Play with Fire 
03 - Buddy Guy (feat. Mick Jagger) - Doo Doo Doo Doo Doo (Heartbreaker)
04 - Ronnie Baker Brooks - Satisfaction
05 - Billy Branch - Sympathy for the Devil
06 - John Primer - Angie 
07 - Leanne Faine - Gimme Shelter 
08 - Jimmy Burns (feat. Keith Richards) - Beast of Burden 
09 - Mike Avery - Miss You 
10 - Omar Coleman - I Go Wild
11 - Carlos Johnson - Out of Control
12 - Jimmy Burns - Dead Flowers

lundi 5 août 2019

Ellos son... Rodrigo y Gabriela [ par Zocalo ]


- Accusé Chocalo ? Chalumo ? Marchmalo ? Veuillez vous lever et décliner votre identité.

          - Ló, Choca Ló… mais vous pouvez auchi m'appeler Patá, Cha Patá… comme le
            révoluchionnaire mechicain.
 
- Donc, accusé Patá Ló ? Los Pataquès ? Para bailar La Bamba ? Vous êtes soupçonné de
  foutre le bordel partout où vous passez. J'ai là les témoignages des sieurs Jimi X et Keith X, deux
  citoyens modèles. Qu'avez-vous à dire pour votre défonce… euh, pardon, pour votre défense ?

         - Monchieur le présipotent, je chuis innochent de tous les méfaits qui me chont reprochés…
           la preuve : je me broche les dents avec du dentifriche au bifiduche actif tous les matins !

- Bien, accusé Zapa Tó ? Cha Pató ? El Cható ? Je vous condamne à fabriquer dans les plus
  brefs délais une compile sur la paire de guitaristes Gadrigo y Robriela !

          - Se necessita una poca de gracia !

- Bonsoâr Rodriga, bonsoâr Gabrielo, bienvenue sur le plateau de "On en parle comme on
  cause", une émission de Laura Delair (c'est moâ…), l'émission de toute la Culture et rien que
  la Culture, dites je le jure. Alors Rodriga, Gabrielo, on vous connaît pour votre duo de guitare à
  quatre mains, mais à vous entendre et à vous écouter, on ne se rend pas toujours compte que
  vous avez débuté dans le domaine du rock métallique.

- Buenas n…

- Car en effet, dans les années 90, vous jouiez dans un groupe qui s'intitulait Tierra Ácida et qui
  pratiquait, sans trop de succès d'ailleurs, cette musique marginale, s'il en est, de rebelles à la
  juste cause et aux poches vides. Mais maintenant, quel regard portez-vous sur cette période de
  vaches maigres ?

- En fait…

- Mais bien heureusement, le succès est venu lorsque vous avez quitté votre pays, le Mexique, et
  avez commencé à tourner en Europe et dans le monde, allégés que vous fûtes de la lourdeur de
  ce style musical rudimentaire et de vos compagnons d'infortune.

- Ce n'est pas…

- Et bien sûr, il y a une question que je ne vous poserai pas, car vous avez toujours refusé d'y
  répondre, alors je ne vous pose pas cette question, Rodriga, Gabrielo, ce merveilleux couple
  que vous formez sur scène est-il également un couple, tout aussi merveilleux, à la ville ?

- …

- Et bien merci Rodriga, merci Gabrielo, et on viendra nombreux vous applaudir ce soâr pour
  votre prestation aux Jolies Compotes de Miche Quichard. C'était Laura Delair, à vous les
  studios, à vous Paris !

>>>>> MARIDO Y MUJER

01 - Tierra Ácida (Tierra Ácida)
02 - 11-11
03 - Ixtapa (feat. Anoushka Shankar on sitar)
04 - PPA
05 - Mettavolution
06 - Buster Voodoo (Live in France)
07 - Hanuman
08 - Tamacun (feat. John Tempesta on drums)
09 - Amuleto
10 - Gabriela Solo (Live in Japan)
11 - Rodrigo Solo (Live in France)
12 - Megalopolis
13 - Juan Loco (feat. Carles Benavent on bass)
14 - Cumbé
15 - La salle des pas perdus
16 - Stairway to Heaven (Led Zeppelin Cover)
17 - Electric Soul
18 - Master Maqui (feat. Le Trio Joubran on ouds)

lundi 29 juillet 2019

Carré d'As : High Emotion (M)


Flash back ! Juillet 74, on a monté nos tentes au bord de la Meuse, juste à la sortie de Saint-Mihiel. La photo n'est pas très nette, mais on reconnait Jean-Marc et sa sœur Graziela, Jean-Paul qui en pince pour la sœur de Jean-Marc, le gros Serge qui se tape l'incruste. Et puis, la belle, la magnifique, la sublime Nelly, regard clair, cheveux fous. Complètement à droite, encore plus flou que les autres, il y a le petit Mimi, tee-shirt floqué du drapeau américain, Ray-Ban miroir, les tifs en pétard. Lui, il en bave pour la belle, la magnifique, la sublime Nelly… regard fou, cheveux clairs !

Il est bourré de complexes, le pauvre Mimi. Faut dire qu'il est gaulé comme un filet de limande et qu'il se liquéfie dès qu'il est en présence d'une fille. Mais pour ce weekend entre potes, il a sorti la grosse artillerie… en l'occurrence la superbe guitare folk que pépé Jos lui a offert pour Noël. Depuis, le petit Mimi a potassé comme un malade sur la méthode à Dadi, il a ingurgité des accords à la pelle et peaufiné son brossé de cordes.

Ce soir, au coin du feu, s'il parvient à contenir ses émotions et placer ce putain de barré de si mineur, il sera le roi de la soirée… et peut-être, avec un peu de chance, qu'il pourra embrasser la belle, la magnifique, la sublime Nelly.

>>>>> HEARTBREAKER

01 - Geoffrey Gurrumul Yunupingu - Marwurrumburr
02 - Asaf Avidan - On Western Wind
03 - Pavlov's Dog - Aria
04 - Antony & The Johnsons - Divine
05 - Geoffrey Gurrumul Yunupingu - Gapu
06 - Asaf Avidan - My Old Pain
07 - Pavlov's Dog - Mersey
08 - Antony & The Johnsons - The Great White Ocean
09 - Geoffrey Gurrumul Yunupingu - Mala Rrakala
10 - Asaf Avidan - Devil's Dance
11 - Pavlov's Dog - Suzanne
12 - Antony & The Johnsons - Her Eyes Are Underneath the Ground
13 - Geoffrey Gurrumul Yunupingu - Galupa
14 - Asaf Avidan - Thumbtacks in my Marrow
15 - Pavlov's Dog - Angel's Twilight Jump
16 - Antony & The Johnsons - Fistful of Love

vendredi 26 juillet 2019

Carrot Fields Forever


On a beau afficher 61 barreaux au compteur, avoir traversé des océans de merde, rencontré d'innommables crevures, vu des choses infâmes, entendu des paroles indignes, ingurgité des hectolitres d'alcool frelaté, en avoir vomi tout autant, s'être réveillé dans des lits inconnus...

On est persuadé d'avoir le cœur carapaçonné de béton et d'acier, mais voir un petit lapin d'un kilo et demi mourir dans ses bras est toujours aussi douloureux.

Hey ! Miss Mirabelle, je te jure, tu vas t'éclater au paradis des lapins... il y a des champs de carottes pour toujours.

vendredi 19 juillet 2019

This Is… Reginald Kenneth Dwight


Reginald Kenneth Dwight — plus connu sous le pseudonyme d'Elton John — n'est pas du genre à quitter la scène comme un malpropre. En 2018, sir Elton décide de mettre le point final à une carrière entamée en 1962, riche d'une bonne trentaine d'albums et plus de 5000 concerts. En guise de pot de départ, il se lance alors dans une ultime tournée de trois ans, pour 300 concerts à travers le monde entier. C'est ce qu'on appelle tout simplement : la classe… LA GRANDE CLASSE !

Qu'on aime ou qu'on n'aime pas l'artiste, il faut quand même admettre que le bonhomme ne laisse personne indifférent. Sexe, drogue, rock and roll, il a connu tout et survécu à tout, dans une folie absolue, la démesure, l'extravagance : Donald un jour, Pinball Wizard un autre !

Tout est dit, inutile d'en rajouter, Elton John n'a besoin de personne pour chanter ses louanges… à part son public, fidèle, multiculturel et multigénérationnel. Un public qui sera encore là le jour où Reginald Kenneth Dwight posera définitivement ses valises !

>>>>> HONKY CHÂTEAU

01 - Sails (1969 - Empty Sky)
02 - Sixty Years On (1970 - Elton John)
03 - Where to Now St. Peter ? (1970 - Tumbleweed Connection)
04 - Levon (1971 - Madman Across the Water)
05 - Slave (1972 - Honky Château)
06 - I'm Gonna Be a Teenage Idol (1973 - Don't Shoot Me I'm Only the Piano Player)
07 - The Ballad of Danny Bailey (1909-34) (1973 - Goodbye Yellow Brick Road)
08 - Dixie Lily (1974 - Caribou)
09 - Better Off Dead (1975 - Captain Fantastic and the Brown Dirt Cowboy)
10 - Dan Dare (Pilot of the Future) (1975 - Rock of the Westies)
11 - Crazy Water (1976 - Blue Moves)
12 - Flinstone Boy (1978 - A Single Man)
13 - Street Boogie (1979 - Victim of Love)
14 - White Lady, White Powder (1980 - 21 at 33)
15 - The Fox (1981 - The Fox)
16 - Legal Boys (1982 - Jump Up !)
17 - Whipping Boy (1983 - Too Low for Zero)
18 - Slow Down Georgie (She's Poison) (1984 - Breaking Hearts)
19 - Satellite (1985 - Ice on Fire)
20 - Paris (1986 - Leather Jackets)
21 - Goodbye Marlon Brando (1988 - Reg Strikes Back)
22 - Durban Deep (1989 - Sleeping with the Past)
23 - Emily (1992 - The One)
24 - Born to Lose (feat. Leonard Cohen) (1996 - Duets)
25 - Belfast (1995 - Made in England)
26 - January (1997 - The Big Picture)
27 - Birds (2001 - Songs from the West Coast)
28 - My Elusive Drug (2004 - Peachtree Road)
29 - Just Like Noah's Ark (2006 - The Captain and the Kid)
30 - Gone to Shiloh (feat. Leon Russell &  Neil Young) [2010 - The Union (avec Leon Russell)]
31 - A Town Called Jubilee (2013 - The Diving Board)
32 - England and America (2016 - Wonderful Crazy Night)

vendredi 12 juillet 2019

This is... / Aquí está… Santana [ avec Zocalo ]


Hasard du calendrier ? Alignement des planètes ? Intervention divine ?… Satanique ?… Extraterrestre ? Quand Zocalo m'a proposé de publier sa seconde compile consacrée à Carlos Santana, j'étais moi-même en train de peaufiner la mienne. Il en ressort deux visions différentes de cet artiste prodigieux : très latino pour Zocalo, un poil plus rock de mon côté ! Il eut été ballot d'en mettre l'une ou l'autre aux oubliettes. Voilà pourquoi nous vous invitons à survoler avec nous l'œuvre du plus célèbre musicien mexicain de tous les temps.


Tout commence le 20 juillet 1947, dans la ville mexicaine d'Autlán de Navarro (État de Jalisco, capitale : Guadalajara). José, violoniste dans un groupe traditionnel de mariachi, est fier d'annoncer la naissance de son fils Carlos Alberto Santana Barragán. Celui-ci n'attendra pas bien longtemps pour emboîter le pas de papa, il commence à jouer du violon à 5 ans. À 8, il se met à la guitare. En 1955, toute la famille déménage à Tijuana (ville frontalière des États-Unis), permettant au garçonnet de découvrir T. Bone Walker, B.B. King, John Lee Hooker et d'autres grands bluesmen, grâce aux puissants émetteurs des radios texanes.

 À 17 ans, le jeune Carlos Santana se produit dans les clubs de Tijuana, alors que le reste de la famille immigre à San Francisco. Après une année passée à écumer les bars de Tijuana, le jeune guitariste décide de rejoindre ses parents. À San Francisco, il apprend l'anglais et s'immerge dans le blues pour s'en imprégner.

 En 1966, il crée le Santana Blues Band qui se fait remarquer dans les rues de San Francisco. En 1969, il est invité à se produire dans un obscur festival hippie perdu au milieu de nulle part, à Bethel, Sullivan County, NY. Le nom de ce festival ? Woodstock !

La suite, vous la connaissez : Abraxas, Caravanserai, Amigos, les tournées dans le monde entier, la rencontre avec le gourou Sri Chinmoy, puis les doutes et la traversée du désert des années 80. Enfin, le retour en 1999 avec l’album Supernatural : 30 millions de disques vendus, 9 Grammy Awards. Carlos Santana entame une nouvelle carrière. Vient alors le temps des collaborations avec des musiciens de tous horizons : Eric Clapton, Wayne Shorter, Michael Jackson, Joe Zawinul, Shakira. C’est aussi le temps du retour aux sources, le fabuleux concert de Guadalajara en 2013, les nombreuses participations au Festival de Jazz de Montreux et la rencontre avec Cindy Blackman.

Depuis quelques années, c’est l’Afrique qui pousse sa corne dans la musique de Carlos Santana. Mêlant pop, rock, jazz, blues aux rythmes latinos et africains, Carlos Santana est  sans conteste le précurseur de la world music.

Nous vous proposons de déguster une grosse poignée de chansons gorgées de soleil et gaulées comme des señoritas de là-bas, et piochées dans la discographie luxuriante de ce chicanos qui, du haut de ses 72 ans, continue d'éclabousser le monde de son talent et de sa bonhomie.



>>>>> SAMBA PA TI [ Zocalo ]

01 - Spring Manifestations / Canto de los flores
02 - La fuente del ritmo
03 - Gitano
04 - Jin-Go-Lo-Ba
05 - María Caracôles
06 - Una noche en Napoles (feat. Lila Downs, Nina Pastori & Soledad)
07 - Mal bicho (feat. Los Fabulosos Cadillacs)
08 - Beijo de longe (feat. Gloria Estefan)
09 - Corazón Espinado (with Mana)
10 - 4 Africa (feat. Angelique Kidjo)
11 - El fuego
12 - Tales of Kilimanjaro
13 - El nicoya
14 - Los invisibles
15 - Agua que va caer
16 - Oye este mi canto
17 - Wham !
18 - (Da le) Yaleo


>>>>> OYE CÓMO VA [ Keith Michards ]

01 - Treat (1969 - Santana)
02 - Hope You're Feeling Better (1970 - Abraxas)
03 - Taboo (1971 - III)
04 - Stone Flower (1972 - Caravanserai)
05 - Illuminations (feat. Alice Coltrane) (1974 - Illuminations)
06 - Mirage (1974 - Borboletta)
07 - Let It Shine (1976 - Amigos)
08 - The River (1977 - Festival)
09 - Jim Jeannie (1979 - Oneness : Silver Dreams - Golden Reality)
10 - Hard Times (1979 - Marathon)
11 - La Llave (1980 - The Swing of Delight)
12 - Brightest Star (1981 - Zebop !)
13 - Oxun (Oshun) (1982 - Shango)
14 - Daughter of the Night (1983 - Havana Moon)
15 - Songs of Freedom (1987 - Freedom)
16 - It's a Jungle Out There (1990 - Spirits Dancing in the Flesh)
17 - Agua Que Va Caer (1992 - Milagro)
18 - Luz, Amor y Vida (1994 - Brothers)
19 - Wishing It Was (feat. Eagle-Eye Cherry) (1999 - Supernatural)
20 - Feels Like Fire (feat. Dido) (2002 - Shaman)
21 - Just Feel Better (feat. Steven Tyler) (2005 - All That I Am)
22 - Bang a Gong (T. Rex Cover) (feat. Gavin Rossdale) (2010 - Guitar Heaven)
23 - Dom (2012 - Shape Shifter)
24 - Oye 2014 (feat. Pitbull) (2014 - Corazón)
25 - Yambu (2016 - Santana IV)
26 - Yo Me lo Merezco (2019 - Africa Speaks)

dimanche 7 juillet 2019

Tom Morello : Guitariste enragé


Hey ! Vous me connaissez : je suis pas du genre à m'enflammer pour le premier tripatouilleur de manche venu !

C'est pas compliqué, dès que j'ai entendu l'intro de Bombtrack, premier titre du premier album de Rage Against The Machine, j'ai compris qu'il se passait "quelque chose". Quelque chose de grand, quelque chose de gigantesque, quelque chose d'incompréhensible et merveilleux… le même truc que j'avais déjà ressenti 40 ans plus tôt avec Whole Lotta Love de Led Zep. Je pourrais aussi évoquer le Cowboys From Hell de Pantera ou le Stranglehold de Nugent. Le genre coup de poing dans la gueule qui te sèche recta et qui te fait un traumatisme à vie !

Thomas Baptist Morello, né en 1964 dans le quartier de Harlem à New York, fait partie des grands… que dis-je !… des très grands ! De ceux qui propulsent la musique vers des sphères jusque-là inexplorées, si lointaines que les pieds ne touchent plus terre et que la cervelle se met à bouillir. Peu de guitaristes peuvent se targuer d'un tel pouvoir : Hendrix, bien sûr, Page, Nugent, Santana, Gilmour, Iommi, Darrell…

À 13 ans, le petit Tom s'achète une guitare et rejoint le groupe Nebula, spécialisé dans les reprises de Led Zeppelin, Steve Miller Band, Bachman-Turner Overdrive. En 1982, il forme le groupe Electric Sheep qui interprète ses propres chansons. Ses influences musicales s'orientent vers des groupes comme Kiss, Iron Maiden, Alice Cooper, Led Zeppelin, Black Sabbath, mais aussi les Clash, Sex Pistols, Devo, Springsteen et Dylan.

1991 — Après la dissolution de Lock Up, son premier groupe professionnel, il s'associe au chanteur Zack de la Rocha pour former un nouveau gang : c'est la naissance de Rage Against The Machine. 1992 — En aussi peu de temps qu'il n'en faut à Usain Bolt pour avaler un 100 mètres, RATM se voit propulsé au rang de phénomène musical planétaire. Le premier album se vend par semi-remorques entiers. Pour une fois, la France n'est pas aux fraises : près d'un demi-million d'exemplaires s'écoulent dans l'hexagone, le plaçant à la 8ème place des meilleures ventes.

Fin 2000, c'est la fin de l'aventure. Zack part de son côté. Tom et les autres membres se réunissent autour du chanteur Chris Cornell, ex-Soundgarden, pour former Audioslave. Parallèlement, Morello monte The Nightwatchman, formation plus acoustique dans laquelle il se révèle un chanteur remarquable. En 2006, il s'associe au rappeur Boots Riley pour former Street Sweeper Social Club. En 2012, il apparait sur l'album Wrecking Ball de Bruce Springsteen, il assure même l'intérim de Steve Van Zandt au sein du E Street Band, lors de sa tournée australienne de 2013. 2016, nouvelle association de malfaiteurs avec des membres de Public Enemy et de Cypress Hill, pour former les Prophets of Rage. Il faut attendre 2018 pour que monsieur Tom Morello, maître artificier connu et reconnu, sorte enfin un album sous son propre nom.

Je pourrais aussi vous parler de tous les artistes auxquels il a filé un petit coup de main par-ci par-là, en tant que musicien ou comme producteur (Run-DMC, Anti-Flag,  Linkin Park, Primus…), mais il vaut mieux que j'arrête là, parce que ça commence vraiment à piquer les yeux… mais ce ne sont que des larmes de joie !

>>>>> PROPHET OF RAGE

01 - Peacekeeper (1990 - Lock Up : Something Bitchin' This Way Comes)
02 - Bullet in the Head (1992 - Rage Against The Machine : Rage Against The Machine)
03 - Wind Below (1996 - Rage Against The Machine : Evil Empire)
04 - Maria (1999 - Rage Against The Machine : The Battle of Los Angeles)
05 - Beautiful World (Devo Cover) (2000 - Rage Against The Machine : Renegades)
06 - Gasoline (2002 - Audioslave : Audioslave)
07 - Number 1 Zero (2005 - Audioslave : Out of Exile)
08 - Jewel of the Summertime (2006 - Audioslave : Revelations)
09 - California's Dark (2007 - The Nightwatchman : One Man Revolution)
10 - The King of Hell (2008 - The Nightwatchman : The Fabled City)
11 - Clap For the Killers (2009 - Street Sweeper Social Club : Street Sweeper Social Club)
12 - Everythang (2010 - Street Sweeper Social Club : The Ghetto Blaster)
13 - Union Town (2011 - The Nightwatchman : Union Town)
14 - It Begins Tonight (2011 - The Nightwatchman : World Wide Rebel Songs)
15 - Heaven's Wall (feat. Bruce Springsteen) (2014 - Bruce Springsteen : High Hopes)
16 - Prophets of Rage (2016 - Prophets of Rage : The Party's Over)
17 - Radical Eyes (2017 - Prophets of Rage : Prophets of Rage)
18 - Roadrunner (feat. Leikeli47) (2018 - Tom Morello : The Atlas Underground)

dimanche 30 juin 2019

6METAL19


Faut être sacrément balèze
Pour écrire un poème sur le mois de juin
Pass'que franchement, "juin" ça rime à rien !
À part avec "j'oins" du verbe "oindre"
Ou avec "joint"… de culasse
Ah ! Culasse, voilà un mot qui rime bien
Du coup, on pourrait dire : « J'oins ton joint ! »
Genre je te beurre la rondelle
En terme de poésie, on a déjà fait mieux !
On peut aussi taper dans les rimes moins riches
Les canards font coin ! coin !
Le bébé fait ouin ! ouin !
Je te beurre la rondelle dans le foin !
Mouaif !

Finalement, pour écrire un poème sur le mois de juin
Faut être un sacré foutu bon écrivain
Ce que je ne suis… POINT !

>>>>> TARJA TURUNEN

01 - Nitrogods - Breaking Loose
02 - Roadsaw - Along For the Ride
03 - Faerie Ring - Bite the Ash
04 - Helligators - Rebellion
05 - Needless - The Monolith
06 - Warrior Soul - Rock 'n' Roll Disease
07 - SkullDozer - Wizard Take the Wheel
08 - Hollywood Vampires - Who's Laughing Now ?
09 - Mothflesh - Bufferzone
10 - NoSelf - #RAGE
11 - Sadistic Ritual - Executioner
12 - Chaos Ritual - Machine
13 - Gorge - Nokomis
14 - Riverside Odds - G.O.A.T.
15 - Distort - Modern Slave
16 - Avalanche - 3C273
17 - Baroness - Broken Halo
18 - Hellrazer - Gutsucker


>>>>> TILL LINDEMANN

19 - Gran Duca - Blackend Son
20 - Tanzwut - Das Gewissen
21 - Greenmachine - Chain of Wrath
22 - This Sun No More - Attila
23 - All Hell - Where Devils Once Danced
24 - Intero - Making Amends
25 - The Lord Weird Slough Feg - New Organon
26 - Elevators To The Grateful Sky - Insects in Amber
27 - Herrschaft - Le festin du lion
28 - The Wild Century - Goin' Down
29 - Godless Agenda - Fear Me (Inch Allah)
30 - He Is Legend - Eye Teeth
31 - Iron Bastards - Days of Rage
32 - Barbarian - Birth and Death of Rish'ah
33 - Combichrist - Hate Like Me
34 - Bokassa - Charmed & Extremely Treacherous
35 - Seahag - Vet Cemetary
36 - Cosmic Rover - Our Tattoos

jeudi 27 juin 2019

Él es... Carlos Santana [ par Zocalo ]


Santana n’est pas un, il est multiple. Sous ce nom se cachent en effet le groupe, le musicien et le "sideman" comme disent les jazzeux. Le guitariste mexicain a lui-même tenu à marquer la différence, au moins dans ses premiers albums, en les intitulant d’un nom différent selon qu’il les publiait au nom du groupe ou en son nom propre.

Ainsi, "Santana" signait les albums du groupe, les albums concept, les concerts. Nous y reviendrons prochainement. En revanche, lorsqu’il publiait un album plus personnel, celui-ci portait le nom de "Carlos Santana". Il y eut même dans les années 70 des disques portant le nom de "Carlos Devadip Santana", héritage d’une période indo-mystique partagée avec d’autres de ses confrères musiciens. On ne vantera jamais assez le charme de la colocation en ashram. Cette distinction toute formelle disparaîtra à l’occasion de son grand retour en 1999 pour l’illustrissime album "Supernatural".

Beaucoup plus intimiste, ce (joli) florilège voit également Carlos Santana rencontrer des pointures telles que Tina Turner, Taj Mahal, Eric Clapton et Seal. En tant qu’invité, il accompagne également la colombienne Shakira sur un titre. Un petit mot au sujet de "Santana Brothers", un album enregistré avec son frère Jorge Santana et son neveu Carlos Hernández. De cet album est extrait l’adagio du concerto d’Aranjuez, une œuvre qui concluait également la compilation consacrée à Paco de Lucía.

>>>>> OYE COMO VA

01 - Gardenia (feat. Wayne Shorter)
02 - Aqua Marine
03 - Mr. Szabó
04 - Verão vermelho
05 - Illegal (feat. Shakira)
06 - The Game of Love (feat. Tina Turner)
07 - The Healer (feat. John Lee Hooker)
08 - You Are My Kind (feat. Seal)
09 - The Calling Jam (feat. Eric Clapton)
10 - Shere Khan, the Tiger (feat. Wayne Shorter)
11 - Hoy Es Adios (feat. Alejandro Lerner)
12 - Blues Latino
13 - Grape Jelly (feat Clarence "Gatemouth" Brown)
14 - Naima (feat. John McLaughlin)
15 - Bembele (feat. Concha Buika)
16 - Hannibal
17 - Nothing at All (feat. Musiq)
18 - En Aranjuez con tu amor

lundi 24 juin 2019

Metal Champagne


La France sans heavy metal, ce serait un peu comme Laetitia Casta se grattant les couilles devant un match de foot à la télé : beaucoup moins sexy ! En plus, comme il y a largement matière à faire une chouette compile qui décrasse bien les cages à miel, pourquoi s'en priver ?

De Thionville à Lorient, de Querqueville à La Seyne-sur-Mer et de Condom à Montcuq, notre mère patrie regorge d'une incroyable pépinière de jeunes musicos qui ont biberonné au son d'ADX, Trust, Téléphone, Gojira, Lofofora… mais aussi Led Zep, Metallica, Slipknot. Arrivés à 15 ans, pas étonnant qu'ils se laissent pousser les cheveux et se paient une réplique de Stratocaster avec les étrennes de tonton Jeannot qui a vu la Souris Déglinguée à la salle des fêtes de Woippy au siècle dernier !

Après, ils montent des groupes avec des potes, se réunissent dans des garages pour faire chauffer les Marshall achetés sur Le Bon Coin et envahissent le bitume de la Fête de la Musique. Les plus chanceux sont repérés par des chasseurs de têtes, se produisent au tremplin Hellfest, enregistrent un disque, font la première partie de leurs idoles et puis…

… et puis, consécration absolue, ils font l'objet d'une jolie compile chez Keith Michards !!!

>>>>> VEUVE CLICQUOT

01 - Supremacy - Your Life Is Yours
02 - Dissident - Cross the Line
03 - Trepalium - Guédé Juice
04 - Kinderfield - Fishing
05 - Born Again - No Guts, No Glory
06 - Més - You Believe
07 - The Old Dead Tree - Regarding Kate
08 - Enhancer - Street Trash
09 - Leahtan - Viridiana
10 - Punish Yourself - There's No End to This
11 - The Arrs - 1781
12 - Thrashback - Stand Up and Fight
13 - Mind Whispers - Rewind
14 - Lonewolf - Evil
15 - The Necromancers - Join the Dead Ones
16 - Smash Hit Combo - Arkham Asylum
17 - Arcania - Rise and Never Fall
18 - Dolls Raiders - Take the Power

jeudi 20 juin 2019

King Cover #44


Disons-le tout net : tante Nini était un peu neuneu
Mais, Dieu, qu'elle était belle, tante Nini
Quand elle souriait de toutes ses dents
Quand elle souriait, on aurait dit un soleil
Un soleil ou un ange
Ou un petit oiseau tombé du nid, Nini
Elle était si belle, tante Nini
Qu'elle avait un amoureux
Ils étaient si beaux tous les deux
Quand ils se promenaient le long du canal

>>>>> BELLISSIMA

01 - Ida Landsberg - Jammin' (Bob Marley)
02 - Têtes Raides - Love Me Tender (Elvis Presley)
03 - Arkaid - Sex Bomb (Tom Jones)
04 - Eternal Halloween - In a Gadda Da Vida (Iron Butterfly)
05 - Darras & Desumeur - Lucy dans un ciel de diamants (The Beatles)
06 - Aaron Neville - Bridge Over Troubled Water (Simon & Garfunkel)
07 - Round House - Gimme Some Lovin' (The Spencer Davis Group)
08 - Devilsnite - Thriller (Michael Jackson)
09 - Roberta Flack - Suzanne (Leonard Cohen)
10 - Golden Earring - Move Over (Janis Joplin)
11 - Odetta - No Expectations (The Rolling Stones)
12 - Amanda Palmer - I'm Waiting For the Man (Lou Reed)
13 - Mescaleros - Whole Lotta Rosie (AC/DC)
14 - Skew Siskin - Purple Haze (Jimi Hendrix)
15 - Paul Raymond Project (feat. Michael Schenker) - Reach Out (I'll Be There) (The Four Tops)
16 - Benny Mardones - I Started a Joke (Bee Gees)
17 - Hurtin' Buckaroos - Hey You (Pink Floyd)
18 - Rickie Lee Jones - Rebel Rebel (David Bowie)

lundi 17 juin 2019

Él es... Paco de Lucía [ par Zocalo ]


Asseyez-vous là, vous parlerez quand je vous le dirai. Et éteignez-moi cette clope, on n’est pas
     au Bar des Gitans, ici ! Alors, nom, prénom, date et lieu de naissance ?

Francisco Sánchez Gómez, né le 21 décembre 1947 à Algeciras, province de Cádiz.

Pourquoi tout le monde vous appelle Paco de Lucía, alors ?

Ben, Paco, c’est le diminutif de Francisco.

Oui, ben ça va, je suis au courant. Vous voulez jouer au plus malin avec un représentant de la
     Garde Civile ? Faites bien attention, mon petit bonhomme, ici, on sait quand on rentre, on
     ne sait jamais quand on sort, c’est bien compris ? Lucía, ça vient d’où ?

C’est le prénom de ma mère, Lúzia Gomes Gonçalves. Elle est portugaise. Lucía, c’est Lúzia
     en espagnol.

Bon alors, c’est qui le gitan dans votre famille ?

Personne. Mon père allait jouer de la guitare avec les gitans le soir, après le boulot. On
     l’appelait "le gitan blond", dans le quartier. Mais il était "paya". Non-gitan, quoi !

Et pourquoi vous jouez du flamenco ? Vous ne pouvez pas jouer du jazz, comme tout le
     monde ? Ou de la musique classique, comme le grand Narciso Yepes ?

J’ai joué du jazz, avec John McLaughlin et Al di Meola. Et Larry Coryell. Et j’ai enregistré le
     Concierto de Aranjuez, de Joaquín Rodrigo. Une version que Narciso Yepes a détestée,
     d’ailleurs.

Vous avez vraiment réponse à tout, vous ! Et qu’est ce que vous faisiez dans cet avion en
     provenance de Cancún ?

J’y habite une partie de l’année. J’ai une maison à Tulum. Je suis venu en Espagne pour une
     série de concerts.

                  — Chef, chef, on a tout fouillé, même la guitare. On n’a rien trouvé !...

Bon alors je résume. Vous jouez du flamenco et vous n’êtes même pas gitan. Vous faites trois
     voyages par an au Mexique et vous ne trafiquez pas de drogue. Allez, foutez-moi le camp !
     Et tenez-vous à carreau, sinon je vous renvoie dans les anciennes colonies à grands coups
     de pied dans le train, moi !

>>>>> FLAMENCO

01 - La Zarzamoda (con Ramón de Algeciras)
02 - Casilda
03 - Si ahora tu no te arrepentias (Soleares viejas de Triana) (con Los Chiquitos de Algeciras)
04 - Entre dos aguas
05 - Cositas buenas (Tangos con Tana)
06 - Me regalé (con Duquende)
07 - El niño Dios (Villancicos de mi pueblo con Fosforito)
08 - La estiba (con Al Di Meola y John McLaughlin)
09 - Zyryab
10 - Luzia
11 - Sevillanas (A dos guitarras)
12 - Solo quiero caminar (con Pepe de Lucía)
13 - Romance de valentía
14 - Manuel de Falla : Canción del fuego fatuo (con Ramón de Algeciras y Grupo Dolores)
15 - Alma, corazón y vida
16 - Chanela
17 - Convite (Rumba con Larry Coryell, guitarra)
18 - Buana Buana King Kong (Directo)
19 - Mediterranean Sundance / Rio Ancho (con Al di Meola y John McLaughlin)
20 - Joaquín Rodrigo : Concierto de Aranjuez - 2. Adagio 
       (con Orquesta de Cadaques, dir. por Edmón Colomer)