jeudi 16 juillet 2015

mercredi 15 juillet 2015

This Is… David Bowie (2)


Quelques pinailleurs perspicaces me feront sûrement remarquer qu'il existe déjà une compile consacrée à la discographie de David Bowie. Quelques autres, bien moins aimables, rêveront de taquiner mes petites rotules adorées ! Sans oublier tous ceux qui me maudissent déjà parce que je suis beau et riche et intelligent et que je plais aux filles !

Ouaih ! Bon… bin… euh !… J'suis chez moi et j'fais c'que j'veux, na !!! Et puis la carrière du Thin White Duke est suffisamment riche et variée pour supporter une nouvelle exploration.

Il y a maintenant plus de deux ans que notre ami le Zornophage s'était livré de manière magistrale à l'exercice d'un This Is… David Bowie et je sais qu'il ne m'en voudra pas de reprendre le flambeau. D'autant plus que la liste des chansons sélectionnées est différente de la sienne. Je me suis même permis de rajouter un titre enregistré en 1966.

Et c'est qui qui va encore s'en coller plein les esgourdes de la méga  bonne  zique  du  papy Jones ? Bâh ouaih, c'est toi mon abonné chéri, toi pour qui j'ai remis à jour les liens de la première édition. Et comme le dit si bien l'ami Zornie : « Enjoie ! »

>>>>> LIFE ON SPACE ODDITY ?

01 -  And I Say to Myself (1966 - 1966) (EP)
02 - Little Bombardier (1967 - David Bowie)
03 - Wild Eyed Boy From Freecloud (1969 - Space Oddity)
04 - The Width of a Circle (1970 - The Man Who Sold the World)
05 - Eight Line Poem (1971 - Hunky Dory)
06 - Hang on to Yourself (1972 - The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars)
07 - Lady Grinning Soul (1973 - Aladdin Sane)
08 - Where Have All the Good Times Gone ( The Kinks Cover ) (1973 - Pin Ups)
09 - Sweet Thing (1974 - Diamond Dogs)
10 - Fascination (1975 - Young Americans)
11 - Golden Years (1976 - Station to Station)
12 - Weeping Wall (1977 - Low)
13 - The Secret Life of Arabia (1977 - Heroes)
14 - Yassassin (Turkish For : Long Live) (1979 - Lodger)
15 - Up the Hill Backwards [1980 - Scary Monsters (and Super Creeps)]
16 - Criminal World (Putting out Fire) (1983 - Let's Dance)
17 - Tonight (1984 - Tonight)
18 - New York's in Love (1987 - Never Let Me Down)
19 - Crack City (ft. Tin Machine) (1989 - Tin Machine)
20 - You Belong in Rock 'n' Roll (ft. Tin Machine) (1991 - Tin Machine II)
21 - Pallas Athena (1993 - Black Tie White Noise)
22 - No Control (1995 - 1. Outside)
23 - Looking For Satellites (1997 - Earthling)
24 - Seven (1999 - Hours...)
25 - Afraid (2002 - Heathen)
26 - Days (2003 - Reality)
27 - I'd Rather Be High (2013 - The Next Day)

lundi 13 juillet 2015

Black & White


                              Un homme noir aux dents blanches
                        Regarde une fille blanche aux yeux noirs
                        Deux cœurs rouges passent au feu vert
                        L'ivoire et l'ébène dans un ciel safran
                        Se frôlent au soleil de l'hiver
                        Neige sur le terril, charbon sous le glacier
                        Le cœur noir voit la vie en rose
                        Le cœur blanc papillonne
                        Un ruisseau glisse dans la vallée
                        Profonde et chaude comme un baiser
                        Demain verra l'arc-en-ciel
                        Colorier le désert


                              Le noir et le blanc, c'est l'histoire du monde

>>>>> POIVRE & SEL

01 - Ian Gomm - Black and White
02 - Deep Purple - Black and White
03 - Bernard Lavilliers - Noir et blanc
04 - Danny Bryant's Redeyeband - Black and White
05 - The Freedom Highway - Black and White
06 - Victory - Black and White
07 - Bellevue Cadillac - Black and White
08 - Paul Black & Taxi - Black and White
09 - Three Dog Night - Black and White
10 - Henry Rollins - Black and White
11 - Serge Gainsbourg - Black and White
12 - Lenny Kravitz - Black and White America
13 - Redneck Jedi - Black and White
14 - Parquet Courts - Black and White
15 - Doc Gyneco - Noirs et blancs
16 - Sarah McLachlan - Black and White
17 - Simple Minds - Black and White
18 - Lyriel - Black and White

dimanche 12 juillet 2015

Back to the Seventies #4


Septembre 1974, j'entre à l'École des Arts Graphique de Metz-Tombois pour préparer un C.A.P. de typographe.

Ma vie prend un tournant fondamental. Tout d'abord, j'intègre la vie active et je quitte ma cambrousse pour aller à la ville. La ville où je visite des magasins où l'on ne vend QUE des disques… pas comme au Prisunic d'Hagondange où je m'approvisionnais de temps à autre. Je découvre aussi des bistrots peuplés de jeunes qui parlent musique, cinéma, moto. Enfin, je me lie d'amitié avec Jocelyn et Claude (nous en reparlerons un autre jour) qui m'ouvrent en grand leur collection de disques. Pink Floyd, les Who, Bowie, Santana, Hendrix, Jethro Tull… tout ça me tombe dessus d'un seul coup… c'est une douche, une averse, un tsunami. Adieu Cloclo et Joe !

La même année, je découvre le Muscle of Love d'Alice Cooper. Mon destin est désormais tracé : je serai hard rocker ! Puis c'est Deep Purple, Nazareth, KISS, AC/DC et Motörhead… elle est pas belle la vie ?!?

>>>>> APOCALYPSE NOW

01 - Status Quo - Is There a Better Way
02 - Bad Company - Rock Steady
03 - Billion Dollar Babies - Shine Your Love
04 - Tamam Shud - Heaven Is Closed
05 - Judas Priest - Diamonds and Rust
06 - Sperrmüll - Pat Casey
07 - Bullfrog - Bad Game
08 - Pluto - Down and Out
09 - Nazareth - Teenage Nervous Breakdown
10 - Primevil - Progress
11 - Highway Robbery - Promotion Man
12 - Accept - That's Rock 'n' Roll
13 - Moxy - Moon Rider
14 - Icecross - Jesus Freaks

lundi 6 juillet 2015

This Is… Bob Dylan


Rhôôô, putain, je m'en souviens comme si c'était pas plus tard qu'au mois de février 2015 ! Une bombe atomique explosait dans la blogosphère : JeePeeDee  chroniquait  le  nouvel  album  de  Bob  Dylan !

Et le bonhomme en a gros sur la patate, il vide son sac en direct et sans filet. Ça bombarde sévère, ça dynamite allègrement, ça éparpille façon puzzle… une véritable boucherie. Ça fait mal… mais visiblement ça lui fait du bien !

Au-delà du coup de gueule d'un dylaniste de la première heure, il y avait surtout un étrange sentiment mélé d'amour et de rancœur, d'amertume et de respect. Ah, Dylan, quand on t'a dans la peau, c'est pas pour de faux !

En souvenir de cet événement médiatique majeur, je vous propose une promenade mélancolique à travers l'immense discographie de cet artiste incontournable. Un de ceux dont on parlera encore dans plusieurs siècles… et c'est pas JeePeeDee qui dira le contraire !!!

>>>>> (PART 1 - 1961/1978)          

01 - Gospel Plow (1961 - Bob Dylan)
02 - Don't Think Twice, It's Alright (1963 - Freewheelin' Bob Dylan)
03 - When the Ship Comes In (1964 - The Times They Are A-Changin')
04 - It Ain't Me Babe (1964 - Another Side of Bob Dylan)
05 - On the Road Again (1965 - Bringing It All Back Home)
06 - From a Buick 6 (1965 - Highway 61 Revisited)
07 - Most Likely You Go Your Way and I'll Go Mine (1966 - Blonde On Blonde)
08 - I Am a Lonesome Hobo (1967 - John Wesley Harding)
09 - Country Pie (1969 - Nashville Skyline)
10 - Early Mornin' Rain (1970 - Self Portrait)
11 - If Dogs Run Free (1970 - New Morning)
12 - River Theme (1973 - Pat Garrett & Billy The Kid)
13 - Big Yellow Taxi (Joni Mitchell Cover) (1973 - Dylan)
14 - Hazel (1974 - Planet Waves)
15 - You're a Big Girl Now (1974 - Blood on the Tracks)
16 - Lo and Behold (1975 - The Basement Tapes)
17 - Mozambique (1975 - Desire)
18 - Baby, Stop Crying (1978 - Street Legal)


>>>>> (PART 2 - 1979/ 2015)           

19 - Slow Train (1979 - Slow Train Coming)
20 - Solid Rock (1980 - Saved)
21 - The Groom's Still Waiting at the Altar (1980 - Shot of Love)
22 - I and I (1983 - Infidels)
23 - I'll Remember You (1985 - Empire Burlesque)
24 - Precious Memories (1986 - Knocked Out Loaded)
25 - Silvio (1988 - Down in the Groove)
26 - Most of the Time (1989 - Oh Mercy)
27 - Cat's in the Well (1990 - Under the Red Sky)
28 - Step It Up and Go (1992 - Good As I Been to You)
29 - Broke Down Engine (1993 - World Gone Wrong)
30 - Million Miles (1997 - Time Out of Mind)
31 - Moonlight (2001 - Love and Theft)
32 - Rollin' and Tumblin' (2006 - Modern Times)
33 - Forgetful Heart (2009 - Together Through Life)
34 - Christmas Island (2009 - Christmas in the Heart)
35 - Soon After Midnight (2012 - Tempest)
36 - What'll I Do (2015 - Shadows in the Night)

dimanche 5 juillet 2015

Back to the Seventies #3


Je m'en souviens comme si c'était avant-hier : Noël 1972, dans mon petit soulier, mon premier magnétophone à cassette. Un Philips argenté et noir, avec un gros bouton central qui servait aussi bien pour Play, Wind/Rewind et Record en appuyant sur un autre petit bouton rouge.

Dès lors, je devenais un authentique psychopathe de l'enregistrement : pas une émission de télé n'échappait à ma vigilance. Dès qu'un programme musical était annoncé, je préparais le dispo- sitif : vérification du niveau des piles, positionnement du micro — pas trop près du haut-parleur, sinon ça grésille ; trop loin, le son est faiblard — et surtout l'espace restant sur la cassette, calculé à la seconde près… un véritable travail d'orfèvre !

Mais ce qui devait arriver, arrivait bien souvent : au milieu d'une séance d'enregistrement, le commentaire intempestif qui venait gâcher la minutieuse préparation. J'ai ainsi eu un paquet de cassettes où l'on pouvait entendre : « ♪ Viens à la maison… [ Y'a pas Maigret sur la 2 ? ]… printemps qui chante ♫ » ou bien « ♪ À vélo dans Paris…[ Tu t'es brossé les dents après manger ? ]…les taxis ♫ » et pire encore « ♫ Toute la musique, que j'aime…[ Bon, il est temps d'aller au lit, demain, y'a école ! ]…du blues ♪ ».

Alors, franchement : c'était mieux avant ?!?

>>>>> MIDNIGHT EXPRESS


01 - Spiders From Mars - Red Eyes
02 - Oda - Wasn't Very Long
03 - Scorpions - Steamrock Fever
04 - Creepy John Thomas - 100 Lib. Noomy
05 - Montrose - Bad Motor Scooter
06 - Blue Öyster Cult - E. T. I. (Extra Terrestrial Intelligence)
07 - Cactus - Rock 'n' Roll Children
08 - Head East - Back in my Own Hands
09 - Deep Purple - Comin' Home
10 - The Edgar Winter Group - Some Kinda Animal
11 - Vikings Invasion - The Mirror
12 - Thin Lizzy - The Rocker
13 - Master's Apprentices - The Lesson so Listen
14 - Budgie - I'm a Faker Too

vendredi 3 juillet 2015

Tattoo to You


            Des tattoos, toujours des tattoos
            Des tattoos tout partout
            Des tatouages à tout âge

            Sur un pied, deux grues
            L'autre pied, des stalles
            Des joujoux, des bijoux, sur la joue
            Dans le cou, des cailloux, des z'hiboux
            Sur les genoux, des choux, des poux
            Des fleurs d'oseille, dans les oreilles
            De la farine, sous les narines
            Sur un mollet, des œufs mollets
            Sur l'aut' mollet, la mimolette 
            Sur le nombril, poisson d'avril
            Sous les aisselles, l'essaim d'abeilles
            Sur les orteils, les seins de la belle,
            Y'a l'téléphon qui son, sur le menton
            Et y'a jamais person, sur les tétons
            Qui y répond, sur le front

            À poil devant ma glace, 
            j'ai l'impression de lire 
            le catalogue de La Redoute !

>>>>> ÉPAULE TATTOO

01 - Rory Gallagher - Tattoo'd Lady
02 - Mötley Crüe - New Tattoo
03 - Doro - Heartshaped Tattoo
04 - The Giants - Tattooed Lady
05 - Ron Hacker - I Got Tattooed
06 - The Blues Merchants - Tattooed With the Blues
07 - Jane Bogaert - Locked Tattooed
08 - Bugs Henderson - Tattoo
09 - Sade - Like a Tattoo
10 - Little Feat - Tattooed Girl
11 - The Who - Tattoo
12 - The Pretenders - Tattooed Love Boys
13 - Jay Willie Blues Band - Tattooed You
14 - Imelda May - Love Tattoo
15 - Point Blank - Tattooed Lady
16 - Van Halen - Tattoo
17 - Philip Lynott - Tattoo (Giving It All for Love)
18 - Duke Ellington - The Tattooed Bride

mercredi 1 juillet 2015

Une chanson (Dream a Little Dream of Me)


          Les étoiles brillent au-dessus de toi
          La brise du soir semble murmurer « je t'aime »
          Les oiseaux chantent dans les sycomores
          Rêve un petit peu de moi

          Dis-moi bonne nuit et embrasse-moi
          Serre-moi contre toi et dis-moi que je vais te manquer
          Pendant que je suis seule et si déprimée
          Rêve un petit peu de moi

          Les étoiles palissent mais je m'attarde, chéri
          J'ai toujours envie de tes baisers
          J'ai envie de rester jusqu'à l'aube, chéri
          Juste en disant cela

          De doux rêves jusqu'à ce que les rayons de soleil te trouvent
          De doux rêves qui laissent tous tes soucis derrière toi
          Mais dans tes rêves quoi qu'ils soient
          Rêve un petit peu de moi


Je ne suis pas sûr que vous allez me croire quand je vais dire que j'aime les chansons douces… et pourtant !

Dans le genre chanson douce, "Dream a Little Dream of Me" est un modèle du genre, je dirais même un gabarit sur lequel toute chanson tendre devrait être calquée. Cette chanson de coton et de miel est l'œuvre de Fabian Andre et Wilbur Schwandt, pour la musique et de Gus Kahn, pour les paroles. Elle est enregistrée pour la première fois le 16 février 1931 par Ozzie Nelson et son orchestre. Le 18 du même mois, c'est au tour d'Ernie Birchill accompagné de l'orchestre de Wayne King. Le 26, Scrappy Lambert en fait de même avec l'orchestre des frères Dorsey. Smith Ballew et l'orchestre de Teddy Raph emboîte le pas, le 6 avril. En août 1931, la version de Les Allen et du Jack Leon's Band est gravée dans la cire.

D'autres grands noms s'approprieront encore ce bijou mélodique, comme Doris Day, Nat King Cole, Dean Martin, Bing Crosby, Ella Fitzgerald ou encore Louis Armstrong. À chaque fois, c'est un succès. Mais c'est assurément la version des Mamas and the Papas, chantée par Cass Elliot en 1968, qui révèlera la chanson au monde entier. Plus pop que l'originale, cette version va truster les meilleures places des charts du monde entier.

>>>>> NIGHT BREEZES

01 - Ozzie Nelson & His Orchestra (1931)
   02 - Bernadette Seacrest & Her Yes Men
      03 - Mary Nelson
         04 - Bing Crosby (1957)
            05 - Candye Kane
               06 - Chicago (ft. Jade)
                  07 - Eddie Vedder
                     08 - Tony Bennett & K.D. Lang
                        09 - My Morning Jacket
                           10 - Ella Fitzgerald & Louis Armstrong
                              11 - Moscow Jazz Band
                                 12 - Blind Gardian
                                    13 - Emilie-Claire Barlow - Les yeux ouverts
                                       14 - Ella Mae Morse (1957)
                                          15 - Clare Teal & Grant Windsor
                                             16 - Maline
                                                17 - Nat King Cole
                                                   18 - The Mills Brothers
                                                      19 - My Morning Jacket
                                                         20 - Silje Nergaard
                                                            21 - Stas Opalev

lundi 29 juin 2015

Voici… Ange


Ange ou démon, telle est la question.

Ange, c'est avant tout une histoire de famille. À l'initiative des frères Décamps, le groupe voit le jour en 1969 à Belfort. Leur rock se veut théâtral et poétique, porté par les envolées lyriques de l'orgue Hammond de Francis et la gouaille de Christian. Autre atout majeur de la bande : Jean-Michel Brézovar, guitariste aussi charismatique que doué… le Ritchie Blackmore français. Ils remportent le Tremplin du Golf Drouot en 1971 et enregistrent leur premier single. Un premier album suit en 1972, salué par la critique.

C'est en 1973 qu'Ange connait son premier grand succès avec la reprise de "Ces gens-là" de Jacques Brel, suivi en 1974 d'Au-delà du délire, l'album qui lancera définitivement la carrière de la Décamps Family. Le groupe se produit sur les plus grandes scènes européennes, côtoyant notamment Genesis au festival de Reading.

Quarante ans plus tard, le vaisseau est toujours à flot. Tristan Décamps, le fils de Christian a pris la place de tonton Francis afin de perpétuer la fantastique épopée du général Machin !

>>>>> TERRITOIRE DE BELFORT

01 - Le soir du diable (1972 - Caricatures)
02 - De temps en temps (1973 - Le cimetière des arlequins)
03 - Exode (1974 - Au-delà du délire)
04 - Le marchand de planètes (1975 - Émile Jacotey)
05 - Saltimbanques (1976 - Par les fils de Mandrin)
06 - Virgule (1978 - Guet-apens)
07 - Foutez-moi la paix (1980 - Vu d'un chien)
08 - Chatte, chatte (1981 - Moteur !)
09 - À jeun (Jacques Brel Cover) (1982 - À propos de...)
10 - Shéhérazade (1983 - La gare de Troyes)
11 - Harmonie (1984 - Fou !)
12 - C'est après coup que ça fait mal (1986 - Egna)
13 - Sur les grands espaces bleus (1987 - Tout feu, tout flamme... C'est pour de rire)
14 - Non ! (1989 - Sève qui peut)
15 - Le ballon de Billy (1992 - Les larmes du Dalaï Lama)
16 - Et Gandhi l'hindoux dit tout doux (1999 - La voiture à eau)
17 - Intérieur nuit (2001 - Culinaire Lingus)
18 - Tous les boomerangs du monde (2007 - Souffleurs de vers)
19 - Jamais seul (2010 - Le bois travaille, même le dimanche)
20 - Le cri du samouraï (2012 - Moyen-âge)
21 - Le bouseux (2014 - Émile Jacotey Résurrection)

dimanche 28 juin 2015

Un dimanche en 2015 [ 3 ]


Lentement mais sûrement, nous arrivons en milieu d'année. Bientôt les vacances, le soleil, les nanas en bikini, les piña coladas au bord de la piscine gonflable.

Avant de se la couler douce, il serait bon de prendre quelques vitamines. Ça tombe bien, j'ai ce qu'il faut en stock ! Un cocktail explosif d'albums sortis en 2015 pour se mettre le ciboulot d'équerre. Peu de grands noms dans cette playlist, mais de jeunes pousses prêtent à en découdre pour se faire une place en tête de gondole.

Après un tel flot de décibels, je vous promets que ça va chauffer dans les strings léopard et que les bimbos n'auront d'yeux que pour vous !

De rien, les loulous, c'est ma tournée !!!

>>>>> PETER STUYVESANT

01 - Days of Jupiter - Ashes
02 - Lichtgestalt - Entfessele den Sturm
03 - Beggars - I Don't Know
04 - Al Snakey - Show No Mercy
05 - Project Pain - Necrophiliac
06 - Bez Povodka - Rozhdayutsya Deti
07 - Lujuria - Ménage à trois
08 - Doga - Od Soumraku Do Úsvitu
09 - Evil - I Could Be Your Hero
10 - Bachman - Little Girl Lost
11 - Stillnes - Entre Ruinas
12 - Mindless Faith - Leachate
13 - Ancient Gods - Be Wolves
14 - Raven - Silver Bullet
15 - Anthony Gomes - Junk in the Trunk
16 - Creem Circus - White Lightning
17 - Space Probe Taurus - The Iguana
18 - Agnostic Front - A Wise Man

vendredi 26 juin 2015

Goth As It Was (A Quick Guide) [ par Iron Toad ]


Battons le fer tant qu'il est chaud !

Pour clore (ou pas ?!?) le chapitre consacré au rock gothique, je vous propose de déguster une compile mijotée par Iron Toad. Non seulement notre ami russe est fan de chanson française, mais en plus il possède une culture musicale multidirectionnelle. Je suis sûr qu'il pourrait pondre une compile de jazz ou de classique sans se défriser la moumoute !

Mais pour l'heure, il nous conduit aux sources d'un style qui intrigue, fascine, dérange, effraie, mais ne laisse jamais indifférent.

Et pour boucler la boucle, je vous rajoute gracieusement un bonus tout droit sortir de la besace du plus grand fan du monde de John Zorn ! Aller, tout ça c'est cadeau !!!

>>>>> ONE MORE NIGHTMARE

01 - Virgin Prunes - Baby Turns Blue
02 - The Church - Destination
03 - Xymox - Evelyn
04 - 45 Grave - Pick Your Poison
05 - Peter Murphy - All Night Long
06 - The Mission - Beyond the Pale
07 - Myrna Loy - Hello, I Love the Way You Smell Thus I Forgive You Anything
08 - The Sisters of Mercy - Ribbons
09 - The Cult - She Sells Sanctuary
10 - Bauhaus - The Passion of Lovers
11 - Fields of the Nephilim - Laura II
12 - Bauhaus - Bela Lugosi's Dead
13 - Siouxsie and the Banshees - Cities in Dust
14 - Specimen - Hex
15 - The Eternal Afflict - Kinski Is Dead
16 - The Cure - A Strange Day
17 - Dead Can Dance - The Host of Seraphim
18 - Alien Sex Fiend - Ignore the Machine


Le bonus du Zornophage :

19 - Type O Negative - Black No.1 (Little Miss Scare-All)

mercredi 24 juin 2015

Goth Metal


Je sais qu'il y en a parmi vous qui n'y connaissent rien au heavy metal. Je vais donc tenter de vous faire découvrir les arcanes de ce petit monde merveilleux.

Comme toute société établie, le heavy metal est constitué de différentes strates empilées et imbriquées les unes aux autres.

Au bas de l'échelle, on trouve les rustauds : des musicos qui balancent du riff à tour de bras, dans le seul but de faire un maximum de barouf, juste pour le fun (AC/DC, Motörhead…) ! Plus loin, sévit la horde des thrasheurs, des barbares assoiffés de sang qui n'ont qu'une idée en tête : anéantir le monde dans un fracas d'enfer (Slayer, Overkill…).

Au sommet de la pyramide, règnent les aristos. Des gens polis, toujours bien habillés, qui se lavent tous les jours et ne mettent pas les coudes sur la table en mangeant. Des musiciens aguerris aux accords les plus sophistiqués : le barré n'a aucun secret pour eux. Ils puisent leur inspiration dans les œuvres d'Edgar Poe, de Bram Stoker, de Lovecraft. Ils n'ont pas non plus vocation à ébranler l'édifice, seulement à insuffler des courants de lave incandescente dans le crâne des porteurs de mitaines en résille.

Bienvenue dans un monde où l'on aime les ambiances éthérées, pleines de sous-entendus macabres et malsains. Bienvenue dans la sphère gothique du heavy metal.

>>>>> MIDNIGHT SUN

01 - The 69 Eyes - Angels
02 - Eisenherz - Die Nacht
03 - Hada De Beng - Fantasma
04 - Lacrimosa - Feuerzeug (Part 2)
05 - Paradise Lost - Hallowed Land
06 - Xandria - In Love With the Darkness
07 - Sentenced - Lower the Flags
08 - Markize - Pardonne-moi
09 - Tristania - Sanguine Sky
10 - Crematory - Shadowmaker
11 - Inkubus Sukkubus - The Dark Goddess
12 - To/Die/For - The Quiet Room
13 - Sirenia - The Seventh Summer
14 - Tiamat - The Sun Also Rises
15 - UnSun - Time
16 - H.I.M. - Vampire Heart
17 - Liv Kristine - Vanilla Skin Delight
18 - Schongeist - Zusammen Allein

lundi 22 juin 2015

King Cover #19


                                           À corps perdu, à cœur éperdu
                                           Le capitaine de la croisière rose
                                           A rendez-vous en corps inconnu
                                           Un voyage aux longues courbes
                                           Je n'irai pas par quatre parchemins
                                           Il n'y aura pas 50 nuances d'écrits
                                           Faisons le pont, dis chérie
                                           Demain, je te prends par la main
                                           Je te prends par les sentiments
                                           Pour la traversée de ton désert
                                           Un baiser plus chaud que l'enfer
                                           Mourir pour désirer, d'accord
                                           Mais de mort brûlante
                                           Le gâteau sur la cerise sera
                                           De perdre pieds et poings liés
                                           Dans ton ardent buisson
                                           Parler la langue française
                                           Dans ta forêt de Sherwood
                                           Et boire à tue-tête l'élixir
                                           Du démon de Vénus


>>>>> POMME C

01 - Sugarpie & The Candymen - Bohemian Rhapsody (Queen)
02 - Eva Carlson - Cry Me a River (Julie London)
03 - Youn Sun Nah - Enter Sandman (Metallica)
04 - Danakil - Fool on the Hill (The Beatles)
05 - Pimpi Arroyo - I Can't Get no Satisfaction (The Rolling Stones)
06 - Wilson Diesel - I Can't Stand the Rain (Ann Peebles)
07 - Richie Havens - I Started a Joke (Bee Gees)
08 - Incredible Bongo Band - In-A-Gadda-Da-Vida (Iron Butterfly)
09 - The Lively Ones - Knock on Wood (Eddie Floyd)
10 - Gilberto Gil - Nao Chore Mais (Bob Marley)
11 - Johnny Cash - Personal Jesus (Depeche Mode)
12 - The Greg Billings Band - Rock and Roll (Led Zeppelin)
13 - José Feliciano - Samba Pa Ti (Carlos Santana)
14 - Nina Simone - Suzanne (Leonard Cohen)
15 - The Raveonettes - The End (The Doors)
16 - Mountain - The Times They Are a Changin' (Bob Dylan)
17 - Spooky Tooth - Tobacco Road (The Nashville Teens)
18 - Sista  - What a Difference a Day Makes (The Dorsey Brothers)

dimanche 21 juin 2015

Back to the Seventies #2


J'ai vraiment commencé à m'intéresser à la musique en écoutant les émissions de radio qui passaient tard dans la nuit… enfin, quand je dis tard, ça veut dire vers 21h00, heure à laquelle ma mère était persuadée que je dormais comme un petit angelot ! 

À cette époque, j'avais gagné un petit transistor beige clair en collectionnant des étiquettes de fromage. Pour tromper l'ennemie (ma mère !), je me planquais sous les couvertures avec ma radio. Le son se parait alors un écho sympathique… j'avais l'impression d'être dans une cathédrale. Bien sûr, je me suis fais griller plusieurs fois et la sanction tombait, immédiate, cruelle, sans appel : privation de l'objet du délit… au moins jusqu'au lendemain !

Grâce à cet appareil magique, j'ai découvert Joe Dassin, Claude François, Eddy Mitchell, Johnny Hallyday, Michel Sardou et tout un tas d'autres braillards à cheveux longs honnis dans un foyer où les Compagnons de la Chanson étaient élevés au rang d'idoles absolues.

Alors, je ne vous dirai pas que c'était mieux avant, mais j'ai l'impression que dans l'univers hyper-connecté d'aujourd'hui, le jeune public se contente d'ingurgiter la matière qu'on veut bien lui mettre sous le nez. La notion d'initiation quasi mystique à la musique semble définitivement engluée dans la toile d'araignée mondiale.

>>>>> BARRY LYNDON

01 - Hydra - Glitter Queen
02 - Motörhead - No Class
03 - Rumplestiltskin - Knock on my Door
04 - Silverhead - Hello New York
05 - The Angels - After the Rain
06 - Sudden Death - Road Back Home
07 - Totty - T-Town Tears
08 - Freddy Lindquist - Sundae Sellers
09 - Alice Cooper - It's Hot Tonight
10 - Copperhead - Roller Derby Star
11 - Alamo - All New People
12 - Boxer - Shooting Star
13 - Saxon - Stallions of the Highway
14 - Warhorse - Confident But Wrong

vendredi 19 juin 2015

This Is… Status Quo


Les vrais rockers ne meurent jamais !

Je crois l'avoir déjà dit dans une chronique précédente : l'album que j'ai le plus écouté durant toute ma chienne de vie et dont je continue encore de me gaver, c'est bien le Live 77 de Status Quo. Le double vinyle a fini par tomber en poussière à force de tourner sur mon vieux tourne-disques. Les multiples mini-K7 ont aussi rendu de bons et loyaux services avant de finir déchiquetées dans les mâchoires du Walkman. La version CD a rendu l'âme l'été dernier dans le lecteur du camping-car. Il me reste heureusement une version MP3 chaudement tapie au cœur de mon Archos portatif (je viens même de me dégoter la version remixée en 2005 au format FLAC… mais ne le répétez à personne !!!).

Ce disque est une véritable déferlante d'énergie pure, une tornade brulante, un bombardement d'ondes positives. On en ressort épuisé, mais avec une foutue banane d'enfer qui laisserait à penser qu'on vient de s'enfiler une boite entière de Viagra !!!!!

Faut dire que ces damnés bouffeurs de baked beans ont le chic pour pondre des mélodies simples et directes. De celles qui s'enfoncent directos dans le ciboulot pour ne jamais en ressortir. De ces chansons qui collent une furieuse envie de taper du pied et d'headbanguer comme un malade. Chez ces angliches-là, pas de discours politiques ni philosophiques, tout tourne autour des nanas, des bagnoles, des copains… bref pas besoin d'avoir fréquenté Eton College pour entrer au club.

Après plus de 50 ans ans d'existence, Status Quo est encore debout. Toujours saignant et bourré de jus comme le prouve l'excellent Bula Quo ! sorti en 2013.

Maintenant, vous avez le choix : manger cinq fruits et légumes par jour ou écouter ce This Is… Status Quo ! Moi j'ai déjà choisi !!!
           
>>>>> FORTY-FIVE HUNDRED TIMES

01 - Elizabeth Dreams (1968 - Picturesque Matchstickable Message from The Status Quo)
02 - Lazy Poker Blues (1970 - Ma Kelly's Greasy Spoon)
03 - Gerdundula (1971 - Dog of Two Head)
04 - Unspoken Words (1972 - Piledriver)
05 - Blue Eyed Lady (1973 - Hello !)
06 - Break the Rules (1974 - Quo)
07 - Mystery Song (1976 - Blue for You)
08 - Who Am I ? (1977 - Rockin' All Over the World)
09 - Your Smiling Face (1979 - Whatever You Want)
10 - Take Me Away (1981 - Never Too Late)
11 - Ol' Rag Blues (1983 - Back to Back)
12 - One for the Money (1988 - Ain't Complaining)
13 - One Man Band (1991 - Rock 'til You Drop)
14 - The Oriental (2002 - Heavy Traffic)
15 - The Bubble (2005 - The Party Ain't Over Yet)
16 - My Little Heartbreaker (2007 - In Search of the Fourth Chord)
17 - Let's Rock (2011 - Quid Pro Quo)
18 - Looking Out for Caroline (2013 - Bula Quo !)

mercredi 17 juin 2015

Une chanson (Tobacco Road)


                  Je suis né dans une décharge
                  Ma mère est morte, mon papa ivre
                  Ils m'ont laissé ici
                  Pour mourir ou pour survivre
                  Au milieu de Tobacco Road

                  J'ai grandi dans une cabane rouillée
                  Tout ce que j'ai jamais possédé, chérie
                  Peut tenir sur mon dos
                  Dieu Tout-Puissance sais combien je déteste
                  Cet endroit appelé Tobacco Road

                  Mais c'est ma maison, oui
                  La seule vie que j'ai jamais connue
                  Et Dieu sait combien je déteste
                  Tobacco Road

                  Mais c'est ma maison
                  La seule vie que ce garçon ait jamais connu
                  Et Dieu sait combien je déteste
                  Tobacco Road

                  Je vais partir et me trouver du travail
                  Avec l'aide et la grâce du Ciel
                  Je vais prendre un peu de dynamite
                  Et je vais me chercher une grue
                  Et je vais faire tout sauter, tout démolir
                  Tout recommencer à zéro
                  Et je vais me construire une ville
                  Je serai fier de la montrer
                  Et je vais garder le nom Tobacco Road

                  Tu es sale et tu es crasseuse
                  Mais je t'aime
                  Parce que tu es ma maison, chérie
                  Tu es ma maison
                  La vie que je n'ai jamais connue
                  Tu es ma maison

                  Oui, c'est ma maison, oui
                  La vie que je n'ai jamais connue
                  Et Dieu sait combien je déteste Tobacco Road

                  Fais-le de nouveau, tu ne sentiras rien
                  Fais-le de nouveau, tu ne sentiras rien


Initialement conçue comme une chanson folk, "Tobacco Road" est une histoire plus ou moins autobiographique écrite par John D. Loudermilk, qui raconte les difficultés de vivre à Durham, en Caroline du Nord. Il l'enregistre en 1960 mais ne connait qu'un succès mineur dans les hit-parades australiens. Il faudra attendre 1964 et la version du groupe anglais The Nashville Teens pour que la chanson prenne réellement son envol et s'impose enfin comme un standard. Elle atteint le 6è rang dans les charts britanniques et se place 14è dans le classement des singles américains.

Comme il se doit, des cohortes d'artistes plus ou moins prestigieux s'emparent alors de la mélodie et se chargent d'y imprimer leur empreinte… blues, country, punk ou rock, selon leurs inspirations. Citons rapidement : Spooky Tooth, Status Quo, Bill Wyman and the Rhythm Kings, David Lee Roth, Edgar Winter et même notre Jean-Jacques Goldman national…

>>>>> HOW MUCH I LOATHE

01 - John D. Loudermilk (1960)
   02 - The Nashville Teens (1964)
      03 - Aum (1969)
         04 - Buddy Miles (2002)
            05 - Clarence "Gatemouth" Brown (1996)
               06 - Hobo Blues Band (1993)
                  07 - Hobo Blues Band (1993)
                     08 - Love Affair (1968)
                        09 - Lou Rawls (1964)
                           10 - Orange Peel (1970)
                              11 - Rare Earth (1969)
                                 12 - Shocking Blue (1972)
                                    13 - Bob-A-Rela (1979)
                                       14 - The Lords (1965)
                                          15 - The Nova Local (1967)
                                             16 - The Outlaw Blues Band (1968)
                                                17 - Tony Voltaggio (2013)
                                                   18 - Eric Burdon & War (1970)

lundi 15 juin 2015

Samba Sans Haut


À la fin du XIXè siècle, avec l'abolition de l'esclavage, beaucoup d'anciens esclaves ont rejoint Rio de Janeiro (à l'époque, capitale du Brésil) en quête de travail. Ils ont amené avec eux leurs danses et leurs percussions africaines. Ainsi, la samba est née dans les bidonvilles de Rio au début du XXè siècle.

Le premier air de samba (Pelo telefone) est enregistré par le chanteur Donga en 1916.

Jugée obscène et violente à ses débuts, il faudra attendre 1930 pour que la samba soit complètement associée au fameux carnaval, devenant par la même un symbole de l'identité nationale du Brésil. Les premières écoles de samba sont alors ouvertes, qui rivalisent d'audace et d'imagination. Très vite, les défilés s'organisent et se transforment en compétitions. La première d'entre elles date de 1932 et voit la victoire de Mangueira, quartier du Nord de Rio.

Profitons des beaux jours pour tomber la chemise… oui, oui, même les filles… et nous laisser envoûter par cette musique brûlante et colorée. Et si vous n'avez pas le rythme dans la peau, vous pouvez toujours rester à la buvette et siroter quelques Caïpirinha… je vous rejoins !…

>>>>> A GAROTA DE IPANEMA

01 - Bebel Gilberto - Samba de Orly
02 - Angélique Kidjo - Samba Pa Ti (ft. Roy Hargrove) (Carlos Santana Cover)
03 - Ringo Starr - Samba
04 - Gabrielle Chiararo - Samba da Bençáo
05 - Yello - Downtown Samba
06 - Ron Carter - De Samba
07 - Bernard Lavilliers - La Samba
08 - Stacey Kent - One Note Samba
09 - Cesaria Evora - Passeio Samba
10 - Charlie Byrd - Jazz 'n' Samba (So Danco Samba)
11 - Edmundo Ros - The Wedding Samba (1950)
12 - Kaveret - Samba
13 - Lisa & Sonydo - Desde Que o Samba e Samba
14 - Lela Tsurtsumia - Samba
15 - Tony Bennett - Samba de Orfeu
16 - Boubacar Traore - Samba
17 - Marcio Local - Soul do Samba
18 - Urszula Dudziak - Samba

dimanche 14 juin 2015

Back to the Seventies #1


Rassure-toi, public chéri, je ne te ferai pas le coup du « C'était mieux avant ! ».

Tous les jours, je découvre des artistes contemporains qui font autant vibrer mes tympans que les vieux braillards chevelus d'antan. Cependant, mon éveil au Rock ayant eu lieu durant les années 70, il est assez logique que je conserve une certaine nostalgie de cette époque dorée. Quand je tiens dans mes mains un vinyle de ma collection, je me rappelle exactement à quel endroit je l'ai acheté. Je me souviens des motivations qui ont entraîné son acquisition : est-ce que je l'avais entendu à la radio, un pote me l'avait-il conseillé, ou simplement avais-je craqué pour sa pochette… en me creusant un peu la cervelle, je pourrais même te dire le prénom de la copine qui m'accompagnait ce jour-là !

Ces instants merveilleux ont fait de moi l'animal que je suis aujourd'hui. Je peux donc leur consacrer une parcelle de mon temps pour te les faire découvrir, en espérant que tu trouveras aussi de quoi satisfaire ta soif de découverte.

Stars confirmées, groupes ayant goûté un succès passager, d'autres n'étant jamais parvenus à s'imposer, tous ceux-là sont réunis, pêle-mêle, pour former cette nouvelle série de compiles consacrées au Rock, Hard Rock, Heavy Metal. Et comme d'habitude, j'ai été faire mon marché chez Vévèche, chez Kammenos, ainsi que sur Back in Purple. Merci les gars pour votre job !

>>>>> TAXI DRIVER

01 - Aerosmith - No More, No More
02 - Hustler - Money Maker
03 - Corpus - Cruising
04 - Molly Hatchet - Bounty Hunter
05 - Ram Jam - Overloaded
06 - Jerusalem - Frustration
07 - Good Rats - Back to my Music
08 - Rainbow - Kill the King
09 - Morning Dew - Crusader's Smile
10 - Wheatstone Bridge - Bad Connection
11 - Estus - 90 M.P.H. (Just a Poor Boy From the Country)
12 - ZZ Top - I'm Bad, I'm Nationwide
13 - Silberbart - Chub Chub Cherry
14 - Heart - Barracuda

lundi 8 juin 2015

This Is… Iggy Pop


Aujourd'hui, je voudrais m'adresser à tous ces jeunes artistes qui se lancent dans le show- business en privilégiant le côté extra-musical du métier. Ceux qui courent les plateaux de télé pour exposer leur sublime intélijansse : « ouèche, g tou lu les lètres de Monmoulin… CT 1 sacré artisse, se Monmoulin ! ». Ceux qu'on retrouvent à la une des magazines people parce qu'ils se sont encore fâchés avec leur petite amie ! Tous les rebelles à la société qui se suicident en avalant un tube entier de pastilles à la vitamines C. Et ceux qui se sentent obligés d'apparaitre dans des clips vidéo entourés de bimbos en bikini qui boivent du champagne autour d'une piscine avant d'aller faire une ballade au bord de la mer en Ferrari ! Et aussi ceux qui poussent une grosse colère parce que les riches c'est tous des méchants et que la guerre c'est pas bien et que la pollution non plus et que je porte des Nike parce que je le vaux bien !

À tous ceux-là, je dis : « Laissez tomber, les cocos, Iggy Pop a déjà fait tout ça… et bien pire encore !!! »

Ouaih, il a tout fait, l'Iguane ! À la différence que lui est un véritable artiste et que c'est son talent qui a fait l'actualité… et non pas le contraire.

Iggy Pop embrasse la carrière musicale à 16 ans. En 1963, il est batteur pour The Iguanas, puis pour le groupe de blues The Prime Movers. En 1967, il créé les Stooges avec les frères Asheton. En 1974, il se lance dans une carrière solo et s'enfonce dans une profonde dépendance à la drogue. Il faudra un séjour en hôpital psychiatrique et un sérieux coup de pouce de David Bowie pour que l'artiste se retrouve de nouveau dans les bacs.

Après 50 ans d'activité, l'Iguane continue de trainer sa longue carcasse musculeuse sur les scènes du monde entier, avec un répertoire Rock, Punk, Jazz, Blues… on l'a même entendu reprendre les grands standards de la chanson américaine et puiser dans le répertoire français. Et quelque chose me dit que la bête n'est pas prête à se calmer !!!

>>>>> THE IDIOT

01 - Tiny Girls (1977 - The Idiot)
02 - Some Weird Sin (1977 - Lust for Life)
03 - No Sense of Crime (with James Williamson) (1977 - Kill City)
04 - TV Eye (1977 - TV Eye Live)
05 - African Man (1979 - New Values)
06 - I Snub You (1980 - Soldier)
07 - Happy Man (1981 - Party)
08 - Bulldozer (1982 - Zombie Birdhouse)
09 - Winners & Losers (1986 - Blah Blah Blah)
10 - Instinct (1988 - Instinct)
11 - Livin' on the Edge of the Night (1990 - Brick by Brick)
12 - Jealousy (1993 - American Caesar)
13 - To Belong (1996 - Naughty Little Doggie)
14 - Español (1999 - Avenue B)
15 - Drink New Blood (2001 - Beat 'Em Up)
16 - Little Know It All (ft. Sum 41) (2003 - Skull Ring)
17 - Nice to Be Dead (2009 - Préliminaires)
18 - Les passantes (Georges Brassens Cover) (2012 - Après)

dimanche 7 juin 2015

Un dimanche en 2015 [ 2 ]


Coucou ! C'est qui qu'est là, coco ?
Mais c'est encore Keith qui vient nous briser les cacahuètes !!!!!

Bâââh vouaih ! C'est mouèche ! C'est dimanche, y fait beau, on est jeune, on plait aux filles, l'avenir est rayonnant, on va être augmenté par le patron (rayer les mentions inutiles !)… et surtout on va se coller une bonne tranche de metal pur jus entre les esgourdes ! En plus, c'est du tout neuf, ça vient de sortir ! L'est pas belle la vie ?

Aller, fais pas la tronche, pense plutôt à tous ces riches traqués par le FISC qui vont encore se faire chier à siroter des cocktails sur un yacht entourés de bombasses en bikini ! Alors que toi t'es pépère dans ton pieu à grignoter des Krisprolls en zieutant Téléfoot !

Alors, franchement : l'est pas belle la vie ?!?

>>>>> MARLBORO

01 - Gundriver - Rip It
02 - Michael Schenker's Temple Of Rock - Communion
03 - Patchwork - Lazarus
04 - Mount Shasta Collective - The Red Below
05 - Stormbat - Again
06 - Tony Gabriele's Orbynot - Revolution on my Mind
07 - Byzantine - A Curious Lot
08 - Frontside - Na Sprzedaz
09 - Nightwish - Yours Is an Empty Hope
10 - Harbinger A.D. - Down River from Death
11 - Dr.Living Dead ! - Eternal Darkness of the Fucked Up Mind
12 - Thrust - Hypocrite
13 - Weresquatch - Whiskey Bent and Strip Club Bound
14 - Eisbrecher - Zwischen Uns
15 - Harmorage - Je condamne et j'accuse
16 - Ranger - Black Circle
17 - Mammoth Mammoth - Sick (of Being Sick)
18 - Bad Weather Project - Mindshaker

vendredi 5 juin 2015

Une chanson (Light my Fire)


                                     Tu sais que ce ne serait pas vrai
                                     Tu sais que je serais un menteur
                                     Si je te disais :
                                     Chérie, on ne peut pas monter plus haut

                                     Vas-y bébé, allume ma flamme
                                     Essaie d'embraser la nuit

                                     Ce n'est plus le moment d'hésiter
                                     Pas le temps de se vautrer dans la boue
                                     Essaie maintenant, nous ne pouvons que perdre
                                     Et notre amour devenir un bûcher funéraire

                                     Vas-y bébé, allume ma flamme
                                     Essaie d'embraser la nuit


En 1968, l'entreprise Buick offre 75.000 $ aux Doors pour utiliser "Light my Fire" dans une publi- cité pour ses automobiles. Bien évidemment, ils acceptent le marché… sauf Jim Morrison qui n'avait pas été informé à temps. Furieux, le chanteur menaça de détruire une voiture de la marque en direct à la télévision si l'idée n'était pas abandonnée. Le contrat sera finalement annulé et la confiance entre les membres du groupe définitivement brisée.

Déjà en septembre 1967, le groupe avait passé un contrat moral avec le présentateur vedette Ed Sullivan prévoyant de modifier quelque peu les paroles de la chanson, afin de ne pas heurter certains téléspectateurs. Cependant, lors de la diffusion du show en direct, Jim Morrison avait sciemment chanté le texte original. The Doors ne seront plus jamais invités à participer à la célèbre émission.

La chanson est enregistrée en août 1966 et paraît sur le premier album des Doors en janvier 1967. En juillet, elle prend la tête du Billboard 100 aux États-Unis et truste les places d'honneur dans le monde entier. Depuis, plusieurs centaines de "couvertures" ont été enregistrées par des artistes de toutes nationalités. En France, c'est Laurent Voulzy qui s'y colle en 2006 avec une version qui sent bon le sable chaud et les cocotiers.

>>>>> SET THE NIGHT ON FIRE

01 - Julie London
   02 - Al Green
      03 - Eliane Elias
         04 - José Feliciano
            05 - The Free Design
               06 - Manfred Mann
                  07 - Brian Auger's Oblivion Express
                     08 - Will Young
                        09 - Patricia Barber
                           10 - Black Mighty Orchestra
                              11 - Nancy Sinatra
                                 12 - Laurent Voulzy
                                    13 - Jackie Wilson
                                       14 - Shirley Bassey
                                          15 - Francis Goya
                                             16 - Julie Driscoll, Brian Auger & The Trinity
                                                17 - Minnie Riperton
                                                   18 - The Doors

Le bonus de tonton Jimmy      :      19 - Erma Franklin

mercredi 3 juin 2015

King Cover #18


J'ai encore du mal à me remémorer mon 18è anniversaire. Tout ce que je peux vous dire, c'est que je me suis réveillé le lendemain matin dans une voiture au milieu d'un champ avec ma prof de dessin.

Je me rappelle aussi que mon copain Claude avait mis la maison de son père à ma disposition. Nous étions une bonne quarantaine de soiffards, dont mademoiselle Wirtz (prof de dessin), réunis sous les mirabelliers en fleur.

Dire que l'alcool a coulé à flot est un doux euphémisme, disons plutôt que nous avons surfé sur un océan à 40° ! Parallèlement, le taux de décibels délivrés par la chaîne hifi devait friser celui d'un Breguet Atlantic en phase de décollage. Or, il semblerait que ces nuisances festives aient fortement irrité le voisinage, qui s'est senti obligé d'envoyer la maréchaussée à nos trousses. Aux premières lueurs des gyrophares, nous n'avons écouté que notre courage : nous avons fui !

Tel un envol d'étourneaux à l'approche de l'épervier, la meute avinée s'est dispersée. Qui filant à travers champs, qui remontant la rue principale du village, qui se cachant bêtement dans la serre potagère au fond du jardin. Pour ma part, je ne sais toujours pas comment j'ai bien pu me retrouver dans la Renault 12 TS de mademoiselle Wirtz filant à toute allure dans le nuit.

Le jour d'après, 6 heures du mat, je me réveille avec un troupeau de Percherons faisant des claquettes dans ma cafetière. Analyse rapide de la situation : je suis dans la voiture de ma prof de dessin, elle ronfle sur la banquette arrière, je me les caille sévère et j'ai envie de vomir… pour le reste, c'est le grand vide intersidéral !

>>>>> SA NAPULO UG WALO

01 - David T. Walker - Come Together (The Beatles)
02 - Aretha Franklin & Otis Redding - Bridge Over Troubled Water (Simon & Garfunkel)
03 - Shirley Bassey - Emotion (Amoureuse, Véronique Sanson)
04 - Mary Fahl - Time (Pink Floyd)
05 - Ann Wilson - Immigrant Song (Led Zeppelin)
06 - Acid Drinkers - New York, New York (Frank Sinatra)
07 - Amanda Lear - Lili Marleen (Marlène Dietrich)
08 - David Ralston - No Woman, No Cry (Bob Marley)
09 - Paul Young - The Jean Genie (David Bowie)
10 - Daddy Mack Blues Band - Can't Get Enough (Bad Company)
11 - Zola Moon - I Can't Stand the Rain (Ann Peebles)
12 - Liesa Van der Aa - Paroles, paroles (Dalida)
13 - Gregorian - Nothing Else Matters (Metallica)
14 - Joan Jett - Let It Bleed (The Rolling Stones)
15 - Nina Hagen - Good Vibrations (The Beach Boys)
16 - Gipsy Kings - Hotel California (Eagles)
17 - Black Bomb A - Beds Are Burning (Midnight Oil)
18 - Dee Dee Bridgewater - Que reste-t-il de nos amours ? (Charles Trenet)

lundi 1 juin 2015

@London


Vous voulez que je vous dise un secret ?
Il arrive parfois qu'il pleuve à Londres pendant plusieurs jours d'affilée !

C'est exactement ce qui s'est passé en janvier 1972, quand la classe de 4ème D du collège du Breuil à Talange a débarqué dans la capitale anglaise pour approfondir son "angliche spikine".

Lily, ma correspondante m'accueille sous son petit parapluie rouge à pois noirs. Pendant deux jours, nous sillonnons les rues de la City sous le frêle abri de nylon, tapis comme des oisillons effarouchés par l'averse. Nous ne parlons pas beaucoup, nous rions surtout. Elle s'amuse de mon accent, je me moque de ses bottes en caoutchouc fleuries. Nous mangeons des pâtisseries multicolores et j'achète un Big Ben dans une boule à neige.

Mon plus beau souvenir de Londres ?
La pluie ! La pluie et les yeux dorés de Lily !

>>>>> PICCADILY CIRCUS

01 - Jean-Michel Jarre - London Kid
02 - Mylène Farmer - Dans les rues de Londres
03 - Vanessa Carlton - London
04 - She & Him - London
05 - Jeff Wayne - Dead London
06 - Steeleye Span - London
07 - Sandy Denny & Thea Gilmore - London
08 - Sean Taylor - London
09 - Girlschool - London
10 - Pet Shop Boys - London
11 - Petula Clark - À London
12 - Gordon Giltrap - London
13 - Eye To Eye - London
14 - Roger Hodgson - London
15 - Blur - London Loves
16 - Brazzaville - Londres
17 - The Clash - London Calling
18 - Witloof Bay - Dans la prison de Londres

vendredi 22 mai 2015

Une chanson (Águas de Março)


                         C’est du bois, c’est de la pierre, c’est la fin du chemin
                         C’est un reste de tronc, c’est un peu solitaire
                         C’est un éclat de verre, c’est la vie, c’est le soleil
                         C’est la nuit, c’est la mort, c’est un lien, c’est le crochet
                         C’est une forêt d'acajou, c'est le nœud dans le bois
                         Une graine, une bougie, c'est un lutin facétieux
                         C’est du vent dans les bois, qui descend de la falaise
                         C’est un profond mystère, c'est le vouloir ou pas
                         C’est le vent qui souffle, c’est la fin de la pente
                         C’est la poutre, c’est le vide, la fête de la Cumeeira
                         C’est la pluie qui tombe, c’est une conversation
                         Sur les eaux de mars, c’est la fin de la fatigue
                         C’est le pied, c’est le sol, c’est le sentier battu
                         Petit oiseau dans la main, caillou de lance-pierre
                         C’est un oiseau dans le ciel, c’est un oiseau sur le sol
                         C’est un ruisseau, c’est une fontaine, c’est un morceau de pain
                         C’est le fond du puits, c’est la fin du chemin
                         Un chagrin sur le visage, c’est un peu solitaire
                         C’est une épine, c’est un clou, c’est une pointe, c’est un point
                         C’est une goutte qui goutte, c’est un compte, c’est un conte
                         C’est un poisson, c’est un geste, c’est du vif argent
                         C’est la lumière du matin, c’est une brique qui arrive
                         C’est du bois de chauffage, c’est le jour, c’est la fin de la piste
                         C’est la bouteille de canne, fragment sur la route
                         C’est le projet d’une maison, c’est le corps dans le lit
                         C’est la voiture en panne, c’est la boue, c’est la boue
                         C’est un pas, c’est un pont, c’est un crapaud, c’est une grenouille
                         C’est un reste de buisson dans la lumière du matin
                         Ce sont les eaux de mars, c'est la fin de l’été
                         C’est la promesse de vie dans ton cœur
                         C’est un serpent, c’est un bâton, c’est João, c’est José
                         C’est une épine dans la main, c’est une coupure au pied
                         C’est un pas, c’est un pont, c’est un crapaud, c’est une grenouille
                         C’est un bel horizon, c’est une fièvre

La légende raconte qu'Antônio Carlos Jobim aurait imaginé cette chanson en mars 1972, alors qu'il se la coulait douce dans une petite maison, au bord d’un chemin de pierre. Émergeant de la torpeur d'une fin d'été brésilien, il se serait alors précipité pour la transcrire sur une partition et faute de mieux se serait contenté d'une feuille de papier servant à emballer du pain.

Alors, légende ? Réalité ? Peu importe, l'histoire est trop belle pour être mise aux oubliettes. Belle comme cette chanson qui a été élue meilleure chanson brésilienne de tous les temps par un ensemble de journalistes et d'artistes consultés par le quotidien Folha de São Paulo, en 2001.

Elle parait au Brésil en 1973 sur l'album Matita Perê. Il sera distribué dans le monde entier avec une version bonus traduite en anglais par Jobim en personne. C'est aussi lui qui aidera Georges Moustaki pour la traduction dans la langue de JoeyStarr.

À vous de dire maintenant si cette chanson mérite tous les honneurs qu'elle a reçus depuis sa création, mais si l'on considère tous les artistes qui l'ont interprétée un jour ou l'autre, je crois qu'elle n'a pas volé sa place au Panthéon de la musique internationale.

>>>>> UM POUCO SOZINHO

01 - Antônio Carlos Jobim - Águas de Março (1973)
   02 - Susannah McCorkle - Waters of March
      03 - Jazztronik - Águas de Março
         04 - Tok Tok Tok - Waters of March
            05 - Lily Dahab - Águas de Março
               06 - Halie Loren - Waters of March
                  07 - Os Alquimistas - Águas de Março
                     08 - Holly Cole - Waters of March
                        09 - Georges Moustaki - Les eaux de mars
                           10 - Oleta Adams & Al Jarreau - Waters of March
                              11 - Emilie-Claire Barlow - Águas de Março
                                 12 - Luciana Souza - Waters of March
                                    13 - Tania Furia Jazz Quintet - Águas de Março
                                       14 - Jane Monheit - Waters of March
                                          15 - Eliane Elias - Águas de Março
                                             16 - Basia - Waters of March
                                                17 - Rosa Passos - Águas de Março
                                                   18 - Mina Agossi - Waters of March