dimanche 1 mars 2015

Les damnés du Metal #1


Après avoir largement survolé la production métallique de l'année 2014, faisons un rapide retour en arrière. Back to the eighties !

Pour situer musicalement les années 80, je pourrais citer, entre autres, Iron Maiden, Motörhead, Def Leppard, Saxon, Tygers of Pan Tang… et encore quelques autres qui ont marqué de leur empreinte cette période, durant laquelle le Heavy Metal a connu une prodigieuse expansion.

Plutôt que d'évoquer les gros calibres, intéressons-nous plutôt à des artistes méconnus : les seconds couteaux, les besogneux, les sans-grade… les damnés du Heavy Metal. Ceux que l'histoire a omis d'inscrire sur ses tablettes en granit rose de Ploumanac'h.

S'ils n'avaient pas tous le talent pour s'imposer durablement, on ne pourra cependant pas reprocher leur manque d'enthousiasme. Quoi qu'il en soit, il font quand même partie de la grande épopée du Heavy Metal. C'est pourquoi je leur offre aujourd'hui un peu de la lumière dont ils n'ont pas bénéficié à l'époque.

Cette rubrique n'aurait pas pu voir le jour sans l'aide de l'ami Kammenos qui m'a laissé piller son incroyable trésor avec un sourire goguenard.

>>>>> TOYOTA SUPRA

01 - Kaos - Agent Killers
02 - Emerald - Armed for Battle
03 - Acid - Exterminator
04 - Tattoo - Nobody Gets Out Alive
05 - Ballantinez - White Line Power
06 - Damien - Serpents Rising
07 - Steel Prophet - Nihilism's Spell
08 - M-80 - Supply and Demand
09 - Megattack - Talk to Me
10 - Geddes Axe - Aftermath
11 - Bruzer - Hot Rod
12 - S.A.D.O. - Shout
13 - Holocaust - Push It Around
14 - Paralex - Travelling Man

vendredi 27 février 2015

Une chanson (Heartbreak Hotel)


                 Depuis que ma chérie m'a quitté,
                 J'ai trouvé un nouvel endroit pour habiter.
                 C'est là- bas, au fond de la rue solitaire
                 À l'hôtel des cœurs brisés

                 [ Refrain ]

                 Tu me laisses si seul, chérie
                 Je me sens si seul
                 Je me sens si seul, je pourrais mourir

                 Et même si c'est toujours bondé
                 Tu peux toujours trouver un peu de place
                 Où les amoureux au cœur brisé
                 Peuvent se cacher pour pleurer

                 [ Refrain ]

                 Les larmes du bagagiste continuent de couler
                 Et le réceptionniste est habillé en noir.
                 Ils sont depuis si longtemps dans la rue solitaire
                 Qu'ils ne reviendront jamais en arrière.

                 [ Refrain ]

                 Maintenant, si ta chérie te quitte
                 Et que tu as envie de parler
                 Il suffit de venir au fond de la rue solitaire
                 À l'hôtel des cœurs brisés

La création des chansons doit souvent une bonne part au hasard.

En 1955, le chanteur-guitariste et compositeur Tommy Durden tombe sur un article du Miami Herald : un jeune  homme  s’est  suicidé, laissant  derrière  lui  une  note  disant « I walk a lonely street ». Il en parle à son amie, la productrice Mae Boren Axton : les deux partenaires écrivent "Heartbreak Hotel" en une heure. La première version est enregistrée par Durden lui-même sur le magnétophone d'Axton.

Ils proposent alors leur chanson à un duo très populaire de Country Music, The Wilburn Brothers. Doyle et Teddy Wilburn déclinent l'offre, soulignant le côté étrange et morbide du texte. Les auteurs se tournent alors vers le tout jeune Elvis Presley, lui offrant par la même une première place au Billboard et son premier disque d’or.

En 1974, Long Chris adapte la chanson en français pour Johnny Hallyday sous le titre "À l'hôtel des cœurs brisés". Dix ans plus tard, Johnny signera sa propre version intitulée "Je me sens si seul".

Comme quoi, une chanson ça tient à vraiment pas grand chose !!!

>>>>> THE BELL HOP'S TEARS

01 - Elvis Presley (1956)
   02 - Leslie West
      03 - Blues Magoos
         04 - Dax Riggs
            05 - Frijid Pink
               06 - Hanni el Khatib
                  07 - Tomoyasu Hotei
                     08 - Johnny Hallyday - Je me sens si seul (Zénith 1984)
                        09 - Guns N' Roses
                           10 - Scotty Moore
                              11 - Joe Tex
                                 12 - Joao Suplicy
                                    13 - Albert King
                                       14 - John Cale
                                          15 - The James Gang
                                             16 - The Orlons
                                                17 - The Soft Boys
                                                   18 - Lynyrd Skynyrd

mercredi 25 février 2015

This Is… The Angels (Angel City)


Comme tous les hard-rocœurs qui comptent déjà quelques heures de vol, je vénère les vieux coucous comme AC/DC, Motörhead, KISS, Accept, Rose Tattoo… Je les ai vu décoller, prendre de l'altitude, pour finalement éclabousser la planète de leur furie.

Parmi tous ceux-là, il y a un groupe pour qui j'ai une tendresse particulière, et qui n'a sans doute jamais été reconnu à sa juste valeur.

Angel City — ou plutôt The Angels — voit le jour en 1974 en Australie. Piloté par les frangins guitaristes Rick et John Brewster, et le chanteur déglingué Doc Neeson, le groupe connait un démarrage fulgurant dans son pays. Il chasse sur les mêmes terres qu'AC/DC. Mais, là où la bande à Angus déverse des flots de lave brûlante, les Anges proposent des mélodies plus élégantes et tout aussi efficaces. Là où AC/DC bastonne, The Angels caressent… pour un frisson identique.

L'état des lieux n'est quand même pas aussi catastrophique que je veux bien le dire : The Angels font une carrière longue et plus qu'honorable. Ils sortent des albums hautement recom- mandables, sillonnent la planète pour porter la bonne parole, sont suivis par des fans fidèles et exigeants. Cependant, ils n'ont jamais atteint la notoriété quasi divine de leurs compatriotes d'AC/DC, ni même d'un Iron Maiden ou d'un KISS. Cependant, je vous jure qu'ils la méritent leur place au firmament du Rock.

En 2011, après une longue période de sommeil, les frères Brewster, épaulés d'un nouveau chanteur, remettent le groupe à flot.

Le 4 juin 2014, Doc Neeson, le chanteur charismatique, s'éteint à l'âge de 67 ans. Il emporte avec lui un peu de la magie des Anges originels.

>>>>> IVORY STAIRS

01 - You Got Me Runnin' (1977 - The Angels)
02 - Be With You (1978 - Face to Face)
03 - Save Me (1979 - No Exit)
04 - I'm Scared (1980 - Darkroom)
05 - Nothin' to Win (1981 - Night Attack)
06 - No Sleep in Hell (1983 - Watch the Red)
07 - Babylon (1984 - Two Minute Warning)
08 - Hide Your Face (1986 - Howling)
09 - Marseilles (1987 - Live Line)
10 - Bitch (1989 - Beyond Salvation)
11 - Bedroom After Bedroom (1991 - Red Back Fever)
12 - Soul Surgeon (1998 - Skin & Bone)
13 - Blood on the Moon (2000 - Left Hand Drive)
14 - Some Kinda Hell in Here (2012 - Take It to the Streets)
15 - Book of Law (2014 - Talk the Talk)

video

lundi 23 février 2015

King Cover #15


À l'heure de pondre une nouvelle chronique, quand je sèche devant ma feuille blanche, je plonge invariablement dans les eaux ténébreuses d'internet pour pêcher quelques éléments propres à illuminer mon cerveau embrumé.

J'ai eu beau fouiller, farfouiller, trifouiller, plonger mon groin dans la fange infinie de la toile, solliciter mes amis Google et Wikipédia, la seule information intéressante qui en est ressortie est la suivante : 15 = 1 + 2 + 3 + 4 + 5 !

Je sais : pas de quoi sauter au plafond ! Même pas de quoi justifier le salaire indécent qui m'est versé chaque mois pour maintenir à flot ce misérable petit blog. Je n'ose même pas vous dire le chiffre. Disons qu'il se situe entre un mois de salaire de Zlatan Ibrahimović et le coût d'une conférence de Nicolas Sarkozy à Abou Dhabi !

Et tout ça pourquoi ? Tout ça pour vous présenter le quinzième épisode de la saga King Cover.
Mouaih ! C'était pas la peine d'en faire des caisses, il suffisait de le dire dès le début !!!

>>>>> QUINZIÈMEMENT

01 - Dolapdere Big Gang - Losing my Religion (R.E.M.)
02 - Don Ho - Shock the Monkey (Peter Gabriel)
03 - Dweezil Zappa - Stayin' Alive (Bee Gees)
04 - Eldissa - Ring my Bell (Anita Ward)
05 - Emeline Michel - Many Rivers to Cross (Jimmy Cliff)
06 - Franck Goldwasser - Be Bop A Lula (
Gene Vincent)
07 - Herbie Mann - In the Summertime (Mungo Jerry)
08 - Hitboutique - Voyage, voyage (Desireless)
09 - Nouvelle Vague (ft. Olivia Ruiz) - Mala Vida (Mano Negra)
10 - Luis Oliart - With or Without You (U2)
11 - Manhattan Transfer - Unchained Melody (The Righteous Brothers)
12 - Shaggy - Piece of my Heart (Janis Joplin)
13 - The Bronx Casket Co. - Free Bird (Lynyrd Skynyrd)
14 - The Fixx - These Boots Are Made for Walkin' (Nancy Sinatra)
15 - The Power Station - Get It On (Bang A Gong) (T. Rex)
16 - The Traceelords - Born to Be Alive (Patrick Hernandez)
17 - Tori Amos - Smells Like Teen Spirit (Nirvana)
18 - Urban Love - No Woman, No Cry (Bob Marley)

mercredi 11 février 2015

La Caverne de Vévèche (New Wave)


Alphaville   —  Buggles  —  Cocteau Twins  —  Depeche Mode  —  Edith Nylon  —  Front 242  —  Gary Numan — Hazel O'Connor — Indochine —  Joy Division — Klaus Nomi — Lene Lovich — Men Without Hats — Nacht und Nebel — Orchestral Manoeuvres In The Dark  —  Partenaire Particulier  —  Romantics (The)  —  Simple Minds   —   Taxi Girl   —  Ultravox   —   Visage   —   Wang Chung   —   XTC   —   Yazoo

Voilà  un chouette abécédaire élaboré avec le nom de groupes qui firent les beaux jours de nos transistors et de nos magnétophones à cassettes.

Entre la fin des années 70 et le milieu des années 80, ce sont des milliers de groupes étiquetés "New Wave" qui virent le jour, partout dans le monde. Pas un centimètre carré du globe ne fut épargné par cette "vague nouvelle" qui déferla sur les ondes des radios qui goûtaient une liberté toute neuve. Plus qu'un simple phénomène de mode ce courant musical donna un véritable coup de fouet à toute la sphère pop et rock, dépoussiérant les sonorités originelles et préparant un avenir à une génération d'artistes prépubères.

Encore une fois, c'est chez Vévèche le Grand que je suis parti faire mon marché et je peux vous garantir qu'il a du stock en magasin. Finalement le plus dur, c'est de faire un tri sévère pour ne pas dépasser la dose prescrite.

>>>>> ENOLA GAY

01 - Blondie - Picture This
02 - U2 - An Cat Dubh
03 - Suicide - Diamonds, Fur Coat, Champagne
04 - The Cure - Grinding Halt
05 - The Specials - Do the Dog
06 - Lene Lovich - Angels
07 - X-Ray Spex - Genetic Engineering
08 - Devo - Jocko Homo
09 - Magazine - My Tulpa
10 - Siouxsie and the Banshees - Nicotine Stain
11 - Bruce Woolley and The Camera Club - Johnny
12 - XTC - Making Plans for Nigel
13 - Nina Hagen Band - Auf'm Bahnhof Zoo
14 - The Cars - My Best Friend's Girl
15 - COS - 3 femmes dans ma tête
16 - The Motels - Kix
17 - The Tubes - Prime Time
18 - The B-52's - Lava

lundi 9 février 2015

Monsieur Serge et les dames


                                    Monsieur Serge est un dégueu… lasse
                                    Aux nuits des femmes, il se pré… lasse
                                    Toujours prêt pour un fesse-à… face
                                    Il en a fait tanguer des blon… dasses
                                    Démonter, remonter des cu… lasses
                                    Dans le cockpit de son bi… place
                                    Au réveil, pas besoin de lave… glace
                                    Dans son J 'n' B, juste un peu de… glace
                                    Rousses et brunes et blondes, hé… las
                                    Les a quittées un mois de… mars
                                   
                                    Pour s'envoyer au septième ciel avec une gi… tane

>>>>> DAMES DE CŒUR
 
01 - Joanna
02 - Ballade de Melody Nelson
03 - Baille baille Samantha
04 - Eva
05 - Pauvre Lola
06 - Chanson de Maglia (Texte de Victor Hugo)
07 - Élisa
08 - Marilu
09 - Shush Shush Charlotte
10 - Pamela Popo
11 - Elaeudanla Téïtéïa
12 - Manon
13 - Daisy Temple
14 - Lola Rastaquouère
15 - Judith
16 - Marilou sous la neige
17 - Goodbye Emmanuelle
18 - Je vous salue Marie

dimanche 8 février 2015

Heavy Metal Sunday Selection #10


Pour clore en beauté cette magnifique série métallique dominicale, je vous en ai collé une petite louche en plus. 18 titres parus en 2014… c'est mieux qu'un cadeau Bonux, non ???

Je vous laisse maintenant juger de la qualité de ce millésime qui aura vu quelques poids-lourds revenir sur le devant de la scène. Je pense notamment à AC/DC, à Judas Priest, à Uriah Heep, à Nazareth, sans oublier The Angels. Je pense aussi à ceux qui confirment tout le bien qu'on pensait d'eux : Mastodon, Wolfmother, Rival Sons, Avatar, Zodiac. Coup de chapeau à ceux qui ont donné leurs premiers coups de griffe : Blues Pills, Purple Nail, The Osiris Club, Virgil & The Accelerators, Rise of the Northstar… longue vie à vous tous !

Rassure-toi, ami métalleux du dimanche matin, si cette série s'arrête aujourd'hui, ça ne veut pas dire que tu seras privé de ta dose de décibels hebdomadaire. Je travaille actuellement sur une nouvelle collection. Pas tout à fait pareille, pas vraiment différente !… Une nouvelle collection, quoi !!!

Rendez-vous la semaine prochaine… même jour, même heure, même pomme !

>>>>> THE NUMBER OF THE BEAST

01 - Alestorm - Walk the Plank
02 - Outlook Grim - Labyrinth
03 - Foo Fighters - The Feast and the Famine
04 - The German Panzer - Hail and Kill
05 - In This Moment - Big Bad Wolf
06 - Gamma Ray - Pale Rider
07 - Aria - Angely Neba
08 - Gunpowder Gray - Outta Sight
09 - Kreyskull - Tower Witch
10 - Heavy Duty - Complete
11 - Purple Nail - Bound Together
12 - Mors Principium Est - Monster in Me
13 - Hanzel und Gretyl - Mavro Metalliko
14 - October 31 - Voodoo Island
15 - Akentra - Demolition Man
16 - Soundchaser - Puppet of a Thousand Hands
17 - Soilwork - These Absent Eyes
18 - G Lethal 9 - Cheers

vendredi 6 février 2015

Cette année-là… 1983


Cette année-là, ça bastonne sévère en Californie. Slayer et Metallica inventent une nouvelle forme de Metal. Plus rapide, plus technique, plus violent, il s'appellera le Thrash et fera des adeptes dans le monde entier.

"Fast" Eddie Clarke a déserté Motörhead. Lita Ford n'est plus une fugitive. Ronnie James Dio a lâché Rainbow et Black Sabbath. Tous trois entament une carrière en solitaire.

La France est à la fête. Emmenés par un Trust impérial, des dizaines de groupes voient le jour. Sortilège, Warning, Karoline, Blasphème, Strattson, Stocks, Satan Jokers et bien d'autres font les beaux jours d'un hexagone repeint en rose.

Si ça c'est pas une foutue bonne année pour le Heavy Metal, je veux bien faire vœu de chasteté jusqu'à la fin du mois… enfin, jusqu'à la fin de la semaine… plutôt, jusqu'à demain… disons jusqu'à ce soir  !!!!!

>>>>> CLIFF BURTON

01 - Fastway - Easy Livin'
02 - Savatage - Holocaust
03 - Slayer - Black Magic
04 - Demon - Nowhere to Run
05 - Sortilège - Gladiateur
06 - Dio - Holy Diver
07 - Mercyful Fate - Curse of the Pharaohs
08 - Satan - Broken Treaties
09 - Metallica - No Remorse
10 - Lita Ford - I Can't Stand It
11 - Mötley Crüe - Knock 'Em Dead, Kid
12 - Satan Jokers - Tokyo Geisha
13 - Gary Moore - Teenage Idol
14 - Def Leppard - Billy's Got a Gun

mercredi 4 février 2015

Une chanson (Jumpin' Jack Flash)


Je suis né dans la fureur d'un ouragan
Et j'ai hurlé sur ma mère, sous la pluie battante
Mais tout va bien maintenant, en fait, c'est super
Mais tout va bien maintenant
Je suis Jack, vif comme l'éclair, c'est super, super, super

J'ai été élevé par une mégère barbue et édentée
J'ai été éduqué à coups de fouets dans le dos
Mais tout va bien maintenant, en fait, c'est super
Mais tout va bien maintenant
Je suis Jack, vif comme l'éclair, c'est super, super, super

J'ai été noyé, mon corps a dérivé et on m'a laissé pour mort
Je suis tombé par terre et j'ai vu mes pieds en sang
J'ai froncé les sourcils devant les miettes d'un crouton de pain
On m'a mis une couronne d'épines sur la tête
Mais tout va bien maintenant, en fait, c'est super
Mais tout va bien maintenant
Je suis Jack, vif comme l'éclair, c'est super, super, super


Las des expérimentations musicales imposées par Brian Jones, le couple Jagger-Richards décide de reprendre en main la maison Stones afin qu'elle retrouve ses racines rock et blues.

Le 24 mai 1968, Jumpin' Jack Flash sort en single, flanqué d'une pochette satanico-humoristique (Child of the Moon, en face B). Pour l'occasion le groupe retrouve le son brut de ses débuts. C'est aussi à partir de cette époque que Keith Richards adopte l'open tuning (accord ouvert), jouant sur cinq cordes, reprenant ainsi la technique des vieux bluesmen américains. Bien que le riff initial de la chanson ait été imaginé par Bill Wyman, son nom ne sera jamais cité dans les crédits.

Chanson emblématique des Rolling Stones, elle a fait partie de la tracklist de toutes leurs tournées. Dès sa sortie, elle culmine dans les charts du monde entier. Par étonnant qu'autant de grands noms se la soient appropriées.

>>>>> IT'A GAS GAS GAS

01 - The Rolling Stones
   02 - Alex Chilton
      03 - Hank Davison Band
         04 - Aretha Franklin
            05 - Alex Harvey
               06 - Johnny & Edgar Winter
                  07 - Amazonics
                     08 - Giant Sand
                        09 - Peter Frampton
                           10 - Marcia Shines
                              11 - Ananda Shankar
                                 12 - Inga Rumpf
                                    13 - Jamul
                                       14 - Kyler Schogen
                                          15 - Thelma Houston
                                             16 - Leigh Stepens
                                                17 - Nikolai Gusev
                                                   18 - Crossroadz

video

lundi 2 février 2015

Voici… Jean-Louis Murat


« Il fallait une plume suffisamment leste pour parler d'un artiste paysan magnifique.
   Quand Thibault rencontre Murat, quand Jean-Louis croise Marconnet… c'est un peu comme

   une brise qui caresse la lande ou comme un feu qui embrasse le fer. »

Suite à l’invitation de l’ami Keith, je viens d’écrire un petit texte sur le troubadour arverne pour accompagner sa “jolie compile” ; et non pas pour “raccompagner sa jolie copine”, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! C’est un grand plaisir pour moi que de partager ma passion pour le fils des puys et je vais essayer de faire court, ce qui ne sera pas une mince affaire au vu de l’inconditionnel amour (“aveugle” peut-être, mais pas “sourd”), que je porte à l’œuvre de Jean-Louis Murat.

Tout d’abord, Murat c’est un nom de lieu : Murat-le-Quaire. L’Auvergne et l’Égypte ne font qu’une seule et même terre, que cela soit dit une bonne fois pour toutes. D’ailleurs Moïse n’a pas remonté le Nil dans son berceau d’osier comme nous le dit la “légende dorée”, mais la Dordogne. Oui, ma bonne dame, c’est comme j’vous le dis !

Et la manne tombée du ciel n’est pas du pain azyme, loin s’en faut ! c’est du bon Saint-Nectaire : avis aux amateurs. Foin des ragots et des vieilles lunes, c’est en tout cas là que naquit le petit Jean-Louis. L’almanach ne nous dit pas s’il fut entouré d’un bœuf et d’un âne lorsqu’il poussa son premier cri, mais je ne doute pas que quelques meuglements de vaches chantèrent sa venue au monde, accompagnés de chaudes et odorantes bouses. Pour revenir un temps à l’Égypte, les puys auvergnats sont de très anciennes pyramides naturelles, n’importe quel écolier du coin vous le dira. La très belle chanson “Alexandrie” (que vous ne trouverez pas ici : c’est une compile pas une intégrale) fait d’ailleurs force de loi en la matière. Et Dieu sait combien Jean-Louis – Bergheaud de son véritable patronyme –, chérit la toponymie comme pas un. Tout en sibyllines évocations, ses chansons exhaussent les lieux-dits à de véritables sommets poétiques et mystérieux. Quand j’écoute Murat, j’ai des mots inconnus pleins la bouche comme autant de runes d’un autre âge.

Murat n’est pas un doux agneau, même s’il en a tout l’air ici. C’est que, dès l’origine il y a un pépin avec le barde auvergnat : ce cher irrévérencieux a croqué la pomme avec Lilith et, question poésie il est certain que pour lui le “vers” est déjà depuis fort longtemps dans le fruit. Avec cette jolie compile, comme JLM le chante dans “16h00 qu’est-ce que tu fais”, je dois bien l’avouer, « je redeviens puceau » car il y a au moins trois ou quatre chansons qui m’étaient inconnues. Retrouver un peu de virginité auditive ne fait jamais de mal, c’est une façon de rester toujours à l’écoute du volcan qui sommeille en nous ; et, tout autant que de “l’eau”, méfiez vous du volcan qui dort !

Chez Murat, il ne faut pas confondre “retour à la terre” et “amour de la chatte”. C’est dit crûment mais autant appeler une mésange par son nom. D’ailleurs, un Jean-Louis Murat qui sort de l’eau, comme la judicieuse couverture nous l’indique, ça n’est pas anodin. C’est bien connu, le Jean-Louis tète la cyprine comme d’autres se biberonnent au pastis. La métaphore extra-utérine, suggérée par cette photographie pour le moins érotique, n’aura sans doute échappé à personne.

Avec ce “Voici” (pas “Gala” pour deux sous !), nous sommes dans de beaux draps : l’ami Keith est allé au plus près de l’âme féminine de Murat… pour notre plus grand délice. Quoi qu’il en soit, le Murat “encoléré” n’est jamais bien loin. Jetez donc un coup d’œil vers le Sancy quand la lune est rousse : il se pourrait bien que vous aperceviez, parmi le vert sombre des sapins et la lumière bleue de la nuit, un lycanthrope hurlant des chants d’amour à Séléné tout en jetant des éclats de foudre depuis le manche de sa guitare électrique. Beau chant ne saurait mentir.


>>>>> LE BOUCLIER ARVERNE

01 - Murat (1982 - Murat)
02 - Uschi (où es-tu passée ?) (1984 - Passions privées)
03 - Pars (1989 - Cheyenne Autumn)
04 - Le mendiant à Rio (1991 - Le Manteau de pluie)
05 - Le matelot (1993 - Vénus)
06 - Saint-Amant (1996 - Dolorès)
07 - Mustang (1999 - Mustango)
08 - Entre deux draps (2001 - Madame Deshoulières)
09 - L'au-delà (2002 - Le moujik et sa femme)
10 - À la morte fontaine (2003 - Lilith)
11 - French Kissing (ft. Jennifer Charles) (2004 - A bird on a Poire)
12 - La chatte (2005 - 1829)
13 - Ce que tu désires (ft. Carla Bruni) (2005 - Mockba)
14 - Est-ce bien l'amour ? (2006 - Taormina)
15 - Sépulture (2007 - Charles et Léo)
16 - Tel est pris (2008 - Tristan)
17 - 16h00, qu'est-ce que tu fais ? (2009 - Le cours ordinaire des choses)
18 - Sans pitié pour le cheval (2011 - Grand lièvre)
19 - Le chat noir (2013 - Toboggan)
20 - Frelons d'Asie (ft. The Delano Orchestra) (2014 - Babel)

video

dimanche 1 février 2015

Heavy Metal Sunday Selection (Spécial Stoner #3)


La gourmandise est un vilain défaut !

M'en fous, j'ai tellement pêché durant toute ma vie qu'une villa avec vue sur l'Achéron m'est déjà réservée en enfer. Alors, si je me gave avec une autre compile dédiée au stoner rock, c'est pas ça qui va changer mon destin post mortem. Du coup, j'ai raclé mes fonds de tiroir pour dégoter un nouvel assortiment de galettes bien lourdingues parues tout du long de l'année 2014.

Si toi aussi tu as des doutes quant à ton admission au royaume des cieux, charge cette jolie compile. Elle te mettra du baume au cœur et t'aidera à envisager plus sereinement l'éternité entourée de drogués, de poivrots, de filles faciles, de métalleux… et sans doute d'une flopée d'hommes politiques !

>>>>> AND THE CIRCUS LEAVES TOWN

01 - Matra - Black Mantis
02 - Forced Rejection - The Storm
03 - Black Elephant - Cowboys
04 - Birnam Wood - Queen of Barley
05 - Vøid - Unbowed
06 - Mamont - No Pills, no Power
07 - Los Buscadores del Movimiento Perpetuo - El Reino Eléctrico
08 - Crowned By Fire - Space Music for Cave People
09 - Without God - Fear
10 - The Grape And The Grain - Ghost
11 - Leeds Point - Wench
12 - Six Is The God's Number - Mammoth
13 - Early Man - Creature From the Black Lagoon
14 - Gran Torino Rock - What's the Matter

vendredi 30 janvier 2015

¿ Mé sé ki sa ?

¿ Mais qui sont ces rockers endiablés au dress-code  aussi avant-gardiste ?
Aller, un petit indice quand même : ils sont français.

video

Le Zornophage a trouvé la solution. Il s'agit bien du groupe Ganafoul…
le Status Quo français !

video

mercredi 28 janvier 2015

Am I @ Banana ?


J'a dascendu â d'mon arb' pour ôller à l'ville. J'a pris l'ôtocar à coin d'lô rue d'là côté du bistrot du Jânot. Â m'dit : « At'vô prende l'ôtocar ? ». Bah, j'a dis : « Bah, oué ! ». Eul' chauffeur y m'ô j'té un bizôrre d'œil, y m'a pô pris mes sous… c'est bizôrre !!! Dâ l'ôtocar, j'm'a posé à l'côté d'la Jônine. J'la dis : « J'vâ à l'ville ! ». Â m'dit : « Pourquô tiô vas à l'ville ? ». « Bah, pôr gôgner des sous, quoâ ! », j'la dis. « Mâââ, gôgne pô d'sous à l'ville ! », âl dit. J'crô qu'âl est un piô zinzin !

A qu'arrive à l'ville, lô gôrs y m'ôppelle : « Et tiô, tô connais Lô Ride ? ».

— Bô nô, j'cônnais pô Lô Ride !
— Bôh ! Lô Ride l'ô fait un dixe et l'â veut al'pochette !
— Bâ, t'es bêt', j'tiô pô an'pochette môôô !
— Hin ! Hin ! C'est tô qu'est bêt', l'â veut just' tô phôtô !
— Âh, t'a fou toâ, j'mô fous pô à poâl, môôô !
— Bâ nâ, c'est sûr ! Tâ res' côm' t'es, c'est coul !

Eul' gôrs l'ô fait mô phôtô, lô donné à Lô Ride, lô fait un dixe ! Mâââ, gôgne pô d'sous à l'ville !!!!

>>>>> JUANITA BANANA

01 - Joe Brown - I Like Bananas
02 - Harry Chapin - 30,000 Pounds of Bananas
03 - Nicky Hopkins - Banana Anna
04 - The Boomtown Rats - Banana Republic
05 - Mitch Kashmar - Green Bananas
06 - Memphis Slim - Banana Oil
07 - The Pasadena Roof Orchestra - Yes ! We Have no Bananas
08 - Shonen Knife - Banana Fish
09 - Deep Purple - Bananas
10 - Blues Company - Banana Nana
11 - Jack Johnson - Banana Pancakes
12 - Hound Dog Taylor - Phillips Goes Bananas
13 - The Wombles - Banana Rock
14 - Kevin Ayers - Guru Banana
15 - Hackamore Brick - Oh ! Those Sweet Bananas
16 - The Rev. Jimmie Bratcher - Green Bananas
17 - The Soft Boys - We Like Bananas
18 - Fela Kuti - Monkey Banana

lundi 26 janvier 2015

King Cover #14


                         Quatorze, c'est fou c'que t'es triste
         Quand sur un édifice
         T'es suivi de dix-huit
         Quatorze, c'est fou c'que t'es gai
         Quand au calendrier
         T'es suivi de Juillet


                        (La Fête aux copains, Georges Coulonges et Jean Ferrat)


>>>>> TÉTRAKAÏDÉCAGONE

01 - Angela Aki - Honesty (Billy Joel)
02 - Annie Lennox - A Whiter Shade of Pale (Procol Harum)
03 - Belinda Carlisle - Bonnie and Clyde (Serge Gainsbourg)
04 - Bettye Lavette - Wish You Were Here (Pink Floyd)
05 - Bossa Mia - Waterlooo (ABBA)
06 - Collide - Nights in White Satin (The Moody Blues)
07 - Daddy Mack Blues Band - You Really Got Me (The Kinks)
08 - George White Group - Nothing Compares 2 U (Sinéad O'Connor)
09 - Kendra Morris - Walk on the Wild Side (Lou Reed)
10 - Maria Augusta - How Deep Is Your Love (Bee Gees)
11 - Paul Young - Enter Sandman (Metallica)
12 - Tamco - In the Port of Amsterdam (Jacques Brel)
13 - The Go Getters - Should I Stay or Should I Go (The Clash)
14 - The Wounded - Smells Like Teen Spirit (Nirvana)
15 - T-Spoon - Mercedes Benz (Janis Joplin)
16 - Wax Tadpole - Let There Be Rock (AC/DC)
17 - We All Die - Back to Black (Amy Winehouse)
18 - William Shatner - Space Truckin' (Deep Purple)

dimanche 25 janvier 2015

Heavy Metal Sunday Selection (Spécial France)


Qui est l'imbécile qui a dit qu'en France on ne savait pas faire de heavy metal ?

Les plus malins d'entre vous ont sûrement remarqué que les précédentes sélections métalliques du dimanche comprenaient des groupes "crévindjiou bin d'chez nous", et qu'ils ne faisaient absolument pas tâche dans le vacarme ambiant. Au contraire, certains écrasent même la concurrence anglo-saxonne avec la rage d'un Teddy Riner à qui on aurait chipé son Yop  !

Si ça ne suffit pas à vous convaincre, je vous propose, dès maintenant, un plein wagon de titres produits dans l'hexagone en 2014. Musicalement, rien à redire. Le seul reproche que je ferais à beaucoup de ces façonneurs de riffs gaulois, c'est de privilégier la langue de Bradley Wiggins à celle de Raymond Poulidor.

Et s'il y en a un qui trouve à redire sur la qualité de cette compile, je le dénonce à mon ami Teddy Riner qui se fera un plaisir de lui vanter les bienfaits du massage rotulien !!!!!

>>>>> RÉPRESSION

01 - Surpuissance - Surpuissance
02 - Appollonia - On a Bed of Sulfur
03 - Flayed - Machine Fun
04 - Barabbas - Priez !
05 - Tackleberry - Defeat Dance
06 - Stratageme - Believe
07 - Wizzö - Hot Rod
08 - Satan Jokers - Club 6 Sex 6
09 - Existance - The Siren
10 - Sticky Boys - Mrs. Psycho
11 - Cowers - Weak
12 - Bad Pigeons - Les maux dits
13 - FuryKane - Dive
14 - Divine Side - Phoenix
15 - P-Troll - Ride to Marseille
16 - Désillusion - Un monde virtuel
17 - Rise of the Northstar - Phoenix
18 - Asymmetric Road - Cold Bitterness

vendredi 23 janvier 2015

Psychobilly


Psychobilly ! Psychobilly ? C'est quoi ce bin'z ???

Pour en savoir plus, interrogeons le professeur Keith Michards, le plus grand psychobilliste du monde et de la galaxie et de l'univers et au-delà.

— Bonjour, professeur, que pouvez-vous nous dire sur le psychobilly ?
— Quoi ? Commhein ??? Quèque tu dis, petit ?
— Le psychobilly, professeur, le psychobilly !
— Quoâââ ! Il a chaud ton ami Billy ?
— Non, professeur, je n'ai pas de copain nommé Billy ! Je vous parle du psychobilly, vous savez,
    cette musique qui tient à la fois du rock, du punk, du rockabilly et qui a vu le jour au début des
    années 80 !
— Du vin ? Ah, non, pas de vin pour moi ! Je préfère le Jack Daniel's !!!
— Voyons, professeur, vous avez entendu parler des pionniers du psychobilly : les Cramps,
    Misfits, les Meteors ?
— Dehors ? Non, je ne vais pas dehors. Ils annoncent de la pluie dans la matinée.
— Mais enfin, professeur, vous vous souvenez de ces musiciens qui jouent sur des guitares
    vintages et des contrebasses ?
— Comment ça : la vue basse ? Mais j'te permets pas, p'tit con !
— Allons, professeur, vous n'avez pas oublié ces pochettes d'albums délirantes et colorées,
    ni ces textes qui parlent avec humour de soucoupes volantes, de zombies, de momies ?
— Mamy ? Mais que vient faire ta mamy dans cette affaire ? Je croyais que tu voulais
    me parler du psychobilly, mais si tu as des problèmes avec ta mamy, c'est pas ici qu'il faut
    venir pleurer !

>>>>>  A DATE WITH ELVIS

01 - Reverend Horton Heat - Big Red Rocket of Love
02 - Blue Demon - Black Eyed Devil
03 - The Kasketeers - Born Again Corpse
04 - The Phantom Creeps - Mistress of Misery
05 - Sick Sick Sinners - Zombie's Union
06 - The Cramps - Goo Goo Muck
07 - Three Bad Jacks - Hell Bound Train
08 - HorrorPops - Psychobitches Outta Hell
09 - Al & The Black Cats - I'll Be Damned
10 - The Blackrats - King of Monsters
11 - Batmobile - Long Hot Night
12 - The Dead Beats - Monsters Prefer Blondes
13 - Hillbilly Casino - 80085
14 - Mad Sin - Meattrain at Midnight
15 - Voodoo Zombie - Tierra de Zombies
16 - The Naps - Demonia
17 - Godless Wicked Creeps - Voodoo Girl
18 - The Kraneos - Murders 4 Hire
19 - Coffin Nails - Plasma Pool
20 - The Acting Apes - Please Don't Kill Me Now
21 - Flesh Roxon - Running Away
22 - The Arkhams - Valley of the Arkhams
23 - The Krewmen - Scream of the Banshee
24 - Devil's Brigade - Vampire Girl
25 - The Meteors - Give the Devil His Due

mercredi 21 janvier 2015

Das Ist… KMFDM


— Quel artiste sort en moyenne un album tous les 18 mois, depuis plusieurs décennies ?
— Alice Cooper !
— Oui, mais pas que…

— Quel groupe s'est créé une empreinte musicale si forte qu'on l'identifie dès la première note ?
— Élémentaire : ça c'est AC/DC, c'est sûr !
— Ouaih, mais bon…

— Quel groupe possède une charte graphique si spécifique qu'on reconnait immanquablement
     ses albums au milieu des bacs ?
— Gnak ! Gnak ! Fastoche : Iron Maiden !
— Oui, aussi…

Laissez-moi plutôt vous parler de KMFDM.

Et avant tout, quelques petites choses à savoir sur ce groupe allemand :

— Le nom du groupe signifie Kein Mehrheit Für Die Mitleid (Pas de pitié pour la majorité).
— Les pochettes, qui font partie intégrante du concept artistique global du groupe, sont
     dessinées par Aidan Hughes, artiste anglais plus connu sous le pseudonyme de Brute!
— Bien qu'originaire d'Hambourg, le groupe a été créé à Paris en 1984 par Sascha Konietzko et
     Udo Sturm. Initialement, il était conçu comme un projet de performance artistique.
— À ce jour, Sascha Konietzko demeure l'unique membre fondateur encore en action au sein du
     groupe. Depuis sa naissance, plusieurs dizaines d'autres musiciens ont participé au projet
     KMFDM.
— Au même titre que Ministry, Godflesh et Laibach, KMFDM fait partie des pionniers du Rock et
     du Metal Industriel.

Pour le reste, vous trouverez dans cette compile, tout ce qu'il faut savoir sur KMFDM et sur l'univers musical de ce groupe totalement atypique et fascinant.

>>>>> DEUTSCHE SCHULD

01 - Splatter (1984 - Opium)
02 - Lufthans (1986 - What Do You Know, Deutschland ?)
03 - Don't Blow Your Top (1988 - Don't Blow Your Top)
04 - Thrash Up ! (1989 - UAIOE)
05 - Achtung (1990 - Naïve)
06 - Vogue (2000) (1992 - Money)
07 - Sucks (1993 - Angst)
08 - Flesh (1995 - Nihil)
09 - Blame (1996 - Xtort)
10 - Mercy (1997- Symbols)
11 - D.I.Y. (1999 - Adios)
12 - Sturm & Drang (2002 - Attak)
13 - Star & Stripes (2003 WWIII)
14 - Professional Killer (2005 - Hau Ruck)
15 - Fait Accompli (2007 - Tohuvabohu)
16 - People of the Lie (2009 - Blitz)
17 - Vive la Mort ! (2011 - WTF ?!)
18 - Pussy Riot (2013 - Kunst)
19 - Get the Tongue Wet (2014 - Our Time Will Come)

video

lundi 19 janvier 2015

Cette année-là… 1980


Cette année-là, le Heavy Metal montre les crocs. Après s'être fait royalement botter le cul par une meute de punks enragés, les hardos sortent l'artillerie lourde et se remettent en ordre de marche. Emportés par la New Wave of British Heavy Metal, des escadrons de chevelus se ruent pour reconquérir le trône qu'ils n'auraient jamais dû laisser échapper. En tête de la rébellion, Iron Maiden, qui deviendra l'un des plus grands groupes de Rock de tous les temps.

Chez nous, Trust mène la fronde. Fraichement débarqué de Black Sabbath, Ozzy Osbourne se remet en selle, épaulé par une bande d'hargneux musicos. Le gang de Lemmy lâche une bombe qui va en laisser beaucoup sur le carreau. Phil Lynott s'autorise un moment de liberté en dehors de Thin Lizzy.

Et c'est qui qui chante chez Samson ? C'est Bruce Dickinson, qui deviendra le frontman d'un des plus grands groupes de Rock de tous les temps.

Désormais le Heavy Metal avance à marche forcée, rien ne pourra plus jamais l'arrêter.

>>>>> RICK SAVAGE

01 - Motörhead - Shoot You in the Back
02 - Cirith Ungol - A Little Fire
03 - Trust - Instinct de mort
04 - Ozzy Osbourne - I Don't Know
05 - Witchfynde - Give 'em Hell
06 - Saxon - 747 (Strangers in the Night)
07 - Samson - Manwatcher
08 - Diamond Head - Sweet and Innocent
09 - Philip Lynott - Ode to a Black Man
10 - Iron Maiden - Charlotte the Harlot
11 - The Angels - Face the Day
12 - Tygers of Pan Tang - Wild Catz
13 - Michael Schenker Group - Victim of Illusion
14 - Accept - Thunder and Lightning

dimanche 18 janvier 2015

Heavy Metal Sunday Selection (Especial España)


Pour bien comprendre tout l'amour que je porte au heavy metal et, en général, au rock espagnol, il va vous falloir beaucoup d'imagination !

Prenez du pain. Du vrai bon pain. Du pain d'artisan-boulanger. Un pain qui a été confectionné avec savoir-faire et passion. Un pain qui se mange sans faim, juste pour le plaisir d'entendre la croûte crépiter sous la dent. De ce pain magnifique qu'on partage avec ses amis, au bord de la Dordogne.

D'autre part, prenez un fromage… disons un saint-nectaire fermier. Un fromage qui a fleuri sur des pentes volcaniques fertiles et qui sent la paille d'affinage. Un fromage discret au nez, mais somptueux au palais. Un fromage qu'on mange sans fin, juste pour le plaisir de son petit son goût de noisette. De ce fromage merveilleux qu'on partage avec ses enfants, les pieds dans la Durolle.

Si vous associez ces deux ingrédients, vous obtenez un festin digne des tables royales. Mouillez d'un petit Chinon rouge aux notes épicées, vous accédez directement au paradis.

Maintenant, imaginez que le heavy metal soit un bon gros pain et la langue espagnole un fromage savoureux… Escalera al Cielo !
           
>>>>> SANTIAGO BERNABÉU

01 - Replyca - Secretos y Mentiras
02 - Cenizas Del Edén - Caerás
03 - Zarpa - Dioses del Rock
04 - Gabezia - Atabismoa
05 - Azrael - Bipolar
06 - Guadaña - Largo Camino
07 - Ruta 42 - Viejo Nómada
08 - Khael - Tu Alimento
09 - Akasha - Sahara
10 - Hysteria - Histeria Colectiva
11 - Darmage - El Arquitecto
12 - Abxenta - La Fuerza
13 - Sôber - Afrodita
14 - Viga - Algo Me Empuja
15 - Sffera - Mar de Niebla
16 - 7 Almas - Esperándote
17 - Javier Mira - Encadenada a Ti
18 - Diabolus in Extremis - Parabellum

vendredi 16 janvier 2015

Une chanson (Cry Me a River)


                            Maintenant, tu dis que tu es seul
          Que tu pleures toutes les nuits
          Et bien, tu peux pleurer des rivières,
          Pleurer des rivières
          J'en ai déjà pleurées pour toi

          Maintenant, tu dis que tu es désolé
          D'avoir été aussi hypocrite
          Et bien, tu peux pleurer des rivières,
          Pleurer des rivières
          J'en ai déjà pleurées pour toi

          Tu m'as rendue à moitié folle
          Et tu n'as jamais versé une larme
          Je me souviens de tout ce que tu as dit
          Tu disais que l'amour était trop ordinaire
          Et que tu en avais fini avec moi

          Et maintenant tu dis que tu m'aimes
          Et bien, prouve-le
          Approche et pleure des rivières
          J'en ai déjà pleurées pour toi


Je ne devrais pas le dire, il y a peut-être des enfants qui écoutent… et puis tant pis, je me lâche : « Rhôôô ! Putain de nom de dieu de bordel à cul, quel putain de pied j'ai pris à préparer cette foutue compile !!! ». Voilà, ça c'est dit… promis, je le referai plus !!!!!

Mais revenons à l'essentiel : cette sublime chanson… de jazz… a été écrite en 1953 par Arthur Hamilton. À l'origine, elle était destinée à Ella Fitzgerald, mais c'est finalement Julie London qui l'enregistrera pour la première fois en 1955, avant qu'une pléiade d'autres artistes de renom s'en empare.

Et des "repreneurs" il y en a eu ! Et pas que des petits Mickey ! Il y en a tant que, pour la première fois dans ma mission d'obsédé compileur, je n'ai pas pu me résoudre à n'en sélectionner que 18. Heureux abonné que tu es, tu vas pouvoir te délecter d'un florilège de covers toutes aussi craquantes les unes que les autres et je te promets que, toi aussi, tu vas te prendre un nom de dieu de foutu putain de pied… oups ! pardon !!!

>>>>> YOU SAY YOU'RE LONELY ( DISK 1)

01 - Julie London (1955)
   02 - Trish Hatley
      03 - Etta James
         04 - Jack McDuff
            05 - Yvonne Moore
               06 - Marwie
                  07 - Claudine Longet
                     08 - Tierney Sutton
                        09 - Gene Harris & the Three Sounds
                           10 - Robin McKelle
                              11 - Halie Loren
                                 12 - Ella Fitzgerald
                                    13 - Michael Bublé
                                       14 - Nicole Henry
                                          15 - Leata Galloway
                                             16 - Lisa Ekdahl
                                                17 - Dinah Washhington
                                                   18 - Ray Charles


>>>>> YOU SAY YOU'RE SORRY ( DISK 2)

01 - Jeff Beck & Imelda May
   02 - Sam Cooke
      03 - Tania Maria
         04 - Joe Cocker
            05 - Hi-Jazz Trio & Iva Ivanova
               06 - Aerosmith
                  07 - Viktor Lazlo (Pleurer des rivières)
                     08 - Harry Connick Jr.
                        09 - Blue Mitchell
                           10 - John Martyn
                              11 - Heta Linjen
                                 12 - Illumination
                                    13 - China Moses & Raphael Lemonnier
                                       14 - Rick Astley
                                          15 - Combustible Edison
                                             16 - Linda Ronstadt
                                                17 - Candye Kane & Sue Palmer
                                                   18 - Swans

video

mercredi 14 janvier 2015

Black Cover of Sabbath


Primo : Black Sabbath est un groupe de légende.
Deuxio : son répertoire est absolument remarquable.
Tertio : voilà deux axiomes sur lesquels je ne transigerai pas !

Conclusion : pour s'attaquer à une reprise de Black Sabbath, faut être soit complètement azimuté, soit posséder une paire de bollocks comac… ou les deux en même temps !!!

Dans cette compile, je crois que j'ai réussi à rassembler des artistes appartenant aux deux catégories. Parmi les sévèrement burnés, j'ai dégoté entre autres Forsaken, Stuck Mojo et Slayer… pas vraiment des Bisounours. Chez les cintrés, vous trouverez The Lounge Brigade, miRthkon et encore The Causualties of Jazz…

Les uns comme les autres ont su s'emparer avec intelligence et talent de quelques-uns des plus grands succès des forgerons de Birmingham. Ont-ils réussi ? Se sont-ils gaufrés comme des buses ? C'est à vous que je laisse le soin de déterminer si les repreneurs ont eu raison de s'aventurer sur les traces de leurs vénérables ainés

>>>>> THE ETERNAL IDOL

01 - Forsaken - Neon Knights
02 - The Lounge Brigade - Paranoid
03 - Venetian Snares - Electric Funeral
04 - Avatarium - War Pigs
05 - Stuck Mojo - Sweet Leaf
06 - Black Label Society - Snowblind
07 - The Casualties Of Jazz - The Wizard
08 - Apocalyptica - Spiral Architect
09 - Rondellus - Post Murum Somnii (Behind the Wall of Sleep)
10 - Amber Asylum - Black Sabbath
11 - Fratres - N.I.B.
12 - Slayer - Hand of Doom
13 - (HED) P.E. - Sabbra Cadabra
14 - miRthkon - Fairies Wear Boots
15 - The Cardigans - Sabbath Bloody Sabbath
16 - Monster Magnet - Into the Void
17 - After - Planet Caravan
18 - Busta Rhymes - Iron Man (This Means War)

dimanche 11 janvier 2015

The World Is Charlie


Après ça, le plus dur c'est de se retrouver devant sa page blanche.

Bien sûr, j'ai envie de crier, j'ai envie de taper du poing sur la table et de dire des putains de gros mots et de pleurer un peu aussi. Je pourrais aussi vous raconter l'histoire de l'ours qui se torche le cul avec un petit lapin, mais je ne suis pas sûr que ça nous ferait rire… pourtant elle est super rigolote !!!

En feuilletant les pages du web, j'ai trouvé des dizaines de Charlie qui ont fleuri dans le monde entier. Et ça, ça fait vraiment chaud au cœur.

Alors le mieux, pour l'instant, c'est de s'assoir par terre et d'attendre que la poussière retombe.

>>>>> أنا تشارلي

01 - Johnny Hallyday - Salut Charlie
02 - Lisa Collins - Charlie
03 - Colin Meloy - Charlie
04 - Crosby & Nash - Charlie
05 - Bell - Charlie
06 - Goose Creek Symphony - Charlie Tune
07 - Mary Coughlan - Charlie
08 - Piramis - Charlie
09 - BBI - Charlie
10 - Thieves & Liars - Charlie
11 - The Deviants - Charlie
12 - Ingrid Michaelson - Charlie
13 - Red Hot Chili Pepper - Charlie
14 - Shirley Collins - Charlie
15 - Chumbawamba - Charlie
16 - Split Enz - Charlie
17 - Marc Bolan - Charlie
18 - It Bites - Charlie