mardi 29 octobre 2013

Who's Who


Ça ne me plairait bien qu'on écrive une chanson sur moi.

Tiens, ça pourrait donner ça :

« Yeah ! Qu'est-ce qu'il est sympa ce Keith Michards
   Yeah ! Yeah ! C'est vraiment pas un toquard
   Qu'est-ce qu'il est chouette son blog
   Mais il n'aime pas les… bouledogues… Oh ! Yé !!! »

M'ouaih ! Vous m'excuserez, mais j'ai jamais prétendu que j'étais un grand poète !

J'ai plutôt envie de prêter ma plume à monsieur Brel :

« Faut vous dire, monsieur
   Que chez ce gars-là
   On ne pense pas, monsieur
   On ne pense pas, on compile »

ou à Johnny Hallyday :

« Keith Michards, tu brûles mon esprit
   Tes compiles étranglent ma vie
   Et l'enfer, devient comme un espoir
   Car sur ton blog, je meurs chaque soir »

ou à Jacques Higelin :

« Dans la salle d'attente
   De la gare de Nantes
   J'attends
   Juste une nouvelle compile »

et pourquoi pas aux Stones :

« Please allow me to introduce myself
   I'm a man of music and taste
   I've made compiles for a long, long year
   Broken many men's ears and knee »

ou encore aux Beatles :

« Let me take you down, 'cause I'm goin' to Keith Michards Fields
   Nothing is real and nothing to get hung about
   Keith Michards Fields forever »

et pourquoi pas à l'ami Georges :

« Toi, Keith Michards quand tu mourras
   Occis par un cheval de Troie
   Qu'on te disperse dans les vagues
   Avec tes santiags »

et si Alice Cooper est disponible :

« No more Mister Michards
   No more Mister Keith
   No more Mister Michards
   They say you're mad, you're obscene »

si David insiste :

« The Keith genie lives in his blog
   The Keith genie loves to make compiles
   He's outrageous, he screams and he bawls
   Keith genie let yourself go ! »

si Lou me supplie :

« Here he comes, he's all dressed in black
   Santiag shoes and a new compile
   He's never early, he's always late
   First thing you learn is that you always gotta wait
   I'm waiting for Michards »

Maintenant, il est temps que je vous laisse avec ceux qui méritent vraiment que leur mémoire soit honorée en musique.

>>>>> CARTE D'IDENTITÉ

01 - Bob Dylan - Ballad of Hollis Brown
02 - Michel Jonasz - Ray Charles
03 - Tom Ze - Brigitte Bardot
04 - Grant Lee Phillips - Calamity Jane
05 - Terri Hendrix - Einstein's Brain
06 - Lindi Ortega - I'm No Elvis Presley
07 - Blue Öyster Cult - Joan Crawford
08 - Brainstorm - Marilyn Monroe
09 - Raging Slab - Geronimo
10 - The Kinks - Mr. Churchill Says
11 - The Mamzelles - Napoléon
12 - Stephane Manga - Nelson Mandela
13 - David Bowie - Pablo Picasso
14 - Ange - Par les fils de Mandrin
15 - The Bonecollectors - Bela Lugosi's Dead
16 - Chuck Berry - Roll Over Beethoven
17 - Johnny Dowd - Ballad of Frank and Jesse Jame
18 - Lou Reed - The Day John Kennedy Died


video

vendredi 25 octobre 2013

King Cover #10


— T'as dis 10 ?
— J'ai dis 10 !
— Dis, t'as dis 10 ?
— Je te dis que j'ai dis 10 !
— Si t'as dis 10, alors je dis 10.
— Ben, dis 10, alors.
— Ben ouaih, j'le dis : DIX !
— Fin de la discussion… disparais !

>>>>> DISPROPORTIONNÉ [ NEW LINK 2017 ]

01 - Scott Lavender - Run to the Hills (Iron Maiden)
02 - Angela Aki - Material Girl (Madonna)
03 - Bob Dylan - Can't Help Falling in Love (Elvis Presley)
04 - Jheena Lodwick - Imagine (John Lennon)
05 - Sting - Be-Bop-A-Lula (Gene Vincent)
06 - Bonnie Tyler - Piece of my Heart (Janis Joplin)
07 - Belinda Carlisle - Bonnie et Clyde (Serge Gainsbourg & Brigitte Bardot)
08 - In-Grid - Les Champs Élysées (Joe Dassin)
09 - Koma - Nothing Else Matters (Metallica)
10 - Nena - Blowin' in the Wind (Bob Dylan)
11 - Colin James - Train Kept a Rollin' (Tiny Bradshaw)
12 - Dee Dee Bridgewater - Dansez sur moi (Claude Nougaro)
13 - Liesbeth List - Laat Me Niet Alleen (Jacques Brel)
14 - Dave's True Story - Walk on the Wild Side (Lou Reed)
15 - Marcela Mangabeira - Just the Way You Are (Billy Joel)
16 - Sandy Coast - Don't Let Me Be Misunderstood (Nina Simone)
17 - Tahta Menezes - Light my Fire (The Doors)
18 - Vanilla Fudge - Bang Bang (Cher)

mardi 22 octobre 2013

This Is... Grand Funk Railroad


Dans l'une de ses chroniques englouties, Vévèche disait : (de mémoire !) « Avant Deep Purple, Led Zeppelin et Black Sabbath, il y avait Grand Funk Railroad […] » et en parlait aussi comme du plus grand groupe de Rock américain.

De son côté, JP écrivait : « Je pense qu'il n'est plus nécessaire de présenter Grand Funk Railroad, le groupe le plus bruyant de toute l'histoire du Rock ! […] ». Dans sa présentation de l'album "The 1971 Tour", on peut (encore) lire : « (copier/coller !) […] On retrouve ici tous les titres qui ont fait la gloire du groupe, comme "Are You Ready", "T.N.U.C.", "Paranoid" ou encore "Into the Sun". C'est l'occasion également de découvrir des versions 'killer' de nouveaux titres comme "Footstompin' Music" et bien sûr la surprenante reprise de "Gimme Shelter" des Rolling Stones. Ce CD, au même titre que leur "Live Album", est sans aucun doute l'un des meilleurs disques 'live' de l'histoire du Rock, alors ne le boudez pas ! […] ».

Est-il  nécessaire  que j'en rajoute une couche ? Je pense que non. Comme disait le philosophe : « Une bonne compile vaut mieux qu'une chronique à rallonge ».

Bienvenue donc dans l'univers de The American Band, surnom que le public leur a octroyé après la parution de l'album "We're an American Band" en 1973. C'est chaud, ça sent la poussière et l'alcool. Ça groove un max et c'est juteux comme une orange de Californie.

>>>>> MARK, DON & MEL

01 - Are You Ready ? (1969 - On Time)
02 - In Need (1969 - Grand Funk)
03 - Aimless Lady (1970 - Closer to Home)
04 - Mean Mistreater (1970 - Live Album)
05 - Feelin' Alright (1971 - Survival)
06 - No Lies (1971 - E Pluribus Funk)
07 - So You Won't Have to Die (1972 - Phoenix)
08 - Stop Lookin' Back (Acoustic) (1973 - We're an American Band)
09 - Please Me (1974 - Shinin' on)
10 - Look at Granny Run Run (1974 - All the Girls in the World Beware !!!)
11 - Some Kind of Wonderful [1975 - Caught in the Act (Live)]
12 - Take Me (1976 - Born to Die)
13 - Rubberneck (1976 - Good Singin', Good Playin')
14 - Y.O.U. (1981 - Grand Funk Lives)
15 - Still Waitin' (1983 - What's Funk ?)
16 - The Loco-Motion [1997 - Bosnia (Live)]


dimanche 20 octobre 2013

Une chanson (Me and Bobby McGee)


Complètement fauchés à Bâton Rouge, en attendant un train
Je me sentais presque aussi fané que mes jeans
Bobby arrêta un camion juste avant la pluie
Il nous embarqua à destination de New Orleans
J'ai sorti mon harmonica de mon vieux bandana rouge
Je jouais doucement pendant que Bobby chantait le blues
Les essuie-glaces battaient la mesure
Et Bobby tapait dans ses mains
Nous avons chanté toutes les chansons que le chauffeur connaissait

Dire qu'on est libre revient simplement à dire qu'il ne nous reste plus rien à perdre
Rien n'a de valeur, si ce n'est pas gratuit
Se sentir bien était facile, mon Dieu, quand Bobby chantait le blues
Et mon pote, c'était juste assez bien pour moi
Assez bien pour moi et ma Bobby McGee

Des mines de charbon du Kentucky jusqu'au soleil de Californie
Bobby a partagé les secrets de mon âme
Présente à mes côtés dans tout ce que j'ai entrepris
Et chaque soir, elle me protégeait du froid.
Quelque part, près de Salinas, mon dieu, je l'ai laissé filer
Elle recherchait un foyer et j'espère qu'elle l'a trouvé
Mais j'échangerais tous mes lendemains contre un seul hier
Pour serrer le corps de Bobby contre le mien


Chanson écrite par Kris Kristofferson et Fred Foster. Enregistrée pour la première fois par Roger Miller en 1969, elle se classe 12è dans les charts américains. Gordon Lightfoot reprend le titre en 1970 et le propulse en 13è position aux États-Unis, premier au Canada et dans le top 10 sud-africain.

C'est assurément Janis Joplin qui a révélé la chanson au monde entier. Elle l'enregistre en octobre 1970, quelques jours seulement avant de mourir. Elle parait sur l'album posthume "Pearl" et se place directement en tête des charts. Elle sera classée n° 148 dans la liste des 500 plus grandes chansons de tous les temps établie en 2003 par le magazine Rolling Stone. Dans la version originale, Bobby est une femme. Janis Joplin en a légèrement modidié les paroles.

Depuis sa création, ce sont plusieurs centaines de versions qui ont été enregistrées ou reprises sur scène par des artistes de toutes nationalités et de toutes tendances musicales : Pink, Dolly Parton, Joan Baez, Tori Amos, Blind Melon, Bill Haley & His Comets, Johnny Cash, Arlo Guthrie, The Platters...

>>>>> GOOD ENOUGH FOR ME

01 - Roger Miller
   02 - Angel Forrest
      03 - Gordon Lightfoot
         04 - Friend 'n' Fellow
            05 - Grateful Dead
               06 - Gianna Nannini
                  07 - Jerry Lee Lewis
                     08 - Janis Joplin
                        09 - Johnny Hallyday
                           10 - Jennifer Love Hewitt
                              11 - Kris Kristofferson
                                 12 - LeAnn Rimes
                                    13 - Kenny Rogers
                                       14 - Olivia Newton
                                          15 - Sam Samudio
                                             16 - Rita Chiarelli
                                                17 - Waylon Jennings
                                                   18 - Thelma Houston 

jeudi 17 octobre 2013

La nouvelle grande escroquerie du Rock 'n' Roll


Mes chers amis, il est temps que je vous dise adieu. Vous lisez là ce qui sera probablement ma dernière chronique.

En effet, je suis actuellement ligoté sur une chaise, au fond d'une cave obscure. L'inspecteur Harry pointe son Smith & Wesson Model 29 de calibre 44 Magnum sur ma tempe. Le commissaire Navarro me tient en joue avec un flash-ball. Poutine, en personne, est en train de s'occuper de mes couilles avec un marteau et une faucille. Une belle espionne chinoise, en robe de satin vermillon, s'efforce de m'introduire des bambous incandescents sous les ongles. Je ne sais par quel miracle, un agent du Mossad est parvenu à me fourrer un rat vivant dans le cul. Il commence à me bouffer les boyaux… le rat, pas l'agent du Mossad ! Je n'ai qu'un mot à dire : « Aïe ! »

Qu'est-ce qui me vaut un tel châtiment ?
Comme d'habitude, j'ai voulu faire le malin pour appâter les nanas… à mon âge, on ne se refait pas !
Après "La grande escroquerie du Rock 'n' Roll" (The Great Rock 'n' Roll Swindle) des Sex Pistols en 1980, j'ai voulu moi aussi entreprendre une grande escroquerie du Rock 'n' Roll, nouvelle génération. Avec encore plus d'arnaques, encore plus de mensonges, plus de falsifications et de contrefaçons. Un chef d'œuvre de malhonnêteté.

Simplement, j'avais oublié que tout ce qui se passe sur internet est surveillé par Big Brother et quand ils ont découvert la teneur de mes agissements, tous les services secrets de la planète me sont tombés sur le paletot. Je vis donc les derniers instants de ma pitoyable vie.

Quant à savoir en quoi consiste cette nouvelle grande escroquerie, je ne peux malheureusement pas vous en dire plus… je vous rappelle que je suis enfermé dans un cul-de-basse-fosse, cerné par une bande de psychopathes. Il faudra donc que vous le découvriez par vous-même en écoutant cette foutue galette qui m'a mis dans une galère de première classe.

>>>>> CRIME ET CHÂTIMENT

01 - Brown Sugar (The Rolling Stones ?)
02 - Come As You Are (Nirvana ?)
03 - Drive my Car (The Beatles ?)
04 - Free Bird (Lynyrd Skynyrd ?)
05 - You Are the Sunshine of my Life (Stevie Wonder ?)
06 - Hey Joe (Jimi Hendrix ?)
07 - I Was Made for Loving You (KISS ?)
08 - In the Summertime (Mungo Jerry ?)
09 - Lady Day (Lou Reed ?)
10 - Mercedes Benz (Janis Joplin ?)
11 - My Way (Paul Anka ?)
12 - Nobody's Fault But Mine (Led Zeppelin ?)
13 - Stand by Me (Ben E. King ?)
14 - Stayin' Alive (Bee Gees ?)
15 - Still Loving You (Scorpions ?)
16 - What a Wonderful World (Louis Armstrong ?)
17 - With or Without You (U2 ?)
18 - Wuthering Heights (Kate Bush ?)

lundi 14 octobre 2013

This Is... Fish [par Le Zornophage]


« J'aime pô le poisson !
J'y peux rien, c'est comme ça.
Le poisson, ça pue, ça n'a pas de goût et c'est plein d'arêtes.
Déjà quand j'étais petit, ma mère me collait des coups de cuillère en bois parce que je ne mangeais pas mon poisson.

Alors, je vous raconte pas, quand Le Zornophage m'a demandé de publier un This Is… Fish… je me voyais déjà penché sur une nasse fétide pleine de ces bestioles gluantes, avant de comprendre qu'en fait il s'agissait du dénommé Fish, ancien frontman de Marillion. De plus, il a su trouver des arguments… mmh ! comment dire ?… Ben, regardez plutôt la pochette… ça donne envie d'en manger… du poisson !!! »


Grand par la taille (dans les deux mètres) comme par le talent, Fish n'a pourtant que très rarement navigué en dehors des eaux troubles de l'underground.

Son heure de gloire, concrètement, remonte au milieu des années 80 où, alors chanteur du groupe Marillion, leader de la vague dite "néo-prog", soit la relève de la génération mise à l'index par la vague punk de la fin des 70s, il tutoie le sommet des charts britanniques avec quelques singles bien sentis (Kayleigh, Lavender, Incommunicado ou Sugar Mice).

Parti en claquant la porte pour de sinistres raisons que je n'étalerai pas ici, il œuvre en solo depuis maintenant plus de deux décennies, 10 albums, quelques compilations et un paquet de live plus ou moins officiels.

Sa musique, grossièrement, pourrait être qualifiée de rock progressif, quoique n'en étant que rarement tout à fait, les tentations de rocker et de baladin celtique étant souvent trop fortes pour le vocaliste écossais.

Et voici donc, en 12 titres, dont deux reprises de Sandy Denny et Yes (Solo et Time and a Word, nommément) et un remake d'une chanson de Marillion parue initialement sur l'album Fugazi (Punch & Judy) une introduction à un artiste trop souvent oublié alors que, clairement, son talent de mélodiste et de parolier aurait dû lui réserver un tout autre sort…

Embarquez pour cette session de rattrapage express, vous ne le regretterez pas !

>>>>> POISSON D'AVRIL

01 - Vigil (1990 - Vigil in a Wilderness of Mirrors)
02 - Tongues (1991 - Internal Exile)
03 - Solo (1993 - Songs from the Mirror)
04 - Jumpsuit City (1994 - Suits)
05 - Time and a Word (1995 - Yin)
06 - Punch & Judy (1995 - Yang)
07 - Jungle Ride (1997 - Sunsets on Empire)
08 - Titled Cross (1999 - Raingods with Zippos)
09 - Clock Moves Sideways (2001 - Fellini Days)
10 - The Lost Plot (2004 - Field of Crows)
11 - Manchmal (2007 - 13th Star)
12 - Crucifix Corner (2013 - A Feast of Consequences)

samedi 12 octobre 2013

This Is... Clutch


Un disque de Clutch, c'est un peu comme ces rasoirs à plusieurs lames.

À la première audition, on est emporté par une déferlante de lave incandescente qui renverse tout sur son passage… normal, c'est du Stoner Rock, tendance Hard Rock/Heavy Metal ! À la deuxième écoute, on s'intéresse à la section rythmique : un bassiste virevoltant et un batteur qui allie la puissance de frappe à un feeling prodigieux… il y a du Bonham chez ce gars-là. Encore un passage et l'on devine les claviers, discrets mais omniprésents. Insistons encore pour savourer les guitares qui se mêlent, s'entremêlent, se superposent, se cherchent et se répondent. Comme on est un peu curieux, on appuie encore sur "Replay" pour apprécier les harmonies vocales souvent alambiquées.

Il faudra encore de nombreuses écoutes pour déceler toutes les références musicales sur lesquelles se repose le groupe. En tout premier lieu, bien évidemment, le Heavy Metal des pionniers (Black Sabbath) et le Space Rock psychédélique (Hawkwind), mais aussi le Blues, la Country, le Funk, le Rap et même le Jazz.

Là où les plus réfractaires ne verront qu'une bande de soudards avinés, les esthètes (comme vous et moi !) découvriront des musiciens talentueux et une discographie d'une richesse et d'une originalité incroyables.  

Après plus de vingt ans passés sur scène, Clutch n'est encore qu'au début de son histoire. Il faut dire qu'ils partent de très loin. La reconnaissance du public, ils sont allés la chercher avec les dents… avec les crocs, même ! Longtemps habitués à jouer devant des publics restreints, ils voient enfin leur travail récompensé après la parution de l'album "Pure Rock Fury" en 2001. Ils enchaînent alors les tournées, assurent la première partie de groupes majeurs (Motörhead, Thin Lizzy, System Of A Down, Volbeat…). En 2013, il se produisent pour la troisième fois au Hellfest. L'ascension est lente mais régulière.

Si la chaleur d'un Stoner Rock aussi brûlant que mystérieux ne vous fait pas peur, accrochez-vous à la locomotive Clutch qui vous mènera à travers des contrées jamais explorées.

>>>>> STRANGE COUSINS

01 - Earthworm (1993 - Transnational Speedway League)
02 - Spacegrass (1995 - Clutch)
03 - Crackerjack (1998 - The Elephant Riders)
04 - The Drifter (2000 - Jam Room)
05 - Sinkemlow (2001 - Pure Rock Fury)
06 - Careful With That Mic... (2003 - Live at the Googolplex)
07 - Rising Sun (2003 - Slow Hole to China)
08 - (Notes from the trial of) La Curandera (2004 - Blast Tyrant)
09 - Small Upsetters (2005 - Robot Hive / Exodus)
10 - 10001110101 [2008 - Full Fathom Five : Audio Field Recordings 2007-2008 (Live)]
11 - When Vegans Attack (2007 - From Beale Street to Oblivion)
12 - Cypress Grove [2007 - Heard It All Before (Live at HiFi Bar]
13 - Algo Ha Cambiado (2009 - Strange Cousins from the West)
14 - Who's Been Talkin' ? [2010 - Strange Cousins at the Prince (Live)]
15 - Gone Cold (2013 - Earth Rocker)

mercredi 9 octobre 2013

La Caverne de Vévèche (CCCP)


Souvenons-nous que durant les années 60/70, le régime totalitaire soviétique se durcit à nouveau. Le KGB retrouve une grande partie des pouvoirs dont il avait joui sous Staline. La "guerre froide" est instaurée entre l'URSS et l'Occident. C'est aussi durant cette période que Youri Gagarine effectue le premier voyage dans l'espace. Au chapitre économique, le niveau de vie de la population commença à baisser sérieusement, et le manque de productivité dans de nombreux secteurs se fit durement ressentir.

Tout ça n'empêche pas le peuple russe de chanter et de danser. Après la soupe aux cailloux, toutes les familles (du moins, celles qui ne sont pas internées au goulag) se retrouvent devant l'âtre froid pour écouter les chansons populaires du pays, mais aussi de la Pop Music, du Folk, du Rock et même du Jazz.

J'en conclue donc qu'on nous a bien bourré le mou sur les conditions de vie des pôôôvres Russes, en ce temps-là. Et je me demande si, finalement, je ne vais pas voter Mélenchon aux prochaines élections !!!

>>>>> Союз Советских Социалистических Республик

01 - Электрон - Вернись
       (Electron - Come Back /// Reviens)
02 - Добры молодцы - Первый поцелуй
       (Good Fellows - First Kiss /// Braves Gens - Premier baiser)
03 - Цветы - Колыбельная
       (Flowers - Lullaby /// Fleurs - Berceuse)
04 - Весёлые ребята - Чернобровая дивчина
       (Funny Guys - Browed Maiden /// Gars Marrants - Demoiselle à sourcils)
05 - Анатолий Королев - Этого мне только не хватало
       (Anatoly Korolev - That I Just Do Not Have Enough /// Dont je ne dispose pas suffisamment)
06 - Голубые гитары - О чем плачут гитары
       (Blue Guitar - What Guitar Cry /// Guitare Bleue - Quel pleur de guitare)
07 - Ариэль - Скоморошина
       (Ariel - Skomoroshina)
08 - Скоморохи - Я Гойя
       (Buffoons - I Goya /// Les Bouffons - Moi Goya)
09 - Синяя птица - Желтый зонтик
       (Blue Bird - Yellow Umbrella /// Oiseau Bleu - Le parapluie jaune)
10 - Оркестр Современник - Московские Улицы
       (Contemporary Orchestra - Moscow Streets /// Orchestre Contemporain - Les rues de  Moscou)
11 - Аккорд - Ты и я
       (Accord - You and I /// Toi et moi)
12 - Арсенал - Генезис
       (Arsenal - Genesis /// Genèse)
13 - Давид Тухманов - Сан Саныч
       (David Tukhmanov - Dignity Sanych /// Dignité Sanych)
14 - Песняры - Саука ды Грышка (Савка и Гришка)
       (Pesnyary - White-Headed Duck and Grisha /// Canard à tête blanche et Grisha)
15 - Здравствуй, песня - Девчонка из квартиры 45
       (Hello Song - Girl of apartment 45 /// Bonjour chanson - La fille de l'appartement 45)
16 - Диско - Приглашение
       (Disco - Invitation)
17 - Тамара Миансарова - Я тебя подожду
       (Tamara Miansarova - I'll Wait for You /// Je t'attendrai)
18 - Владимир Высоцкий - La fin du bal
       (Vladimir Vysotsky)

dimanche 6 octobre 2013

One Snake and Snakes


Le monde est vraiment mal fichu.

Rappelez-vous le début de l'histoire : un mec, une nana, chabadabada, chabadabada… à poil dans un jardin !!! Ils ont le droit de faire tout ce qu'ils veulent… sauf becqueter une foutue pomme accrochée à un arbre. Sinon, tout le reste, ils peuvent : se lever à midi, se bâfrer de pizzas, se pochtronner au single malt, jouer au flipper, se trimballer la zigounette à l'air, se taper des chêvres… la belle vie, quoi !!!

C'était trop bien pour durer. V'là t'y pas qu'un beau matin, la nénette se prélassait sous le pommier… toujours à oilpé, je te rappelle. En levant les yeux, elle vit un boa constrictor (… ou une couleuvre, ce n'est pas précisé dans le scénar), qui lui tint à peu près ce langage :

— Ouèche-ouèche, la meuf, ziva, fais pas ta boloss, sur la têt' de ma mère, j'te r'file ma golden ! Qu'on pourrait traduire par « Oyez ! Gente dame, ne soyez point hautaine et acceptez derechef que je vous offre un fruit doré tout droit venu du verger de ma chère mère  ».

À ces mots, la greluche ne se sent plus pisser, et pour montrer qu'elle n'est pas une narvalo, elle ouvre un large clapet et boulotte directos le fruit défendu, inventant par la même le péché originel dont on nous rebat les oreilles encore aujourd'hui.

Résultat des courses : grosse colère du Grand Barbu qui colla illico un gage à toutes les gonzesses du monde : vaisselle, ménage, enfantement dans le douleur, incapacité à conduire correctement un véhicule motorisé et les seins qui tombent après la quarantaine… la galère, mémère !!! Le pire, et il serait bon ne pas l'oublier, c'est que désormais le serpent devenait un animal anxiogène. Alors qu'au départ son geste était plein de bienveillance, le voilà maintenant classé parmi les bestioles qui collent les miquettes dès qu'on les croise… vraiment pôôô juste !!!

Et je ne peux pas m'empêcher d'imaginer quel aurait été le sort du monde si, en lieu et place d'un vilain reptile, c'eut été un gentil petit écureuil qui soudoya la belle.

>>>>> FEMME À LUNETTES, SERPENT À QUÉQUETTE

01 - Eight and a Half Souvenirs - Serpent Charmer
02 - Annihilator - Snake in the Grass
03 - Bobby Rus - Blind Snake
04 - Cuby & The Blizzards - Black Snake
05 - Danko Jones - Magic Snake
06 - Woobie Doobie - Wild Snakes
07 - Étienne Daho - Un serpent sans importance
08 - Iggy Pop - Talking Snake
09 - Alex Parche Band - Snakes
10 - Liberty 'n' Justice - Snake Eat Snake (ft. David Raymond Reeves)
11 - R.L. Burnside - Snake Drive
12 - Harvey Mandel - The Snake
13 - Papa Roach - Snakes
14 - Small Blues Trap - Red Snakes and Cave Bats
15 - Spice and the RJ Band - Fat Snakes and Robots
16 - Stoner Train - The Desert and the Snake
17 - The Dirty Feathers - Midnight Snakes
18 - Nitin Sawhney - Serpents

jeudi 3 octobre 2013

Voici... Georges Brassens


Le bonhomme est satisfait. Il vient de coucher sur la partition une mélodie qui le hantait depuis des semaines. Il la tient, sa chanson... une chouette chanson, nom de nom ! Gaillarde et bien troussée, comme il les aime. De celles qui font danser les jolies demoiselles à Saint-Germain. Ne reste plus qu'à y poser des paroles !!!

Maintenant, il s'installe dans un large fauteuil fatigué, en face de la cheminée où crépite un feu guilleret. Il bourre sa pipe, sa vieille pipe en bois et l'allume à un tison. Un gros siamois paresseux vient se lover à ses pieds. Le musicien se lisse la moustache, le chat aussi. Le chat ronronne, le musicien aussi.

Au départ, il voulait dédier sa chanson à une vieille connaissance, mais il ne trouve pas de rime à "Fernande". Il se dit qu'il va décrire les jeunes gens qu'il voit s'embrasser dans les squares. « Les jeunes gens qui s'embrassent dans les parcs publics, parcs publics... ». Il n'est pas satisfait. Il lui revient alors en mémoire l'histoire du gorille exhibé dans un zoo que rigoureusement sa mère lui a défendu de nommer ici... Et l'Auvergnat qui lui tendit la main quand d'autres l'auraient jeté aux chiens, et les sabots d'Hélène qui étaient tout crottés... il faudra bien qu'il leur accorde une place dans son tour de chant. Il pourrait également chanter la plage de Sète où il voudrait reposer après sa mort. Tant de sujets qui lui tiennent à cœur.

Pour l'heure, il doit trouver des rimes pertinentes. Mille mots dansent sous son crâne, pas un ne colle à la mélodie. D'habitude, les phrases coulent comme l'eau d'une claire fontaine. Les alexandrins s'alignent sans peine, comme de petits soldats de plomb. Mais à cet endroit de l'histoire, il est sec comme un tabellion en panne d'encre bleue.

Le téléphone sonne. Le chat tend l'oreille, le musicien tend la main pour attraper le combiné.

— Allo ?

Au bout du fil, il reconnait les voix de Jean, Pierre, Paul et compagnie, les vieux amis avec lesquels il a l'habitude de faire la bringue dans un bistrot tenu par un gros dégueulasse.

— Qu'est-ce que tu fais encore chez toi ? On est tous là à t'attendre depuis des heures !
— Je sais, je sais, mais il faut absolument que je finisse ma chanson, répond-il un peu gêné.
— Ah ! Non, Georges : les copains d'abord !!!

>>>>> UN COIN D'PARADIS

01 - Le Fossoyeur (1952 - La mauvaise réputation)
02 - Comme hier (1953 - Le vent)
03 - La mauvaise herbe (1954 - Les sabots d'Hélène)
04 - Le testament(1956 - Je me suis fait tout petit)
05 - Grand-père (1957 - Oncle Archibald)
06 - La femme d'Hector (1958 - Le pornographe)
07 - Le bistrot (1960 - Les funérailles d'antan)
08 - La complainte des filles de joie (1961 - Le temps ne fait rien à l'affaire)
09 - Les amours d'antan (1962 - Les trompettes de la renommée)
10 - Le 22 septembre (1964 - Les copains d'abord)
11 - Le grand chêne (1966 - Supplique pour être enterré à la plage de Sète)
12 - Pensées des morts (1969 - Misogynie à part)
13 - Stances à un cambrioleur (1972 - Fernande)
14 - La messe au pendu (1976 - Trompe la mort)


Bonus :

15 - Adieu Venise provençale (reprise d'Alibert)
16 - Je suis swing (reprise de Johnny Hess)
17 - Maman, papa (avec Patachou)
18 - Le petit oiseau (avec Charles Trenet)