vendredi 21 juin 2013

La Caverne de Vévèche (Jazz)


Aujourd'hui, j'inaugure une nouvelle rubrique : "La Caverne de Vévèche".

La Caverne de Vévèche, c'est un peu comme la Caverne d'Ali Baba... sauf que c'est celle à Vévèche ! Tout d'abord, qui est Vévèche ? Vévèche — ou plutôt "Vvche" de son véritable pseudo — est à la tête d'un des plus fabuleux blogs musicaux que je connaisse : "Music 60-70". Comme son nom l'indique, il propose des enregistrements datant de ces deux décennies magiques qui ont vu naître (et disparaître) des groupes majeurs. Quasiment tous les styles sont représentés. Il y a du Rock, du Metal, du Jazz, du Blues, de l'Electro, du Classique, du connu, du pas-connu-du-tout, du Français, du Russe, du Péruvien... bref, une véritable Caverne d'Ali Baba... pardon, je voulais dire de Vévèche.

Chez Vévèche, c'est plusieurs milliers de liens en activité permanente, c'est également la possibilité de faire des recherches suivant divers critères (style de musique, nationalité de l'artiste ou son nom). Il propose aussi de nombreuses vidéos et un service de traduction efficace, sans oublier un livre d'or qui permet de demander des disques qui feraient défaut. Tous les fichiers musicaux sont en MP3 à 320 kbits, accompagnés des pochettes complètes et téléchargeables via Narod ou Yandex qui autorisent des chargements simultanés à très hauts débits (à peine une minute pour un dossier d'une centaine de méga).

Je conclurai cette introduction en précisant que Vévèche vit à Moscou et que j'ai mis son adresse dans mes blogs favoris.

Maintenant, en quoi consiste cette nouvelle rubrique ? Tout simplement, je suis parti piocher au hasard dans l'immense trésor de Vévèche pour préparer des compiles consacrées à divers styles de musiques. Cela vous permettra de juger de la richesse de son blog et vous donnera peut-être envie de l'explorer plus en profondeur.

Ça commence par une compile dédiée au Jazz (bah ! ouaih ! faut bien commencer par quelque chose !!!). Maintenant, si vous voulez savoir ce que c'est que le Jazz, vous n'avez qu'à demander à Jimmy... parce que moi, de toute façon, j'aime pas ça !!!

>>>>> JAZZ À JUAN

01 - Cruciferius - Annabel Lee
02 - Irene Kral - Wheelers and Dealers
03 - Sonny Phillips - Black on Black
04 - Beverly Kenney - Born to Be Blue
05 - Louis Armstrong - Go Down Moses
06 - Herb Ellis & Ray Brown - Ellis Original
07 - Carmen McRae - Ghost of Yesterday
08 - Roy Wood Wizzo Band - Giant Footsteps (Jubilee)
09 - Lena Horne - It's a Lonesome Old Town
10 - Ruphus - Come Into View
11 - Tina Louise - Tonight Is the Night
12 - Secret Oyster - Bellevue
13 - Chet Atkins & Les Paul - Caravan
14 - Ella Fitzgerald - Mean to Me (ft. Oscar Peterson)
15 - Kimio Mizutani - Turning Point
16 - The New Stan Getz Quartet - It Might As Well Be Spring
17 - Nina Simone - Mr. Bojangles
18 - The Dave Brubeck Quartet & Carmen McRae - Paradiddle Joe

mardi 18 juin 2013

This Is... Annihilator


Ah ! Le Canada ! Ses caribous, ses tabernacles, ses castors (qui ne travaillent ni avec leurs mains, ni avec leurs pieds...), son sirop d'érable, ses interminables hivers blancs... ses blogueuses rouges. Comme la Hollande est l'autre pays du fromage, le Canada est l'autre pays de la musique : Céline Dion, Isabelle Boulay, Roch Voisine... oupsss ! Je me suis trompé de blog ! Je voulais plutôt dire l'autre pays de la musique : Helix, Exciter, Anvil, Kittie, Rush, Triumph, Strapping Young Lad et son leader charismatique Devin Townsend, j'en passe et des plus vindicatifs... sans oublier le groupe qui nous intéresse aujourd'hui.

Annihilator. Je ne vous ferai pas l'affront de traduire. Le nom du groupe parle de lui-même.

Depuis 1984, les bûcherons d'Ottawa délivrent un Thrash Metal tranchant comme l'épée laser de Luke Skywalker, technique comme un cours de math de Centrale (l'école, pas la prison !), énergique comme une centrale atomique japonaise et mélodique comme le gazouillis d'un torrent du Luberon. Pas de fanfreluches aux entournures, ça tronçonne à tour de bras, ça lamine allègrement, ça fracasse dans la joie et la bonne humeur, ça éparpille façon puzzle... bref, c'est du lourd !!! Annihilator est le groupe de Metal canadien qui a vendu le plus grand nombre de disques dans le monde.

Comme pour "This Is... Judas Priest", voici une sélection de chansons dont le titre ne comporte qu'un seul mot (à part une) et provenant des treize albums studio du groupe, le tout agrémenté de trois captations en public. 
Laissez-vous emporter par cette tempête de neige, tout droit venue des régions glacées du Grand Nord, qui plutôt que de vous geler les arpions, va vous embraser les neurones et vous donner une furieuse envie de revenir à Montréal dans un grand Boeing bleu de mer...

>>>>> ALICE IN CANADA

01 - W.T.Y.D. (1989 - Alice in Hell)
02 - Stonewall (1990 - Never, Neverland)
03 - Knight Jumps Queen (1993 - Set the World on Fire)
04 - Fiasco (1994 - King of the Kill)
05 - Hunger (1996 - Refresh the Demon)
06 - Ligeia [1996 - In Command (Live 1989-1990)]
07 - Wind (1997 - Remains)
08 - Punctured (1999 - Criteria for a Black Widow)
09 - Insomniac (2001 - Carnival Diablos)
10 - Ritual (2002 - Waking the Fury)
11 - Torn (2003 - Double Live Annihilation)
12 - Bled (2004 - All For You)
13 - Clare (2005 - Schizo Deluxe)
14 - Detonation (ft. Jacob Lynam) (2007 - Metal)
15 - Phantasmagoria (2009 - Live at Monsters of Rock)
16 - Coward (2010 - Annihilator)

samedi 15 juin 2013

Sorry, I'm dead !


L'avantage, quand on connait la date de sa mort, c'est qu'on peut s'y préparer en toute sérénité. Moi, par exemple, je mourrai à 73 ans. Ça ne m'effraie pas particulièrement... même si je sais que de légitimes angoisses naîtront à l'approche de la fatale échéance.

Pour la cérémonie d'adieux, je ne veux pas de fleurs, pas de discours et  surtout  pas  de  curé... Ah ! plutôt crever que d'imaginer un curé penché sur ma carcasse encore fumante !!! Ensuite, pas de chichis : un cercueil en bois de cagette ou un carton de déménagement pour y déposer la viande froide. Mettre au four. Thermostat 12 pendant une heure et demie. Balancer ce qui reste à la mer. Pour dédramatiser un peu l'événement, je veux bien qu'on me fourre une gousse d'ail dans le cul !

J'accepte qu'on chipote sur certains détails techniques, mais il y a un domaine sur lequel je serai intransigeant : la musique qui m'accompagnera de l'autre côté du miroir. Et comme on n'est jamais si bien servi que par soi-même, j'ai préparé la liste des chansons qui tourneront durant la cuisson.

Je vous invite donc aujourd'hui à ce qu'on pourrait considérer comme une répétition de ma crémation. Pas la peine de mettre les beaux habits du dimanche, on se fait ça rapidos, entre potes, et après on va boire un coup. Et comme ça, je saurai de mon vivant ce que vous avez pensé de mes funérailles.

>>>>> I LOVE THE DEAD

01 - Black Sabbath - Fluff
02 - Georges Brassens - Dans l'eau de la claire fontaine
03 - Alice Cooper - Teenage Lament '74
04 - Michel Delpech - Comme vous
05 - Janis Joplin - Me and Bobby McGee
06 - Alain Bashung - Bijou Bijou
07 - Renaud - Miss Maggie
08 - David Bowie - Rebel Rebel
09 - Eddy Mitchell - L'esprit Grande Prairie
10 - Led Zeppelin - Sick Again
11 - Jacques Brel - Les bourgeois
12 - AC/DC - It's a Long Way to the Top (If You Wanna Rock 'n' Roll)
13 - Fredericks-Goldman-Jones - C'est pas d'l'amour
14 - Thin Lizzy - Little Girl in Bloom
15 - Téléphone - Hygiaphone
16 - Joan Jett - Nag
17 - Bernard Lavilliers - Fleur pourpre
18 - The Rolling Stones - Sympathy for the Devil

mercredi 12 juin 2013

Deutsch Qualität


« Mein  lieber  Französisch  Freund, ich  liebe  dich. Du  bist  schön  und  du  bist  wunderbar, jawohl. Und ich  liebe  auch  dein  Website "lé Choulies Kömpiles". Ich  möchte  ein  Bild  von  dir  nackt  und  ich  will dich heiraten. Ich traüme von dein muskuläre Körper in die Nacht. Du bist meine "bétite zoizeau dé z'îles". Kommen mit mir leben, du bist in meinem Haus willkommen. Ich gebe dir mein Volkswagen für Prömenade in Bayern Munich Fußball Klüb. Jawohl meine schöne Liebe. Ich möchte dich mit Latex. Ich wollen Kamasutra mit dich. Du bist mein Heavy Metal David Beckham ! » — Angela M.

Voici la touchante lettre qu'une jeune Allemande m'a fait parvenir. Je traduis rapidement pour les non-germanophiles. En gros : « Keith Michards, tu es beau, tu es grand, tu es fort, ton site est formidable. Je rêve de toi toutes les nuits, tu me rends folle... et tout un lot de cochonneries qu'elle désire faire avec moi ». C'est une fan !

Honnêtement, je ne peux pas la contredire. Tous ses propos sont vrais : grand, beau, fort... quelle perspicacité chez cette demoiselle. Malheureusement, je ne peux donner suite à cette idylle naissante, sans risque de rendre jalouses les innombrables jeunes femmes qui fantasment déjà sur moi dans le monde entier. Notamment Hsi Wang Mu, la petite Chinoise qui a tapissé sa chambrette de mes posters. Je songe aussi à Aleksandrina, une beauté moscovite qui pense à moi chaque fois qu'elle enfourne une grosse bûche dans son âtre brûlant. Et Sharon, la belle Américaine qui a donné mon nom à son plus fougueux mustang. Sans oublier, cette Tibétaine qui trait ses yaks en écoutant mes compiles, ni cette Touareg qui sculpte des statuettes à mon effigie avec les bouses de dromadaires.

Pour te consoler, ma belle Angela, je te propose une sélection de quelques groupes de Heavy Metal teutons qui osent s'exprimer dans la belle langue de Franz Beckenbauer. Ça pétille comme une bière de Munich, c'est léger comme une saucisse de Frankfurt, c'est frais comme les aisselles de Claudia Schiffer... c'est ein kolössal bonheur ! Jawohl !

>>>>> GERD UND TRAUDEL

01 - Das Ich - Schwarzes Gift
02 - Der Bote - Todgeweiht
03 - In Extremo - Ave Maria
04 - Die Apokalyptischen Reiter - Hammer oder Amboß
05 - Die! - Kadavergehorsam
06 - Oomph! - Eine Frau Spricht I'm Schlaf
07 - Eiheilig - Mein Blut
08 - Hanzel und Gretyl - Disko Fire Scheiss Messiah
09 - Rammstein - Spieluhr
10 - Eisbrecher - Prototyp
11 - Felsenreich - Angst
12 - Saltatio Mortis - Sieben Raben
13 - Feuerschwanz - Vampir
14 - Megaherz - Herz aus Gold
15 - Tanzwut - Bitte, Bitte
16 - Umbra Et Imago - Teutonenlied
17 - Unheilig - Kleine Puppe
18 - Stahlmann - Leuchtfeuer

samedi 8 juin 2013

This Is... Dio


Question pour un champion...

Top !
Je sors mon premier disque en 1958 avec "The Red Caps"... En 1961, le groupe change de nom pour devenir "The Prophets" et enregistre sept nouveaux singles et un album live.
En 1967, je fonde "The Electric Elves" qui devient "Elf" en 1969 et enregistre son premier album en 1972.
En 1974, j'interprète plusieurs chansons de l'album de Roger Glover (The Butterfly Ball and the Grasshopper's Feast).
En 1975, je suis recruté par Ritchie Blackmore au sein de "Rainbow".
En 1980, je rallie le clan "Black Sabbath".
C'est en 1983 que je fonde mon propre groupe avec lequel j'enregistre dix albums.
Finalement, en 2006, je réintègre la dream team de "Black Sabbath", rebaptisé "Heaven & Hell", pour enregistrer d'un nouvel album qui sort en 2009.

Je suis... je suis... Ronald James Padavona.
Plus connu sous mon nom de scène... je suis Ronnie James Dio.

Saperlipopette ! Un tel C.V. mérite amplement qu'on lui consacre une jolie compile.

En dehors de ses qualités artistiques indéniables et reconnues par tous (même par Ritchie Blackmore... ce qui est assez exceptionnel !!!), Ronnie James Dio était le plus aimable des hommes. Voilà un gaillard qui passait plusieurs heures après chaque concert à signer des autographes. En 1985, il est aussi l'instigateur de l'album Hear 'n' Aid pour lever des fonds contre la famine en Afrique.

Le 16 mai 2010, la plus grande voix du Heavy Metal s'éteint.

J'en profite pour cracher à la gueule des membres de l'Église baptiste qui, lors de l'inhumation, ont tenu un rassemblement pour protester contre l'organisation d'une cérémonie en l'honneur de celui qu'ils décrivaient comme un "adorateur de Satan". Bande de stupides crétins consanguins, Ronnie James Dio était aussi sataniste que moi je suis éleveur de dragons.

Mais trève de polémiques acides. Laissons le dernier mot à monsieur Ronnie James Dio qui, à travers son immense répertoire, va nous démontrer qu'il demeure un pilier essentiel de l'Éternel Temple Métallique. Voici donc dix titres empruntés à chacun des albums enregistrés sous son patronyme et six autres qui proviennent des divers groupes auxquels il a apporté une éclatante plus-value.

>>>>> HIDE IN THE MIDNIGHT

01 - Shame on the Night (1983 - Holy Diver)
02 - Evil Eyes (1984 - Last in Line)
03 - Just Another Day (1985 - Sacred Heart)
04 - Faces in the Window (1987 - Dream Evil)
05 - Night Music (1990 - Lock Up the Wolves)
06 - One Foot in the Grave (1994 - Strange Highways)
07 - Dying in America (1996 - Angry Machines)
08 - Challis (2000 - Magica)
09 - Along Comes a Spider (2002 - Killing the Dragon)
10 - Death by Love (2004 - Master of the Moon)
11 - Lover (1958 - Ronnie & The Red Caps)
12 - Never More (1971 - Elf)
13 - Sitting in a Dream (1974 - The Butterfly Ball)
14 - Man on the Silver Mountain (1975 - Rainbow)
15 - Lady Evil (1980 - Black Sabbath)
16 - Eating the Cannibals (2009 - Heaven & Hell)


jeudi 6 juin 2013

Q


Le plus fabuleux avec internet, c'est qu'en quelques clics bien placés sur le dos de la musaraigne, on se retrouve avec une somme d'informations quasiment inépuisable. Quand j'ai décidé de consacrer une compile à la partie la plus rebondie de l'anatomie humaine... en un mot : le cul, je me suis rendu sur différents traducteurs en ligne pour savoir comment nos voisins du monde entier parlaient de la chose.

Commençons par les origines. En latin, l'endroit qui nous intérèsse se dit "cūlus" (derrière, fesses), duquel proviennent directement le "cul" de chez nous, bien sûr, mais aussi le "culo" des Italiens et des Espagnols, le "cûl" du Frioul (région au Nord de l'Italie) et le "kulo" de l'Ido (dérivé de l'Espéranto). Les Anglo-Saxons utilisent la racine ancienne germanique "arsa" pour les "arse" et "ass" anglais, ainsi que le "Arsch" allemand. Peut-être que le "rass" islandais possède la même origine.

Puis, nous avons le "bunda" portugais, très proche du "pantat" indonésien. Sans oublier le "perse" estonien, le "keldai" malaisien, le "tyłek" polonais et le terrible "røv" danois. Enfin, nous avons tous ces langages lointains qui utilisent des alphabets pittoresques. "задница" en Russie et son quasi sosie "задніца" en Biélorussie. Le grec "γάιδαρος" et l'hébreu "עכוז". "尻" au Japon et "屁股" en Chine.

Mais l'histoire ne serait pas complète, ni aussi passionnante, si l'on oubliait de citer les innombrables synonymes qui donnent à notre langue une si jolie couleur. Au Moyen Âge, on pouvait ouir le ménestrel : « Posez prestement votre séant, gentes damoiselles, et festoyons derechef !!! ». Aujourd'hui, en banlieue, on mate le luc des meufs : « Téma la chaudasse, je lui pète le boule direct ! ».

L'argot des artistes populaires nous offre aussi une jolie palettes de termes cocasses : le croupion, le rond, le derche et le dargeot, le joufflu, la lune, le pétard, le fion et la tirelire. Le valseur, le troufignon, le troufignard. Plus imagés : le moulin à vents, le médaillon, le borgne, l'arrière-boutique, le cyclope, les deux frangines, l'oeil de bronze, le coupe-cigare, les deux sœurs et le baril à moutarde.

Quant à mon petit-fils, je lui chante souvent : « Qui a du caca kaki collé au cucul !!! ».

Et merci à Jimmy qui m'a aidé à terminer cette jolie compile. Le cul n'a pas de secret pour lui !!!!!

>>>>> Y'A QU'ÇA D'VRAI

01 - Ultra Vomit - Poil de cul
02 - Bourbon Crow - Haulin' Ass
03 - Czajkowski Minnemann - Mayor Ass
04 - Drop Dead Beats - Cheap Ass Guitar
05 - Guesch Patti - Cul Cul Clan
06 - Big & Rich - Kick my Ass
07 - Hellyeah - Alcohaulin' Ass
08 - Jennifer Batten - Ass Whoopin'
09 - Brigitte Fontaine - Cul béni
10 - Mike Keneally & Beer for Dolphins - Ragged Ass
11 - Nashville Pussy - Piece of Ass
12 - Reba Russell Band - Asshole
13 - Red Rider - Ragged Ass Road
14 - Coccinelle - Avec mon p'tit faux-cul
15 - Steven Seagal - Alligator Ass
16 - Van Morrison - Cul-de-sac
17 - Peter Pan Speedrock - Smokin' Ass
18 - Grosnibard - La raie de mon cul c'est une trousse à bite

lundi 3 juin 2013

This Is... Rush (The Studio Edition) [par le Zornophage]


« Après une semaine de fiesta infernale, il est temps de reprendre le chemin de l'usine. Et quand il faut aller au turbin, Le Zornophage n'est jamais à la bourre. Le voilà qui nous revient les bras chargés de cadeaux, comme cette nouvelle compile consacrée à un groupe qui, si j'ai bien compris, ne semble pas lui déplaire. Quoique plus je connais le personnage, plus je me demande s'il existe un artiste qu'il déteste vraiment. Je vous laisse donc découvrir le deuxième épisode de "This Is... Rush". »

Rush avait déjà eu son "This Is", un "This Is" hors norme, intégralement live et donc forcément grandement incomplet (même si Rush n'ont pas été avares en albums live, un dizaine d'officiels, rien que ça !).

Donc, This Is Rush : The Studio Edition, c'est pareil et tout à fait différent. Plus propre (studio, quoi !), également maîtrisé mais, surtout !, vu la règle inhérente à la série (un album, un titre), c'est la chance de vous coller 20 titres (!) du plus grand groupe canadien de tous les temps !!! Bonheur !!!

Et donc, Rush. La voix de canard de Geddy Lee demande une période d'adaptation, pas qu'il chante mal, Geddy, c'est juste qu'il est unique. Pour le reste, excellent bassiste, clavieriste (il cumule les deux sur scène en plus du chant ! Remy Bricka, sors de ce corps !!!) et bien entouré par deux fines lames (Peart, un grandissime batteur, également parolier de la formation, Lifeson, un très sous-estimé guitar hero), il assure comme une bête (et il assure au chant aussi, si, si, vous verrez, avec l'habitude !).

Le répertoire ira, suivant l'évolution des temps et du groupe, d'un Hard Rock zeppelinien à un rock progressif mélodique et technique vers une relecture plus synthétique et simplifiée et, enfin, même si tout n'est pas si simple, vers une accumulation de tout ceci dans la période "moderne".

Voici donc Rush bien honoré, encore, comme il se devait. Enjoie !

>>>>> RED BARCHETTA

CD 1

01 - Working Man (1974 - Rush)
02 - By-Tor and the Snow Dog (1975 - Fly by Night)
03 - Bastille Day (1975 - Caress of Steel)
04 - 2112 (1976 - 2112)
05 - Closer to the Heart (1977 - A Farewell to Kings)
06 - La Villa Strangiato (1978 - Hemispheres)
07 - Jacob's Ladder (1980 - Permanent Waves)
08 - Tom Sawyer (1981 - Moving Pictures)


>>>>> THE CAMERA EYE

CD 2

01 - Subdivisions (1982 - Signals)
02 - Red Sector "A" (1984 - Grace Under Pressure)
03 - Mystic Rhythms (1985 - Power Windows)
04 - Lock and Key (1987 - Hold Your Fire)
05 - Superconductor (1989 - Presto)
06 - Roll the Bones (1991 - Roll the Bones)
07 - Stick It Out (1993 - Counterparts)
08 - Driven (1996 - Test for Echo)
09 - Vapor Trail (2002 - Vapor Trails)
10 - Heart Full of Soul (2004 - Feedback)
11 - The Way the Wind Blows (2007 - Snakes & Arrows)
12 - The Garden (2012 - Clockwork Angels)

video

dimanche 2 juin 2013

Dimanche


Merci à tous les copains et copines d'être venus nous faire un petit coucou. Ce fut un beau mariage, vous ne trouvez pas ? En tout cas, le Zornophage et moi-même, on s'est bien marrés à préparer ce canular musico-nuptial. Si la Boutin et la Barjot pouvaient avoir autant de hauteur d'esprit, qu'est-ce que le monde serait beau.

Tiens si on s'donnait rendez-vous dans 10 ans... Même jour, même heure, mêmes pommes...

Il n'a pas pu venir, mais je sais qu'il est heureux qu'on soit tous réunis autour d'une coupe de sangria. Une petite vidéo pour toi, JP.

>>>>> SOLEIL VERT ( NOUVEAU LIEN / NEW LINK / Νέα σύνδεση )

K01 - JACQUES HIGELIN - On a Rainy Sunday Afternoon
Z02 - ETTA JAMES - A Sunday Kind of Love
K03 - JERRY LEE LEWIS - Sunday Morning Come Down
Z04 - GINGER BAKER - Sunday at the Hillcrest
Z05 - GRETCHEN PETERS - Sunday Morning
K06 - ELDORADO - Another Bright Sunday
Z07 - LA FOULE - Demain c'est dimanche
K08 - TOMMY BOYCE & BOBBY HART - Sunday, the Day Before Monday
K09 - MARTINA & CIA - Un Domingo de Estos
Z10 - SAVOY BROWN - Sunday Night
K11 - MIOSSEC - Les Joggers du dimanche
Z12 - JETHRO TULL - Black Sunday
K13 - 'TIL TUESDAY - On Sunday
Z14 - LAÏKA FATIEN - Gloomy Sunday
Z15 - ALAIN BASHUNG - Le dimanche à Tchernobyl
K16 - SHEAVY - Sunday Morning Suicide 

                                     

samedi 1 juin 2013

Samedi


La Rouge devait arriver de Montréal, dans un grand Boeing bleu de mer. Manque de bol, là-bas, c'est l'hiver pendant onze mois... et le reste du temps, il pleut. Alors elle est repartie sur Québécair, Transworld, Nord-East, Eastern, Western puis Pan American ! Elle a pris des hélices : Astrojets, Whisperjets, Clipperjets, Turbos. Elle a pris une compagnie qui volait sur des tapis de Turquie. Y'avait même une compagnie qui engageait des pigeons qui volaient en-dedans. Finalement elle est rendue à dos de chameau.

>>>>> LES ANNEAUX DE SATURNE ( NOUVEAU LIEN / NEW LINK / Νέα σύνδεση )

K01 - KAISER CHIEFS - Saturday Night
Z02 - 10CC - Baron Samedi
K03 - BOWLING FOR SOUP - S-S-S-Saturday
Z04 - JAMES DEAN BRADFIELD - On Saturday Morning We Will Rule the World
K05 - HER & KINGS COUNTY - Saturday
Z06 - SPARKLEHORSE - Saturday
Z07 - MASSIVE ATTACK - Saturday Come Slow
K08 - NICK DRAKE - Saturday Sun
Z09 - GEORGE HARRISON - P2 Vatican Blues (Last Saturday Night)
Z10 - B.B. KING - Saturday Night Fish Fry
Z11 - THOMAS FERSEN - Où Trouver des Fleurs un Samedi Après Minuit  ?
K12 - THE EASYBEATS - Saturday Night
Z13 - EARTH, WIND & FIRE - Saturday Nite
Z14 - KAREN LANO - The Heart of Saturday Night
K15 - BLUE CHEER - Saturday Freedom
K16 - SARA MONTIEL - Sabado en Copacabana