lundi 11 mai 2020

Blues 30-40


Si vous le voulez bien, poursuivons notre balade à travers l'histoire du blues.

Nous voici dans une période qui s'étend du début des années 30 jusqu'à milieu des années 40. Une époque saccagée par la crise économique issue du krach boursier de 1929, minée par l'explosion mondialisée du chômage, de la misère, de la famine. Une époque rongée par la montée des extrémismes, par les tensions internationales, par l'inexorable expansion de la xénophobie, de l’antisémitisme. Finalement, une époque qui s'achève dans le chaos de la Seconde Guerre mondiale.

Dans ce marasme planétaire, le blues continue sa lente maturation. Les premiers standards sont gravés dans la cire : Love in Vain; Sweet Home Chicago; Baby, Please Don't Go. Après avoir enregistré une poignée de chansons, Robert Johnson meurt subitement à l'âge de 27 ans. Celui-là même qui avait passé un pacte avec le diable et posé les fondations de ce qui deviendra le rock, entre ainsi dans la légende en devenant le premier membre du funeste Club des 27.

De ce côté-ci de l'Atlantique, Gaston Ouvrard a la rate qui s'dilate et le foie qu'est pas droit !


01 - Ed Bell - She's a Fool Gal (1930)
02 - Lead Belly - Frankie and Albert (part II) (1939)
03 - Walter Davis - Sweet Sixteen (1935)
04 - T-Bone Walker - Mean Old World (1942)
05 - Robert Johnson - Sweet Home Chicago (1936)
06 - Champion Jack Dupree - Gamblin' Man Blues (1940)
07 - John Lee "Sonny Boy" Williamson - Good Morning School Girl (1937)
08 - Big Maceo Merriweather - Worried Life Blues (1941)
09 - Big Joe Williams - Baby, Please Don't Go (1935)
10 - Robert Nighthawk - Prowling Nighthawk (1937)
11 - Mississippi Sheiks - Sittin' on Top of the World (1930)
12 - Robert Petway - Catfish Blues (1941)
13 - Bukka White - The Panama Limited (1930)
14 - Tampa Red - Kingfish Blues (1934)
15 - Jimmie Davis - Easy Rider Blues (1933)
16 - Big Billy Broonzy - Key to the Highway (1941)
17 - Memphis Minnie - New Dirty Dozen (1930)
18 - Cecil Gant - I Wonder (1944)

16 commentaires:

  1. Aaaaaaah ! Gaston Ouvrard, toute ta folle jeunesse !

    RépondreSupprimer
  2. Quasiment que des titres qui seront repris par les British dans les sixties. Du très bon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toute façon, les British y font rien qu'à copier tout le monde !!!

      Supprimer
    2. Fais gaffe, si tu énerves les Rosbif, il vont péter un plomb. Genre quitter l’Europe, par exemple.

      Supprimer
    3. Nââân ! Je les connais, ils ne feraient jamais ça !!!

      Supprimer
  3. C'est tous les gars de la 3ème compagnie, je ne connais personne, bon faut dire, facile, l'âge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne les connais pas tous non plus. Ce qu'il faut juste retenir c'est qu'ils sont les pionniers du genre

      Supprimer
  4. Merci! Pour ces vieux classiques.

    RépondreSupprimer
  5. Des pionniers, des inconnus, des classiques. Une compil de belouze.Yes. Merci Keith pour les rayons X.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être inconnus chez nous, mais aux States, ils sont vénérés comme des dieux !

      Supprimer