jeudi 9 février 2017

This Is… Alejandro Escovedo


Comment le dire de façon sobre et élégante ? Aller, je me lance : « Putain, ça me troue le cul d'être passé à côté d'Alejandro Escovedo, durant toute ma putain de vie de merde à la con ! » C'est bon, j'ai été assez clair ?

Quand je pense que sans la chronique d'EWG aux Bruits Magiques, je serais resté dans le brouillard jusqu'à la fin de mes jours. À ce niveau-là, ce n'est plus de l'incompétence, c'est carrément de la connerie. Pour n'importe qui d'autre, j'aurais aisément pu réclamer la peine de mort, mais comme je conserve quand même un peu d'estime envers moi-même, je m'auto-condamne à créer une compile mettant en lumière cet artiste aussi discret que talentueux.

Résumons les choses : le sieur Escovedo n'a pas la voix de Freddie Mercury, il ne joue pas de la guitare comme Gary Moore, ses chansons ne sont pas aussi chiadées que celles de Bowie. Mais ne faisons pas la fine gueule, car le gaillard dispose d'un capital sympathie hors du commun et sa musique est furieusement addictive.

Mêlant harmonieusement blues, rock, country, sonorités chicanos et flirtant même parfois avec le metal, ce fils d'émigré mexicain, né à San Antonio au Texas, s'est forgé une discographie à faire pâlir d'envie toutes les stars en papier crépon issues des diverses académies télévisuelles.

Mais nous ne sommes pas là pour dire du mal des crétins (quoique !!!). Je vous invite juste à écouter de la belle et bonne musique, jouée par un mec qui préfère s'exprimer sur scène plutôt que dans les magazines people et, par les temps qui courent, ça fait du bien !

>>>>> REAL ANIMAL

01 - One More Time (1992 - Gravity)
02 - The End (1994 - Thirteen Years)
03 - Little Bottles (1996 - With These Hands)
04 - Sway (The Rolling Stones Cover) (1998 - More Miles Than Money : Live 1994-96)
05 - California Blues (Jimmy Rodgers Cover) (1999 - Bourbonitis Blues)
06 - Castanets (2001 - A Man Under the Influence)
07 - Dos Hermanos/Two Brothers (ft. Rose Portillo) (2002 - By the Hand of the Father)
08 - Wave (2005 - Alejandro Escovedo String Quintet : Room of Songs) (Live)
09 - Dearhead on the Wall (2006 - The Boxing Mirror)
10 - Smoke (2008 - Real Animal)
11 - Always a Friend (2 mars 2008 - Aquarelle Restaurant, Austin, USA) (Bootleg)
12 - Faith (2010 - Street Songs of Love)
13 - Sabor a Mi (Álvaro Carrillo Cover) (2012 - Big Station)
14 - Can't Make Me Run (11 juillet 2012 - St. Bonaventure's Parish Social Club, Bristol, UK)

       (Bootleg)
15 - Arizona (8 mars 2015 - State Theater, New Brunswick, USA) (Bootleg)
16 - Beauty and the Buzz (2016 - Burn Something Beautiful)

9 commentaires:

  1. Yeah !!
    Des morceaux de choix, cool les boots et raretés live !
    Je me permettrai juste de rajouter que le loustic est issu de la scène punk (la vraie, 75-80) de San Francisco, son groupe les Nuns est devenu quasi-mythique (enfin pour certains ...), hé ouais, et tu sais l'attachement que je porte aux ex-punks-devenus-brillants-songwriters, la liste en est longue !
    A la suite de ça il a quasiment inventé l'alt-country avec son groupe Rank & File et continué sur cette lancée avec The True Believers. La suite, tu viens de nous en parler.
    Thanx Mr K

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a vraiment une carrière qui force le respect

      Supprimer
  2. Génial, depuis le billet d'Evrett je fouille un max la tribu Escovedo.. dingo pour trouver ses repères dans la famille. En tout cas là, je suis sur le dernier Javier.. pas dégueux du tout.

    RépondreSupprimer
  3. Je l' adore depuis 2001 et le fabuleux album "A Man Under the Influence" qui reste mon préféré de cet immense artiste
    Merci pour ce this is

    Fil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne comprends même pas comment un gars comme ça ne soit pas plus connu

      Supprimer
    2. ... trop tard? Ou bientôt nous dirons trop tôt, il lui faudrait un retour comme l'époque où débarque les Black Crowes, et encore un solitaire il lui faut une bande...

      Supprimer
  4. Je garde le "... d'être passé à côté de ..." Oui, moi qui aime ces gentlemen qui touche à la bonn ecorde, les gros succès comme Springsteen, les dans l'ombre comme Graham Parker, Mellencamp, Hiatt oui une liste pour te dire comme j'étais content d edécouvrir moi aussi le monsieur (gracias EWG) et voici ton This is... qui "tourne" (j'ai gardé l'image) pendant que je t'écris et c'est du bon... le son de "Sway" est à tomber

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que ma modeste compile donnera envie à beaucoup de monde de découvrir cet artiste

      Supprimer