samedi 24 mai 2014

Progressive Metal


J'aime bien me moquer des musiciens de Heavy Metal en disant que c'est des bourrins qui n'y connaissent rien à la musique. Oui, mais moi j'ai le droit, parce que je sais que ce n'est pas vrai… même si des fois, c'est un peu vrai quand même !!!

Par contre, s'il y a une catégorie de musicos que je ne me permettrais jamais de critiquer, c'est bien celle qui officie dans le Progressive Metal — ou Metal Progressif, ou Metal Prog, ou encore Heavy Prog, pour les initiés. Parce que ces mecs-là, c'est tous des premiers de la classe. Ils décortiquent une partition de Rachmaninov avec autant d'aisance que je pèle une banane. Le solfège n'a aucun secret pour eux, le barré de si mineur c'est de la gnognotte. Ils sont tellement balèzes que six cordes sur une guitare ne leur suffisent pas… ils en rajoutent une ou deux, et c'est pas que pour la frime ! Les bassistes, c'est idem : ils travaillent sur cinq, voire six cordes. Les batteurs, je n'en parlent même pas. Quand ils regardent Charlie Watts jouant sur sa malheureuse 4-fûts, avec une charleston et deux cymbales, ils sont pliés… en quatre, justement ! Rien que pour leur matos, entre les doubles grosses caisses, les gongs, les clochettes et tout le toutim, il faut déjà un semi-remorque et les trois-quart de la scène !!!

Vous l'aurez compris, ces gens-là, c'est des trapus, des kadors, des fortiches. Leur style se caractérise par une grande complexité des instrumentations, des chansons longues et très structurées, avec des rythmes et des mesures inhabituelles ainsi qu'une grande variété de mélodies au sein d'une même composition.

Le Metal Progressif puisent ses racines dans le répertoire des groupes de Hard Rock de la première heure (Led Zeppelin, Black Sabbath, Deep Purple…) et de Rock Progressif comme Yes, Pink Floyd, Jethro Tull, King Crimson, Uriah Heep… Bien que le genre ait émergé vers la fin des années 80, il aura fallu attendre les années 90 pour qu'il conquiert enfin la reconnaissance du public, au travers de groupes comme Dream Theater, Queensrÿche, Tool et Fates Warning.

Si vous n'avez pas peur de vous cramer les tympans au contact de ces arpèges puissants et raffinés à la fois, je vous ai gardé une place en loge… juste à ma droite !!!

>>>>> THÉÂTRE DES RÊVES      

01 - Fates Warning - O Chloroform
02 - Chimera - Periscope
03 - Green Carnation - A Place For Me
04 - Transatlantic - Black as the Sky
05 - Ayreon - Chaos
06 - Liquid Tension Experiment - 914
07 - Queenrÿche - I Am I
08 - ProgressiveXperience - Something Like Death
09 - Devin Townsend - Night
10 - Pain of Salvation - No Way
11 - Periphery - Scarlet
12 - Tool - Schism
13 - Protest the Hero - Skies
14 - Animals as Leaders - New Eden
15 - Appearance of Nothing - The Seer
16 - Porcupine Tree - Sleep Together
17 - Vanden Plas - Somewhere Alone in the Dark
18 - Dream Theater - Solitary Shell

12 commentaires:

  1. J'ai quelques noms qui me sont familiers. Par contre j'ai sauté sur mon siège, heureux de la hauteur de plafond, quand j'ai lu l'attaque frontale de notre Charlie. Faudrait voir si il ne collerait pas quelques bons coups de pied au cul pendant que cela se plie en quatre.
    La multiplication des fûts n'est pas la preuve de qualité. Regarde les assemblage des grands du Jazz, je me demande même si il ne s'agit pas d'un refuge...
    Charlie Watts n'est pas un virtuose, mais c'est un bon batteur, je crois. J'ai toujours été sensible à Keith Moon, et les potes musicosse, même si ils lui reconnaissent une belle énergie juvénile, tentent souvent de me démontrer qu'il n'y a là rien de si spectaculaire.

    Allez, Small is Beautiful: Un petit Art Blakey pour voir?
    http://www.ina.fr/video/I09286001

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'on l'aime bien notre petit Charlie avec son tambour à 2 balles ! Il n'a peut-être pas la frappe que John Bonham, mais quel feeling… tout est dans le caressé de peau.
      Il y a évidemment beaucoup d'ironie dans ma chronique, parce que Charlie Watts bénéficie d'un énorme respect de la part des autres batteurs… même des metalleux les plus grognons !!!
      Les amoureux de la batterie apprécieront ta vidéo. Merci de ton passage

      Supprimer
  2. Pour l'instant je regarde encore un peu la pochette.
    Après je lirai ta chronique, promis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que monsieur aime les épées !!!!!

      Supprimer
  3. Euh...je ne connais que Tool (et connaitre est un bien grand mot!) mais s'il y a des mélodies...;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des mélodies, il y en a… et des sacrément chiadées !!!!!
      Voilà une compile qui pourrait te plaire puisqu'elle propose des chansons pleines d'ambiances différentes. Les musicos sont des super techniciens mais ils savent aussi mettre de la retenue dans leurs performances.
      Tu me diras si tu aimes.

      Supprimer
  4. Au fait Keith;;;tu as vu celui-là?
    http://fracas64.eklablog.com/flash-back-steppenwolf-ride-with-me-20-septembre-1972-gothenburg-pour--a107976526

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Steppenwolf ? Je saute sur ma Harley et je vais voir ça !!!

      Supprimer
  5. 'tain, du metal prog: tout ce que j'aime réuni!
    J'aime bien le début de ton billet!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le metal prog, c'est typiquement fait pour ceux qui portent des caleçons à fleurs !!!!!

      Supprimer