mercredi 28 septembre 2016

This Is… Joni Mitchell


« L'humilité n'étant pas ma qualité première, je vais désormais pouvoir me vanter dans les soirées mondaines d'avoir engagé mister Hugo Spanky en personne comme chroniqueur intérimaire de luxe. Un peu comme si Victor Hugo venait signer un papier dans le bulletin municipal d'Yzeures-sur-Creuse !!! »

Faire une compilation est tout un art. Combien d'après midi y avons-nous consacré ? D'abord, il faut trouver un angle d'attaque. Selon les artistes, il peut n'être que bêtement frontal, collection de hits ou de titres fracassants. Alors que pour d'autres, il peut se vouloir vicieux, audacieux voire suicidaire.

J'ai eu démarré une compilation des Cramps, destinée à un novice, par leur version de Lonesome Town. En voila, un beau geste suicidaire, Lux Interior et Poison Ivy n'y auront pas gagné un fan.

Keith Michards a choisi une approche intermédiaire, du genre qui devrait vous prémâcher la gélatine tout en vous décapant l’œsophage à la chaux vive. Joni Mitchell se prête parfaitement à l'expérience, la bonne copine qui vous réconforte, son bras sur votre épaule, pour mieux vous pousser du haut de la falaise. Ce This is Joni Mitchell pioche dans la plupart des albums de la dame sans se soucier de savoir si le morceau choisi fut un single à succès, un titre culte, les critères n'appartiennent qu'au compilateur. Et c'est ainsi qu'une sélection gagne son intérêt. Lorsqu'elle propose une vision personnelle d'un artiste.

Mission accomplie, chaque étape du voyage éveille l'envie de découvrir la suivante. Joni Mitchell, dénudée de ses plus évidents atouts, se relève plus insolente encore. Pour les profanes, l'occasion de découvrir un parcours en dehors des clous, et pour les passionnés de se délecter de l'abondance des pistes à suivre.
                                                                                                     (Hugo Spanky)

>>>>> LUCKY GIRL

01 - Marcie (1968 - Song to a Seagull)
02 - Songs to Aging Children Come (1969 - Clouds)
03 - Conversation (1970 - Ladies of the Canyon)
04 - Carey (1971 - Blue)
05 - Electricity (1972 - For the Roses)
06 - Twisted (1974 - Court and Spark)
07 - The Jungle Line (1975 - The Hissing of Summer Lawns)
08 - Hejira (1976 - Hejira)
09 - Dreamland (1977 - Don Juan's Reckless Daughter)
10 - The Dry Cleaner From Des Moines (1979 - Mingus)
11 - Love (1982 - Wild Things Run Fast)
12 - Ethiopia (1985 - Dog Eat Dog)
13 - Lakota (1988 - Chalk Mark in a Rain Storm)
14 - Two Grey Rooms (1991 - Night Ride Home)
15 - Sex Kills (1994 - Turbulent Indigo)
16 - Facelift (1998 - Taming the Tiger)
17 - Sometimes I'm Happy (2000 - Both Sides Now)
18 - If (2007 - Shine)

10 commentaires:

  1. Une compile sur Joni Mitchell. Ah ah, la bonne blague ! Joni Mitchell, tout le monde la connait par coeur, on a tous écouté ça 20 fois. Non, décidément, ce n'est pas à un vieux singe... ah tiens, la première chanson, je ne la connais pas. Bizarre. Et la deuxième non plus. Diable. Et où sont donc "Big Yellow Taxi" et "Raised on Robbery"? Et puis quel est ce climat envoûtant qui se dégage de ces morceaux en tempo lent ?

    Magnifique travail, Monsieur Hugo. Superbe compile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le principe même de la collection : proposer des titres plus confidentiels, de ceux qui ne feront jamais partie d'un quelconque best of… et c'est dommage !
      Et puis moi, je ne connais pas Joni Mitchell par cœur. Je m'y suis intéressé en lisant une chronique du fameux Hugo.
      En plus, si tu redécouvres des morceaux que tu avais sans doute oubliés, c'est que la mission est réussie !

      Supprimer
  2. Personnellement, saluant évidemment l'effort qui est louable et plutôt très bien troussé, je me morfonds de l'absence quasi-décennale de Joni... Un vrai drame dans une civilisation fast food dans laquelle elle est un indispensable courant d'air frais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-ce pas la rareté des chose qui en fait leur valeur ?

      Supprimer
  3. OOooooooooooooooooooooooooooooooooh! Marci.

    RépondreSupprimer
  4. Pour une fois, Audiard à tort!! Ils ont osé et c'est plutôt intimidant. Donc hop, pour mon voyage, nous allons voir si il fallait... oser

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ose, osons, osez ! Bonne virée en Italie !

      Supprimer
  5. J pensais avoir pris la compil... En afait non. J'ai 2 ou 3 choses d'elles mais une compil' personnelle, ça apporte souvent un regard que j'aime bien sur une oeuvre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que 10 personnes feraient 10 compiles différentes.
      Bonne écouture !!!

      Supprimer