lundi 7 mai 2018

Voici… Dalida


J'ASSUME TOUT ! J'assume Slayer et Arch Enemy. J'assume KISS et Motörhead. J'assume Stevie Nicks et Pat Benatar. J'assume même les Cailloux et les Scarabées. Et j'assume aussi Dalida !

Comme tous les sexas sexys, j'ai été bercé par les ritournelles de Joe Dassin, Sheila, Cloclo, Dalida et autres pop stars de l'ORTF. Brel et Brassens ne sont arrivés que plus tard, eux-mêmes suivis par Higelin, Lavilliers, Renaud, Téléphone, Trust… Slayer et Arch Enemy.

La petite Iolanda Cristina Gigliotti naît le 17 janvier 1933 en Égypte de parents italiens. Son père est premier violon à l'Opéra du Caire. Elle le suit en coulisse lors de ses répétitions et commence à fredonner des airs d'opéra. En 1954, elle est élue Miss Égypte et tourne dans plusieurs films de série B. C'est ainsi qu'elle s'envole pour la France dans l'espoir d'entamer une carrière d'actrice. Le succès n'étant pas au rendez-vous, elle s'oriente alors vers la chanson et se produit dans divers cabarets parisiens sous le pseudonyme de Dalila. C'est l'écrivain Marcel Achard qui lui conseille d'opter plutôt pour DALIDA.

En 1957, elle enregistre son premier album qui connait un succès immédiat, notamment grâce à la chanson Bambino qui reste n° 1 au hit-parade pendant plus de 6 mois. Dès lors, la carrière de Dalida décolle vers des sommets que peu d'artistes francophones ont jamais atteints. Durant trois décennies, elle va rayonner aussi bien en France que dans le monde entier.

Si elle est adulée aux quatre coins de la planète, sa vie sentimentale, par contre, est un désastre : amours déçues, disparition de plusieurs de ses compagnons, impossibilité d'avoir des enfants. La belle Égyptienne met fin à ses jours le 3 mai 1987.

>>>>> GIGI L'AMOROSO

01 - Le torrent (1957 - Son nom est Dalida)
02 - Le petit chemin de pierres (1957 - Miguel)
03 - Le jour où la pluie viendra (1958 - Gondolier)
04 - Aïe ! Mon cœur (1958 - Les gitans)
05 - J'ai rêvé [1959 - Love in Portofino (A San Cristina)]
06 - Dans les rues de Bahia (1960 - Les enfants du Pirée)
07 - Je me sens vivre (1961 - Garde-moi la dernière danse)
08 - Tu ne sais pas (1961 - Loin de moi)
09 - À ma chance (1962 - Le petit Gonzales)
10 - Eux (1963 - Eux)
11 - Croquemitoufle (1964 - Inédit publié en 2016)
12 - Tu me voles (1965 - Il silenzio)
13 - Les grilles de ma maison (1967 - Olympia 67)
14 - Les anges noirs (1968 - Le temps des fleurs)
15 - La ballade à temps perdu (1969 - Ma mère me disait)
16 - Les jardins de Marmara (1970 - Ils ont changé ma chanson)
17 - Non (1971 - Une vie)
18 - Jésus Kitsch (1972 - Il faut du temps)
19 - Rien qu'un homme de plus (1973 - Julien)
20 - Nous sommes tous morts à 20 ans (1974 - Manuel)
21 - Raphaël (1976 - J'attendrai)
22 - Maman (1976 - Coup de chapeau au passé)
23 - Voyage sans bagages (1976 - Femme est la nuit)
24 - Remember (C'était loin) (1977 - Salma Ya Salama)
25 - Helwa Ya Baladi (1979 - Dédié à toi)
26 - Alabama Song (1980 - Gigi in Paradisco)
27 - Il pleut sur Bruxelles (1981 - Olympia 81)
28 - Ensemble (Dalida et Yolanda) (1982 - Spécial)
29 - Marie-Madeleine (1983 - Les p'tits mots)
30 - C'était mon ami (1984 - Dali)
31 - Salut salaud (1986 - Le visage de l'amour)
32 - Lebnan (Enregistré en 1986, publié en 2012)

4 commentaires:

  1. Même pas le temps d'écouter ta précédente compilation que voici déjà la plus métalleuse, la plus hard-rockeuse des chanteuses italo-égyptiennes. La dernière fois que j'ai entendu Dalida, c'était dans une prison de l'URSS, ils s'en servaient pour faire craquer les détenus. Ca va me rappeler le bon temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était donc toi le fameux contrebandier mexicain emprisonné en URSS pour trafic de mezcal à base d'urine de quetzalcóatl !!!!!
      :-D

      Supprimer
    2. Y'avait de la pomme aussi. Et de la betterave.

      Supprimer